Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 08:00

 

Les enterrements, à la Mothe-Achard, c’était l’après-midi des jours dit ouvrables, ce qui, pour mon statut d’enfant de chœur, était une aubaine : sécher l’école pour la cérémonie, ha, le Die Irae !, puis aller de l’église au cimentière, ouvrir le cortège, en portant la croix encadré de deux enfants de chœur – le curé-doyen ne lésinait pas sur le petit personnel –précédant le corbillard tiré par un cheval étique. C’était l’occasion de troquer la soutane rouge pour la noire et de garder nos godasses. Nous passions devant le logis familial du Bourg-Pailler puisque le cimetière était situé à l’entrée du bourg sur la route de la Roche.

Le rituel, l’encens, l’eau bénite, les cordons du poêle, le fossoyeur au bord du trou fraîchement creusé, le cercueil sur les tréteaux, les familles éplorées, et pour nous, je l’avoue : la routine.

Mon rêve c’est d’être enterré en musique, joyeusement !

Michel Gautier dans son dictionnaire de Vendée, la lettre E n’accueille que les Enterrements.

Je laisse de côté le rituel des enterrements modernes pour revenir à l’important : être vu par la famille.

« Il faut que l’hommage que vous rendez au mort soit vu de la famille qui occupe les premiers rangs de l’assemblée. Le défilé dure plus ou moins longtemps selon l’importance de l’assistance. Je me souviens qu’autrefois on sonnait les cloches « à l’offrande » On baisait la croix* présentée par le prêtre et on déposait une offrande en argent*. Beaucoup n’entraient à l’église que pour ce moment-là et en sortaient dès le rite accompli, pour retrouver le bistrot d’où ils étaient partis. L’important était de montrer à la famille et à la communauté qu’on était-là, qu’on avait laissé l’ouvrage qui pourtant n’attend pas, pour venir rendre hommage au disparu. »

Caractéristique d’une société paysanne où chacun pouvait s’accorder des libertés.

*La croix était fixée  sur une plaque que le curé essuyait après chaque baiser (geste barrière déjà)

*À la droite du curé je tenais la gamelle en fer blanc où les paroissiens déposaient leur offrande, ça tintait pour les pièces alors que pour les billets même pas un froissement. Bien sûr, je notais dans ma tête le niveau de générosité de mes concitoyens.

Les enterrements civils causaient scandale…

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
« Quel dommage quand même de ne se voir qu’aux enterrements ! »
Mais qui vous empêche de faire autrement ? N’est-il pas écrit : "Laissez les morts enterrer leurs morts", Matthieu 8,21.
La mouche du coche, pour sa part, ne va jamais aux enterrements Il ne s’agit pas, pour ce mécréant, de se conformer à l’enseignement de Jésus mais comme le défunt n’ira pas son enterrement, aucune raison d’aller au sien.
Quand au souhait du Taulier pour un enterrement en musique, il rejoint là le souhait d’un autre Jacques dans sa chanson «Le Moribond » et son refrain :

Et je veux qu'on rie
Je veux qu'on danse
Je veux qu'on s'amuse comme des fous
Je veux qu'on rie
Je veux qu'on danse
Quand c'est qu'on me mettra dans le trou

So long’
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents