Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 09:30

C’est bien joli, chaque jour que Dieu fait, de bosser pour des prunes (Cette expression date du XVIe siècle. La prune désignait la chance, un coup, mais également quelque chose sans aucune valeur. Lors des croisades, les perdants ramenaient des prunes, ces fruits délicieux, à leur souverain pour mieux faire passer leur défaite.), de travailler pour le roi de Prusse ICI, mais pourquoi diable, même si je ne vais plus à la messe, marner le dimanche ( Ces salades puantes c'était pour que je bosse à l'œil!... Il profitait de mes parents... Qu'ils pouvaient encore me nourrir... Il dépréciait mon boulot pour me faire marner gratuitement » Céline, Mort à crédit, 1936).

 

J’ai donc décidé, vêtu de ma robe de chambre élimée, chaussé de mes charentaises avachies, de me caler dans mon vieux fauteuil en cuir et de lire la P.Q.R et, bien sûr, en pensant à PAX c’est le Républicain Lorrain que j’ai choisi.

 

Bata l’héritage du colosse de la chaussure et de son utopique cité-usine ICI 

 

 

Bataville est sortie de terre en 1931 près de Sarrebourg, où n’existaient jusqu’alors ni traditions industrielles ni culture syndicale. Cette ville entièrement tournée vers son usine a jailli dans l’esprit d’un cordonnier tchèque, Tomas Bata, arrivé en Lorraine avant-guerre. Pendant 70 ans, 14 milliards de paires de chaussures ont été fabriquées dans les unités de production mosellanes. Jusqu’à ce qu’en 2001, la concurrence des pays à bas coût fasse chuter le géant du soulier et plonge des centaines de familles dans un conflit social violent qui a marqué le pays tout entier. La fin d’une époque !

 

Véronique Chemla: « Bata, un cordonnier à la conquête du monde » par Peter  Kerekes

Tomas BATA

 

1931 : De la République Tchèque à Hellocourt

 

 

Bataville est née d’un rêve. Ou plutôt d’une vision. Celle de Tomas Bata, un cordonnier tchèque, qui, en 1894, fonda avec ses frères et sœurs une fabrique innovante et florissante dans sa ville natale de Zlin. Des chaussures en toile moins chères qu’en cuir en temps de crise, un marché d’équipementier juteux avec l’armée… Le jeune Bata a vite fait fortune et posé les bases d’un empire. Au pas de charge. En agrandissant ses usines et en embauchant toujours plus de main d’œuvre.

 

Pour loger ce personnel, dont un certain Emil Zatopek, Tomas Bata, inspiré par un voyage aux Etats-Unis, imagina une cité industrielle où chacun vivrait et travaillerait, sans réelle frontière entre la maison et l’usine. Un modèle à la fois paternaliste et productiviste où seraient intégrés un site de production bien sûr, mais aussi tous les ingrédients d’une vie réussie, avec une cité pour loger les ouvriers, des écoles, une église, des magasins, un centre d’apprentissage, des équipements sportifs de haut niveau, des lieux de divertissement, une fanfare, etc.

 

 

Cités regroupant les logements des ouvriers

 

Désireux de conquérir l’Europe de l’ouest, Tomas Bata cherchait un lieu où répliquer sa ville-usine idéale de Zlin. Et son choix s’est porté sur le lieu-dit de Hellocourt, à proximité des villages de Moussey et Réchicourt-le-Château, bordé par le canal de la Marne au Rhin et le chemin de fer Dieuze-Avricourt. Mais en même temps assez éloigné de tout pour protéger cette « bulle » Bata. En 1931, des bâtiments en béton et briques rouges rectiformes de 80 x 20 m, haut de cinq étages, dans le plus pur style Bauhaus, sont sortis de terre, alignés des deux côtés d’une rue centrale se prolongeant vers la cité ouvrière prévue pour accueillir 15 000 habitants.

 

 

 

Cela a fait grincer quelques dents. En 1936, une loi anti-Bata, la loi Le Poullen, a tenté de limiter l’extension de ce que l’on appelle désormais Bataville. Raté. Aux ateliers et aux maisons de briques rouges se sont ajoutés une piscine, une halle de sports, une église, un gymnase avec un parquet à l’américaine…

 

Le tout ICI 

Bernard Lavilliers chante pour les salariés de Bata

Le 21 décembre 2001

 

BERNARD LAVILLIERS a tenu parole. Hier, en fin d'après-midi, il a improvisé un concert dans le réfectoire de l'usine Bata. Il a aussi parlé avec les salariés pour tenter de les réconforter à la veille de l'arrivée des lettres de licenciement dans les boîtes aux lettres. « On quitte notre boîte, mais on va aussi forcément quitter un ami, un parent Cela fait mal », note David Simon, 33 ans, dont treize passés chez Bata. Depuis quelques jours, il vit « avec un nœud dans la gorge ».

 

« C'est comme une famille qui se déchire »

 

Demain matin, les courriers arriveront. Ceux qui ne l'auront pas, par défaut, sauront qu'ils ont été choisis par le repreneur. Jean-Michel Helvig, ancien directeur commercial, recentre l'activité sur la chaussure et garde 268 salariés sous le label Hello SA. Aucun nom n'a filtré. « On ne sait plus comment se regarder les uns les autres, c'est comme une famille qui se déchire », poursuit David. Lui a fait son deuil : « Ils ne gardent qu'une seule personne par couple, ma femme est à la coupe cuir, un poste clé. Moi, je suis polyvalent, mais cela ne suffira pas. » Samedi, sa main tremblera en ouvrant la boîte aux lettres. Son fils de 10 ans sera derrière lui : « Il est très inquiet, en quelques mois sa moyenne en classe a chuté de quatre points. » Dans le bureau du comité d'entreprise, les employés défilent. Ils veulent savoir. Evelyne Caro, 37 ans, déléguée CGT, est épuisée par six mois de lutte syndicale. Représentante du personnel, elle pouvait disposer avant tout le monde de la liste des 528 personnes licenciées. Elle a refusé : « C'est Bata qui licencie, que Bata assume. » Sa collègue Nadine, 39 ans, déléguée CFDT, répond qu'elle ne sait rien. En sa qualité de salariée protégée, elle a déjà eu sa lettre : « Je suis licenciée, mais je peux refuser le licenciement. » En six mois de lutte, elle a peu pensé à elle. A présent, elle hésite : « Ce travail m'aide à élever seule mes deux enfants. Mais je me dis aussi qu'à mon âge, c'est peut-être l'occasion de tenter quelque chose ailleurs. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Je trouve la présentation de Bataville par le RL bien peu critique et pour tout dire idyllique.
J’ai connu des basketteurs de l’équipe de Bata, entreprise utopique, qui devaient payer leurs godasses.
Répondre
A
Mon père cordonnier et marchand de chaussures en Limousin achetait du Bata. Et m'avait raconté l'histoire. Je me souviens de Moussey, puis de Bataville, puis quand la poste n'acceptait plus de distribuer du courrier à Bataville.
Répondre
P
Merci cher Taulier . Cette pensée va droit au coeur de ce Mosellan né à Metz comme Verlaine et Foch.
Mais tu sais que la mouche du coche vit à présent en Alsace et surtout qu'elle a toujours de quoi ajouter son grain de sel. Et oui, prés de Sélestat - sous préfecture sud du Bas Rhin - se trouve Kientzville. C'est une petite ville tout aussi utopique réalisée pour le compte d'un industrielle du textile en 1947. Elle fut construite par Charles Gustave Stosskopf architecte Prix de Rome et chargé de la reconstruction en Alsace et notamment autour de "La Poche de Colmar"
Bon, ce sera tout, j'men va terminer la fiche en cours pour se sacré Cinépapy exigeant au point de limiter les commentaires quotidiens en l'absence de temps pour les mettre en forme.
So long '
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents