Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 06:00

 

Au pays des fromages qui puent, dont le Président se prénomme Emmanuel, il se passe pas une journée sans que du côté de Laval, pas le Pierre du Maréchal mais la capitale du 53, un autre Emmanuel, avale comme un goinfre l’un de ses concurrents ou sorte de ses marmites infernales une dégueulasserie de son cru.

 

Démonstration :

 

  • Lactalis dévore les tranches de Leerdammer et poursuit son expansion internationale.

 

  • Que se cache-t-il dans l’emmental râpé Président ?

 

Lactalis dévore les tranches de Leerdammer et poursuit son expansion internationale

 

Samedi 20 mars 2021

Par Germain TreilleFrance Bleu MayenneFrance Bleu

Mayenne

 

Lactalis se met à table pour croquer du Leerdammer. Le géant mayennais du lait a l'intention d'acquérir le célèbre fromage des Pays-Bas, qui appartient au groupe Bel qui fabrique aussi La Vache qui Rit. Les deux industriels sont entrés en négociation pour plusieurs centaines de millions d'euros.

 

Pour parvenir à cette acquisition, un simple deal, un transfert gagnant-gagnant. Bel va récupérer des actions détenues jusque-là par Lactalis, 23% de son capital, ça représente 600 millions. Ce qui permet à la société de la Vache qui Rit, du Kiri, du Boursin et du fameux Babybel, produit dans notre département, à Evron, d'avoir les mains libres sur ses futurs projets.

 

Faire de Leerdammer une marque mondiale

 

Le leader mondial des produits laitiers, lui, poursuit son expansion internationale, à coups de milliards. S'il y avait du lait sur Mars, Lactalis y serait déjà sans aucun doute. L'Empire d'Emmanuel Besnier attaque ici et là, dès qu'il le peut. Le voilà qui s'installe durablement aux Pays-Bas, l'autre pays du fromage dit-on. Et c'est une sacrée bonne affaire. Des sites de production, du lait en abondance, la collecte annuelle représente un joli pactole. Et donc la marque Leerdammer que l'industriel mayennais veut développer et en faire un produit grand public mondial, il est actuellement commercialisé en Europe et en Amérique du Nord.

Un produit d'appel dans les grandes surfaces

 

Lactalis grossit, grossit. Une spectaculaire politique de croissance externe et un féroce appétit que la crise sanitaire n'a pas freiné, obtenant des résultats financiers encourageants grâce aux ventes en grandes surfaces.

Le Leerdammer, c'est une petite vedette dans les rayons des grandes surfaces. Ce fromage est né au début des années 70 aux Pays-Bas. Une idée de génie : mélanger la légèreté du gouda et la force de l'emmental, et une agréable et douce saveur de noisette. Succès immédiat en Europe et en Amérique du Nord. Dans les foyers français, on en raffole. Les super et hypermarchés ne peuvent pas s'en passer. Impossible d'y échapper, comme le Coca-Cola ou le Nutella.

 

Le sachet d'emmental Président s'ouvre et se referme plus facilement /  Emballage - Process Alimentaire

FOOD CHECKING. Pour fabriquer ce produit star, les industriels ajoutent des protéines de lait, des ferments, de la fécule de pomme de terre et beaucoup plus de sel que pour un fromage traditionnel.

Par Hadrien Gonzales 

Le 18 mars 2021

 

« Ça, c'est un concentré de protéines qui permet d'augmenter les rendements et de standardiser la fabrication », explique Franck Neyers, en dévissant le couvercle d'un récipient en plastique contenant un liquide blanc. Il verse son contenu dans une grande cuve de lait et ajoute : « Un industriel met tout en œuvre pour adapter sa matière première (le lait, NDLR) et optimiser son process alors qu'un artisan, lui, doit s'adapter à sa matière première. »

 

Franck Neyers est enseignant et technologue à l'Enilia, à Surgères (17), une école qui forme à toutes les méthodes de fabrication de fromage, et, pour les besoins de notre reportage, il a accepté de fabriquer un emmental râpé le plus semblable possible à celui de la marque Président. Sans son éclairage, nous n'aurions jamais pu deviner que des protéines naturelles servaient à l'élaboration de ces produits industriels. De fait, comme ce n'est pas obligatoire, elles ne sont pas mentionnées dans la liste des ingrédients au recto du paquet. Le fabricant Lactalis a néanmoins inscrit : « lait de vache pasteurisé », « sel », « ferments lactiques » et « fécule de pomme de terre ». « La pasteurisation permet d'éliminer tous les germes présents dans le lait, les bons comme les mauvais, et on réimplante les bons (d'où la mention « ferments lactiques », NDLR) qui nous intéressent, explique Franck Neyers. Encore une fois, cela permet d'obtenir un goût standard. »

 

Une fois le fromage moulé, il est passé en saumure : « Ce sont des solutions d'eau saturées en sel, explique l'expert en plongeant une petite meule dans un bassin. Le fromage absorbe le sel par sa croûte jusqu'à son cœur. » Là encore, le fromage industriel Président se distingue : sur son paquet, le tableau de valeurs nutritionnelles précise 0,83 g de sel pour 100 g de fromage. A titre de comparaison, un fromage Indication géographique protégée « emmental de Savoie » sous la marque Reflets de France (du groupe Carrefour), vendu dans le même rayon, affiche 0,3 g de sel pour 100 g.

 

« Le cahier des charges de l'IGP limite la quantité de sel à 0,4 g pour 100 g de fromage, éclaire Franck Neyers. Ce fromage-là passe donc moins de temps en saumure. » Enfin, une fois râpé, l'emmental Président est saupoudré de fécule de pomme de terre : « La limite autorisée est de 0,2 % de fécule, indique notre expert. Elle sert à fluidifier les brins de fromage les uns entre les autres et éviter que des blocs de fromage se forment à l'intérieur du paquet. Mais c'est à peine perceptible à l'œil et au goût. » On n'en trouve pas dans l'emmental IGP.

 

Les ferments présents dans le lait cru renforcent la flore intestinale

 

Mais ce fromage Président est-il pour autant mauvais pour la santé ? « 0,83 g de sel pour 100 g de fromage, ça me paraît un peu beaucoup, commente Jérémy Gorskie, diététicien à Lyon. La consommation de sel est par exemple la cause d'hypertension, qui peut aggraver les problèmes cardiaques. » Et de poursuivre : « On a affaire à du lait pasteurisé, qui est beaucoup moins savoureux que le lait cru, mais le sel compense car c'est un exhausteur de goût. » La fécule de pomme de terre, elle, n'interpelle pas le professionnel de santé.

 

« Niveau santé, le fromage IGP est beaucoup plus intéressant », commente Jérémy Gorskie alors qu'on lui montre le paquet Reflets de France. D'abord, on l'a vu, parce que la quantité de sel est inférieure. Ensuite, parce qu'ici le lait pasteurisé est remplacé par du lait cru, qui n'a pas été chauffé pour éliminer les ferments naturels : « Les ferments lactiques qu'on va retrouver dans le lait cru vont réensemencer la flore intestinale, notre première barrière immunitaire, relève le diététicien. Quand la flore intestinale va bien, on tombe moins malade, on est moins stressé… Seules les femmes enceintes et les enfants en très bas âges doivent lui préférer le lait pasteurisé. » Et de conclure : « Le fromage IGP est beaucoup plus qualitatif ».

 

Plus de goût… à cause du sel

 

Enfin, on a voulu vérifier si tout le sel ajouté dans l'emmental Président jouait vraiment un rôle d'exhausteur de goût. Et pour ça, on a fait goûter trois emmentals râpés de supermarché à une fromagère. Comme ces produits ont vocation à être dégustés fondus, on les a passés 5 minutes au four. « Oh le chewing-gum ! lance Charlène Bouy, patronne de la boutique Charlicot, à Paris, alors que, les yeux bandés, elle vient de manger une fourchette du fromage Président. Ça fait « couic -couic » sous la dent. » Ensuite, l'emmental râpé « fondant » de la marque Carrefour « n'a vraiment pas de goût ». Et le produit IGP proposé par Reflets de France, la marque « terroir » de Carrefour ? « Y a pas de goût », dit la dégustatrice avant de se reprendre : « Ah, si ! Le goût de l'emmental arrive après ! »

 

Au suffrage, Président (8,05 €/kg) arrive en tête suivi de Reflets de France (14,80 €/kg) et de Carrefour (6,95 €/kg). La marque de Lactalis s'en sort donc plutôt bien… et c'est peut-être parce qu'elle utilise beaucoup de sel ! Cela dit, si on est soucieux de sa santé, comme de l'artisanat, il vaut mieux opter pour l'IGP « emmental de Savoie ». Et si, en plus, on est soucieux de son porte-monnaie, la meilleure solution est d'opter pour un fromage en bloc (7 % moins cher pour la marque Reflets de France) et de le râper soi-même !

VIDÉO. Que se cache-t-il dans l’emmental râpé Président ? ICI

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 02/04/2021 06:28

La communication de Lactalis est comme son fromage : pleine de trous.
Et c’est là que tout se complique. Comment s’y retrouver ? Tout le monde sait que dans le Leerdammer, il y a des trous. Or plus il y a de trous, moins il y a de fromage et moins il y a de fromage moins il y a de trous. Mais s’il y a moins de trous, plus il y a de fromage et plus il y a de fromage plus il y a de trous et plus il y a…
On ne s’en sort pas. Comme la comme de Lactalis vous dis je.
Je sais que toute vérité n’est pas bonne à dire. Mais s’il s’agit de Lactalis, je suis sans pitié.

So long’

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents