Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 08:00

 

Peinture de Mort Kunstler montrant le général Lee (à droite) accompagné de son célèbre collaborateur mort de ses blessures à la bataille de Chancellorsville: Stonewall Jackson.

J’ai revu Truman Capote de Philip Seymour Hoffman avec Philip Seymour Hoffman.

 

 

Philip Seymour Hoffman a obtenu l'Oscar du meilleur acteur pour son rôle de l'écrivain Truman Capote dans le film du même nom en 2006, un rôle qui lui avait également valu un Golden Globe la même année.  Il  a été retrouvé mort un dimanche de février 2014 dans son appartement à New York, apparemment d'une overdose.

 

L'acteur américain Philip Seymour Hoffman en 2012

 

Revoir un film qu’on a aimé permet d’accrocher son regard au-delà de l’acteur central pour s’intéresser à ce que l’on nomme les seconds rôles et, dans le cas présent, celui de Catherine Keener qui joue le rôle de Nelle Harper Lee, cette jeune femme l’accompagne dans le Kansas pour l’aider dans ses entretiens et ses recherches. Elle apaise Capote, exerce sur lui une influence, il l’écoute.

 

TRUMAN CAPOTE" : The Truman show - cinemaniac.blogs.allocine.fr

 

Le coffret du DVD contient un petit opuscule très bien fait. Je l’ouvre et le feuillette pour découvrir que Nelle Harper Lee était une descendante du général Robert E. Lee qui s’était illustré durant la guerre de Sécession.

 

Truman Capote signing copies of In Cold Blood with Harper Lee in 1966. Photograph: Steve Schapiro/Corbis

 

Née le 28 avril 1926 à Monroeville, Harper Lee – de son vrai nom Nelle Harper Lee – grandit dans cette petite ville du sud de l’Alabama où l’écrivain Truman Capote (1924-1984) a lui aussi été élevé. Lee et Capote sont d’ailleurs des amis d’enfance. A l’époque, ils vivent à quelques rues l’un de l’autre. Plus tard, à la fin des années 1950, Truman Capote entraînera même Harper Lee dans l’écriture d’un roman sur un quadruple meurtre. Lee l’accompagnera dans le Kansas pour l’aider dans ses entretiens et ses recherches. Et ce livre deviendra De sang-froid (1966), que Capote dédiera à Harper Lee – laquelle apparaîtra également dans plusieurs autres de ses livres, avant que leurs liens d’amitié ne se distendent considérablement, notamment après le succès de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur.To Kill a Mockingbird.

 

 

Harper Lee y décrit la vie étriquée de Maycomb, un petit village du Sud profond « où les jours ont vingt-quatre heures mais semblent tellement plus longs » et où « personne ne se presse parce qu’il n’y a nulle part où aller ». Pis, tout plaisir y est péché, même celui qui consiste à savourer le parfum du mimosa, pourtant « aussi doux que le souffle des anges ». C’est dans ce « trou » brûlant, écrasé de chaleur, d’hypocrisie, de pudibonderie et de puritanisme, que le père de la jeune Scout, Atticus Finch, un avocat impeccablement intègre, idéaliste et magnanime – que le lecteur imagine assez semblable au père de Harper Lee dans la vraie vie – décide de défendre Tom Robinson, un homme noir injustement accusé du viol d’une femme blanche.

 

Plaidoyer pour la justice et la compassion, ce roman magnifique paraît à l’époque de la reconnaissance des droits civiques des Africains-Américains. Sa grande richesse, son humour et sa narration généreuse en font un succès instantané. Vendu à 500 000 exemplaires l’année même de sa sortie, le roman est adapté au cinéma par Robert Mulligan en 1962. Le film, Du Silence et des ombres, vaut à Gregory Peck un Oscar pour son interprétation d’Atticus. Quant au livre, il est bientôt étudié dans les collèges (au sens français) et lycées américains, traduit dans quarante langues, et vendu aujourd’hui à 40 millions d’exemplaires.

 

Lire ICI 

 

Comment «Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur» est devenu une religion  américaine | Slate.fr

Mort de Harper Lee, auteure de « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur »

La romancière américaine, prix Pulitzer en 1961, s’est éteinte, le 19 février, à 89 ans.

Par Florence Noiville

Publié le 19 février 2016

 

Elle incarnait l’un des contes de fées les plus spectaculaires de l’industrie éditoriale contemporaine. L’écrivaine américaine Harper Lee, essentiellement connue pour son roman To Kill a Mockingbird (1960), prix Pulitzer en 1961 et réédité en France aux éditions de Fallois (Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, 2005), est morte dans sa ville natale de Monroeville, en Alabama, vendredi 19 février. Elle était âgée de 89 ans.

 

Le chef-d'œuvre caché de la bibliographie d'Harper Lee | Slate.fr

Sur une photo, on la voit, guillerette octogénaire à lunettes et cheveux blancs, tout sourire au bras de George W. Bush. Paternellement penché vers elle, le président américain vient de lui remettre la médaille de la Liberté – The Presidential Medal of Freedom, la plus haute distinction que puisse recevoir un civil américain – pour sa contribution à la littérature. Cela se passe en 2007. La contribution de Harper Lee se résume alors à un seul livre, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur. Mais quel livre ! Une courageuse dénonciation de la ségrégation raciale dans l’Amérique sudiste des années 1930. Un livre qui, dès sa parution, deviendra un classique de la littérature américaine.

 

Catherine Keener née le 26 mars 1960 à Miami (Etats Unis).

 

Biographie de Catherine Keener

 

Actrice américaine d'origine libano-irlandaise, Catherine Keener est née à Miami en 1960. Après des débuts laborieux au cinéma, elle se fait connaître à partir de 1991, grâce à 4 tournages avec le réalisateur Tom DiCillo. En 1999, le succès arrive : l'actrice est nominée à l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour son jeu dans « Dans la peau de John Malkovich ». C'est le début d'un cercle vertueux avec 4 nominations depuis 2006 !

 

Du silence et des ombres

1962 Etats-Unis Réalisé par Robert Mulligan 2h9 avec Gregory PeckBrock PetersJames Anderson

Drame

On aime beaucoup

 

Critique par Guillemette Odicino

 

Mulligan a tout compris de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, le superbe roman de Harper Lee sur la perte de l’innocence… Un avocat, veuf, élève seul son fils et sa fille. Le temps d’un procès, ils vont faire l’expérience douloureuse du monde des adultes, qui comporte peu de figures aussi nobles que leur père, qui défend, seul contre tous, un ouvrier noir accusé du viol d’une Blanche…

 

L’enfance est, pour le cinéaste, un voyage initiatique au pays de la peur. Mais un voyage de proximité : derrière la clôture, devant la maison où il faut abattre un chien enragé, vers un arbre où de petits cadeaux sont déposés par une main anonyme. Plus les deux enfants découvrent la peur, plus l’obscurité et la cruauté stimulent leur courage, et plus on pense à La Nuit du chasseur. Même noir et blanc soyeux, même atmosphère tendue, même talent des deux jeunes interprètes. Gregory Peck fait d’Atticus un tranquille et imprenable bastion d’humanité. Seul et sans arme dans le halo d’une lampe, il monte la garde. Comme la dernière lueur d’une espérance butée en un monde qui laissera en paix les enfants, les oiseaux et les « Nègres ».

Notre série Culture de l’été s’intéresse aux artistes connus à travers une seule œuvre. Comme Harper Lee, dont le premier roman est l’un des plus vendus du XXe siècle. Après Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, elle s’est tue… jusqu’à l’annonce, 55 ans plus tard, de la parution d’un deuxième livre.

 

par Eric Bulliard

 

C’est l’histoire d’une inconnue qui rencontre un succès mondial et décide de se taire. Harper Lee a 34 ans quand elle publie son premier roman, To kill a mockingbird. En français, le livre a été traduit par Quand meurt le rossignol puis Alouette, je te plumerai, avant de devenir, en 2005, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur.

 

 

 

Dès sa sortie, il fait figure de classique de la littérature américaine. Prix Pulitzer en 1961, le roman se vendra à quelque 40 millions d’exemplaires dans 40 langues. Un sondage l’a placé au deuxième rang des livres qui ont le plus changé la vie des Américains, derrière la Bible. Tous l’ont lu à l’école.

 

 

La suite ICI 

Harper Lee : et si son héros n'était pas si blanc ? ICI

Nathalie Crom

Publié le 26/09/15

Le chef-d'œuvre caché de la bibliographie d'Harper Lee ICI
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Ouf, v’la la chronique, certes passé 8h, mais la v’là.
D’abord on s’inquiète. Six heures, rien. Six heures et quart, toujours rien. Les quarts d'heure se suivent et se ressemblent. 7h même chose. On commence à s'inquiéter. Arrive huit heures, pas l'ombre d'une chronique alors que c'est le moment où apparaît normalement la seconde de la journée. Je pense d'abord à une défaillance d’accès à Interlope sur mon ordinateur. J'essaie plusieurs entrées vers « Berthomeau » soit en accès rapide soit en reprenant une nouvelle recherche. Rien de rien. Même chose sur la tablette. Huit heures quarante, par curiosité l'ouvre à nouveau mon ordinateur : elles sont là ! Et pour nous rassurer elles sont même deux d'un coup. Le soleil sur la vallée et la montagne brille soudain plus fort.
Il ne nous reste plus qu'à lire.
Belle chronique sur Nelle Harper Lee, Truman Capote, Philip Seymour Hoffman et tous les autres appartenant à cette face de l’Amérique que l’on ne peut s’empêcher d’aimer. On l’aime tellement que l’on va s’interdire de développer ici tout ce qui la rend haïssable par ailleurs.
J’associe souvent Truman Capote à Tennessee Williams. On se demande ce que serait la littérature américaine sans le sexe, l’homosexualité surtout, l’alcool et la drogue. Sans oublier ce foutu « Rêve Américain » qui n’est la que pour culpabiliser ceux qui n’ont pas réussi malgré les trésors d’énergie déployés. Comme si le seul bonheur possible était d’accumuler des dollars. Heureusement il y a leurs écrivains et leurs films. Alors courrons nous faire une toile.

So long’
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents