Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2021 4 11 /03 /mars /2021 08:00

 

Dans le cadre de ma semaine de la paresse je sollicite le soutien de La Montagne le journal de feu Alexandre Vialatte je vous offre l’histoire d’un vieux dicton d’Issoire.

 

21 novembre 2009

«Une chronique il faudrait la faire pousser comme une herbe dans les fentes d’un mur, dans les pierres de l’emploi du temps». ICI

 

Issoire - Cpa Issoire - INSEE 63178 - " Souvenir d'Issoire " - Bon vin à  boire, belles filles à voire. V D C - Carte postale ancienne et vue d'Hier  et Aujourd'hui - Geneanet

Issoire - CPA 63 ISSOIRE. bon vin à boire. belles filles à voire.

Bon vin à boire, belles filles à voir" : le vieux dicton d'Issoire (Puy-de-Dôme) est-il devenu ringard ?

 

À la veille de la Journée internationale des droits des femmes, nous nous sommes intéressés au vieux dicton d’Issoire (Puy-de-Dôme), « Bon vin à boire, belles filles à voir ».

 

À son histoire, à ses usages et à la place qu’il accorde aux femmes.

 

« Je l’ai toujours entendu ! On le disait pendant les fêtes. Ça nous flattait parce qu’on était d’Issoire. La jeunesse est passée à autre chose maintenant et ce n’est plus tellement dans le vent », raconte Simone, retraitée issoirienne de 85 ans.

 

Ce sont huit mots et une rime qui ont marqué plusieurs générations, mais savent-elles seulement d’où vient le vieux dicton « Bon vin à boire, belles filles à voir » ?

 

En 1531, l’Italien Donato Rigeto fait un voyage en France, en Basse-Auvergne, « un jardin délicieux où le printemps fait son séjour ordinaire ». Il parle d’« Yssoire » comme d’une petite ville où « sont les plus belles dames de toute la France ».

Vertu et morale

 

Selon Stan Surowka, collectionneur issoirien passionné par l’histoire de sa ville, une mention du dicton figurerait dans la chanson du siège de la prise d’Yssoire, en 1577 précisément, à la 13e strophe :

 

« O pauvre ville d’Yssoire, Qu’avait acquis le renom ; Le meilleur vin du pays boire ; Et des filles le parangon ; Las ! Où sont-elles ? »

 

À cette époque, c’est donc la vertu et la morale dont il est question.

 

Le dicton connaît ensuite de nombreuses transformations. Les phrases en patois peuvent se traduire ainsi :

 

Ni pour moudre (le blé) ; Ni pour cuire (le pain) ; Il ne faut pas sortir d’Yssoire ; Ni pour de bon vin boire ; Ni de jolies filles voir.

 

Encerclée mais dotée de fours à pain, de moulins et de vins dans les caves, Issoire vivait en autarcie pendant les guerres de religion. En somme, inutile d’aller voir ailleurs.

 

Plus tard, les Limousins et les Marchois auraient même importé un quatrain sur la ville :

 

« Qui bon vin veut très bien boire ; Doit s’en aller à Issoire ; Qui à belle fille veut parler ; A Issoire doit aller ». Sa version abrégée est devenue la plus courante avec « Bon vin à boire, belles filles à voir ».

 

Un bonnet de bergère « les coiffait si gracieusement »

 

La première partie fait référence aux vignobles qui entouraient la cité de Saint-Austremoine avec des récoltes exceptionnelles comme celles de 1893, avant que le phylloxéra ne s’installe, deux ans plus tard. La légende raconte que les Issoiriennes portaient un bonnet de bergère qui « les coiffait si gracieusement », fabriquaient des ornements pour les Parisiennes et en profitaient pour s’habiller élégamment, elles aussi.

 

Il y a quelques années encore, le dicton s’affichait sur des cartes postales, pas toujours très élégantes. Qu'en reste-t-il aujourd’hui ? Des souvenirs « festifs » dans les esprits des anciens et des moins anciens, tandis que les plus jeunes ne le connaissent pas forcément. Emma, 20 ans, le découvre : « Je ne le soutiens pas du tout. Il est sexiste et reflète bien l’idée de femme-objet, qui est uniquement là pour le décor et dans ce cas, mettre en valeur une ville. Les mentalités ont évolué alors j’espère qu’il n’est plus utilisé… », s’agace la militante féministe issoirienne.

 

Quelques références existent sur internet, notamment sur le site de la Ville d'Issoire pour clore de longs chapitres consacrés à l'histoire de la cité : « Cela montre bien que notre site est peut-être bien un peu ancien... », répond, un peu gêné, le maire Bertrand Barraud. 

 

Alors, c'est une question lancée comme un pavé dans le plan d'eau du Mas : citer « Bon vin à boire, belles filles à voir » pour promouvoir Issoire ne serait-il pas complètement dépassé, au XXIe siècle ?

 

Et le dicton devenu ringard ?

 

La suite ICI 

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 11/03/2021 08:40

Yssoire c’est aussi, avec Ambert, le cadre du roman «Les Copains » de Jules Romain, porté à l’écran par Yves Robert et qui a été l’occasion pour Brassens de créer sa chanson « Les copains d’abord »
Jules Romains académicien évite la naphtaline grâce à deux œuvres qui, contrairement à son roman fleuve « Les hommes de bonne volonté » semblent traverser les générations. Les copains donc et Knock,* magistralement interprété en son temps par Louis Jouvet. Une nouvelle version a été tournée en 2007 avec Omar Sy dans le rôle titre. Il a été tourné, pour les décors naturels, à Chatillon en Diois que nous a fait connaître le Taulier qui était parti retrouver Pierre Jancou en exil.
« Tout est dans tout « diraient certains rajoutant l’indispensable « et réciproquement » mais qu’on ne s’y trompe pas, ce n’est pas l’éternel retour non plus.

* Dont la devise qui a gagnée l’immortalité était : « Tout patient bien portant est un malade qui s’ignore » et pour le prouver ponctuait ses auscultations par le tout aussi célèbre "ça vous grattouille ou ça vous chatouille ? » Par les temps de pandémie que nous vivons ça vaut tous les diagnostiques des Diafoirus qui caquettent sur les ondes ou à la télé à longueur de temps. Non ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents