Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 06:00

 

La terre, la terre arable, est basse, rude, ingrate, le soleil, le ciel ne sont pas toujours cléments, le terroir profond, celui de la vigne bien sûr, chanté par ceux qui n’y ont jamais les pieds, jamais poudré leurs godasses, n’est pas un doux tapis de pétales de rose où l’on assouvit sa passion.

 

Tout ça et bel et beau mais en dépit de l’image d’Épinal véhiculé par « la presse du vin », le retour à la terre débouche souvent sur un simple aller-retour. Bien sûr, il est possible d’en tirer parti pour écrire un livre comme le fait Laure  Gasparotto.

 

Vigneronne, de Laure Gasparotto | Éditions Grasset

 

« La viticulture est un métier d’une grande violence, climatique et financière » ICI 

Dimanche 25 avril 2021 par Aude Lutun

 

Laure Gasparotto, journaliste Vin au journal Le Monde, a été viticultrice pendant cinq ans dans les Terrasses du Larzac (Hérault). Elle dépeint les bons et moins bons côtés du métier dans un nouveau livre.

 

Laure Gasparotto, journaliste Vin au journal Le Monde, a été viticultrice pendant cinq ans dans les Terrasses du Larzac (Hérault). Elle publie « Vigneronne » (ed Grasset) qui relate son enthousiasme et sa joie de produire un vin qui lui ressemble.

 

Elle décrit aussi les petites et grandes galères de ce métier entre le gel, les problèmes de pompes, les cotisations MSA à régler et les problèmes de transporteur à gérer. Laure Gasparotto est sans concession sur ses limites, notamment en matière de commerce. Après cinq années intenses et engagées, partageant son temps entre Paris et l’Hérault, elle arrête l’aventure.

 

Entretien avec une ex-vigneronne qui pose un regard admiratif sur la profession. ICI 

 

 

Je n’ai pas lu le livre mais, au risque de choquer, je suis plus Catherine Bernard, une vraie journaliste, qui, elle, 20 ans après, a toujours ses bottes dans les vignes.

 

Amazon.fr - Dans les vignes: Chroniques d'une reconversion - Bernard,  Catherine - Livres

 

Bref, hormis ceux qui avaient un beau carnet d’adresses, Hervé Bizeul, et plus récemment Fabrice Le Glatin qui a fait encore prof d’anglais pendant sa reconversion, les expats de la ville qui s’incrustent, et vivent de leur nouveau métier, ne sont pas légion, il y a bien sûr des exceptions qui confirment la règles, tel Nicolas Carmaran, le fondateur du café de la Nouvelle Mairie dans le Ve qui est solidement implanté dans l’Aveyron.

Gamine Magnum 2020 · Domaine de la Cure — buneba · vins libresNicolas Carmarans Maximus | Vivino

 

Tout ça pour dire, que le métier, est un 3 en 1, viticulteur-vigneron-vendeur, et que l’offre des cavistes est déjà bien encombrée, que la notoriété des premiers installés sur un créneau de marché est un barrage difficile à surmonter pour les nouveaux entrants, alors il n’est pas interdit de rêver, d’être passionné, loin de moi cette exigence, mais avant de se lancer dans cette aventure, qui n’en est pas une, il est bon  d’en évaluer toutes les faces.

 

Bref, la chronique de l’aigre Cobbold, pour les 5 du vin, au-delà de sa tendance à être désagréable, met le doigt sur les failles d’une approche romantique. Ayant vécu, en direct live, en tant que membre de son GFA, le parcours de Catherine Bernard, je conseille à tous les apprentis néo-vignerons, de bien évaluer leurs capacités avant  de sauter le pas.

 

1926026_729960357043564_4537868256789725093_o--1-.jpg

 

Pour l’Histoire : 24 août 2014

C’était au temps d’après mai 68 où les parents de Thomas Piketty partaient élever des chèvres dans l’Aude… ICI 

 

L’image des intellos soixante-huitards larguant les amarres, quittant Paris, s’installant à la cambrousse pour élever des chèvres et vivre du produit de la vente de fromages sur les marchés locaux fait partie intégrante de l’historiographie officielle du fameux mois de mai.

 

« Mes parents se sont connus dans une manifestation, ils étaient extrêmement jeunes : mon père avait dix-sept  ans, il était en première, ma mère en avait dix-neuf ; issue d’un milieu modeste, elle avait dû cesser ses études en 3e et gagnait sa vie comme employée de banque. Elle était militante à Lutte Ouvrière, mon père l’a suivi à  LO et a plaqué le lycée (…) ils se sont très vite sentis ostracisés par leurs compagnons de militantisme : à LO c’était mal vu d’avoir des enfants (ndlr 2) ! Trop bourgeois ! De plus, mon père (ndlr fils d’une famille aisée) subissait des pressions de l’organisation qui voulait qu’il prélève l’impôt révolutionnaire auprès de sa famille(…)

 

 

« Avec les chèvres, mes parents vont jusqu’au bout de l’esprit de 68 ; je précise qu’il n’y a aucune origine paysanne dans ma famille de part et d’autre : mes parents sont tous les deux nés dans la capitale ; en vérité, ils n’avaient jamais vu une charrue de leur vie… Je garde une impression homérique de ce voyage pour l’Aude. Mon père ouvrant la route au volant d’un camion rempli de chèvres qu’il venait d’acheter. Nous, suivant derrière, dans une deux-chevaux bourrée à craquer, conduite par ma mère. Je me rappelle très précisément m’être dit à ce moment-là : « Mais qu’est-ce que c’est que cette blague ? » Des années plus tard, j’ai été faire un pèlerinage dans le village où nous vivions ; j’ai été frappé par la beauté du lieu, je ne me souvenais pas que le presbytère de l’église où nous vivions, était si joli… Il faut dire que la difficulté de la vie quotidienne nous occupait complètement. Je garde le souvenir de nos départs à l’aube pour le marché de Perpignan, la voiture bourrée de fromages, je garde également en mémoire l’amertume de nos retours lorsque nous en avions vendu seulement trois. Ce n’est pas si facile de s’improviser fabricant et vendeur de fromage ! C’était pathétique. Très vite les gens du village ont chargé de vendre d’autres choses pour eux au marché, cela permettait de se faire des marges minuscules. Financièrement, c’était vraiment tendu (…)

 

 

« Je n’ai aucun souvenir joyeux de cette période. Mes parents n’étaient pas préparés à vivre ces années de chômage, nous vivions dans la précarité. On oublie que 68 a coûté très cher à un certain nombre de gens qui ont tout plaqué du jour au lendemain pour des idéaux, puis se sont fait cueillir par la crise économique des années 70. Comme beaucoup d’autres, mes parents ont adhéré très jeunes, dix-huit ans à peine, à un discours  libérateur, ils en ont payés les pots cassés. Il n’avaient pas fait d’études, ce n’étaient pas des intellectuels, ils avaient rompu avec leur famille… Ils font partie de cette majorité anonyme de post-soixante-huitards dont on ne parle jamais, qui est venue gonfler les rangs des chômeurs à partir du milieu des années 70, sans y avoir été préparée. Je me demande même si ces incidences économiques n’expliquent pas pour partie les discours que l’on a entendus par la suite, ce rejet viscéral des années 68. »

Dur d’être vigneronne parisienne ICI

Je viens de terminer le petit livre de Laure Gasparotto intitulé simplement « Vigneronne » (208 pages, Grasset). Je connais une peu Laure, en tant que collègue journaliste et elle a eu la gentillesse de me l’envoyer.

J’avais essayé de lire deux autres de ses livres avant, mais sans arriver à les terminer. Cette fois-ci, je suis arrivé au bout. Il y a pas mal de choses à dire à propos de ce bouquin et de l’aventure personnelle qu’il raconte, mais, avant tout, j’ai trouvé très courageux de sa part de se mettre à nu (au sens figuré, bien entendu !) avec ses états d’âmes, sa naïveté (parfois), son enthusiasme et ses échecs, sans parler d’une partie de sa vie privée, afin de raconter sa brève expérience de néo-vigneronne (4 millésimes), partageant sa vie entre Paris (et ses deux jeunes enfants) et sa vigne et son chai dans l’appellation Terrasses du Larzac. Quand je pense à ce grand écart et à la détermination qu’il a fallu pour tenter cela, je suis béat d’admiration.

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 08/05/2021 09:29

Pour atténuer un peu le paradoxe un peu cynique de la réponse ci dessous. Le suicide est surtout un problème pour ceux qui restent. Comment n'avons nous rien pu voir ni rien pu faire pour empêcher ce geste radical ?

pax 08/05/2021 09:05

Il y a aussi les soixantuitards qui sont partis pour Katmandou. Certains n’en sont jamais vraiment revenus du moins dans leurs têtes. On les a retrouvés artisans ou divers rares petits métiers de main d’œuvre qui leur a permis de s’en sortir.
Une petite pensée pour cette tête à claques de Luc Charlier, mauvaise tête et bon cœur, qui s’est tristement crashé à La Coume Majou.
Bravo pour la plus part d’entre eux qui ont réussis à faire face à la triple exigence du métier dénoncée par le Taulier : être « en même temps » viticulteur-vigneron-vendeur.
Quand on voit l’incapacité de ce crâne d’œuf de Président Micron*à mettre en pratique ce qu’il annonçait comme « la clé » de la réussite de ses promesses électorales, on ne peut qu’être plus admiratif pour ces néo-viticulteurs.
Comme le Taulier je n’ai pas lu le livre de Laure Gasparotto et c’est l’article de Cobbold qui me l’a fait connaître. Je ne connais pas non plus David Cobbold et ne saurait dire s’il est « aigre ». Pour moi, l’article ne transpire pas cette aigreur.
L’impression que me laisse l’aventure narrée est justement que c’est d’une aventure qu’il s’agit. On assiste à un challenge que se serait donnée l’auteur. Il n’y a pas à douter de sa sincérité, de son engagement, et de sa détermination. Cependant on ne peut s’empêcher de penser qu’en son fort intérieur Dame Gasparotto se rassurait sachant, qu’au pire du pire des cas, il y avait une issue de secours. Son récit me fait penser à l’expérience de femme de ménage sur les ferrys au quai de Ouistreham de Florence Aubenas qui en a tiré un livre intéressant mais qui ne lui permettra jamais de dire qu’elle a été femme de ménage. On est loin de la vie d’une femme de ménage devenue journaliste dans les plus grands médias de France. La fin de l’ouvrage de Gasparotto telle que présentée par Cobbold, ressemble à une pirouette permettant de minimiser l’importance de l’échec aux yeux de l’auteur et de sauver la face. Et c’est très bien ainsi.
Tout cela pour dire que, comme le Taulier je préfère l’histoire de Catherine Bernard. Comme lui, on ne peut que recommander la lecture de son livre à tous les fans du blog si ce n’est déjà fait. Ils comprendront mieux alors tout ce qui précède.

* - Tu vas nous lâcher la mouche avec cette vaine vindicte récurrente à l’encontre de ce pôvre homme.
- Que voulez vous que j’y fasse , comme le scorpion de l’histoire, c’est ma nature.

JACQUES BERTHOMEAU 08/05/2021 09:15

en effet l'article ne transpire pas l'aigreur c'est pour cela que l'ai publié, Cobbold m'a succédé sur ma recommandation au 5 du Vin, il vit sur ses certitudes et sait être très désagréable à l'occasion

Un lecteur 08/05/2021 08:29

Une pensée pour un grand monsieur de vin qui vient de nous quitter : Pascal Clairet à Arbois l
Le taulier le connaissait-il?

pax 08/05/2021 09:12

Pour Comte-Sponville (de mémoire) Le suicide est un acte d'espoir. Le désespéré, in fine, est convaincu que l'au-delà qu'il s'apprête à rejoindre ne peut qu'être meilleur que ce monde. Ce qui nous permet de dire que ce n'est pas l'espoir qui fait vivre . Le désespoir quant à lui fait survivre.

JACQUES BERTHOMEAU 08/05/2021 08:43

Pas personnellement, ses vins oui,
lire 12 octobre 2013
« Il n’y a qu’un problème philosophique sérieux : le suicide » Albert Camus et si vous vous intéressiez un peu à la vie quotidienne des «Fils de la Terre» ? http://www.berthomeau.com/article-il-n-y-a-qu-un-probleme-philosophique-serieux-le-suicide-albert-camus-et-si-vous-vous-interessiez-un-120534285.html

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents