Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 08:00

Le PCF ne se remettra jamais de Mai | Le Club de Mediapart

Ça se bouscule au portillon, même si y’a plus de portillon dans le métro, du côté gauche, la sinistra frenchie regorge de candidats, en tête y’a bien sûr le Mélenchon  qui se rêve en Tonton gagnant au 3e essai, y’a un certain Piolle avec ses JPP (jeunes pour Piolle) très Verts-Rouges, y’a bien sûr le Jadot de la pétroleuse, qui en rêve la nuit, mais on peut faire confiance à ses camarades pour lui couper les jarrets, y’a notre maire, Anne Hidalgo qui, dans son petit marigot parisien couve des rouges-verts, mais qui, passé le périphérique, n’a guère la cote chez les ploucs, et puis on peut faire confiance aux héritiers de l’Arlette Laguiller pour présenter une travailleurs-travailleuses.

 

Reste, sur le Titanic de la place du colonel Fabien, un certain Fabien Roussel qui déclare au Monde que pour la Présidentielle 2022  qu’il ira jusqu’au bout.

 

Au bout de quoi ?

 

D’un ralliement ?

 

à qui ?

 

Candidat, il serait candidat à une dégelée, même pas une veste, un caleçon, même si faire mieux que Marie-George Buffet, en 2007 où, la secrétaire nationale d’alors avait brigué l’Elysée. Elle avait obtenu 1,93 % des voix, mieux que la verte Dominique Voynet  1,57%, le José Bové 1,32%, l’Arlette Laguiller 6e et dernière mouture 1,33% mais moins bien que le facteur Besancenot 4,08%

 

Discours du centenaire du PCF – jeudi 17 décembre 2020 – Moissac au Coeur

Présidentielle 2022 : Fabien Roussel veut « aller au bout »

Le secrétaire national du PCF a proposé sa candidature à l’investiture communiste. La gauche de gouvernement aura potentiellement quatre candidats en 2022.

Par Abel Mestre

 

C’était attendu. Le Conseil national du Parti communiste français (CN, le « parlement » du PCF) a décidé de présenter une candidature autonome pour l’élection présidentielle de 2022. Cela n’était pas arrivé depuis 2007, puisque, en 2012 et en 2017, les communistes avaient soutenu Jean-Luc Mélenchon dès le premier tour.

 

Trois candidats briguent l’investiture : le secrétaire national Fabien Roussel, Emmanuel Dang Tran (militant « orthodoxe » parisien du 15e) et Grégoire Munck (de la fédération du Val-de-Marne). « Nous refusons de nous résigner à ce que 2022 soit un nouveau rendez-vous manqué pour notre pays. Nous agirons pour créer les conditions d’un changement de politique dans la vie quotidienne et pour sortir de la crise, peut-on lire dans le texte du CN. Comme des millions de nos concitoyen·ne·s, nous ne voulons pas être enfermé·e·s dans le piège du duo Macron-Le Pen. »

 

Ce texte va maintenant être amendé par les militants communistes avant d’être débattu lors d’une conférence nationale les 10 et 11 avril. Ensuite, ils voteront du 7 au 9 mai pour l’adopter (ou non) et désigner leur candidat.

 

« Il faut donner envie »

 

Parallèlement au lancement de leur candidature, le PCF veut également s’adresser à ses partenaires de gauche, afin de mettre en place un « pacte » pour les élections législatives. « Nous allons associer la présidentielle et les législatives. Nous voulons des propositions communes à défendre à l’Assemblée nationale », explique Fabien Roussel au Monde. Le plus important est, en effet, pour les communistes, de sauver leur groupe parlementaire. C’est un élément essentiel sur lequel ils s’appuient pour peser dans le jeu politique malgré l’érosion des votes en leur faveur.

 

Il y a quelque chose de contradictoire dans la position communiste : affirmer vouloir faire gagner la gauche à la présidentielle, tout en contribuant à son émiettement – Jean-Luc Mélenchon est déjà candidat, Europe Ecologie-Les Verts (EELV) devrait se présenter sous ses propres couleurs, et les socialistes sont aussi tentés – alors même que cette famille politique est historiquement faible. Mais pour M. Roussel, cet argument n’a pas de sens.

 

« Ce n’est pas de ma faute si Jean-Luc Mélenchon est tombé à 11 % dans les sondages, que le Parti socialiste a déçu les électeurs ou qu’EELV n’arrive pas à retrouver sa dynamique des élections européennes de 2009 ! On doit tous s’interroger. » A l’écouter, la pluralité des candidatures pourrait même parvenir à convaincre des abstentionnistes de venir voter. « Je veux qu’il y ait un candidat communiste, Mélenchon, un ou une écologiste, un ou une socialiste. Il faut donner envie. »

 

La vaine séduction de LFI

 

Fabien Roussel n’a jamais caché sa volonté d’être candidat. Il a accédé à la tête du parti en 2018 sur la promesse d’une autonomie du PCF lors des élections, notamment vis-à-vis de La France insoumise (LFI). Les mélenchonistes auraient, eux, bien vu leurs frères ennemis de la place du Colonel-Fabien les soutenir une troisième fois. Mais les communistes estiment avoir été trop mal traités par les « insoumis » depuis dix ans.

 

Les tentatives de séduction récentes ne les ont pas du tout convaincus. Le fait que LFI ait scellé un accord avec EELV dans les Hauts-de-France alors qu’ils étaient supposés soutenir la candidature de M. Roussel n’a fait que renforcer le PCF dans sa volonté d’indépendance.

 

Pour l’instant, le secrétaire national du PCF veut croire en ses chances. « J’ai envie, je suis prêt. J’irai au bout », promet-il. « On veut bousculer les pronostics et faire le score le plus important possible. On porte les valeurs de la gauche authentique et sincère. On mettra en avant un candidat normal, nouveau et qui ressemble aux Français. Ce sont des atouts », avance-t-il encore.

 

Mais avant de partir « à l’assaut du ciel » élyséen, M. Roussel doit forcément avoir en tête le scénario de 2007 où la secrétaire nationale d’alors, Marie-George Buffet, avait brigué l’Elysée. Elle avait obtenu 1,93 % des voix.

 

Abel Mestre

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 18/03/2021 09:09

Cette Chronique présente, une fine et pertinente analyse du Taulier.
Mais la mouche du coche persiste dans sa bouderie. Donc, seul un service minimum-minimorum sera assuré et le commentaire s’arrêtera là.

Re-na !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents