Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2021 4 22 /04 /avril /2021 06:00

 

 

Ambrose Duport-Joinville, confiné, se fait carrément chier dans son loft en duplex de 145 m2, sans la terrasse, surface corrigée loi Carrez, debout, face au frêle soleil matinal, en sirotant son café, il contemple le lac du parc Montsouris, triste mare aux canards fabriquée, en se remémorant ses années de galère sous le déplumé de Chamalières. Marner pour ces centristes caramel mou, le Pierre Méhaignerie, ministre de l'agriculture, que Jean-François Carrez, ancien élève de l'ENA et conseiller référendaire à la Cour des comptes, rejoignit comme directeur du cabinet en avril 1978, puis sil prend l’ascenseur, bombardé directeur des forêts jusqu'en mars 1983 où il rejoint le mol IGREF, qui préside le conseil général d'Ille-et-Vilaine, comme directeur général des services du département. En mars 1986, cohabitation oblige, rebelote, le maire de Vitré est nommé ministre de l'aménagement du territoire et de l'équipement et Carrez le suit pour diriger son cabinet. En octobre 1986, il laisse cette fonction à Jean-Pierre Beysson, administrateur civil, qui en 1981, retournera sa veste en lui léchant les pieds.

 

À ses pieds, Lavrenti Pavlovitch Beria, Lavrenti Pavles dze Beria, en géorgien, ლავრენტი პავლეს ძე ბერია son chat de gouttière, mâchouillait les miettes de son pain au chocolat ; Ambrose, le plus souvent, l’appelait Ignoble. Beria, pas le chat, avait trois passions: le pouvoir, la Géorgie et les femmes, Staline l’appela un jour «notre Himmler» devant Roosevelt, il est intelligent, retors et sait prouver à cet autre Géorgien qu'est Staline que l'on peut compter sur lui, homme ambivalent, à la fois serviteur zélé du système mais aussi réformateur en puissance et précurseur de la perestroïka. Dès la mort de Staline, il lance des initiatives inouïes, parmi lesquelles la libération de plus d'un million de prisonniers du goulag ou l'idée de réunifier l'Allemagne, et tente de desserrer l'étau du Parti sur l'État, ce pourquoi il fut arrêté et fusillé en 1953 par Khrouchtchev et les siens. Avant de partir pour Potsdam, Staline décerna à Beria le 9 juillet 1945 le titre de maréchal. Ses seules activités militaires ont consisté à organiser les déportations d'une douzaine de peuples de l'URSS. C'est sans doute l'unique maréchal de l'histoire dont les seuls faits de guerre soient des opérations de police contre ses propres concitoyens. Telle était l'essence du régime de Staline.»

 

Ambrose mon gars, tout ça c’est fini, le rideau de fer, la guerre froide, les espions  qui venaient du froid, la CIA, le KGB, l’heure est au GAFA, à la DATA, la Chine sans Mao donnant des cours de capitalisme, la sainte Russie du petit Poutine, le en même temps de Macron, la Covid 19, tout ça, ça fait chier ! »

 

Putain que faire de ma sainte journée ?

 

Bouffer, picoler, bouquiner… engraisser… jardiner… se faire des toiles…

 

« Beria, arrêtes de miaulasser, tu fais chier ! »

 

Reprends-toi vite camarade, tu deviens grossier, tu parles tout seul, maintenant que tu es vacciné, bouges-toi – il pensait bouges toi le cul mais s’abstenait de l’oraliser – sors de ton coaltar, écrit tes mémoires !

 

Ne dites pas à ma mère que j’ai vendu du vent, elle me croit devenu Président…

 

Ouais, se casser le cul – désolé d’avoir cette fois-ci oralisé, Ambrose se resservait du café – pour être lu par trois pelés et un tondu, passer direct à la case pilon… Encore lui faudrait-il pouvoir passer sous les fourches caudines du comité de lecture, si tant était que son manuscrit ne reparte pas illico presto chez lui, avec un petit mot de désolation hypocrite, sans même avoir été ouvert.

 

Alors un roman !

 

Être Houellebecq ou rien ! Un truc sur l'islamo-gauchisme...

 

« L’Ignoble, qu’en penses-tu ? Réponds-moi au lieu de te léchouiller le c… »

 

Béria, se roulait par terre, pattes en l’air, exhibant ses griffes, Ambrose le fustigeait « Tu te fous de ma gueule ducon, t’as pas tout à fait tort mais tu pourrais faire un effort pour remercier la main qui te nourrit gros plein de soupe ! »

 

Dépité, Ambroise partait se doucher…

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 22/04/2021 08:43

Et aujourdhui, plus particulièrement ton orthographe défaillante. Rappelons cependant que les S, comme beaucoup sont victimes du confinement

pax 22/04/2021 06:25

Comme dans Little big mann, , Big Chief son lointain arrière cousin ,la mouche du coche sort de sa réserve. Si savoir comment elle va peut vous intéresser sachez que cela fait longtemps qu’elle à fait sienne la réponse de ce grand sage : « C’est une belle journée pour mourir » *

Ceci dit, un rapide commentaire en respectant les prescription du Taulier : « Faire court, incisif, pertinent, impertinent… »

« Und du glaübscht ! » comme on dit par cheu nous soit, en bon francois « et tu le crois ! » ou imagé « Et mon oeil ! »
Garnement, va !



* Question souvent abordée par le Taulier dans ses chroniques dont une savoureuse le 31 décembre 2015 précédée d’une autre chronique du 19/05/2015 ou l’on échangea sur le ridicule des formules dites de politesses alors qu’elles montrent, à l’ évidence **le ouf de soulagement d’en avoir enfin fini avec ses écrits.

** tic de langage de ta part ma pauvre Mouche. Tu pourrais soigner ton style ne serait ce que par respect pour les lecteurs des chronique du Taulier à qui tu imposes tes commentaires.
Oui, je sais, je sais, « comment taire ? » Vaste programme comme rétorquait l’autre à qui l’on criait « mort au cons ! »

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents