Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2021 1 08 /03 /mars /2021 08:00

 

 

Oui, oui, oui je lis l’Alsace, allez donc savoir pourquoi ?

 

Logo l'Alsace

 

Et qu’est-ce que j’y lis : à l'occasion de la fête des grand-mères, ce dimanche, nous vous proposons 5 recettes tirées des "Gâteaux de mamie", un livre publié chez Larousse dans la collection "Les meilleures recettes". ICI 

 

Et dans le tas qu’est-ce que je vois : 4/Le clafoutis aux cerises

 

 

Pour 6 à 8 personnes. Préparation 15 min. Macération 30 min. Cuisson 35 à 40 min

 

Ingrédients : 500 g de cerises noires, 100 g de sucre en poudre, 125 g de farine, 1 pincée de sel, 3 oeufs, 30 cl de lait, beurre pour le moule, sucre glace

 

A noter : Dans la recette du clafoutis, on ne dénoyaute pas les cerises, contrairement à celle de la tarte, pour laquelle on utilise des cerises fraîches équeutées et dénoyautées.

 

Etape 1 : Équeutez les cerises, mais ne les dénoyautez pas. Mettez-les dans un saladier avec la moitié du sucre en poudre. Remuez et laissez macérer au moins 30 min.

 

Etape 2 : Tamisez la farine dans un saladier, ajoutez le sel et le reste du sucre en poudre. Battez les oeufs en omelette, incorporez-les. Ajoutez enfin le lait et mélangez bien.

 

Etape 3 : Disposez les cerises dans un moule beurré et versez la préparation par-dessus. Faites cuire 35 à 40 min à four chaud (180°C).

 

Etape 4 : Laissez tiédir et saupoudrez de sucre glace. Servez froid dans le moule.

 

Et, ni une, ni deux, je me dis, en souvenir de ma mémé Marie, je vais faire un clafoutis aux cerises !

 

Je sens l’objection fuser : ce n’est pas la saison des cerises !

 

D’accord, mais comme  Raphaëlle m’avais dit samedi qu’elle aimait le clafoutis aux cerises, j’ai trouvé des cerises (désolé ! je ne vous dirai pas d’où elles venaient)

 

Le résultat le voilà :

 

 

Pour rester en Alsace on boit ceci

 

 

Elefanta Orange Auxerrois 2017 Macération

Christophe Lindenlaub

Alsace - Année 2017

 
  • Domaine : Christophe Lindenlaub
  • Appellation : Alsace
  • Millésime : 2017
  • Encépagement : auxerrois
  • Contenance : 75cl
  • Degré d'alcool : 12,50%
  • Potentiel de garde : 6 ans
  • Saveur : vif, fruité et complexe

 

La fête des grands-mères a été créée en 1987 par la marque de café le Café Grand'Mère, du groupe Kraft Jacobs Suchard

Partager cet article
Repost0

commentaires

Rémy Bossert 08/03/2021 12:06

A part son amitié pour la mouche du coche, j'aimerais quand même savoir, par pure curiosité, d'où lui vient cet attachement et cette connaissance fine de l'Alsace, y compris de ses vignerons tels le Christophe Lindenlaub ;-)
Belle journée
Rémy

pax 08/03/2021 10:30

Ce bon taulier rectifie le tir et s'aventure sur les terres de la mouche du coche.
Cela a , pour le moins, le mérite, de faciliter les commentaires.
L'Alsace est grande et de Wissembourg au nord, à Ferette au sud ce n'est que diversité. Les dialectes sont différents d'une contrée à l'autre même si bien sûr dans l'ensemble tout le monde se comprend mais rigole de l'usage spécifique à chacun, de mots pour un même terme français.
Par exemple, par cheux nous (le Bas-Rhin) on lit les Dernières Nouvelles d'Alsace alors que dans le Haut-Rhin le quotidien de référence est l'Alsace qui a le privilège de compter le Taulier parmi ses lecteurs.
Dans mon enfance, à table, il y avait très régulièrement du clafoutis. Il ressemblait à la photo du haut de la chronique. J'avais horreur de ça et continue à n'en pas manger. J'appelais ca, un clafoutarte à la fois pour me moquer du plat et pour regretter de ne pas avoir une vraie tarte, non pas à la cerise que je n'aime pas cuite mais avec tout ce qui en fait un dessert délicieux (mirabelles, quetsches, pommes, myrtilles etc.)
De plus le clafoutis avec ses cerises non dénoyautées a des allures de poissons avec ses arêtes. L'attention qu'il faut porter pour cracher et l'un et l'autre gâche une partie du plaisir.
Quant au vin proposé, bravo Taulier, décidément tu connais les bonnes adresses dont celle à l'évidence, de ta caviste préférée.
Quand on faisait, à table, pouah ! À l'arrivée d'un plat peu aimable, fusait de l’un des convives la ritournelle : « si tu n'aimes pas ça non dégoûtes pas les autres »
C'est pour ça que, à tous ceux que la chronique du Taulier a mi en bouche je dit « Bon appétit ! »
Pour le reste, silence effectivement sur la provenance des cerises. Si c'est pour la charmante Raphaëlle, pour le coup de canif dans les très bonnes habitudes de consommations du Taulier, ce sera : « Pas un mot à la Reine Mère ! »

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents