Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2021 6 01 /05 /mai /2021 06:00

Macron « ne comprend pas les petites gens », affirme François Pinault, «  d'1 si bel article sur 1 milliardaire face à l'art contemporain le bruit et  la rumeur ne retiennent qu'une

À Saint-Émilion, l’appellation, son classement qui fait la joie des plaideurs, Me Morain en tête, « Il se passe toujours quelque chose, comme aux Galeries Lafayette… » C’est le Monopoly des châteaux et cerise sur le gâteau, à Bordeaux, la ville, depuis le départ de Juppé, rien ne va plus, les Verts sentent le sapin et le stade du défunt Chaban-Delmas a été déserté par les Girondins, les footballeurs pas les copains des Montagnards, pour fouler la pelouse du Matmut Atlantique.  

 

Le début de la fin !

 

https://www.lequipe.fr/_medias/img-photo-jpg/les-supporters-des-girondins-ont-manifeste-a-bordeaux-samedi-apres-l-annonce-par-king-street-de-son-desengagement-n-luttiau-l-equipe/1500000001480926/0:0,1827:1218-624-416-75/99365

 

En crise depuis la décision de King Street de se retirer, les Girondins de Bordeaux sont un monument en péril. Et pour François Pinault, amoureux du vin et du football, l’heure doit être à la mobilisation. Dans une lettre ouverte transmise à “Sud-Ouest”, il appelle les autres propriétaires de grands crus de Bordeaux à sauver le club.

 

C’est un véritable coup de tonnerre dans le ciel des Girondins de Bordeaux. Le 22 avril, King Street, le propriétaire du club, a annoncé qu’il ne « souhaitait plus soutenir le club et financer ses besoins actuels et futurs ». En conséquence, les Girondins de Bordeaux sont placés sous la protection du tribunal de commerce de Bordeaux

Château Beauséjour Duffau-Lagarrosse - Nicolas Thienpont

1- À Saint-Emilion, la délicate reprise du château Beauséjour

 

A 30 ans, Joséphine Duffau-Lagarrosse, ingénieure agronome et œnologue, a pu garder le domaine de sa famille, un grand cru classé, en s’associant au groupe Clarins.

Par Laure Gasparotto

Publié le 28 avril 2021

 

Le 12 avril 2021, à midi, la vie de Joséphine Duffau-Lagarrosse a pris un autre cap. A 30 ans, cette ingénieure agronome, également œnologue, a reçu les clés du Château Beauséjour, à Saint-Emilion. S’est alors achevé l’épisode haletant d’une transmission difficile. À son âge, la seule façon de trouver un vignoble à cultiver, dans une région où l’hectare dépasse souvent les dix millions d’euros, est de récupérer un domaine familial.

 

Château Beauséjour, propriété de 6,75 hectares classés en premier grand cru classé, appartenait à la famille Duffau-Lagarrosse depuis 1847. Les générations se succédant, augmentant toujours plus le nombre de propriétaires, le père de Joséphine et son cousin, cogérants depuis dix-sept ans, ont dû vendre le domaine familial. C’était en juillet 2020. Leurs voisins, la famille Cuvelier, à la tête du Clos Fourtet, se placent alors sur les rangs et proposent d’installer un jeune agriculteur, Grégoire Pernot du Breuil.

 

Joséphine Duffau-Lagarrosse rêve de reprendre les rênes de la propriété familiale, mais n’a pas les moyens d’acheter les parts des coactionnaires familiaux. D’autant que le prix s’élève à 75 millions d’euros. En novembre 2020, la majorité des associés propriétaires penchent pour une reprise par la famille Cuvelier. Sans investisseur pour l’aider à donner du crédit à sa candidature, Joséphine, qui travaille pour le groupe de vins de Bernard ­Magrez, voit son projet échouer. « À table, mon grand-père nous servait le vin de ma famille », explique alors la jeune vigneronne, le cœur serré.

 

Investisseur surprise

 

Mais la vente est finalement confiée à la société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) qui régente les cessions agricoles. Cet organisme d’intérêt général, sous la tutelle des ministères de l’agriculture et des finances, aide de jeunes agriculteurs à mettre le pied à l’étrier et à éviter les dérives financières. A la tête du prestigieux Château Angélus, Stéphanie de Boüard-Rivoal, qui a moins de 40 ans, se porte alors également acquéreuse à titre personnel.

 

Du côté de Joséphine Duffau-Lagarrosse, un miracle se produit. Ou plutôt un investisseur surgit. Au début de l’année, la jeune œnologue rencontre Prisca Courtin, 34 ans, qui s’occupe de diversifier le capital de sa famille, propriétaire du groupe Clarins. « C’était une grande chance ! », reconnaît Joséphine, qui parle de son projet à son patron. Bernard Magrez la soutient sans hésiter quand elle le prévient de sa démission éventuelle si la Safer choisit son dossier.

 

Le 7 avril, le comité technique de l’organisme donne un avis favorable au dossier Beauséjour-Courtin. « Même si je suis déçue du résultat, je dois reconnaître que la Safer a localement tenu son rôle », avoue, bonne joueuse, ­Stéphanie de Boüard-Rivoal. Pour Joséphine Duffau-Lagarrosse, c’est évidemment un soulagement et l’ouverture de perspectives. « Avec Prisca Courtin, nous sommes désormais ­cogérantes et nous avons la même vision ­des choses. »

 

Dès sa première nuit de vigneronne, Joséphine était dans ses vignes avec son équipe afin d’essayer de freiner le gel qui a tant meurtri le vignoble français en avril.

 

 

Saint-Émilion : le château Villemaurine racheté par la famille Lefévère

 

2- Château Villemaurine vendu, Justin Onclin tourne la page bordelaise

 

De nouveaux propriétaires pour les Châteaux Villemaurine et Branas Grand Poujeaux et de nouveaux challenges pour leur directrice.

Par Béatrice Delamotte

Publié le 09/04/2021

 

Arrivé de sa Belgique natale au début des années 1980, Justin Onclin a réussi à se faire une place de choix sur la place bordelaise. « Depuis 1982, j’ai pris un immense plaisir à distribuer ces superbes produits que sont les vins de Bordeaux, d’abord au sein de la maison Sovex Grands Châteaux, puis par mes fonctions dans le groupe Ballande France », se souvient Justin Onclin. Une passion pour les grands vins qui va prendre une nouvelle dimension en 2002 avec l’achat à titre personnel du Château Branas Grand-Poujeaux, dans le Médoc, puis en 2005 du Château Villemaurine, grand cru classé de Saint-Emilion. « Je me suis passionné pour la production de grands vins identitaires de leur terroir », reconnaît-il.

 

Pendant près de vingt ans, Justin Onclin va s’attacher à redonner leur lustre aux propriétés. C’est ainsi qu’en 2020, le rachat avec Hindrik Gommer, homme d’affaires néerlandais et amoureux du vin, de 5,2 hectares de Granins Grand Poujeaux permet au domaine du Médoc d’atteindre une taille critique et d’intégrer des parcelles de choix dans l’assemblage du vin de Branas Grand-Poujeaux.

 

Aujourd’hui, c’est une page qui se tourne pour Justin Onclin. Soucieux de régler sa succession, il a vendu le Château Villemaurine à Marie Lefévère, également propriétaire du Château Sansonnet, à Saint-Emilion et ne garde qu’une part minoritaire dans Branas Grand-Poujeaux. Quant à Cynthia Capelaere, la jeune et dynamique directrice des deux propriétés, elle va rejoindre dès le mois de mai le Château du Tertre, à Margaux, récemment acquis par une compagnie d’assurance et exploité par la famille Helfrich, à la tête du groupe Grands Chais de France. Aucune nostalgie pourtant chez Justin Onclin qui entend passer une grande partie de son temps à Bordeaux pour s’occuper de ses quatre petits-enfants.

 

 

3- Girondins de Bordeaux : François Pinault lance un appel au monde du vin pour un projet de reprise

 Publié le 26/04/2021

 

Troisième fortune de France et 27e fortune mondiale, François Pinault est notamment propriétaire du Château Latour, premier grand cru classé de Pauillac, en Gironde. Depuis 1998, le fondateur du groupe de luxe Kering (ex-Pinault Printemps Redoute) est également le grand patron du Stade Rennais FC, prochain adversaire des Girondins dimanche, via sa holding Artémis.

 

 

 

C’est un véritable coup de tonnerre dans le ciel des Girondins de Bordeaux. Le 22 avril, King Street, le propriétaire du club, a annoncé qu’il ne « souhaitait plus soutenir le club et financer ses besoins actuels et futurs ». En conséquence, les Girondins de Bordeaux sont placés sous la protection du tribunal de commerce de Bordeaux

« Lettre ouverte à mes collègues, propriétaires de grands crus bordelais

 

Comme tous les Français amoureux du football, je suis ému à l’idée de voir les Girondins de Bordeaux en risque de disparaître. Breton et propriétaire du Stade Rennais, je mesure depuis des décennies combien l’identité d’un club et si possible ses succès participent du contrat social dans une région.

 

Associé depuis trente ans à la vie bordelaise, à travers Château Latour, je pense que l’existence du club mythique que sont les Girondins est importante pour Bordeaux, son rayonnement, son équilibre auxquels tous les propriétaires viticoles ne peuvent que s’identifier.

 

Quelle est la force économique qui, dans cette région, peut se donner l’objectif de sauvegarder les Girondins et de les développer ? Le monde du vin et en particulier les propriétaires de grands crus.

 

Les règles légitimes en matière de possession des clubs m’interdisent de monter un projet de reprise des Girondins, dès lors que mon groupe est l’actionnaire unique du Stade Rennais. En revanche, je suis prêt à apporter mon soutien à toute opération montée par les acteurs du vin et je le ferai avec enthousiasme.

 

J’appelle donc mes collègues propriétaires à se réunir afin de préparer un projet de reprise des Girondins. »

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 01/05/2021 06:35

Encore des initiales pour initiés. Dans cette région où il est bon de rappeler que Bordeaux, quoiqu’on en dise est au bord de la mer, j’ai toujours cru que GCC voulait dire Grands Culs Culottés. Il y a pas de quoi se noyer dans un verre direz vous. Certes mais dans ce vignoble il semble , qu’un peu plus qu’ailleurs , outre du vin, on boive aussi la tasse.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Cadeau de mariage
    Les mots me manquent et pourtant ils se bousculent dans ma tête, me font mal. Écrire sur un temps heureux, un temps de grand bonheur simple, se replonger dans son passé pour en extraire, non pas des souvenirs éteints, mais des braises vives, est une vraie...
  • BLUM le Magnifique «juif d’État» un «homme double», un «héros de roman» par Frédéric Salat-Baroux.
    Sans me vanter j’ai du nez, à la veille de la commémoration du 10 mai 1981, 40 ans déjà, certes Tonton n’est pas Napoléon, il a ses grognards, mais nous commémorons beaucoup dans notre vieux pays. Du côté de ce qui reste du PS, le dimanche 9 mai, au Creusot,...
  • Je t'aime ! Pense aux femmes de marins...
    Marie avait dû différer son départ pour Yeu afin de régler son dossier universitaire. Elle ignorait que je m'y trouvais déjà. Au téléphone je lui racontais des bobards. Officiellement je faisais la moisson avec mon père ce qui expliquait que je ne pouvais...
  • Le 10 mai 1981 : « La France passe de l’ombre à la lumière » Jack Lang.
    J’avais, bien sûr, voté Mitterrand aux deux tours, sans grand enthousiasme, ses 101 propositions pour la France ICI , grand fourre-tout, rassemblait une seule ligne programmatique qui cachait des conceptions divergentes entre les différents courants,...
  • Le « marchand de vermoulu »
    Jean RIGAUD (Bordeaux, 1912 - Paris, 1999) "Les thonniers verts, île d'Yeu", 1967. Les marins l'appelaient le « marchand de vermoulu » et se faisaient un devoir de lui faire prendre, à chacune de ses sorties, une mufflée. Mon baptême du feu se révéla...