Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2021 3 28 /04 /avril /2021 08:00

Emmanuel Macron, un président sachant chasser les électeurs - Le Parisien

Dupont-Nanetti, après avoir allumé un Puros, attaqua l’entretien bille en tête : « Au 78 rue de Varenne, tu as géré les chasses du domaine de Chambord, Rambouillet et Auberive, à la plus grande satisfaction des chasseurs. Guy Ligier, le pote de Tonton, ne tarissait pas d’éloges sur ton compte. Cerise sur le gâteau, tu y conviais aussi le petit peuple.

 

- Oui c’était ma BA, ma façon de me dédouaner moi qui n’ai jamais tenu un fusil de ma vie et, bien sûr, jamais chassé. J’avoue que je ne vois pas d’intérêt personnel à aller battre la campagne pour tirer du gibier et le discours qui affirme que la « chasse aide à dominer sa peur de la nature sauvage, à se la réapproprier, à l’amadouer, à la sentir vibrer, pleine de sève et de fougue… » s’apparente pour moi à de l’autojustification pure et simple. 

 

- Ta maîtresse d’alors chassait… 

 

- Oui, je ne suis pas à une contradiction près et pour alourdir ma croix je devais me taper au château ce grand mégalo de François de Grossouvre… 

 

- Tu as la fibre diplomatique dans ton ADN Ambrose. Mon souci c’est depuis dix ans le domaine national de Chambord, est entre les mains du beau-frère du comte de Paris, prétendant au trône de France, Jean d’Andlau de Cléron d’Haussonville qui se vante d’avoir fait revenir à Chambord le sang bleu et les grandes familles européennes. « Voir un noble à côté́ d’un préfet ou d’un lobbyiste, cela crée des mises en relation que personne n’aurait imaginées. Plus c’est chic, plus c’est attractif.»  

 

- C’est un c… ! 

 

- Je ne te le fais pas dire. Pour faire tourner l’entreprise, le grand chambellan a fait planter des vignes afin de créer trois cuvées Chambord, et le domaine commercialise désormais 13 tonnes de cervidés par an et 33 de sangliers pour 91 000 euros de chiffre d’affaires. 

 

- Ok, tu chalutes dans le bottin mondain et people : Gérard Larcher, le pape des salons de coiffure, Franck Provost, l’écolo Nicolas Vanier, l’ancien avocat de Laëtitia Hallyday, Me Ardavan Amir-Aslani, le financier Henri de Castries, l’archiduc du Luxembourg, le gros David Douillet, le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, le Guy Drut du 110 mètres haies, le balourd Christian Jacob, le socialo Claude Bartolone, des ministres, des capitaines d’industrie, des généraux et des ambassadeurs...Tu ne souhaites pas que je te trouves quelques gilets jaunes pour faire peuple ou que je fasse les yeux doux à Méchancon ou à Ruffin… 

 

- La présidence des chasses présidentielles ça te tente ? 

 

- Pas le moins du monde mon ami, j’ai mieux à faire que de me fader l’élite de la République… 

 

- Tu réfléchis, je t’ai fait constituer un dossier, tu y jettes un œil et tu me rappelles. 

 

- Si ça te fais plaisir, je veux bien… 

 

- Dès  que  les restaurants rouvrent, on se casse une petite graine dans l’une de tes mangeoires préférées… 

 

- Tope-là !

 

La belle Annabelle tendit à Ambrose une grande enveloppe cachetée à la cire. ADN, salua Ambrose d’un signe de la main, « Sacré renard… » pensa celui-ci en mettant ses pas dans les pas de l’attaché de presse. Celle-ci, alors qu’ils allaient se quitter, lui précisa « J’ai constitué le dossier de presse mais le Garde a tenu à mettre l’ensemble du dossier sous pli de sa main. Vous devez être quelqu’un de très important… »

 

- Un faisan surtout Annabelle, ou pire un pigeon d’argile…  

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Eclairons le débat à défaut d'éclairer la vue du toro bravo. il s'agit d'une race particulière élevée pour le combat . S'il ne voit pas les couleurs,( la muleta n'a pas toujours été rouge) ce sont les mouvements du torero avec sa cape, au début puis sa muleta à la fin,lors du dernier tiercio ou faena qui l'excitent et le rendent combatif.
Supprimons la corrida et cette espèce disparaitra.Ce ne fera jamais qu'une de plus
Pour clore le débat il faut savoir que jusqu'à la corrida le toro bravo vit une vie royale, en liberté, bien nourri et choyé . Disons que si toutes les bêtes de toutes sortes élevées pour l'alimentation humaine avait une qualité de vie de cette nature, on ne parlerait plus depuis longtemps de maltraitance animale.
Répondre
P
pour la clarté du débat; rappelons que la vache a une vision monochromatique, qu'elle est effectivement atteinte de strabisme, que le travail du matador consiste à passer le plus près possible de la bête épuisée qui ne le voit pas sinon elle l'embroche, que dans le final la lame plate de l'épée à la lame incurvée doit sectionner la moelle épinière qui le fait tomber à genoux devant l'autre qui fait le Kakou!! alors oui à une corrida où les deux partenaires rentre en même temps face à face , seul à seul: on verra les candidats!.
Répondre
P
des mecs qui s'habille en rose pour tuer des vaches atteintes de strabisme comverrgent, aimer ça faut être con.
Répondre
P
L'avenir de cette société est de ne plus pouvoir rien engendrer que des opposants ou bien des muets.
Philippe Muray in L'Empire du Bien (1991)
Nous étouffons parmi des gens qui veulent avoir absolument raison
Albert Camus
P
Après les commentaires, vous saurez tout, je promène Nane. (pissou en canisette, crottes ramasse crotte en main)Puis en route pour la Maison de la presse. Nane trotte à coté de moi. Chacun trotte ce qu’il veux mais moi, ce matin quelque chose me trottait dans la tête.
Bon sang, mais c’est bien sur, l’éloge de la chasse. J’entends les colères de fidèles lecteurs du Taulier. Comment, cette conne de mouche aime la chasse ? On aura tout lu ! Vite, du Fly-tox, une tapette, faut exterminer cette engeance !
Et oui j’aime la chasse même si je ne la pratique pas . J’aime la chasse des gardes chasses qui connaissent la faune et la flore de leur territoire. Une connaissance pratique qui leur permet, , observant , dans une coulée, une biche à l’arrêt sous le vent, humant celui ci, de dire la direction qu’elle va prendre. J’aime la chasse et la chasse à courre. Elle est aussi appelée vénerie. Cela m’est cher en ce que la vénerie entretient un ensemble de traditions et représente une part du savoir cynégétique. La connaissance des animaux, la science du chien, de l’équipage , s'apprennent sur le terrain au prix d'une longue expérience et se transmettent de génération en génération. Il en va de même avec tout l’artisanat qui accompagne cette activité, du sellier au maréchal ferrant.
C’est une richesse de notre patrimoine qui mérite respect. D’abord par ceux qui la pratique mais aussi de tous.
Je ne veux convaincre personne mais qu’on fiche la paix a ceux qui ont une passion. Il y a assez de lutte à mener pour améliorer le monde si possible **
« Il y a des personnes, comme les végétariens ou les communistes, avec lesquels il est impossible de discuter » Selon Orwell
Et Fernando SAVATER in Tauroética - L’Herne 1912 ajoute : » La liste des gens affecté par ce blocage – et dépourvu du sens de l’humour concomitant – ne cesse de croître.je crains qu’il ne faille y ajouter les partisans des prétendus « droits » des animaux. »

Bon, c’est pas tout ça, j’m’en vas déjeuner. A oui, j’oubliais, j’aime aussi la corrida….

So long’

**« Le diable est bien optimiste s'il pense pouvoir rendre les humains pires qu'ils ne sont »
Karl KRAUS
Répondre
P
Après avoir éviter de justesse d’être pris , hier, pour des pigeons on se demande à quelle sauce allons nous être manger aujourd’hui. Seront nous les dindons de la farce ?
Il semblerai que non. La chronique du jour sacrifie l’entre soi. Celui de la pire espèce qui rassemble les vaniteux intéressés, aristocrate en toc, réunis ,ici, tout autour de ce sport si viril ** La chasse peut être une belle et bonne chose quand elle est pratiquée avec noblesse *.
Paul Vialar ,écrivain oublié, a écrit sur ce sujet, plusieurs ouvrages que l’on lit aujourd’hui avec nostalgie en pensant a cet autre écrivain français amoureux de la nature Maurice Genevoix.
Mais le Taulier en fait suffisamment pour que je n’enfonce pas le clou.

* « Il n’y a plus de noblesse aujourd’hui , il n’y a plus qu’une aristocratie. »
– Savinien de Portenduère in « Ursule Mirouêt » de Balzac

** A l'ouverture de la chasse
Dans un château riche en gibier
Riche en gibier
Une marquis' sans héritiers
Invita des chasseurs en masse
Alors vit-on plus d'un chasseur
Accouru sans qu'on lui dise
A à la chasse de la marquise
Au rendez vous de la marquise

Refrain:

Nous étions 80 chasseurs
80, 80, 80, 80 chasseurs
80, 80, 80, 80 chasseurs
Qui n'avions pas peur!

Encouragés par notre belle
Nous abattions plus d'un faisan
Lorsqu'un sanglier effrayant
Tout à coup s'élança sur elle
Malgré sa force et sa vigueur
Nous le forçâm' à lâcher prise
Et pour défendre la marquise,

au refrain

"Allons chasseurs vite en capagne"
Dit la marquise, "Il faut partir
Il suffit pas de se réjouir
Il faut encore manger et boire"
Au milieu des chants et des cris
La table fut aussitôt mise
Et à la tabl' de la marquise

au refrain

Lorsqu'on nous servit le champagne
Les coeurs se dispos'nt à l'amour
Chacun voulut plaire à son tour
A notre illustre compagne
Chacun d'elle obtint un' faveur
Si bien que la dame était prise
Et dans le lit de la marquise

au refrain

Pour fêter ce jour mémorable
La marquise neuf mois plus tard
Mis au monde un jeune bâtard
Qui aujourd'hui est redoutable
De sa force ignorant l'auteur
Il voulut que l'on l'en instruise
"Tu es, dit la marquise


Refrain final:
L'enfant des 80 chasseurs
80, 80, 80, 80 chasseurs
80, 80, 80, 80 chasseurs
Qui n'avaient pas peur!
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents