Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2021 4 03 /06 /juin /2021 06:00

 

Je ne sais plus qui a initié le mouvement des « cépages modestes » mais, pour ma part, je lance celui de « biologiste modeste » pour Marc-André Selosse. Clin d’œil, celui-ci participait  aux 9e Rencontres des cépages modestes à Saint-Côme-d'Olt les 9-10 novembre 2019, pour parler des tannins.

 

Dans le texte qui suit il est à cent lieues des batailles de chiffonnier qui agitent le marigot du vin lorsqu’on aborde la biodynamie. Je me retrouve, pile poils, dans ce qu’il écrit.

 

Ou le point de vue d’un éminent biologiste, tourmenté  par le paradoxe entre les succès de la biodynamie et  son absence de fondement au regard de la science.

Par Marc-André Selosse

 

Il y a deux choses certaines dans la biodynamie, qu’il est difficile  de mettre face-à-face. D’abord, il  est indubitable que beaucoup de domaines font des vins superbes avec  des méthodes de biodynamie ; leurs  champs sont très beaux à voir et leur  sols, surtout s’ils sont enherbés, sont  très vivants à première vue. J’ai plein  d’amis viticulteurs qui pratiquent cette  méthode, et dont j’adore la démarche,  l’intelligence et… les vins.

 

Ensuite, les méthodes de la biodynamie sont irréductibles à l’activité scientifique qui est la mienne. Par exemple, dans la méthode des 500, les bactéries développées avec beaucoup de matière organique et très peu d’oxygène  périssent lors de la dynamisation et  plus encore de l’épandage : ce n’est pas une inoculation microbienne. Restent  les molécules… mais les concentrations d’épandage sont si ténues que la  chimie ne prévoit aucun effet : ce n’est  pas un intrant en termes de substances.  J’ai plein de bons amis qui, comme moi, doutent des actions revendiquées de cette méthode. Comme j’aime tous  mes amis, et que je les estime tous, ce  paradoxe rend la situation… schizophrénique !

 

SCIENCE VS. SPIRITUEL. « On fait  beaucoup de bruit sur les vins issus de  biodynamie, mais ils ne sont pas forcément meilleurs que les autres », me disent les uns. Même s’ils n’étaient qu’aussi bons, ça poserait quand même des questions. Or oui, il leur arrive d’être excellent ! « Mais ne peux-tu admettre  qu’il existe autre chose dans la nature  que ce que ta science étudie? », me  rétorquent les autres. Ma réponse est  non, car la méthode scientifique et ses  concepts sont la base de mon efficacité. C’est ce qui fait que les ascenseurs  montent, l’aspirine soigne la douleur,  l’injection d’insuline sauve les diabétiques, les avions décollent… Je ne peux  (veux) pas brûler mes vaisseaux, ou  alors je jette la pharmacie et je ne prends plus de voiture pour être cohérent.

 

« Alors, pourquoi ne fais-tu pas de recherche sur la biodynamie, pour comprendre? » C’est que jusque-là, j’avais  des tas d’autres questions plus urgentes  et plus passionnantes… Et ce qui en est  publié dans les revues scientifiques est fort décevant. Néanmoins, ces derniers  temps j’ai commencé à étudier cette  question sur le vignoble, du point de  vue microbiologique.

 

LA RICHESSE DES PRATIQUANTS.  Et comme cela fait longtemps que ce  paradoxe entre les succès de la biodynamie et son absence de fondement au  regard de la science me tourmente, j’ai  déjà pensé à quelque chose qui sauve  la cohérence… et toutes mes amitiés : la grande richesse de la biodynamie, ce  sont celles et ceux qui la pratiquent. 

 

Ce qu’ils font ne se résume pas (même s’ils n’en sont pas toujours conscients) à l’application des pratiques édictées par  Rudolf Steiner. Heureusement ! Car quand je vois la complexité des agro- systèmes, des sols et des pratiques  agricoles, je doute qu’un seul homme,  fut-il philosophe éclairé, ait pu avoir  la révélation d’une panacée. Dans les gestes des praticiens, il y a de multiples autres facteurs qui jouent et pourraient  expliquer leur succès.

 

De plus, ces vignerons biodynamiques  ont souvent adapté et modifié les pratiques steineriennes. Heureusement !  Car on ne peut croire qu’il existe des  terroirs sans penser que les gestes  doivent varier d’un lieu à l’autre… Enfin, ils sont attentifs, réactifs, présents  au champ comme à la cuve. Curieux,  ils se posent des questions incessamment. Voilà ce qui en fait souvent des  praticiens plus performants, car plus aux aguets. 

 

Bref, pour moi, les succès de la biodynamie ne remettent pas en cause la science. Ils soulignent surtout la part  de l’homme, ce beau composant des terroirs, dans le processus qui mène de  la vigne au vin. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

PATRICK BAUDOUIN 03/06/2021 11:57

La sympathie pour les pratiquants et l’appréciation de leurs vins, je la partage, mais elle n’exclut pas la rigueur de l’analyse des fondements de la biodynamie, qui n’existe pas sans l’occultisme de Steiner. Les préparats, conditions de l’adhésion et de la certification à la biodynamie , sont fondés sur cet occultisme, et non sur l’agroécologie, c’est incontournable. Il ne s’agit pas d’une bataille de marigots, il s’agit de l’avenir de l’agroécologie, de l’agriculture et de la viticulture.

PATRICK BAUDOUIN 03/06/2021 11:45

La sympathie pour les pratiquants, et l'appréciation de leurs vins, je les partage, mais elle n'exclut pas la rigueur de l'analyse des fondements de la biodynamie, qui n'existe pas sans l'occultisme de Steiner. La biodynamie repose sur un occultisme, c'est incontournable, et ce n'est pas une histoire de marigot, c'est l'enjeu de l'avenir de notre agriculture et viticulture. https://www.patrick-baudouin.com/LA-VIGNE-ET-LE-VIN-BIODYNAMIE.html?lang=fr

Denis Boireau 03/06/2021 10:18

Je suis extremement etonne du commentaire sur l'absence microbienne d'une preparation 500 a l'epandage. Quelles sont les sources pour cette information? Y a-t-il eu des mesures ? des analyses bacteriennes ?
Sinon je suis bien d'accord avec le reste de ce texte. Heureusement que les biodynamistes n'utilisent qu'une petite partie du fatras propose par Steiner dans son cours aux agriculteurs.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents