Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 06:00

 

 

Aujourd’hui c’est « Un homme pour l’éternité » (1966)

 

1967 UN HOMME POUR L'ETERNITE | Éternité, Homme, Film

 

« Attention chef d’œuvre ! »

 

Pourquoi ? 

 

Simplement parce que c’est une des plus beaux film de l’histoire du cinéma, sous toutes ses formes et que vient couronner une tripotée d’oscar.

 

 

De quoi s'agit-il ?

 

C’est un film historique. Il raconte la fin d’une amitié forte et ancienne entre Henry VIII et son ami Thomas More dont il a fait son Chancelier . Sir Thomas More est une grande figure morale de l’époque. Il a rédigé un ouvrage « L’utopie » qui fait autorité.

 

More va se trouver mêlé aux querelles puis luttes et enfin à la rupture du roi d’Angleterre d’avec le pape. Tout cela à cause des péripéties maritales de ce roi en quête d’un héritier.

 

Au moment de la rupture le roi se proclame « Chef Suprême de l'Église et du Clergé d'Angleterre » Il exige allégeance de tout le clergé et bien sur des proches du pouvoir. 

 

Dès lors on va assister à la lutte entre le roi qui exige de More le serment tandis que More va essayer d’esquiver cette obligation car elle vient en contradiction avec le serment déjà fait par le passé. La lutte se resserre, comme un jeu de cache-cache. Le roi n’entend pas voir défier son opposition malgré les forts liens d’amitié qui le lie à son chancelier. Cela devient une question de principe et un enjeu politique majeur puisque sans ce serment du chancelier Henri VIII ne peut se remarier.



 

Les moments forts

 

Ils sont deux.



 

Tout d’abord la fin de l’histoire.

 

C'est-à-dire le procès de Sir Thomas. Les dialogues sont savoureux. More sait qu’il n’a rien à perdre alors, il n’épargne personne. Il oublie son sens de la nuance et de la diplomatie. Avec beaucoup d’humour et de douceur, sans agressivité aucune, il renvoie chacun devant ses contradictions. On savoure les échanges et le jeu des acteurs qui s’effacent devant leur rôle.



 

Mais surtout l’histoire dans l’histoire. 

 

Celle du jeune bachelier Richard Rich. Il fréquente la maison de Sir Thomas, lui tourne autour et quémande sans cesse une place. More ne cesse de lui répondre de prendre un emploi d’enseignant, « Vous serez parfait Richard ». Cette fréquentation régulière de la maison de More nous fait comprendre que la situation s’aggrave pour le Chancelier. Il ne pourra pas différer, beaucoup plus longtemps, le serment qu’il doit prêter au Roi son Seigneur et ami. 

 

Pour se faire bien voir le jeune Rich déboule, tout exalté auprès de More : «  Sir Thomas, Sir Thomas ,j’ai trouvé un moyen pour ne pas vraiment prêter serment au Roi » Il expose ce subterfuge. More, plein de patience lui répond « Richard vous me proposer de renier apparemment ma parole pour me sauver ! Mais Richard, si pour vaincre le diable, je renonce au droit avec toutes les chances d’y arriver, quelle barrière me resterait-il pour me protéger si d’aventure c’est le diable qui l’emportait » Superbe leçon de morale et de vie !



 

Réalisation

 

On a vu et on verra des tas de films glaner une flopée d’Oscar. Certains vont même jusqu’à faire un grand chelem en raflant toutes les statuettes. On peut prendre grand plaisir à regarder « Titanic » de James Cameron qui s’auto proclamera fort modestement « Roi du Monde » 

 

A juste titre semble t’il puisque  le film Titanic devient à sa sortie le plus gros succès de l'histoire du cinéma avec plus de 1,8 milliard de dollars de recettes .

Bravo les moyens techniques, et autres effets spéciaux.

 

Mais Ciné Papy se souvient de Gérard de Nerval : 

 

« Il est un air pour qui je donnerais Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber ; Un air très-vieux, languissant et funèbre, Qui pour moi seul a des charmes secrets. » 

 

On ne se refait pas

 

Fred Zinnemann est un des plus grands metteurs en scène de l’histoire du cinéma. Il a su présenter ce réel drame avec une légèreté qui contraste avec la gravité du sujet. Il semble nous dire que toute cette histoire n’a rien d’un simple film d’aventure. C’est une histoire de toute éternité. 

Après tout, ce n’est que le remake d’une histoire similaire opposant un autre Thomas – Thomas Becket – à un autre roi d’Angleterre Henri II survenu quatre siècles plus tôt. Et pour des motifs de même ordre : conflit entre le roi et le pape. Conflit qui là aussi, mettra fin à une belle et pourtant forte amitié entre les deux hommes.



 

Qui a fait quoi ?


Fred ZINNEMANN - Festival de Cannes 2020

Fred Zinnemann est le metteur en scène.

 

C’est un de ces réalisateurs venus d’Allemagne ou d’Europe centrale comme Ernst Lubitsch ou Billy Wilder tous grands collectionneurs d’Oscars Pour Zinnemann, il y en aura deux. Pour «Tant qu’il y aura des hommes » et le film de la présente fiche « Un homme pour l’éternité » Sa filmographie comprend aussi des films mémorable comme « Le train sifflera trois fois » à présent, au firmament des westerns. Mais encore « Chacal » ou le peu connu « Cinq jour ce printemps là » avec Sean Connery avec lequel il mit fin à sa carrière. C’est le cinéaste de la dignité humaine.

 

Paul Scofield

 

Paul Scofield est Sir Thomas More

Photo Paul Scofield

Il a été oscarisé pour ce rôle en 1966. Grand acteur shakespearien il a été retenu par beaucoup de grand metteurs en scène comme John Frankenheimer pour « Le train » ou encore « Scorpio » de Michael Winner ce qui devrait permettre aux lecteurs de mieux situer ce grand acteur

 

Orson Welles est le Cardinal Wolsey

Photo Orson Welles

Pour mémoire car il y aurait trop à dire sur cet acteur séduisant en diable et qui nous surprend à chacune de ses apparitions 

 

Robert Shaw est le roi Henri VIII

Photo Robert Shaw

On en a déjà parlé dans une fiche précédente. Shaw est toujours conforme à lui-même avec une présence naturelle éclatante qu'il laisse ici éclater avec superbe.

Photo Wendy Hiller

Pour mémoire encore, la ravissante Wendy Hiller dans le rôle de Margaret More. Mais aussi Vanessa Redgrave dans celui Anne Boleyn

 

Une petite mention particulière pour le, alors tout jeune, John Hurt dans le rôle de Richard Rich



 

Que dit le peuple ?

 

La consultation de sites sur le cinéma présente une multitude de critiques de spectateurs. Elles sont plutôt tièdes selon les époques où elles ont été rédigées On en trouve quand même d’élogieuses. 

 

Pour sa part, Ciné Papy persiste et signe rejoignant ainsi tous ces pros qui ont couvert ce film de louanges :

 

- Oscar du meilleur film

 

- Oscar du meilleur réalisateur

 

- Oscar du meilleur acteur pour Paul Scofield

 

- Oscar du meilleur scénario adapté

 

- Oscar de la meilleure photographie

 

- Oscar de la meilleure création de costumes

 

sans compter les Golden Globe Award et encore les British Academy Film Award

 

Un chef d’œuvre on vous dit, un chef d’œuvre !



 

Pax

 

Prochainement « La loi du milieu »

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...
  • Des chocolats pour le directeur, et un ascenseur pour... Par Slawomir Mrozek
    Une couverture illustrée par un dessin de CHAVAL. « Des chocolats pour le directeur, comme son titre l'indique, est un petit cadeau à déguster : cet ensemble de courtes nouvelles, composées pour la plupart dans les années 1960, paraît à l'occasion des...