Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2021 3 16 /06 /juin /2021 06:00

 

 

Aujourd’hui c’est « La Guerre selon Charlie Wilson » (2007)

 

La Guerre selon Charlie Wilson - film 2007 - AlloCiné

 

De mon temps - et oui ce n’est pas pour rien que la rubrique s'appelle Ciné Papy - on aurait qualifié ce type de film de « politique fiction » ou quelque chose dans le genre. Aujourd’hui c’est, paraît-il un « biopic » soit une histoire autour d’un mec, comme le disait Coluche.

 

Ici c’est de Charlie Wilson qu’il s’agit, un député texan Charlie Wilson, membre influent du budget du sous-comité américain des crédits à la Défense.

 

Pourquoi ce film ? 

 

Parce que l’histoire (vraie) est passionnante d’une part et comme souvent, pour moi, elle réunit des acteurs que j’adore.

 

Quelle est l’histoire ?

 

Charlie Wilson s’amuse à donner de lui une image connue et véhiculée avec complaisance par les médias, et de fêtard invétéré, grand amateur de whisky, et aux innombrables conquêtes féminines. C'est en réalité un fervent patriote, expert en politique internationale et en guerre froide. Le problème de la lutte des Afghans pour se libérer de l’envahisseur soviétique l’interpelle. Il prend conscience qu’avec leur armement dérisoire ils n’arriveront jamais à lutter contre les redoutables hélicoptères sur-armés des soviétiques. Titillé par une de ses ravissantes amies, anti communiste résolue et milliardaire de surcroît, va être mis au point, une livraison d’arme adaptée à la lutte afghane qui se révèlera être une des plus fantastique opération secrète car, bien sûr les américains ne doivent pas apparaître, de près ou de loin, dans l’affaire. La CIA cependant mettra au service de cette gageure un expert des opérations souterraines de l’agence.

 

L’opération sera couronnée de succès car, une fois en possession des armes les afghans ne mettront que quelques mois pour chasser l’envahisseur.

 

Réalisation

 

On trouve Mike Nichols à la réalisation. C’est un cinéaste à succès mais très inégal. Il commence sa carrière en fanfare. Son premier film est « Qui a peur de Virginia Woolf » permettant à Elizabeth Taylor d’obtenir l'Oscar de la meilleure actrice. Il enchaînera avec « Le Lauréat » avec Dustin Hoffman qui gagnera ainsi ses galons de star. Il obtiendra lui-même pour ce film l'Oscar du meilleur réalisateur. Pour ma part je retiendrais également  « Working Girl »  avec Mélanie Griffith. J’aurais peut-être l’occasion d’y revenir.

 

Le reste de la filmographie n’est cependant pas à négliger puisqu’en 2010 l’American Film Institute a couronné l’ensemble de son œuvre. Certains y trouveront peut-être des films à leur goût.

 

Qui fait quoi ?

 

La guerre selon Charlie Wilson (VF) - Movies on Google Play

 

C’est Tom Hanks qui incarne, avec conviction et jubilation le rôle de Charlie Wilson. C’est un acteur prolifique qui collectionne les succès commerciaux et les Oscars. Tout le monde se souvient entre autres, de  « Philadelphia » et « Forrest Gump » ou il gagna ses galons de star.

 

Dans son rôle de Charlie Wilson il est fabuleux passant tour à tour avec la même conviction, du joyeux fêtard à celui de chef d’orchestre de la fantastique opération secrète de livraison d'armes. Pour moi toujours, il est aussi inégalable dans « Le pont des espions » film sur lequel je reviendrai assurément.

 

La Guerre selon Charlie Wilson - Philip Seymour Hoffman : ses 1001 vies en  photos - Elle

 

Last but not least Philip Seymour Hoffman dans le rôle de Gust Avrakotos l’expert de la CIA. Quelle énergie maîtrisée dans l’interprétation de ce rôle. Aucune apparition de Philip Seymour Hoffman ne peut laisser indifférent un amateur de cinéma amoureux des acteurs.

 

Pour le Taulier qui nous fait part régulièrement de son enthousiasme pour « The Big Lebowski » il tient le rôle de Brand. Il est mort bien trop tôt à 46 ans.



 

Temps forts



 

La prise de contact entre Charlie Wilson et Gus Avrakotos est un morceau d’anthologie. C’est à qui montrera à l’autre qui doit être le chef. Cela se passe autour d’un soi-disant cadeau constitué par une bouteille de Whisky (souvenons-nous que Wilson est connu pour ses penchants pour l’alcool) dans laquelle, à l’insu de Wilson se trouve caché un micro. Cela permet à l’expert de la CIA régulièrement prié de sortir pendant que Wilson a des entretiens confidentiels de tout savoir. 

 

Jubilatoire !



 

Charlie Wilson, pour intéresser son auditoire, est amené à situer l’Afghanistan. Il indique, avec ses doigts et en l’air la position de cet état par rapport aux autres pays voisins comme s’il y avait une carte matérialisée. On rit car c’est un vrai clin d’œil et l’on pense à cette observation tellement vraie que, apparemment, la guerre a été inventée pour apprendre la géographie aux Américains. Formule détournée de l’essai écrit par le géographe français Yves Lacoste en 1976. «  La géographie, ça sert, d'abord, à faire la guerre » 

 

La conclusion amère de Charlie Wilson qui termine le film. « C’est vrai que là, on a vraiment merdé » Il fait allusion aux deux milliards  de dollars qui ont pu être mobilisés pour fournir les armes ce qui a permis de chasser les Soviétiques de l’Afghanistan et de l’impossibilité à réunir deux à trois cent millions de dollars pour construire, routes, écoles, hôpitaux etc. Avec pour conséquences, le retrait piteux en ce moment des Américains de ce pays, montrant, qu’une fois de plus ils n’ont rien compris.



 

Pax


Prochainement «  Un lundi trouble ( Stormy Monday)»

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents