Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 08:00

À peine Ambrose avait-il enfourché son lourd destrier noir, shooté à l’électricité, le destrier bien sûr, que sur son cœur le grelot à la pomme entamée fut pris de folie. Des rafales de messages sur WhatsApp, dont la substantifique moelle tenait dans un avertissement et une injonction : « Ne crois surtout pas que tu vas t’en tirer comme ça…Viens dîner à la maison ce soir !  » Il sauta le pont d’Austerlitz, mis pied à terre face à la grande grille du Jardin des Plantes, « Ok, la belle, j’en profiterai pour te demander en mariage… » Un lourd silence radio s’ensuivit. Rue de la Glacière, Ambrose fit quelques emplettes au Biocoop, dont la friandise en boîte pour Beria, sa seigneurie raffolait du bio, encore un bobo !

 

 

À propos de bobo, Ambrose, avec son bel esprit d’escalier, se marrait dans sa petite Ford d’intérieur, ce matin en grignotant ses toasts, un poil charbonneux, embeurrés de beurre doux, il s’était planté en l’achetant, il avait lu que le Parlement espagnol venait d’inclure, dans son code civil, les critères, en cas de divorce, sur lesquels les tribunaux doivent se fonder pour décider à qui confier la garde de l'animal, compte tenu de son bien-être. S'il y a préjudices, seuls les juges pourront décider à quel propriétaire reviendra la garde exclusive de l'animal : il devra déterminer lequel de ses maîtres s'occupe mieux de lui. En complément, le propriétaire légitime, recevra une indemnisation pour préjudice moral. En effet, cette décision « pourra seulement leur être imposé quand il (l'animal) sera compatible avec sa nature et les dispositions destinées à sa protection ». Parmi les animaux de « compagnie » concernés, on retrouve bien évidemment les chats, les chiens, mais aussi les poissons rouges, les tortues et les oiseaux. « Faudra que j’en avise Beria, dont je ne suis pas le propriétaire mais dont j’assure la garde depuis des années… »

 

 

Déjeuner, pilon froid de Pintade des Dombes, necci maison, petit plateau de fromage, arrosé d’un savagnin ouillé, café, sieste sur le balcon, mise en condition pour le dîner à haut risque du soir puis pour le rencart, non moins risqué, chez ADN. La seule arme d’Ambrose face à ces périls : l’inertie ! Avoir recours au bréviaire de ce bon Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord « L’inertie est une vertu, l’activité est un vice. Savoir attendre est une habileté en politique ; la patience a fait souvent les grandes positions. On doit être actif quand l’occasion passe ; on peut être paresseux et nonchalant quand on l’attend ». Pour l’amour de sa vie sa position serait claire, sans détour, il se rendait demain à un rendez-vous à la Chancellerie, chez le Garde des Sceaux, Armand Dupont-Nanetti qui l’avait sollicité et il ignorait pourquoi. Stricte vérité qui l’exposait, bien sûr, dès sa sortie du majestueux bureau du Garde – lieu connu de lui au temps où Tonton régnait sur le pays – à une batterie de questions. Reculer pour mieux sauter l’obstacle, il aviserait au vu de la soupe que lui servirait ADN. Le pire n’est jamais sûr, Ambrose en avait vu d’autres, que serra, serra… »

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 26/04/2021 09:28

Il est évident que sous Ambrose Bierce, pardon, perce le Taulier.
Est il en train, ainsi, comme son homonyme, de nous préparer une série de « Nouvelles de la rue St Jacques ? »
Pour l’instant, il est toujours là et bien là comme en témoigne cette table assez bien dressée (plus de tire bouchon tire bouchonné – il est vrai que le Savagnin avait été ouvert la veille) sur laquelle réapparaissent les commensales Dupond et Dupont d’une table taulierenne, l’oie mystérieuse et la non moins mystérieuse tortue.
Autre mystère que l’on aimerait bien voir lever le chat Béria dont la frimousse ne devrait pas être dissimulée plus longtemps aux fidèles lecteurs des chroniques.
Comme on entend crier et harceler, dans les films, feuilletons ou séries américaines les meutes de journalistes à qui on oppose le sempiternel « No comment ! » « Les lecteurs, les gens, les citoyens, les électeurs (au choix) ont le droit de savoir ! »

P.S Attention cher Taulier, prends garde à toi. Il serait aussi triste que regrettable d’être amené à constater ta disparition comme ton homonyme qui ne réapparu jamais après avoir rejoint Pancho Villa lors de la guerre civile qui suivit la révolution mexicaine.
Nous allons prendre des précautions de telle sorte que personne ne valide ton autorisation de déplacement dérogatoire.
Enfin, il n’est pas inutile de corriger un titre abscons *. Tout le monde sait, surtout les babiboumers qui ont fait leurs humanités, que Lagarde est Michard.

* Coucou le cuistre !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents