Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 06:00

Rebelles

J’entre en concurrence frontale avec Ciné Papy mais il me donnera sans problème l’absolution puisque dans le trio des 3 nanas y’a sa chouchoute Cécile de France.

 

Achat Rebelles en DVD - AlloCiné

 

Le film  passe le 12 juillet sur Ciné+émotion. ICI 

 

Sandra (Cécile de France) est de retour à Boulogne-sur-Mer. Il s’agit d’un échec qui la voit retourner chez sa mère qui vit dans un mobile-home. Son titre de Miss Nord-Pas-de-Calais (qui date de 2005) lui avait peut-être un peu monté à la tête. Sandra pensait vivre la belle vie sur la Côte d’Azur où elle avait suivi un homme. Le retour à la réalité est difficile à vivre : pas d’autre boulot qu’à la conserverie locale où elle va mettre des maquereaux en boîte à la chaîne.

 

Yolande Moreau et Audrey Lamy complètent avec fraîcheur ce trio de bras cassés, les trois comédiennes jouent une partition parfaite. Les trois filles se lient d'amitié, Marylin et Sandra se connaissant du lycée, et se retrouvent vite fait et malgré elles embarquées dans une histoire de meurtre, drogue et gros sous.

 

Rebelles», le «Boulogne-sur-Mer version Kill Bill», dernier film à voir  gratuitement sur Canal+

 

Moi j’ai aimé, c’est trash, caustique, bien sûr ça ne chalute pas dans la finesse et le bon goût, mais contrairement à ce que pensent les deux critiques féminines du Monde (1) et (2) de Télérama, « les dialogues où fleurissent grossièretés et vulgarités, révélatrices d’un certain laisser-aller dû aux conditions d’existence peu reluisantes. Sous couvert d’une comédie policière, Allan Mauduit livre donc également une fable sociale qui permet de donner quelques pistes de réflexion sur les causes et conséquences de l’état de notre société. »

 

Un des points positifs de ce film est la description du milieu des ouvriers qui survivent tant bien que mal à Boulogne-sur-Mer. Les femmes qui travaillent à la conserverie (dont l’origine remonte à 1959), sont presque des privilégiées, puisqu’elles ont un emploi. Bien-sûr, elles gagnent trois fois rien et elles éprouvent les pires difficultés pour maintenir le ménage à flot, entre maris absents ou sans emploi et enfants en manque de repères à qui elles ne savent pas toujours dire non malgré les difficultés financières (refrain un peu vain « Ça va aller »). Dans ces conditions, une vie familiale équilibrée relève de l’improbable. Le scénario en joue habilement.

 

Mais tout cela va plus loin et explose littéralement avec la découverte par ce trio infernal, d’un beau paquet de billets de banque qui leur tombe du ciel. Un magot qui va jouer les révélateurs et les placer dans des situations dangereuses auxquelles elles feront face avec leurs personnalités (grande gueule, culot, opportunisme, organisation personnelle, etc.). Quand on vit de trois fois rien, comment résister aux perspectives qu’offre une telle somme ? On notera au passage qu’à des degrés divers, la même tentation titille bien d’autres personnages de cette comédie... »

 

(1) ICI 

 

(2) ICI 

 

Source Critique publiée par Electron le 6 mai 2019 ICI

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 10/07/2021 19:58

* pour le commentaire ci dessous.
Il a été écrit dans le respect des limitations de vitesse. Mais entre deux manipulation de changement de vitesse pour s"adapter aux panneaux qui décorent nos voies de circulation, il n'a pas été envoyé.
Tout ça pour dire que si vous voyez ou lisez le nom Eric Neuhoff, allez y sans crainte. Un bon moment est assuré. Cet écrivain est passionné de jazz, de Frank Sinatra et puisque l'actualité est aux vacances, a commis un petit ouvrage en 2017 " Costa Brava " qui rappellera quelques souvenir à ceux qui passèrent des vacances familiales en Espagne avant de voir Benidorm transformée en Frankfurt sur mer.

Rmalherbe 10/07/2021 09:49

N'est pas Ken Loach qui veut.

pax 10/07/2021 07:40

.Le 12 juillet Cinépapy sera de retour à Collioure après être remonté en Alsace pour voter.
Il était temps. D’en changer surtout car la pluie romantique ca va un temps mais trois semaines en continu ! Avec de l’humidité et du froid à envisager de rallumer le chauffage en se rappelant, à temps, que le meilleur chauffage d’appoint s’appel pullover
C’est bien fait pour sa gueule. A t’on idée d’être fidèle à de vains principes. Voter c’est d’un ringard aujourd’hui !
Tout cela pour dire que pas de « Rebelles » pour moi en l’absence de télévision à Collioure.
C’est indispensable pour un cinéphage qui peut ainsi rattraper un retard de lecture.
Dommage ce pendant car, au moment d’écrire ce commentaire, je n’ai pas souvenir de Cécile de France dans un rôle de brune. Dommage aussi pour Yolande Moreau si fine et subtile comédienne qui a su rebondir après ses prestations typées dans la série des Deschiens de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff.
Ce sera pour une autre fois. En tous les cas, merci Taulier pour ces invites régulières à nous faire partager ce qui te fait, comme dit Aragon, le cœur content.
Bon en route, je quitte l’étape sommaire de Limas pour traverser le Massif Central afin d’échapper aux rougeurs annoncées par Bison futé.
So long’

P.S J'aime les critiques cinématographiques de journalistes. Surtout dans des titres tels que le Monde et/ou Télérama. Cet esprit de sérieux est sans intérêt. Ou est le temps des critiques de Jean de Baroncelli (ancien cinéaste lui même). C'est quand on ne fait pas profession de critique que l'on dit des choses intéressantes et un vrai point de vue original.
Voir la critique du dernier film de Paul Verhoeven " Benedetta " exécuté avec un humour ravageur par Eric Neuhoff *dans le Figaro du 9 juillet.
Les critiques du Canard Enchainé sont un régal. Courtes elles se rangent en catégories : film que l'on peut voir, que l'on peut voir à la rigueur, que l'on peut revoir et enfin que l'on peut ne pas voir. Jeune homme je les découpais et les collais dans de grand cahier. C’est avec elles que j’ai vu des films de Robert Enrico ou José Giovanni avec Lino Ventura entre autre que l’on peut revoir en ce moment sur la TNT ( En vrac : Tante Zita,Le Rapace, Dernier domicile connu, Le ruffian, le Gitan etc. – Cinépapy aura l’occasion d’y revenir soyez en sur)
Aujourd’hui je les lis en diagonale. Elles sont toujours aussi intéressantes mais c’est le cinéma d’aujourd’hui qui ,pour moi, n’a pas le charme d’antan.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents