Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2021 1 31 /05 /mai /2021 06:00

Cabrino Fondulo - Wikidata

« Tous les chemins mènent à Crémone »

 

L’auteur, Tommaso Mellili –« L’écume des pâtes » – se rend chez Stefano, son premier maître, qui va ouvrir son premier restaurant.

 

L'écume des pâtes, Tommaso Melilli | Stock

 

« Mais les marubini au bouillon, tu en fait ou pas ? »Je pose la question avec une certaine  appréhension, car dans ce système de valeurs que nous seuls comprenons, elle est cruciale.

 

Le menu des trattorias avec lesquelles nous avons grandi ici, jamais écrit mais toujours récité à voix haute tel le rosaire, commençait toujours par ce plat : les marubini, les raviolis typiques de Crémone.

 

Au début du XVe siècle, Cabrino Fondulo était le seigneur de Cremone. Pour toute une  série de raisons, il décida en 1414 d’inviter dans sa ville les deux hommes les plus puissants de l’époque, le pape Grégoire XII et l’empereur Sigismond : après une courte visite guidée, son plan était de les conduire au sommet  de la cathédrale, notoirement haut à Cremone. Une fois sur place, après leur avoir montré la vue imprenable sur la ville, Fondulo voulait les pousser tous les deux dans le vide, résolvant d’un seul coup plusieurs questions politiques épineuses.

 

Cathédrale de Crémone

 

Le pape et l’empereur acceptèrent l’invitation. Mais d’abord, il fallait manger.

 

Pour l’occasion, les meilleurs cuisiniers de la région avaient été convoqués et on leur avait demandé d’inventer quelque chose de nouveau, d’extraordinaire et d’inoubliable. Ils firent donc des raviolis, à servir dans leur bouillon, et, pour impressionner leurs visiteurs, ils y mirent pratiquement toute la viande qu’ils avaient sous la main : bœuf, chapon et porc, voire cotechino ou saucisson – on ne sait pas avec certitude. Ils firent bouillir ces trois viandes ensemble, puis les hachèrent et farcirent les raviolis à  cuire dans le même bouillon et les servirent nageant encore dedans.

 

Cabrino Fondulo est donc assis à table et observe attentivement ses deux invités, il se frotte les mains en attendant le moment où il les jettera du haut de la tour. Lees raviolis arrivent et ses hôtes les trouvent délicieux, ils multiplient les compliments, car à Mantoue et à Modène on n’en trouve pas d’aussi bons. Fondulo est ému, il les goûte à son tour pour la première fois. Selon la légende, il s’exclame en crémonais quelque chose comme : « Ah, ma chiestti chi,’i è i ma rubéén », c’est-à-dire : « Par Dieu, mais ce sont mes rubis. » Bref, il finit par oublier d’expédier ses invités dans le vide.

 

Dès lors et jusqu’à aujourd’hui, il a toujours été clair que les marubini devaient avoir la forme  d’un rubis et, par conséquent, il existe trois versions différentes de cette forme, mais pas du contenu.

 

On comprend donc pourquoi ma question était si  délicate : choisir d’en faire signifie s’inscrire dans une tradition locale forte, qui s’est néammoins essoufflée ces dernières années. Choisir de ne pas en faire, c’est rejeter ce monde ancien.

 

« Et alors ? Marubini ou pas ?                          

 

Cremonese Marubini

Cremonese Marubini ICI 

 

Michela Gaimarri , blogueuse culinaire et instagrammeuse de Crémone nous présente un plat typique de sa ville: les marubini en bouillon (Marubeen) . C'est un plat de la tradition crémonique, le plat des fêtes, magnifiquement substantiel et savoureux qui a ses racines dans la tradition paysanne. 

 

C'est une pâte farcie (reconnue comme un produit alimentaire traditionnel lombard) et sa caractéristique est qu'elle est cuite et servie dans les trois fameux bouillons (i tri brod), élaborés avec trois types de viande différents (poulet, bœuf et porc).

 


Ils sont vraiment fabuleux. Attention à la recette ... ..

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...
  • Des chocolats pour le directeur, et un ascenseur pour... Par Slawomir Mrozek
    Une couverture illustrée par un dessin de CHAVAL. « Des chocolats pour le directeur, comme son titre l'indique, est un petit cadeau à déguster : cet ensemble de courtes nouvelles, composées pour la plupart dans les années 1960, paraît à l'occasion des...