Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 octobre 2021 6 30 /10 /octobre /2021 07:00

Et si le premier des populistes était breton ?Le « suicide d'opérette » du général Boulanger | RetroNews - Le site de  presse de la BnF

Georges Boulanger - LAROUSSE

Puisqu’il nous faudra choisir un nouveau Président en 2022, alors que la liste des prétendants s’allonge comme une queue au beau jour du paradis des Soviets, que ce qui compte c’est pour ces bourrins c’est d’être qualifiés pour le second tour, au premier tous les contre vont s’en donner à cœur joie, au second faudra-t-il selon eux choisir entre la peste et le choléra ou s’abstenir ?

Pour ma part, je choisirai sans l’ombre d’une hésitation.

Avant cette heure décisive les sondages pleuvent comme les feuilles que l’on ramasse à la pelle.

L’extrême-droite, se situe, avec deux prétendants, à un étiage jamais atteint.

La gauche, les gauches, avec le trop plein, sont reléguée au rang de figurants.

 

1- L’irruption de Zemmour, portée par un battage médiatique  à jet continu sur les chaînes, dites d’info en continue, sur la scène des futures présidentielles, me fait sourire, s’il va jusqu’au bout, s’il peut aller jusqu’au bout, les 500 signatures, ICI il va dépiauter le moineau, jeter la fille du borgne dans les oubliettes, ce minus porté sur le pavois, sauveur de la vraie France, nous sommes vraiment tombés bien bas, mais les Français aiment être sauvés : le Pétain de Zemmour n’a-t-il pas sauvé les Français de la gueuse en serrant la main d’Hitler à Montoire et les juifs en publiant un statut des juifs ignoble. Ils étaient nombreux sur le parvis de ND à Paris quelques mois avant la Libération à acclamer ce sauveur avant de se rallier au général autoproclamé félon, Charles de Gaulle.

 

Sera-t-il un nouveau général Boulanger ?

 

Contemporain de Boulanger, Gabriel Hanotaux définit en quelques lignes ce qui a fait le succès exceptionnel d’un général qui ne l’était pas :

 

 « La fortune inouïe de l’homme fut, en somme, la première manifestation dans la politique d’un nouveau mode d’action avec lequel il faudra compter désormais, la Réclame. Cette façon de déterminer certains mouvements et emballements de l’opinion, de susciter la faveur publique, d’entraîner des adhésions, des concours, d’obtenir des souscriptions, jusqu’à des sacrifices n’avait guère été employée auparavant que dans le commerce, les affaires ; on n’avait pas encore eu l’idée de recourir avec bruit et tintamarre pour jouer un rôle politique, aux ressources de la publicité moderne : presse à bon marché et à grand tirage visant et touchant le populaire, la photographie, les chansons, les refrains de café-concert. »

 

Boulanger, ou la fabrique de l'homme providentiel

Jean Garrigues dans Parlement[s], Revue d'histoire politique 2010 ICI 

Election présidentielle 2022 : un paysage politique plus morcelé que jamais

 

A six mois du premier tour de l’élection présidentielle de 2022, le paysage politique n’a jamais été aussi morcelé. C’est le principal enseignement de la deuxième vague de l’enquête électorale réalisée par Ipsos-Sopra Steria en partenariat avec le Centre d’études de la vie politique française de Sciences Po (Cevipof) et la Fondation Jean-Jaurès pour Le Monde. La force de ce panel est son amplitude puisque l’échantillon utilisé est de 16 228 personnes. Les intentions de vote sont calculées à partir des sondés « certains d’aller voter ayant exprimé une intention de vote » (entre 8 541 et 8 888, selon les différentes hypothèses étudiées). Résultat : les marges d’erreur sont très faibles, comprises en 0,2 et 0,9 points

 

Alors que la précédente vague, en avril, montrait un monde politique dominé par le duel attendu entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, six mois plus tard, tout a changé. Certes, le président sortant semble toujours aussi solidement arrimé, avec environ un quart des suffrages, quel que soit le scénario (selon le candidat de droite qui sera désigné en décembre et la candidature ou non d’Eric Zemmour).

 

Mais la dynamique autour de l’ancien journaliste du Figaro – qui n’est toujours pas officiellement déclaré dans la course à l’Elysée – rebat les cartes. D’abord à l’extrême droite puisque M. Zemmour fait jeu égal avec Marine Le Pen (tous deux autour de 16 % des intentions de vote) mais aussi pour l’ensemble des oppositions. En effet, la division du camp nationaliste autour de deux candidats a un effet mécanique : abaisser le niveau du « ticket d’entrée » au second tour. Alors qu’en avril, il se situait à environ 25 %, il est désormais aux alentours de 16 %. Le jeu est ouvert comme jamais et chacun des outsiders espère bien en profiter pour tirer son épingle du jeu, la droite au premier chef.

 

Qualification hors d’atteinte

 

Dans l’opposition depuis dix ans, le parti Les Républicains (LR) doit désigner, lors d’un congrès le 4 décembre, celui ou celle qui le représentera. L’enquête a testé les trois principaux prétendants à l’investiture, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Michel Barnier. Entre ces trois personnalités, c’est le président des Hauts-de-France qui pourrait espérer obtenir une place qualificative : il recueillerait entre 12,3 % et 13,7 %, en tenant compte de la marge d’erreur. M. Bertrand distance ses concurrents puisque Valérie Pécresse obtiendrait entre 9,4 % et 10,6 % et Michel Barnier, entre 8,4 % et 9,6 %. A ce stade, la droite n’aurait donc pas de représentant au second tour.

 

Dans l’hypothèse – de plus en plus improbable – d’une non-candidature d’Eric Zemmour, les voix se portant sur l’un de ces trois candidats oscilleraient entre 11,3 % et 16,8 % des voix. Mais dans ces scénarios, la qualification resterait largement hors d’atteinte puisque Marine Le Pen obtiendrait entre 23,1 % et 25,9 % des suffrages, arrivant derrière Emmanuel Macron (entre 25,1 % et 29 %, selon quel candidat de droite est désigné).

 

M. Bertrand bénéficie de sondages favorables depuis plusieurs mois, appuyant même sa stratégie de désignation sur ces derniers. Il met en avant qu’il est celui autour de qui les espoirs d’une qualification au second tour sont les plus importants. Pas sûr que ce sera suffisant pour convaincre les militants LR, échaudés par son départ en 2017.

 

Seconds rôles

 

Autre enseignement de cette enquête : la droite française est dans une situation de grande faiblesse électorale. A titre de comparaison, le panel Ipsos de novembre 2016 – réalisé avant la désignation de François Fillon par une primaire ouverte – donnait des intentions de vote pour les candidats LR allant de 21 % à 36 %, selon les hypothèses. Finalement, M. Fillon finira en troisième position, avec 20,01 % des voix au soir du premier tour.

 

Mais la situation de la droite rendrait presque jalouse la gauche, qui ne parvient toujours pas à incarner une alternative crédible à Emmanuel Macron. Eparpillée en sept candidatures, rassemblant environ 28 % des suffrages, elle semble condamnée à jouer les seconds rôles. Si l’on met de côté les candidatures recueillant moins de 2 % des intentions de vote (Nathalie Arthaud pour Lutte ouvrière, Philippe Poutou pour le Nouveau Parti anticapitaliste, Fabien Roussel pour le Parti communiste et l’ancien socialiste Arnaud Montebourg), c’est Yannick Jadot qui fait la course en tête, recueillant entre 8,4 % et 10,1 %, selon les scénarios LR et avec M. Zemmour candidat.

 

C’est symboliquement important pour l’écologiste : désigné sur le fil face à Sandrine Rousseau lors d’une primaire en septembre, il dépasse aujourd’hui Jean-Luc Mélenchon (entre 7,4 % et 8,6 %). Un avantage pour M. Jadot, qui entend pousser pour un rassemblement de la gauche non mélenchoniste autour de sa candidature. Il peut être aidé en cela par les mauvais scores d’Anne Hidalgo qui ne parvient pas à trouver de dynamique, étant créditée de 4,5 % à 5,5 %.

 

Bloc d’extrême droite puissant

 

Au-delà de ces mauvais résultats, l’image des candidats de gauche est aussi désastreuse. A l’affirmation « a l’étoffe d’un président », M. Mélenchon recueille ainsi 19 % de « oui », M. Jadot et Mme Hidalgo, 16 %. Soit beaucoup moins que tous les autres candidats, Marine Le Pen et Eric Zemmour compris. En outre, ils sont 53 % des sondés à estimer que M. Mélenchon les inquiète, quand 25 % le pensent pour Yannick Jadot et 37 % pour Anne Hidalgo.

 

La gauche a, en revanche, une bonne raison de garder espoir : les deux principales préoccupations des Français rejoignent les grands axes des programmes de cette famille politique. Ainsi, le pouvoir d’achat arrive en tête (41 %, soit une augmentation de 11 points par rapport à avril) puis l’environnement (30 % contre 28 % il y a six mois). Ce sont là deux thèmes que veulent mettre en avant tous les candidats de gauche depuis plusieurs semaines, preuve que leurs propositions sont en adéquation avec les attentes d’une grande part des électeurs. Suivent des thématiques plus favorables à la droite et à l’extrême droite : l’immigration (29 %, plus 5 points) et la délinquance (27 %, stable).

 

 

Une chose est sûre : dans cette opposition fragmentée, le bloc d’extrême droite semble très puissant. Dans le cas d’une candidature Zemmour, le total extrême droite, avec Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, varie de 32,1 % à 37,5 %, selon le candidat désigné par Les Républicains. Eric Zemmour siphonne ainsi une bonne partie de l’électorat de la leader frontiste. S’il n’est pas candidat, Marine Le Pen revient à un étiage autour de 25 % des intentions de vote. Ces chiffres sont une bonne nouvelle pour les candidats nationalistes : l’un et l’autre semblent en mesure de se qualifier pour le second tour de la présidentielle. Celui ou celle qui y parviendrait pourrait donc avoir une réserve de voix très importante, offrant une dynamique inédite pour ce camp politique entre les deux tours.

 

La méthodologie retenue pour scruter les évolutions de l’opinion

 

A l’approche des échéances politiques de 2022, Le Monde, Ipsos-Sopra Steria, le Cevipof et la Fondation Jean Jaurès travailleront à nouveau ensemble pour scruter les évolutions de l’opinion.Ipsos a donc sélectionné environ 16 228 Français représentatifs de la population, soit plus de dix fois la jauge minimale. C’est le même échantillon qui sera interrogé à toutes les vagues. Jusqu’aux élections législatives de juin 2022, douze enquêtes, intégrant des intentions de vote mais aussi des analyses, seront donc publiées.

 

Nous entendons utiliser les intentions de vote comme un outil d’analyse pertinent à un instant T, qui ne remplace pas l’indispensable travail de terrain des journalistes. C’est dans cet esprit que nous avons décidé de donner ces intentions de vote avec la marge d’erreur pour chaque candidat, comme le demande la loi organique votée le 29 mars 2021. Le but est de donner l’image la plus précise des dynamiques politiques en cours, en évitant l’écueil de la course de position. Dans le même but, Le Monde ne reprendra pas au quotidien les sondages publiés par les autres médias.

 

Suivant les recommandations de la commission des sondages, nous ne diffuserons également que des hypothèses cohérentes au moment de la conception du sondage et pas des conjectures.

 

Election présidentielle 2022 : les 12 enquêtes d’opinion du « Monde »

 

A l’approche de la présidentielle et jusqu’aux élections législatives de juin 2022, Le Monde, Ipsos-Sopra Steria, le Cevipof et la Fondation Jean Jaurès travaillent ensemble pour scruter les évolutions de l’opinion. Au total, douze enquêtes, intégrant des intentions de vote mais aussi des analyses, seront publiées. Retrouvez tous nos contenus :

 

La première vague (avril 2021)

 

 

La deuxième vague (octobre 2021)

 

Boulanger, le démagogue qui fait illusion | historia.fr

La suite demain : 

 

La gauche en miettes, les gauches inconciliables font fuir les soi-disant sympathisants.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
tout fout le camp, voila t,y pas le ZEMMOUR chantre de la rectitude morale que l'on retrouve en train de se faire faire une gâterire par sa maitresse en UNE de Paris Match. Le déclin est en route!
Répondre
P
Bonjour
Au delà des péripéties, le plus inquiétant à mon sens est que, une certaine majorité du peuple français, semble attendre, comme un bébé attend son doudou, l'homme providentiel.
Nous payons ainsi très cher l'idée d'une "certaine grandeur de la France" et de son poids supposé dans le monde, las. Pas étonnant quand on voit la pyramide des âges des votants.
Mais ce mélange de trouille, de nostalgie et de repli sur son nombril est désespérant.
Ce pays (la France) est magnifique en soi, elle n'a nul besoin pour la magnifier d'une transcendance religieuse, laïque ou militaire. Les personnes qui l'habitent, quel qu'en soit leur prénom, ont toutes les qualités, compétences, énergies pour y vivre en paix en respectant tout le monde et l'environnement en sus.
L'idée de la place de la France dans le monde affronte la simple réalité démographique. Les pays du nord s'en contentent, pas nous.
Les seuls hommes providentiels dont nous avons besoin sont ceux qui sauraient faire fonctionner entre eux des groupes de citoyens(es) pour avancer dans un monde plus juste. Mais là je m'égare !
Belle journée
Répondre
P
Boulanger, Boulanger, il a dit Boulanger. C'est pas bientôt finit ces chroniques sur le monde du pain !
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents