Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 08:00

Les Achards. L'histoire tourmentée du Vieux-Château - Les Sables  d'Olonne.maville.com

Sur ma lancée de ce matin je déroule un petit pan de mes souvenirs d’enfance en vous proposant de lire ce qu’écrivent Michel Lucas et Jean-Claude Chauvet, les anciens guides touristiques de La Mothe-Achard. ICI 

 

Michel Lucas et Jean-Claude Chauvet, anciens guides de La Mothe-Achard. À droite : une carte postale du Vieux-Château avant 1912, avec son étage.

 

Pourquoi :

 

  • C’est sur la place du Vieux Château que sur la bécane de la tante Valentine, en un dérapage incontrôlé sur les gravillons, je me suis brisé le bras gauche.

 

  • C’est sur la place du Vieux Château que j’accompagnais mémé Marie les vendredis de foire où elles vendaient poulets, canards, lapins aux brigands de volaillers.

 

 

  • C’est dans la salle paroissiale du Vieux Château que j’ai connu mes premières amours. (voir 28 octobre 2006 Chantal ICI  déconseillé aux âmes prudes)

 

  • Le Vieux Château appartint au Brandois qui construisirent celui de la Forêt, ruinés ils vendirent leurs biens à un marchand de biens d’Aizenay  Érieau, dont la veuve fit don pour construire l’école d’agriculture où j’ai usé mes fonds de culotte.

 

 

Ce « vieux château », nommé ainsi à la fin du XIXe siècle, était surtout ce que l'on appellerait maintenant un grand logis nobiliaire, un centre d'activités agricoles, planté au milieu d'un domaine foncier de plusieurs métairies. Il connut néanmoins, sur le même emplacement, des configurations architecturales plus démonstratives.

 

« Un château fort indéfendable »

 

On date à 813, le premier donjon carré créé par le seigneur Mathieu Achard.

 

Puis, au XIe siècle, le châtelain, se devant d'assurer une meilleure protection des villageois, rassemblés en contrebas, dans le Bourg-Paillé, on va élever plusieurs tours défensives, fermant une cour carrée, entourée d'enceintes et de douves, alimentées par le ruisseau de l'Auzaire. « Cela n'a pourtant pas suffi, par ces temps très incertains. En 1420, pendant la guerre de Cent Ans, on dut se résoudre à le détruire, afin d'éviter qu'il tombe entre les mains des Anglais. Il était considéré comme indéfendable », explique Michel Lucas.

 

Le château du Brandois détrône le Vieux-Château

 

Trois siècles plus tard, les barons du Brandois reprirent l'initiative. En 1773, ils construisirent le château sur le plan que l'on connaît aujourd'hui, mais avec un étage supplémentaire. Le rez-de-chaussée était occupé par le régisseur du domaine de la Forêt.

 

En 1793, ce fut le QG alternativement des armées des Bleus républicains et des Blancs vendéens.

 

En 1794, il échappa de peu à l'incendie, qui dévasta le bourg mothais.

 

Quand, en 1868, les Brandois décidèrent d'ériger une autre demeure, de style Renaissance, à la Forêt (actuellement le domaine du Brandois), on le nomma le Vieux-Château. Trente ans plus tard, tout près, l'église de style néo-gothique remplaça la chapelle du Vieux-Château, trop petite et trop fragile.

 

Très endetté, le baron dut vendre le Vieux-Château en 1908 à un marchand de biens d'Aizenay. Il disparut des grandes familles et son nouveau titulaire fit enlever son premier étage, inhabitable en 1912.

 

Aujourd'hui, il est devenu la propriété de trois privés. Les écuries ont été occupées par la salle paroissiale et la cantine scolaire, puis par l'Imprimerie mothaise. Sa place est restée très animée jusque dans les années 60. « Les jours de foires, il y avait là la volaille, les canards, les lapins », se souvient Jean-Claude Chauvet.

 

Portrait présumé de Calixte Foucher de Brandois

Claude Marie  (1790 - 1864)

 Portrait présumé de Calixte Foucher de Brandois par Claude Marie Dubufe sur  artnet

La famille Achard de la Mothe qui avait édifié la motte puis un château fortifié avec mur d’enceinte et douves s’éteignit au XIVe siècle. L’héritage revint en 1401 à Guy de Laval qui épousa Marie de Craon, puis à leur fils, le célèbre Gilles de Rays, maréchal de France et compagnon de Jeanne d’Arc, pendu et brûlé à Nantes en 1440.

 

En 1420, le château avait été démoli par les troupes royales de Charles VI. En 1552, Anne de Laval apporta en dot la châtellenie à François de la Trémoille, prince de Talmont. En 1664, La Châtellenie était devenue baronnie. Se succédèrent Madeleine Poictevin du Plessis-Landry qui acheta la baronnie, son fils Pierre Robert de Lézardière mort en 1746, Calixte-Julien Foucher de Brandeau, et en 1768, Calixte Charles Foucher de Brandois (1738-1796). Pour son mariage avec Reine-Emilie de Pont l’Abbé, ce dernier fit construire en 1773 l’actuel Vieux Château sur l’emplacement du château-fort démantelé en 1420. Il fut élu de l’Assemblée Constituante. Mais retiré à Paris, il fut emprisonné aux Cordeliers et n’échappa à la guillotine que par la chute de Robespierre le 9 Thermidor.

 

Pendant la Révolution, La Mothe-Achard vécut des heures tragiques. Le curé Claude Lansier qui avait refusé la Constitution Civile du Clergé fut arrêté en 1791, déporté en Espagne en 1792 et remplacé par le curé constitutionnel Charles Michel. C’est à La Mothe-Achard que Joly rassembla ses troupes pour l’attaque infructueuse des Sables d’Olonne les 24 et 29 mars 1793. Malgré le loyalisme du maire Lansier, le 24 mars 1794, le bourg fut incendié par les Colonnes Incendiaires de Turreau. Seuls l’église et le château qui servaient de garnison furent épargnés. Des 468 habitants de 1791, il n’en restait que 173 en 1801.

 

Après la Révolution, le château qui avait été confisqué et vendu comme bien national revient à la famille Foucher de Brandois. En 1868, Paul Foucher, baron de Brandois (1832-1887), petit-fils de Calixte Charles, fit construire un autre château à La Forêt. En 1908, Olivier de Brandois, maire de La Mothe-Achard, dut vendre le château du bourg devenu « Vieux Château ». M. Erieau d’Aizenay, le nouveau propriétaire, en supprima le 2ème étage en 1912.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Dans la série un homme se penche sur son passé pour reprendre le titre d’un ouvrage de CONSTANTIN-WEYER le Taulier se range, avec des chroniques comme les deux dernière au coté d’écrivains comme Jules Vallés avec « L’enfant » premier tome de sa trilogie « Jacques Vingtras » ou « Enfance » de Maxime Gorki. Heureux sont ceux qui peuvent s’honorer d’une lignée. Les repères qu’elle offre est la meilleure formation à l’existence.
Pour la mouche du coche ce serait plutôt la réponse du maréchal Lefebvre, fait duc de Dantzig par Napoléon. Dans un salon, lors d’une soirée de la Restauration il entend des émigrés de retour de leur exil chuchoter « Ca un duc ? Il n’à même pas d’ancêtres ! » Et le mari de Madame Sans-Gène de les apostropher : « La belle affaire Messieurs l’Ancêtre c’est moi ! »
Si la mouche devait revendiquer un parallèle littéraire pour d’éventuelle mémoire se serait les « Mémoires d’un âne » de la Comtesse de Ségur née Rostopchine comme l’usage s’amuse à compléter chaque fois qu’on parle d’elle.
Au regard du cursus d’un Taulier qui surfe avec succès de classe en classe, le parcours de la mouche se plaçait sous l’égide de la locution : « asinus asinum fricat. » En bon français : « L’âne frotte l’ânes c’est-à-dire : les imbéciles se congratulent.
Répondre

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents