Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2021 2 25 /05 /mai /2021 08:00

La cigale et la fourmi : de la conception de l’autoroute en France et en Suisse… gardez la gauche ! Je roulais vers un paradis…

Elle ignorait tout de la période Zoug, en dépit de ses question, elle adorait les questions, il noyait le poisson, Ambrose lui servait la version officielle : 68-78 il faut que jeunesse se passe, 81-86 les années Tonton, 86-90 les années Doumeng-Louis Dreyfus, 90-2000 les années biseness, puis rideau. Ambrose, esquivait, très disert sur leurs jeunes années de petits sauvageons campagnards, les années 68, de Marie bien sûr, du temps des frelons de la GP, de leur virée au Chili d’Allende puis des années de plomb en Italie, l’écurie du présidentiable de Conflans, les joyeusetés du déclin de l’Empire Soviétiques puis, rideau… L’Omerta. Elle, fine mouche, au lieu de lui  tirer les vers du nez, s’amusait à le piéger gentiment lorsque, le vin nu aidant, il se laissait aller à lui conter comment Louis négociait avec les oligarques, un maître du jeu de go, la patience, piéger leur ego, les mettre en confiance, les laisser venir sur son terrain, ne jamais se mettre en avant, ni briller, faire apparemment des concessions, déjouer les pièges fiscaux, savoir conclure sur la base d’un protocole gagnant-gagnant… « Et toi mon Ambrose tu étais quoi dans tout ça ?

 

- Le scribe, le porte-plume, nous travaillions à l’ancienne, pas d’ordinateur, d’e-mail, le bon vieux papier…

 

 

- Tu dois avoir plein d’archives dans ton coffre...

 

 

- La Suisse mon bel amour, la Suisse…

 

 

- À Zoug ?

 

 

- Bien sûr, mais dans le duo, j’étais la taupe, invisible mais pas sourd, les discussions se déroulaient en anglais, un très mauvais anglais type Delors, ce qui me permettait, puisque je suis polyglotte, d’entendre et de comprendre ces gros cons lorsqu’ils échangeaient en russe sans se douter que je le comprenais. Avantage déterminant.

 

 

- Tu as appris le russe comment ?

 

 

- Olga !

 

 

- La belle Ukrainienne…

 

 

- Oui !

 

 

L’amour de ta vie…

 

 

- N’exagères pas, amour de jeunesse…

 

 

- La mère de tes enfants…

 

 

- Oui, des enfants que j’ai élevés seul…

 

 

- Pourquoi t’a-t-elle quitté ?

 

 

- Le mal du pays allié à un jeune oligarque…

 

 

- Mon pauvre Ambrose tu es né pour être une mère poule…

 

 

- Moque-toi petite patate, mes 4 filles, pas celles du docteur March, elles sont belles, intelligentes, indépendantes, ma fierté…

 

 

- Tu devrais écrire un traité Ambrose, le pendant de l’éducation des femmes de Choderlos de Laclos qui, loin du conservatisme de Rousseau sur la question de l'éducation des jeunes  filles, dressa un portrait flatteur de la femme naturelle des sociétés  primitives.

 

 

- Tu sais je n’ai fait que reprendre les préceptes de nos mères pour notre élevage, l’école pour les connaissances, à la maison les bases du vivre ensemble, ma liberté s’arrête à celle des autres, portes et fenêtres grandes ouvertes à la créativité, de l’amour, du  respect, bien se nourrir, rire, chanter, danser, lire, même regarder la télé, fuir les psys, se supporter, vivre, aimer, garder un parfum d’enfance, tracer sa route, préférer les chemins de traverse. Mes oiseaux ont quitté le nid presque toutes en même temps, faut dire qu’avec Olga nous avions fait un tir groupé, ça m’a fait tout drôle, mais elles sont toujours là, elles savent que papa réponds toujours présent pour elles. Bref, chouchou, avec la tripotée de mes petits-enfants, c’est le prix Cognacq-Jay qu’il aurait fallu me donner. 

 

 

- Belle tirade mon grand, mais que vas-tu faire à Zoug ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

pierre 25/05/2021 12:04

vous connaissez woody allen:" j'ai lu La guerre et la paix en 2 heures grâce à la lecture rapide, ça parle dela Russie, Eh ben là c'est pire!

JACQUES BERTHOMEAU 25/05/2021 13:38

même en travers vite fait sur le gaz la lecture rapide exige une intelligence vive

JACQUES BERTHOMEAU 25/05/2021 12:07

ben alors faut être con pour lire

pierre 25/05/2021 10:33

ça date de quand un bon oligarque bien dodu, tout cela me parait un tantinet confus pour ne pas dire plus! même en lecture rapide, voire en biais. faut que je demande à un copain!

JACQUES BERTHOMEAU 25/05/2021 10:42

le commentaire est aussi confus, c'est l'âge sans doute, je me marre grave...

pax 25/05/2021 08:54

C'est y pas un peu confus tout ça ? Une fois on parle de Zug, une fois on parle de Zoug.
On espère que ce petit monde à le sens de l'orientation à défaut de GPS puisque tout semble fonctionner à l'ancienne. Sinon, c'est au Sahara occidental qu'ils vont se retrouver !

JACQUES BERTHOMEAU 25/05/2021 08:56

Le GPS reconnaît les 2 sieur Pax

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...
  • Des chocolats pour le directeur, et un ascenseur pour... Par Slawomir Mrozek
    Une couverture illustrée par un dessin de CHAVAL. « Des chocolats pour le directeur, comme son titre l'indique, est un petit cadeau à déguster : cet ensemble de courtes nouvelles, composées pour la plupart dans les années 1960, paraît à l'occasion des...