Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2021 3 11 /08 /août /2021 06:00

Les nouvelles règles de l'espionnage | Le Devoir

 

C’est une histoire inspirée de l’Histoire :

 

Francis Gary Powers

 

En 1962, les Soviétiques proposent un marché aux Américains : Rudolf Abel, considéré comme un héros en Union soviétique - son visage sera plus tard immortalisé sur des timbres en Russie - pourrait être échangé contre Francis Gary Powers. C'est le même James B. Donovan qui va mener les négociations avec les Soviétiques, aux côtés de l'avocat de la CIA, Milan C. Miskovsky. Pour libérer Abel, il faut aussi l'intervention du président John Fitzgerald Kennedy, qui commue la peine de prison infligée à l'espion.

 

William Fisher (espion) — Wikipédia

 

Le pont aux espions

 

Potsdam le pont des espions - Photo de Visites Guidees Jean-Erick Guitard,  Berlin - Tripadvisor

 

L'échange se déroulera sur le pont de Glienicke, surnommé le "pont aux espions", reliant Berlin Ouest à l'Allemagne de l'Est. Le 10 février 1962, Rudolf Abel est "troqué" contre Francis Gary Powers et un étudiant américain, Frederic Pryor, emprisonné en Allemagne de l'Est depuis août 1961.

 

Aujourd’hui c’est « Le pont des espions » (2015)

 

Achat Le Pont des Espions en DVD - AlloCiné

 

Pourquoi ce film

 

Parce que c’est un excellent film classé assez haut dans les justifications alambiquées des films préférés de Ciné papy et que cela devrait suffire. Mais aussi parce que ce film illustre assez bien la chronique du Taulier du 18 juin 2021.

 

Et puis, il y a Tom Hanks qui fait plus que son petit bonhomme de chemin au firmament des stars, et cela en toute discrétion.

 

Le sujet

 

C’est un « biopic » c’est à dire un film illustrant la vie ou un moment de la vie d’un individu.

 

Il s’agit du tournant de carrière de l’avocat d’affaire James B.Donovan que son sens profond de la justice amène à préférer les êtres humains plus que les honoraires aussi pharamineux que juteux des grands cabinets d’avocats américains. Du temps ou le monde était plus simple et ou Cinépapy, essayait de s’adapter, on disait film d’espionnage

 

Quelle est l’histoire ?

 

Rudolph Abel, espion soviétique, vient d’être découvert et arrêté par le FBI. Il doit passer en jugement et sa condamnation à mort ne fait pas de doute. Il doit cependant avoir un procès apparemment équitable. C’est Donovan qui s’y colle.

 

Commence alors les embêtements. Campagne de presse déchainée contre ce « communiste » cet «  anti américain ». Les violences s’amplifient, avec menace de mort pour lui et sa famille, attaque armée de sa résidence. Donovan fait face.

 

La défense d’Abel est radicale. Donovan refuse catégoriquement de livrer à la CIA le contenu de ses entretiens avec son client.

 

Comme de bien entendu Abel est condamné à mort. Subtilement Donovan obtient, par ses démarches, que la sanction soit commuée en prison à vie avec un argument suprême. Il s’agit de garder une poire pour la soif, car soyez assuré, un des nôtres ne tardera pas à être découvert.

 

Avec l’affaire de l’avion espion U-2 de la CIA, le pilote Gary Powers dont l’avion a été abattu est fait prisonnier. Donovan sur instruction de la CIA part pour Berlin en vue de voir ce qui peut être fait en matière d’échange. Lorsqu’il arrive sur place les soviétiques et la RDA sont en train d'ériger le mur. À cette occasion, un étudiant américain, au mauvais endroit au mauvais moment, est arrêté en Allemagne de l'Est.

 

Donovan, à l'ambassade d'URSS, le KGB lui présente le procureur général de la RDA lequel lui indique être disposé à échanger Prior contre Abel. La RDA est à la recherche d’une reconnaissance internationale. Il espère ainsi, dans les faits, obtenir cette reconnaissance de l'existence de la RDA parmi les nations.

 

La CIA, n'a rien à faire de Prior, et insiste pour que Donovan se consacre uniquement à l'échange Abel contre Powers. Donovan s’entête et obtient, avec le concours plein d’humanité d’ Abel l’échange de deux contre un sans que la RDA y gagne quoi que ce soit

A son retour aux États Unis l’avocat est reconnu officiellement comme l’agent organisateur de cet échange. Il est alors, fêté comme tel.

 

Réalisation

 

C’est Steven Spielberg qui s’y colle. On ne présente plus ce réalisateur de grand talent comme le montre la liste de ses succès. C’est avant tout un faiseur de film à la recette éprouvée mais sans la moindre parcelle de génie. Il maîtrise à fond les effets spéciaux. C'est un excellent artisan mais sans plus. Au contraire, avec Spielberg, disparaît le cinéma d'auteur au profit du cinéma de studios et/ou producteurs. Il est « le Roi » du divertissement mot qui traduit mal le concept américain de « l’Entertainment » Il est reconnu comme tel par la profession. II sait apprécier ce qui va plaire au public. Par les mêmes « professionnels de la profession » comme rigolait  Godard, Steven Spielberg « est régulièrement cité comme le meilleur représentant de l'industrie cinématographique hollywoodienne dont il a promu, sur le plan mondial, l'efficacité technique, la science du grand spectacle et le pouvoir illusionniste. » selon Wikipédia

 

Ses « produits » sont prémâchés, prêt à consommer. Une fois visionné et dehors, seule se pose la question de savoir comment c’est fait. On ne rêve quasiment pas à ce qui a été montré. Chapeau pour les dinosaures de jurassique Park mais il me semble que l’utilisation des Varans de Komodo dans Le « Voyage au centre de la Terre » (1959) avec James Mason prête plus à la rêverie. Dans le même ordre d’idée, me plait plus les scènes du Berlin et du Check P

 

Avec les effets spéciaux spielbergien on est loin de Marcel Pagnol qui trouvant ses équipes bloquées leur administra une leçon de simplicité. On avait besoin d’un « ciel étoilé » et les idées les plus saugrenues fusaient sans convaincre personne. Derrière une grande toile tendue Pagnol fit installer un projecteur et avec un poinçon commença à percer la toile de trous de différentes tailles. Et voilà dit-il et c’est ce « ciel étoilé » qui fut utilisé.

 

Spielberg a enterré les films d’auteurs. Ciné papy y reviendra, c’est sûr. Mais l’enterrement n’est pas total ni définitif comme le montre, tous les jours encore, des « petits films » au succès plus que d’estime et, on l’aura compris qui ont ma préférence

 

 

Qui fait quoi

 

Tom Hanks :

 

Le Pont des Espions: un extrait inédit du nouveau Spielberg

 

Il est James B. Donovan. Là encore on ne présente plus cet immense acteur prolifique, profondément humain avec une carrière jonchée de succès. Il est deux fois oscarisé et il reçut nombreuses fois d’autres récompenses. Il est, entre autre, l’acteur fétiche de Spielberg et n’en perd pas son âme pour autant.

 

Mark Rylance :

 

Le pont des espions : la véritable histoire qui a inspir�... - Télé Star

 

Il est Rudolf Abel. Je ne connais pas cet acteur mais il est sacrément convaincant dans son interprétation. Quand je pense au film je ne peux dissocier Hanks de Rylance. Il y a d’autres acteurs inconnus de Ciné papy dans ce film. Par exemple celui qui tient le rôle de l’agent brouillon de la CIA, totalement dépassé par ce qui se passe et qui n’a qu’une hâte c’est d’en finir. Le rôle est marquant, l’acteur moins, désolé pour lui.

 

Temps forts et remarques

 

Les dialogues pleins de complicité entre Donovan et Abel ponctué de « Moujiks »

 

Les interrogations récurrentes d’Abel en guise de réponses à Donovan : «  Pourquoi, ce serait mieux ? »

 

La solidarité que montre Abel qui, à quelques minutes d’être échangé, à l’égard des exigences de Donovan qui, au grand dam de la Cia, ne procédera à l’échange qu’après la certitude que le jeune otage occidental de la RDA soit également à nouveau à Berlin Ouest

 

Le « minuscule » Abel par rapport à Powers caricature du jeune, sain et fort Américain blanc, gendre rêvé pour toutes « bonnes » mère américaine. Alors Monsieur Spielberg on distille sa propagande ?

 

 

Pax

 

Prochainement « Le Roi de Cœur »

 

 

Le livre qui a inspiré Le Pont des espions | historia.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 11/08/2021 17:27

Commentaire qui n'a rien à voir, ou presque.
Pour ceux qui sont en vacances , Arte, tous les débuts d'après midi passe " Un homme pour l'éternité " * pour ceux qui ne sont pas en vacances, double raison d'en profiter
* A vos fiches camarades, sinon à quoi ça sert que le gros y se décarcasse ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Hubert de Boüard à la barre !
    Philippe Castéja (à g.) et Hubert de Boüard, à l’ouverture du procès, le lundi 20 septembre 2021 à Bordeaux. © Crédit photo : Guillaume Bonnaud / SUD OUEST En raison de l’actualité judiciaire d’Hubert, Ciné Papy du mercredi est repoussé à demain jeudi. Hubert...
  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...