Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 06:00

Musée SACEM: Couverture de partition "J'ai deux amours"

1930 les années folles s’essoufflent, Joséphine Baker revient à Paris après une tournée mondiale de deux ans. Henri Varna, propriétaire du Casino de Paris, où Mistinguett triomphe, propose une nouvelle revue à Joséphine Baker, au titre bien dans l’esprit de l’époque : Paris qui remue.

 

Casino de Paris – Josephine Baker – Paris qui Remue Poster (Artiste : Zig  Louis Gaudin) France C. 1930: Amazon.fr: Epicerie

 

Deux jours avant la première, force est de constater qu’il manque dans la seconde partie un titre fort. On sollicite Vincent Scotto, le compositeur français le plus prolixe. Il sèche. Et puis, rue de la Chaussée d’Antin, quelques notes tournent dans la tête de Scotto, il demande à Géo Kruger, son parolier, une feuille de papier. Appuyés contre une porte cochère, ils écrivent, en quelques instants, les paroles et la musique de ce qu’ils intitulent J’ai deux amours.

 

Le 78 tours de J’ai deux amours obtiendra le Grand Prix du Disque.

Osez Joséphine Baker au Panthéon !

Josephine Baker's Paris | Soul Of America | Paris

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 08/06/2021 06:59

Le Panthéon ? Pourquoi pas. La capacité d’accueil est d’environ trois cent personnes. Il reste donc de la place puisqu’on ne compte, à présent que soixante seize méritants dont cinq femmes.
Ce dernier point devrait peser en faveur de Joséphine. La parité devient une exigence morale aujourd’hui. Elle est exigée par une population certainement lassée par tant d’années d’ennuyeuse paix. Elle a donc rallumé la guerre des sexes. Voilà satisfaite notre deuxième nature qui est d’en découdre toujours et encore et si l’ennemi tarde, on sait bien en trouver.
A en croire les journaux on se bouscule pour présenter des candidats tous plus honorables les uns que les autres. Méfions nous d’accorder cette glorieuse entrée à la légère. Sauf à voir cette crypte se transformer en un foutoir genre consigne de gare d’autrefois.
Et attention, messieurs les démagogues de ne pas prendre un râteau et de vous ridiculiser lorsque votre poulain sera refusé. N’est ce pas M. Sarkozy ? Il s’est vu refuser sa manip par le fils d’Albert Camus qui, à juste titre craignait une récupération politique.
Maintenant, il ne suffit pas d’y entrer. Il faut faire, là encore, avec l’air du temps qui est au dégagisme. C’est ainsi qu’on a vu Marat sortir au bénéfice de Mirabeau lui même exclu par la suite.
Sic transit gloria Mundi !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents