Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 06:00

 

Le 14 novembre 1886, Louis Capazza, un Corse de 24 ans, et Alphonse Fondère, un Marseillais de 21 ans, font décoller, à 4h30 du matin, de la Plaine Saint-Michel (aujourd’hui place Jean-Jaurès) à Marseille, un ballon dirigeable, « Le Gabizos », conçu par Capazza. Cinq heures et demie plus tard, et après bien des péripéties, ils atterrissent à Appietto, en Corse. Les jeunes hommes viennent de réussir la première traversée en mer en ballon. Cet exploit leur vaut une notoriété nationale et les fait entrer dans l'histoire de l'aéronautique. Tous deux connaîtront des carrières exceptionnelles. ICI

« Quelle idée de vouloir quitter Paris pour aller vivre à Marseille ? »

 

Spaghettis à l'ail di mio cuore « D'humeur égale jusqu'à Marseille » - Le  blog de JACQUES BERTHOMEAU

 

Étonnement justifié de mes amis lorsque je leur confie que j’envisage de m’installer à Marseille.

 

Je ne leur donne pas d’explications, elles sont trop intimes, pour l’heure il ne s’agit que d’une envie, rien ne dit qu’elle se concrétisera.

 

Ma copine Claire Deville du Lapin Blanc, exilée à Bruxelles, dont la sœur habite Marseille depuis quelques années, a eu la riche idée pour mon anniversaire de m’offrir un livre : Marseille noir.

 

Marseille Noir par Fabre

 

« De la Joliette de Cédric Fabre, au Panier de Patrick Coulomb en passant par la Cayolle de Philippe Carrese, Marseille Noir est une anthologie sous forme d'errance. Une errance solaire, incandescente, poisseuse, illuminée et terrassante, d'une ville hors-norme et qui ne répond à aucune règle. Sans être un roman noir de plus, sans être non plus une histoire de gangs et de règlements de comptes bourrée de clichés, ce nouvel opus de l'excellente collection “asphalte noir” donne à voir un Marseille que l'on aime, que l'on hait, gangréné et illuminé.

 

L'“équipe” d'auteurs à l'œuvre dans ce recueil, dont les parcours et attaches à Marseille sont le fruit d'expériences propres, de vécu, de passé, de présent, donne à ce recueil de nouvelles sa consistance particulière et savoureuse.

 

Quatorze auteurs pour quatorze nouvelles et quatorze Marseille différents.

 

       

encoredunoir   15 mai 2014

 

Cela faisait un moment que l'on attendait le premier inédit français d'Asphalte. C'est chose faite avec, qui plus est, un recueil de nouvelles dans la collection emblématique de la maison d'édition. Et, pour ne rien gâcher, le livre est vraiment bon.

En effet, de tous les volumes des « Villes noires » parus jusqu'à présent, Marseille Noir est certainement celui dans lequel on sent le mieux battre le coeur de la ville. Ici, elle ne sert pas seulement de décor mais est dans la quasi-totalité des quatorze nouvelles du recueil un personnage à part entière, bienveillant et menaçant, aimé et détesté. Car ce que disent ces récits, c'est que si les habitants de Marseille, du cru depuis plusieurs générations ou nouveaux arrivants, font la ville, la ville a aussi une réelle emprise sur eux.

 

Cela commence par une partie consacrée aux « mythologies » marseillaises, en particulier la tradition du crime plus ou moins – et quand même souvent moins – organisé. Cela continue avec un bouquet de nouvelles regroupées dans un chapitre « Errances » qui voit des personnages comme perdus dans une ville qui tient au moins autant du refuge que du cul-de-sac, avant de passer à l'inévitable « Sale et rebelle » dans lequel les récits montrent bien comment la ville, entité supérieure douée de [dé]raison, façonne ceux qui y vivent, y compris, nous dit la quatrième et ultime partie, « Toujours en partance », lorsqu'ils ne font qu'y passer.

 

C'est le jeu, bien entendu, on ne peut mettre sur un pied d'égalité toutes les nouvelles réunies par Cédric Fabre. Certaines apparaissent plus accrocheuses et/ou plus profondes que d'autres, mais il n'en demeure pas moins que l'on se trouve là face à un ensemble extrêmement cohérent. Les éditrices ont eu le nez fin en optant pour Marseille à l'occasion de ce premier recueil totalement inédit, la ville la plus susceptible de leur fournir une matière d'une telle qualité en terme de noir. ICI 

 

LE DIRIGEABLE, Marseille - Restaurant Avis & Photos - Tripadvisor

 

Pages 187-188 Serge Scotto, Verts légèrement grisés.

 

« Par crainte de s’aventurer plus loin et par flemme de cuisiner, Maurice déjeune depuis l’autre nuit au Dirigeable, un kiosque à sandwiches sis au cœur de la place. Parmi les crevards qui font la queue en attendant leur baguette farcie de boulettes en sauce, combien savent que le modeste établissement de planches doit son étrange appellation au décollage, ici-même, d’un ballon ascensionnel qui, pour la première fois, a traversé la Méditerranée, en 1886 ? Le jeune homme l’a appris en se retournant sur une nana et en levant les yeux par hasard sur l’aérostèle qui orne le mur du vieux bâtiment de la poste et que personne ne remarque plus.

 

« Marseille est la plus vieille ville d’Europe, mais qui paraîtrait ne pas avoir d’histoire… Depuis deux mille six cents ans en travaux, sans qu’on y ait jamais rien vu de fini convenablement ou de construit durablement ! Qui ne possède même pas un centre-ville historique, comme on en trouve dans la moindre sous-préfecture de province ! Il y a chez les Ricains, nos cousins du Nouveau Monde, des maisons plus anciennes qu’à Marseille. Qui en permanence s’autodétruit plutôt qu’elle ne se construit, sans le moindre respect pour ses vieilles pierres. Car Marseille ne prend pas soin d’elle-même, gouvernée depuis toujours par une noblesse commerçante tout à ses affaires et qui la méprise, elle et son petit peuple venu des sept mers, échoué là en quête d’un ailleurs meilleur. Et lorsque par malheur on y découvre des vestiges grecs ou romains, ce qui arrive à chaque coup de pioche, on n’a qu’une hâte : les ensevelir histoire de ne pas retarder le chantier. Sinon, la cité phocéenne pourrait vivre longtemps du tourisme de l’antique, comme à Pompéi… Mais ici les bétonnières tournent comme des tambours de machines à laver, qui servent surtout à blanchir du pognon.

 

 

À Marseille, Macron présente son plan “Marseille en grand” | Le HuffPost

Partager cet article
Repost0

commentaires

thomas 04/09/2021 11:50

c'étair à la Beaujoire il y a une trentaine d'année. j'avais emmené mon fils voir Nantes Marseille fils voir Nantes Marseille. non était du côté de la cage aux supporters marseillais. A UNE QUARANTAINE DE Mètres.quand même. 5 minutes plus tard une bouteille de mousseux (8 bars de pression) volait par dessus le filet et explosait non loin des gamins qui jouaient sur les travées!. L'aristocratie marseillaise venait de s'exprimer. depuis qu'ils crèvent ces connards!

pax 04/09/2021 07:28

Ca c’est une idée qu’elle est bonne ! La mouche du coche pourrait plus aisément visiter un Taulier sur la route de Collioure par un léger détour que de prendre un TGV pour gagner Paris. Sans oublier une visite à La Mercerie 9, cours Saint-Louis – Marseille (Ier) dont ce veinard de Taulier nous dit dans sa chronique du 01/09/20 « Mon meilleur dîner depuis des lustres m’a fait chavirer, extase, épectase… » J’adore Marseille. Mon épouse et moi avions envisagé l’achat d’un petit pied à terre pour la retraite. Les prix, à l’époque, s’étaient effondrés, même sur le Vieux Port. Un riche industriel Strasbourgeois avait acheté la moitié de la rue de La République coté soleil pour revendre les immeubles par appartement comme c’était la mode en ce temps là. (Aujourd’hui, il s’emmerde sur son yacht) C’est le mistral qui nous a fait renoncer. J’avais déjà fait connaissance avec lui, un jour en remontant le Rhône sur le chemin de halage coté Roquemaure (Lieu de naissance de « Minuit Chrétien » d’être contraint de marcher en avant avec une inclinaison qui, sans le mistral, nous aurait fait tomber. On n’entendait pas le gravier crisser sous nos pas ! (Finalement on a atterri à Collioure ou la Tramontane, chantée par Brassens, nous a paru moins violente !?). Il me semble plus difficile de dire pourquoi j’adore Marseille que ceux qui, baah ! , vous disent le mal qu’ils pensent de cette ville. En essayant je choisirai de dire que, pour moi, Marseille est la seule ville vivante de France. Et pourtant Dieu sait que j’aime tout notre pays de Hénin-Liétard, à Rethel – capitale du boudin Blanc (IGP). Bien sur que je vais acheter et lire ce bouquin. Je rappel aussi, à chaque fois qu’il est question de Marseille je rappel qu’il existe dans La Série Noire trois fabuleux polars de Jean Claude Izzo : « Total Kheops – Shourmo et Solea ». Si je peux me permettre, l’auteur est reconnu au nivaux européen. Surtout en Italie ou des fans se rendent à Marseille en suivant un itinéraire Izzo : ils visitent les lieux où se déroulent les romans, refont le parcours des personnages ... C’est ce que nous avions fait lors de notre séjours marseillais de 1995 date de parution de Total Khéops (Certains cafetiers étaient tout étonnés de voir leur établissement et parfois leur tronche figurés dans le bouquin)
So long’
Et comme souvent en France tout se termine en chanson
Paroles de la chanson Tais-toi Marseille par Colette Renard
Un jour les voyous de Marseille
M'ont fait goûter à leurs bouteilles
Au fond d'un bistrot mal famé
Où j'attendais de m'embarquer
Ils m'ont raconté leurs voyages
Et de bastringue en bastingage
Ils m'ont saoulé de tant de bruit
Que je ne suis jamais parti

Marseille
Tais-toi Marseille
Tu cries trop fort
Je n'entends pas claquer
Ses voiles dans le port

Je vais lire devant les agences
Les noms des bateaux en partance
C'est fou, je connais leurs chemins
Mieux que les lignes de ma main
Adieu les amours en gondole
Les nuits de Chine, les acropoles
La terre de France à mes souliers
C'est comme des fers bien verrouillés

Marseille
Tais-toi Marseille
Tu cries trop fort
Je n'entends pas claquer
Ses voiles dans le port

Je vends mon histoire aux touristes :
On fait des sous quand on est triste...
Les escudos et les dollars
Rien de meilleur pour le cafard
Pourtant j'ai toujours dans ma poche,
Un vieux billet qui s'effiloche
C'est tout mon rêve abandonné...
Je n'ose pas le déchirer

Marseille
Tais-toi Marseille
Tu cries trop fort
Je n'entends pas claquer
Ses voiles dans le port

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Hubert de Boüard à la barre !
    Philippe Castéja (à g.) et Hubert de Boüard, à l’ouverture du procès, le lundi 20 septembre 2021 à Bordeaux. © Crédit photo : Guillaume Bonnaud / SUD OUEST En raison de l’actualité judiciaire d’Hubert, Ciné Papy du mercredi est repoussé à demain jeudi. Hubert...
  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...