Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 06:00

 

« Rien n’est sale quand on s’aime », fera dire Clouzot à l’un des personnages de son film Manon. Dans Quai des Orfèvres, déjà, tout poisse, s’encrasse, sauf l’amour, qu’il soit filial, conjugal ou lesbien.

 

Ce film est né dans l’année qui précède ma naissance, 1947, je pense l’avoir vu dans le cadre de Ciné-Culture.

 

https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/c409aedd-80cd-4b9d-9fe9-ea4a843cb9c0_2.jpg

 

Aujourd’hui c’est « Quai des Orfèvres »

 

Attention, chef d’œuvre !

 

C’est le moment de rappeler que « Ciné papy » ce n’est que des coups de cœur d’un amateur de cinéma, cinéphage par ailleurs plus que sage cinéphile.

 

C’est donc avec beaucoup de modestie que cette œuvre va être abordée et tenter de vous expliquer ce qu’elle a de magique. Exercice d’autant périlleux qu’il ne faudrait pas moins de trois fiches pour vous en parler.

 

Pourquoi ce film ?

 

Parce que, comme dirait Fabrice Luchini, c’est du lourd. Du très lourd au regard de tous ceux qui de près ou de loin ont participé à ce film. Les divers renvois que permet cette richesse montrent ce que fut l’histoire du cinéma français pendant la deuxième guerre mondiale.

 

Mais voir aussi en fin de fiche

 

Quelle est l’histoire ?

 

Il s’agit d’un roman policier dont l’intrigue est particulièrement alambiquée. Clouzot traite cela avec brio et en profite pour dresser le tableau d’un monde artistique de cabaret et une vie de policier d’une tristesse affligeante. C’est Louis Jouvet qui mène l’enquête qui s’avère ardue en raisons des mensonges des uns et des autres, soit pour protéger quelqu’un, soit pour dissimuler quelque chose comme, par exemple, la chanteuse Suzy Delair qui n’a rien à se reprocher sauf d’avoir été sur le lieux du crime et qui craint la jalousie de son pianiste accompagnateur de mari, Bernard Blier. Il faut souligner l’humanité dont fait preuve Louis Jouvet, tout au long de l’enquête, jusqu’à sa conclusion

 

Source

 

 

C’est le roman « Légitime Défense » de Stanislas-André Steeman. C’est, entre autre, un auteur belge de roman policier à succès. Il a créé le personnage de Monsieur Wens, surnom de Wenceslas Vorobeïtchik, détective privé dont les aventures seront portées sept fois à l’écran dont « L’assassin habite au 21 » (1942) adapté et mis en scène par Clouzot avec dans le rôle de Monsieur Wens le grand Pierre Fresnay dont on ne peut oublier la très élégante interprétation dans « La grande illusion » (1937) de Jean Renoir , du capitaine de Boëldieu,  un aristocrate fier et nostalgique . Nous aurons l’occasion d’y revenir.

 

Réalisation

 

Henri-Georges Clouzot est à la mise en scène. C’est quelqu’un d’important dans l’histoire du cinéma français. Son pessimisme le porte vers le film noir Ses films n’ont jamais laissé indifférents.  « Le Salaire de la peur »(1952) et « Les Diaboliques »(1952), sont placés par la critique au nombre des plus grands films des années 1950.

 

Le Salaire de la peur a remporté les trois récompenses suprêmes des principaux festivals européens à savoir le Lion d'or, la Palme d'or et l'Ours d'or. Honneur qu’il partage avec deux autres cinéastes seulement, Michelangelo Antonioni et Robert Altman. C’est dire  l’importance du bonhomme. Le suspens distillé dans ses films le qualifiera d’ « Hitchcock français »

Chroniques du Cinéphile Stakhanoviste: Quai des Orfèvres - Henri-Georges  Clouzot (1947)

 

Qui fait quoi

 

Louis Jouvet : l'inspecteur Principal-Adjoint Antoine

 

Simone Renant : Dora Monnier, la photographe

 

Bernard Blier : Maurice Martineau, le mari de Jenny

 

Suzy Delair : Marguerite Chauffonnier dite Jenny Lamour, la femme de Maurice

 

Pierre Larquey : Émile Lefort, le taxi

 

Jeanne Fusier-Gir : Paquerette, la dame du vestiaire de l'Eden

 

Claudine Dupuis : Manon, la prostituée sous les verrous

 

Charles Dullin : Georges Brignon, l'homme d'affaires

 

Henri Arius : Léopardi, auteur compositeur

 

Charles Blavette : Poitevin, l'employé de la SNCF

 

René Blancard : le commissaire divisionnaire chef de la Brigade Criminelle

 

Robert Dalban : Paulo, ferrailleur et mauvais garçon

 

Jean Daurand : l'inspecteur Picard

 

Jean Dunot : Nitram, le chanteur comique qui répète

 

Jacques Grétillat : Auguste, de l'agence artistique

 

Gilberte Géniat : Mme Beauvoir, la concierge

 

Gabriel Gobin ou Gabriel Gobain : le patron du café

 

François Joux : l'officier de police Faillard

 

Léo Lapara : l'inspecteur Marchetti

 

Henri Niel : l'inspecteur à la dinde de Noël

 

André Numès Fils : l'inspecteur comptable

 

G. Peran ou Claude Peran : le magicien de Médrano

 

Annette Poivre : Madeleine, la standardiste

 

Georges Pally : Poiret, le régisseur de l'Eden

 

Fernand René : Mareuil, le directeur de l'Eden

 

Jean Sinoël : le vieux journaliste

 

Raymond Bussières : Albert, le truand arrêté

​​​​​​​

Bob Ingarao : un inspecteur (non crédité)

 

Il n’est pas question de vous les présenter les uns après les autres. Les petits curieux peuvent aller sur interlope pour plus de renseignement si nécessaire.

 

Par exemple Dora Doll, nom à la connotation américaine. On découvre une carrière importante et méconnue aujourd’hui, même de vieux Ciné papy.

 

Les plus anciens reconnaîtront des acteurs encore connus comme Pierre Larquey qui tient un rôle important dans « Le Corbeau » grand film également réalisé par Clouzot. Mais aussi Raymond Bussières ou encore Robert Dalban que tous les amateurs de cinéma, y compris les jeunes connaissent pour sa participation dans ce monument qu’est le film « Les Tontons flingueurs » de Georges Lautner, (pour la petite histoire, fils de Jeanne Fusier-Gir)

 

Je laisse à une autre fois l’occasion de parler de Louis Jouvet qu’on ne présente plus ou de Charles Dullin grand acteur de théâtre ou enfin de Bernard Blier qui commençait une très longue carrière.

 

Si contrairement à une annonce du début des fiches j’impose au lecteur cet impressionnant casting c’est pour attirer l’attention sur ce que l’on pourrait, non sans un certain mépris, parler de second rôle. Quand on aime le cinéma et les acteurs ont ne peut que souscrire à ce que rapporte Dominique Zardi, un des plus constants seconds rôles du cinéma français et plus particulièrement de Claude Chabrol. Le petit aux cheveux ras pour ne pas dire rasés, c’est lui.

 

Il nous dit : « Vous savez, dans le gigot, ce qui est bon, c'est pas la viande, c'est les pointes d'ail. C'est pas moi qui dit ça, c'est Raimu » Lequel Raimu précisait souvent : « Il n'y aurait pas de grands acteurs sans de grands seconds rôles"

 

C’est toujours un plaisir de les retrouver dans l’un ou l’autre film.

 

Mention aussi pour les costumes de Jacques Fath grand couturier de l’immédiat après-guerre.

 

 

Temps forts

 

Photo de Simone Renant - Quai des Orfèvres : Photo Simone Renant, Suzy  Delair - AlloCiné

 

La remarque de Louis Jouvet à Simone Renant, la photographe Dora Monnier amoureuse de Suzy Delair.

 

            «Dans le fond, vous êtes un type dans mon genre, vous n’avez pas de chance avec les   femmes.»

 

Rien que pour cela j’idolâtre « Quai des Orfèvres ». Clouzot dialoguiste de ce film, montre qu’il n’était pas qu’un simple metteur en scène

 

Pax

 

Prochainement « Un dimanche comme les autres »

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Cinépapy, brouillon comme personne, ne sait plus si cette fiche est, ou non, la dixième. Mais il s'était promis que, lors de sa mise en ligne, un petit mot s'imposerait.
Il s'agit de dire un grand merci aux dons de mon metteur en page. Sans un Taulier bienveillant et indulgent, les fiches n'auraient pas le charme qu'elles dégagent une fois passées entre ses mains.
Voila qui est fait.
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents