Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2021 5 26 /02 /février /2021 06:00

 

Nos vieilles outres des prescripteurs du monde vin, gonflées de suffisance, modèle Butane&Degaz dans l’affaire de la caricature de Régis Franc publiée par Nicolas Groin-Groin dans leur torchon glacé : En Magnum, ont fait la démonstration qu’elles n’avaient rien compris, ou plus exactement qu’elles ne voulaient rien comprendre, circulez, y’a rien à voir, sous le terreau des bio-cons poussaient les bobos-connes.

 

Horreur, malheur, leur petit monde d’entre soi, d’entre mecs, se lézardait, s’effilochait, s’effritait, s’effondrait, obsolescence programmée : leur utilité sociale, déjà proche de trois fois rien, se réduisait à rien et, pire encore pour elles – ce féminin-pluriel, pour désigner ces gonadiers, me ravit – l’espoir de rejoindre le cimetière des éléphants laissait la place au néant de l’oubli. Tout au long de leur vie Parker, ce ricain venu de rien, les avait réduits au rôle obscur de porteurs d’eau, de gregario faisant le nombre dans le ventre mou du peloton, et voilà qu’à la fin de leur parcours, alors que ce cher Bob a tiré sa révérence en empochant la mise, les voici réduits à l’état de zombis enfouis sous les cendres froides de feu leur fonds de commerce.  À la barre de la notoriété, nul repreneur ne se présente même pour le franc symbolique.

 

Je ne force ni le trait, ni n’enfourche des sujets à la mode, je ne joue pas au sociologue de salon, je me permets de poser le doigt là où ça devrait, depuis fort longtemps, faire mal : l’irruption des femmes dans le petit cénacle des prescripteurs de vin, et plus généralement dans les professions du vin, dérange l’establishment, la nomenklatura au pouvoir.

 

Car ce dont il est question, au-delà des questions sociétales, c’est le POUVOIR.   

 

Le problème avec ces « greluches » c’est qu’on les entend, ce sont elles qui portent la culotte, ne demandent la permission à personne pour l’ouvrir, s’affirmer. Elles font chier, elles les font chier…

 

Cependant ne soyons pas trop autocentrés, nous avons déjà perdu beaucoup de terrain dans notre leadership sur la planète vin, le machisme est une pandémie qui touche ce que Sumita Sarma nomme l’industrie du vin.

 

Deux précisions :

 

  • Pour les jeunes gaulois, une jeune Indienne est une ressortissante de la République Indienne et non une jeune squaw genre tipi de western.  Les hindous ne sont autres que les pratiquants de la religion indienne qu’est l’hindouisme. C’est la plus grande religion du pays, car elle est pratiquée par plus de 80 % de la population.

 

  • Au temps où, suite à mon rapport, j’écumais les plateaux des colloques, mes chers collègues anglo-saxons, Paganini du PowerPoint, m’ont familiarisé avec cette dénomination, l’industrie du vin qui choque nos oreilles terroirisées mais qui est la réalité du marché mondial du vin.

 

Si je vous livre la réflexion de Sumita Sarma, c’est qu’elle est représentative d’un courant, celui des nouvelles venues dans le monde du vin que les dominants auraient tort de brocarder ou de railler.

 

Leur ouvrir grandes les portes de ce monde compassé, les accueillir sans suffisance, se nourrir de leurs apports, de leurs différences, c’est anticiper, c’est tracer les voies nouvelles …

 

Bref, elles sont de l’oxygène !

The Buyer

 

Sumita Sarma: how wine can be proud not ashamed of how its diversity ICI

 

 

«Ma réflexion, en tant qu'étrangère qui a eu du mal à trouver un rôle approprié dans cette industrie…

 

… est-elle trop blanche, trop orientée vers les hommes et les hommes qui se ressemblent, agissent et se comportent exactement comme les autres. 

 

Où se situe le reste, une grande partie d'entre nous? 

 

Nous sommes comme des petites mouches essayant de trouver une ancre pour se reposer. Et si nous trouvons une place, nous sommes chassées. 

 

C'est la conclusion accablante que Sumita Sarma a ressentie après huit ans à essayer de faire carrière dans l'industrie du vin. Mais elle n'abandonne pas. Loin de là. Comme elle l'explique dans cet article percutant, stimulant, profondément personnel mais aussi inspirant, elle est déterminée à jouer son rôle pour que l'industrie s'ouvre à des personnes de tous horizons afin qu'elle puisse être fière, plutôt que honteuse de sa diversité. et inclusif.

 

http://2.gravatar.com/avatar/e84c7932856767a1055b5e945b15f2c0?s=35&d=mm&r=gPar Sumita Sarma 23 février 2021

 

L'histoire puissante de Sumita Sarma sur ce que cela a été pour elle en tant qu’«étrangère» essayant de se frayer un chemin dans l'industrie du vin est difficile mais doit être lue.

 

Comme point de départ, il est important pour tous ceux qui vont me lire de savoir que je n'ai pas grandi dans une famille qui a une histoire ou un lien avec les vins, ni que je ne viens d'un pays viticole établi (les choses ont certainement changé pour l'Inde au cours des 20 dernières années mais pas pendant que je grandissais). 

 

Mes parents sont des teetotallers (même aujourd'hui), ce qui signifie qu'aucun alcool n'a jamais été servi dans ma famille. Plus important encore, l'alcool a été historiquement considéré comme un tabou dans de nombreuses sous-sectes de la religion hindoue et pour travailler dans le vin, pour une femme, était complètement impossible, même dans mon rêve le plus fou.

 

Les bienfaits scientifiques du resvératrol des peaux de raisin, aidant à lutter contre une variété de problèmes médicaux, sont ce qui m'a vraiment attiré vers les vins. J'avais bien dans la trentaine lorsque j'ai commencé à étudier les vins, je ne suis donc pas un enfant prodige dans cette industrie d'élite. Au moment où j'ai décidé de faire un pas conscient pour faire du vin ma deuxième carrière, je ne savais pas que de nombreux facteurs allaient contre moi – mon âge, mon sexe, ma nationalité et mes origines.

 

Perception vs réalité: histoire de la diversité

 

J'étais très naïve de supposer que le vin étant un phénomène occidental développé, je ne serais confrontée à aucun problème de changement de carrière. Après tout, j'avais été une banquière à succès, un double Master en Finance et Ressources Humaines, titulaire d'un rang primé en Comptabilité Agréée (qui en Inde a un taux de réussite de moins de 10% dans l'ancien système lorsque je l'ai pris). Celles-ci me seraient certainement utiles et m'aideraient à me tailler une solide carrière dans les vins.

 

Malheureusement, la réalité fut déprimante. 

 

Une série d'au moins 50 demandes ont échoué auprès de plusieurs détaillants et boutiques indépendantes, distributeurs, producteurs de vin et organisations éducatives, m'ont ouvert les yeux sur le fait que je n'étais pas «assez bonne».

 

À qui ces emplois allaient-ils?

 

Que pourrais-je changer pour le rendre «assez bonne»?

 

Je ne pouvais pas changer mon identité, je ne pouvais pas changer mon âge ou mon sexe. La seule chose que je pouvais faire était de travailler plus dur par moi-même, de continuer à étudier et à essayer d'atteindre le summum de la profession du vin. 

 

Pourquoi? 

 

Juste pour prouver ma valeur personnelle.

 

Et la preuve est claire. Je poursuis actuellement les Masters of Wine.

 

Est-ce que cela est venu d'une curiosité «amusante» pour en savoir plus ou d'une promesse d’obtenir de meilleures opportunités ? 

 

En fait, c'est le manque d'opportunités, le manque de soutien et les portes closes qui m'ont poussé dans ce que je fais aujourd'hui. Et je ne regrette pas du tout cette décision. Parce que c'est grâce à ce voyage d'étude pour le Master of Wine, que j'ai trouvé des mentors engageants et des camarades empathiques qui étaient prêts à entendre mon histoire, à me montrer et à partager leurs chemins.

 

Mais le plus gros point n'est toujours pas abordé - qu'en est-il des huit dernières années que j'ai passées dans le monde du vin avec un doute de moi, un manque de clarté et une faible estime de soi? 

 

Est-ce que je parle avec le bon accent, est-ce que je m'intègre?

 

S'intègre dans cette minuscule petite boîte remplie de personnes similaires du même profil, qui se ressemblent, qui se comportent comme les autres. Dans quelle mesure était-ce confortable pour eux? 

 

À quel point cela était-il inconfortable et solitaire pour moi et beaucoup comme moi?

 

Réflexion sur la diversité - Un cas pour l'industrie du vin

 

Sur ce point, je ne rendrai pas justice si je ne remerciais pas Wink Lorch de m'avoir mis à l'honneur lors du séminaire (et je la remercie de tout cœur de l'avoir fait) avec une question, sur ce que j'ai ressenti lorsque j'ai visité des vignobles en L'Europe. C'était la première fois en huit ans dans l'industrie que quelqu'un me posait cette question personnelle d'emblée.

 

Ma gorge s'est asséchée pendant quelques secondes alors que je luttais pour trouver des mots. Des mots qui pourraient le mieux répondre à cette question avec diplomatie et tact, mais heureusement, l'anglais n'est pas ma langue maternelle et donc mes mots étaient simples et sortaient directement de mon cœur – que je me sentais seule et exclue. Et j'ai expliqué comment ces sentiments tournaient comme un tourbillon, dans un réseau vicieux de faible estime de soi.

 

Ma réflexion, en tant qu'étrangère qui a lutté dur pour trouver un rôle approprié dans cette industrie, n'ayant pas de relations ou d'histoire de travail dans les vins, est qu'il est trop blanc, trop orienté vers les hommes et des hommes qui ressemblent, agissent et se comportent exactement comme un. un autre

 

Où se situe le reste, une grande partie d'entre nous ? 

 

Nous sommes comme des petites mouches essayant de trouver une ancre pour se reposer. Et si nous trouvons une place, nous sommes chassées.

 

Le combat pour la diversité et l'inclusion n'est pas nouveau pour les personnes de couleur. Pour eux, il est enraciné, systémique et si profondément marqué dans le sang et le cerveau, ruisselant à travers des générations d'assujettissement. Il n'y a aucun moyen de l'isoler. La cicatrice se manifeste comme une douleur pure à l'intérieur de leur âme vivante, le sentiment d'impuissance et de vide qui l'entoure.

 

Le point de bascule

 

Au fil des ans, la diversité a évolué comme il se doit, embrassant de multiples facettes sous son égide, y compris, mais sans s'y limiter, les personnes de couleur, d'origine, de sexe, de culture, de religion, d’handicap et d'orientation sexuelle. Ce n'est sûrement pas un nouveau concept, alors que le monde s'y réveillait lentement, c'est la mort choquante de George Floyd en 2020 qui s'est avérée être le point de basculement pour que toute action se déroule réellement dans le monde.

 

Pour le commerce du vin, ce moment dur de réveil a été le scandale de harcèlement sexuel à la Cour des Maîtres Sommeliers aux États-Unis.

 

La paille qui a brisé le dos du chameau au Royaume-Uni a été les retombées de l'incident séparé et très différent lorsque les écrits privés de `` Wine Bitch '' sur les membres du commerce du vin britannique ont été rendus publics.

 

Il existe une fragilité flagrante et un cadre non diversifié disjoint dans l'industrie du vin; un manque de voix diverses.

 

Aider au changement

 

À mon avis, il y a deux types de personnes dont nous avons besoin pour aider à changer leur comportement. Ceux qui le font intentionnellement et ceux qui revendiquent l'ignorance et disent qu'ils ne sont pas conscients qu'ils causent une offense.

 

Aucun de ces deux types ne peut s'extirper de l'effet dévastateur qu'une telle discrimination peut causer à leurs victimes; érodant leur estime de soi et leur santé mentale. Cela ne devrait jamais arriver.

 

Je sors aujourd'hui (mieux vaut tard que jamais) pour exprimer ma désillusion face au manque de soutien ou de reconnaissance, que cette industrie offre aux entrants en vin ou d'ailleurs, à ceux qui sont membres de longue date. C'est la vie de chien ici et la survie est aussi simple que le départ. Au fil des ans, malheureusement, le secteur s'est tourné davantage vers l'intérieur que vers l'extérieur; plus en arrière qu'en avant, alors que les événements se déroulent devant nous. Ce qui s'est passé il y a quelques mois donne l'impression que nous vivons dans une histoire ancienne.

 

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Jacques Berthomeau pour un fidèle lecteur 26/02/2021 13:14

Il y a des gens qui n'ont pas de chance, ou qui la tente mal, ou pas au bon endroit. Quelle idée de s'intéresser au vin quand on est une femme ? La lessive ou la poudre à récurer sont si naturelles.
A fortiori quand on est étranger. Et là pour le coup, vraiment étranger.
Il y a une gradation dans la tolérance de l'autre. Jaune ça passe, et depuis mon enfance, j'entends dire qu'ils plus intelligents que nous. Après, ils ne sn.t pas tous aussi blancs, si je peux me permettre. Chinois, Japonais, ok. Coréens déjà... L'Asie du Sud Est est déjà du sud. Ils sont moins jaunes.
Les Arabes, les Musulmans sont vraiment du sud : méfiance. Mais le sud commence tôt : Grèce, Italie (du sud pour ceux du nord), Espagne, Portugal. L'est est suspect aussi.
Donc, pourquoi se lancer dans le vin quand on n'a aucune carte en main ?
Il y a toute une intelligentsia qui discourt sur ses privilèges et les défend. « Je n'ai pas à m'excuser d'être blanc, mâle, hétérosexuel » est un propos courant. Non, bien sûr, juste de prendre conscience du privilège que l'on a. On a vite fait de s'attribuer du mérite qui n'est en fait que quelque chose de naturel, n'est-ce pas : si on est là où on est, c'est parce qu'on le vaut bien.
Bettane avec sa culture, toute sa culture, est un âne, et je crois qu'il le sait. Les choses qui nous font avancer sont celles qui nous dérangent. Se servir de sa culture pour se conforter dans ce que l'on est c’est la pire des attitudes. Une imposture intellectuelle.
Le monde du vin est désespérément macho, encore plus en périphérie que chez les producteurs. Lorsqu'on cessera de regarder un étranger, une femme, une femme étrangère sans condescendance, nous serons arrivés à quelque chose de mieux.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents