Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 06:00

 

Vincent Van Gogh : les Mangeurs de pommes de terre 

Cette chronique de JP Géné est dédiée à ma petite patate chérie.

 

Quel beau titre !

 

Qui était JP Géné ?

 

photo-jpg-3.jpg

 

16 novembre 2010

JP Géné, traçabilité, l’esprit du Libé des origines, pour le « quatre heures » il y avait toujours du mauvais saucisson, de la Vache qui rit et un verre de piquette mouillé d’eau ICI  

 

« Fin 1974, je suis entré à Libération. J’y suis resté jusqu’en 1995 avec une parenthèse de 1981 à 1985. J’y ai vécu les plus belles années de ma vie de journaliste. Plusieurs se sont essayés à raconter la naissance et le succès de ce journal, privilégiant rapport de force, querelles idéologiques ou rivalités personnelles mais négligeant l’essentiel : Libé c’était le bordel le plus total où tout était possible. »

 

JP Géné, non daté

 

Mort de J.P. Géné, critique gastronomique du « Monde » depuis 2004 ICI 

 

Le chroniqueur glotte-trotteur était un adversaire acharné de la malbouffe, et un défenseur de la dépénalisation du cannabis.

Par Bruno Philip

Publié le 23 mars 2017 

 

« Ne soyons pas esclaves de nos sens ! », répétait comme un mantra Jean-Paul Généraux – qui se serait offusqué que l’on puisse l’appeler autrement que par son surnom de toujours : Géné. Il n’est pas anodin que cette affirmation énoncée comme une injonction soit l’une des premières qui viennent à l’esprit à l’heure où vient de filer à l’anglaise, entre la poire et le fromage – et sans demander l’addition –, ce chroniqueur gastronomique, par ailleurs singulier représentant de l’espèce bien plus vaste des plumitifs-globes-trotteurs-omnivores.

 

Affolé par les gémissements de l’intime, Géné aura refusé jusqu’au bout de céder à la tendance de l’apitoiement sur soi. Toujours au nom de sa fameuse allergie à se laisser aller à l’émotion : « les sens », donc. Il vient ainsi de faire une sortie discrète, attendant presque l’ultime moment pour révéler à ses confrères du Monde et à ses amis du deuxième cercle l’implacable avancement d’une maladie sans rémission. C’est dire que, décidément, s’il cédait volontiers à ses « sens », question bonne chère, il n’était pas question pour lui de se laisser circonscrire par le pire des sens : celui de l’impudeur. La suite ICI

 

Revenons à la « Mata-Hari du tubercule » 

 

Tableau sur toile Vincent van Gogh - Pommes de terre dans un plat jaune •  Pixers® - Nous vivons pour changer

 

JP.Géné présentait Le Dictionnaire littéraire et érotiques des fruits et légumes de Jean­-Luc  Hennig Albin Michel, 1994

 

Amazon.fr - Dictionnaire littéraire et érotique des fruits et légumes -  Hennig, Jean-Luc - Livres

 

Pour Hennig « La pomme de terre a tous les vices… soit qu’elle est voulu jouer la Mata Hari de la tubercule, soit que décidément elle fut trop moche, trop fade ou trop dangereuse… elle eut toujours le chic pour se faire prendre pour une autre, si bien qu’on l’appela tantôt Petite Truffe (L’Écluse 1588), tantôt Petite Patate ( par confusion avec la patate douce, la Convolvulus Batata de Linné, qui n’a rien à voir. Et il fallut attendre, en France, le milieu du XVIIIe siècle pour qu’enfin on sache à qui l’on avait affaire. La pomme de terre, c’est-à-dire quelque chose d’aussi affreux, mais elle acceptait d’être ce qu’elle était. Et c’est déjà beaucoup. »

 

Jean-Luc Hennig ne manque pas de secours dans la littérature pour dresser son réquisitoire :

 

«  C’est un manger fade, insipide et fort à charge dans l’estomac, mais il a un certain goût qui plaît à ses amateurs ; que peut-on objecter contre ? » (L’École du jardin potager, 1749)

 

« On reproche avec raison à la pomme de terre d’être venteuse : mais qu’est-ce que les vents pour les organes vigoureux des paysans et des manœuvres ? » (Venel dans l’Encyclopédie, 1765)

 

« La pomme de terre est singeuse »

 

La mauvaise ambiance qui entoure le mot patate  ne lui évidemment pas échappé. Femme habillée comme un sac de patate, être dans la purée, « la merde étant ce qu’on pourrait appeler le dernier état du bouilli de pomme de terre ».

 

Patate bouillie !

 

Finalement, la pomme de terre trouvera une issue de secours en quittant le bouilli pour se livrer à la friture. « L’immense chance de la frite c’est sa fermeté, car la frite ragaillardit la pomme de terre. Elle la virilise. Estar frito en espagnol signifie précisément être excité sexuellement, c’est avoir la frétillante. Et  puis la frite chatouille aussi le palais gourmand : c’est un mot apparenté au friand, à la fricassée, au fricot, au fricandeau ainsi qu’au fric qui fait oublier la triste purée. Bref, la frite a sauvé la pomme de terre de la débâcle du bouilli. »

 

6a00d8341c75a253ef012876669b0a970c-500wi.jpg

 

15 mai 2012

Le succès de la pomme frite doit beaucoup plus à l’huile d’arachide qu’aux belges et aux français : un pot tavernier avec mon cornet! ICI

 

Des frites de McDonald's

 

Découvrez les 19 ingrédients que contiennent les frites de McDonald’s ICI 

Deux paysans plantant des pommes de terre de Vincent van Gogh -  Reproduction d'art haut de gammeFichier:Millet-les-planteurs-de-pommes-de-terre.jpg — Wikipédia

Partager cet article
Repost0

commentaires

rbmalherbe 28/07/2021 15:19

À propos de GÉNÉ, vous reprenez le texte du Monde, en écrivant : "bouffeur de curés". Est-ce en connaissance de cause ? Le CURÉ NANTAIS fait l'unanimité : être invité à la table du curé ou "bouffer du curé" ? Par ailleurs, GÉNÉ nous fit connaître la recette du "foie gras minute" faite au micro-onde. C'est simple et finalement plus simple à réussir qu'une cuisson au four... Remettez-nous cela !

pierre 27/07/2021 09:00

et chez qui J.P Géné a-t-il fait sa première chronique? je vous le demande; chez Maximin* alors au Négresco, timide et très sympa (pas Maximin!)
*un sacré farceur! c'est pas H Gault qui m"aurait contredit

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Hubert de Boüard à la barre !
    Philippe Castéja (à g.) et Hubert de Boüard, à l’ouverture du procès, le lundi 20 septembre 2021 à Bordeaux. © Crédit photo : Guillaume Bonnaud / SUD OUEST En raison de l’actualité judiciaire d’Hubert, Ciné Papy du mercredi est repoussé à demain jeudi. Hubert...
  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...