Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2021 6 06 /02 /février /2021 08:00

 

Les agros, les purs, la crème de la crème, les futurs hauts-fonctionnaires du 78 rue de Varenne, pas tous, les futurs IGREF, sortaient non de la cuisse de Jupiter mais de l’INAPG Institut National Agronomique Paris-Grignon.

 

Je les ai côtoyé, j’ose : commandé, j’ai même eu l’outrecuidance de dresser avec le vice-président du corps, le président étant le Ministre qui s’en tamponnait le coquillard, leur tableau d’avancement, atteindre le Graal du grade d’Ingénieur Général.

 

Depuis, les appellations ont changées :

 

  • L’INAPG  a disparu se fondant dans AgroParisTech en fédérant sous sa belle ombrelle : l’institut national agronomique Paris-Grignon, l’école nationale du génie rural, des eaux et des forêts (ENGREF) et l’Ecole nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires (ENSIA)

 

  • Le corps des IGREF est devenu celui des IPEF : Ponts, des Eaux et des Forêts, créé en 2009, est issu de la fusion de deux corps d’ingénieurs, celui des ponts et chaussées et celui du génie rural, des eaux et des forêts. Sans être mauvaise langue nos IGREF atteignaient ainsi un nouveau Graal : le sommet des échelles lettres.

 

Dernier acte du drame, celui du décès de l’Agro coupé en deux, les locaux du 16 rue Claude Bernard, le château et le domaine de Thiverval-Grignon vont être vendus.

 

Avant de proposer à votre lecture un article bien documenté, deux anecdotes :

 

  • Lors de l’examen du budget de fonctionnement du Ministre, en épluchant celui de la Direction de l’enseignement et de la recherche je m’étonnai de l’importance des frais de déplacement de celle-ci. Le directeur n’y alla par quatre chemins, il m’expliqua que les professeurs parisiens de l’INAPG bénéficiaient de frais de déplacement lorsqu’ils allaient enseigner à Grignon. France paradis de la bureaucratie, de la paperasserie, des ordres de mission, signés, tamponnés, les dépenses ordonnancées, visées par le contrôleur financier et bien sûr payées…

 

  • Lorsque je fus nommé professeur-associé de l’Université de Nantes pour 3 ans, en accord avec les autorités compétentes il fut convenu que devraient des heures à mon Ministère de rattachement en dispensant des cours à l’INAPG et à l’ENSA de Nantes. Ce que je fis, mais je ne le fis qu’une fois dans chacun de ses établissements. Bien sûr je m’étonnai auprès du Directeur de l’enseignement et de la recherche de l’absence de propositions, celui-ci, un grand courageux, me répondit en se tortillant « Tu comprends, tes interventions ne sont pas du goût du corps professoral… » Traduction, comment un pauvre docteur en droit, même s’il fut directeur du cabinet du Ministre, peut-il avoir la prétention d’aller transmettre son expérience de la prise de décision dans les instances communautaires, à la future crème de la crème des ingénieurs. Heureuse France des corporatismes, celle des enseignants est assez haut placée sur l’échelle de Richter du ne viens pas picorer dans mon écuelle.

 

 

 Thiverval-Grignon, le 20 janvier. Le domaine de 310 ha sur lequel se trouve le château est en vente.

Thiverval-Grignon : la vente du domaine bientôt scellée

Les candidats retenus pour le rachat des locaux que se partagent AgroParisTech et l’Inrae seront connus le 8 février. Parmi ces projets : celui d’un site de recherche agronomique mélangeant tourisme et innovation

 

 

Des logements sortiront-ils de terre sur le domaine historique de Thiverval-Grignon? Si ce n'est clairement pas la volonté des élus locaux, le destin de ce vaste parc de 310 ha est encore incertain. Appartenant à l'Etat, il est officiellement en vente depuis mars 2020. Les étudiants d'AgroParisTech et les chercheurs de l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae), qui l'occupent depuis 1826, plieront bagage en 2022 pour faire leur rentrée à Paris Saclay (Essonne).

Gérée par le ministère de l'Agriculture et la direction de l'immobilier de l'Etat (DIE, c'est-à-dire Bercy), l'acquisition avait un temps intéressé le PSG en 2016 avant qu'il n'opte finalement pour Poissy. À l'époque, l'annonce avait fait grand bruit et suscité une vive opposition.

« On nous proposait 400 logements, c'est non ! »

Depuis, le processus est tenu confidentiel « afin de garantir une égalité de traitement entre les porteurs de projets », indique le ministère en précisant que « la commune de Thiverval a été régulièrement informée de l'avancement de la procédure de cession ». Pourtant, la maire elle-même révèle ne savoir que très peu de choses « car l'Etat ne dit rien ». Nadine Gohard a bien reçu des promoteurs immobiliers dans son bureau il y a plusieurs mois ; il s'agissait de Nexity et Cogedim qui seraient toujours en lice pour le rachat du domaine. Depuis, plus rien.

Lors de cette rencontre, l'édile est restée ferme : « On nous proposait 400 logements, c'est non ! Ce domaine est dévolu à l'agriculture, c'est l'identité du village. On ne changera pas le fond du plan local d'urbanisme qui le préserve. » Ce PLU, c'est justement la contrainte majeure pour les promoteurs. Sur les 310 ha, 288 se trouvent en « zone naturelle à protéger en raison de la qualité du site ». Sur les 22 ha restants se trouve également le Château de Grignon, classé monument historique. Les possibilités d'aménagements sont donc limitées.

« Faire un mini Davos permanent dédié à l'agriculture »

« Le seul projet d'intérêt général qui respecte le PLU c'est le nôtre », lance Hervé Planchenault, président (DVD) de la communauté de communes Cœur d'Yvelines. La collectivité propose, en partenariat avec l'association Grignon 2000, de préserver les activités de recherche agronomique tout en ouvrant les lieux au public. Un hôtel avec des espaces d'accueil pour des séminaires, un incubateur d'entreprises innovantes et un lieu de recherche regroupant laboratoires privés et publics sont notamment prévus. Les bâtiments, eux, seraient en partie transformés en musées pour valoriser les vestiges de deux siècles d'histoire. « L'idée est de faire un mini Davos permanent dédié à l'agriculture et l'environnement », résume Hervé Lecesne, président de Grignon 2 000.

 

Les étudiants d’AgroParisTech rêvent d’un site consacré à la transition écologique. LP/Julie Ménard
Les étudiants d’AgroParisTech rêvent d’un site consacré à la transition écologique. LP/Julie Ménard  

Les étudiants rêvent d'un haut-lieu de la transition écologique

 

Mais pour les étudiants en 1re année d'AgroParisTech qui occupent le domaine nuit et jour, cette réflexion ne va pas assez loin. « On se coupe trop de la recherche agronomique, si on était cynique on pourrait dire que c'est du green washing », tacle l'un d'eux. « C'est trop partial, développe Boris qui souhaite un projet plus social et scientifique. Grignon pourrait devenir une référence de la transition écologique en créant un centre de permaculture pour alimenter tout le secteur et approfondir les recherches dans ce domaine. » Une position en faveur de la production intensive dans le respect des sols que défendent ces jeunes, conscients d'être « les inventeurs de l'agriculture de demain ».

 

« Tous ceux qui passent à AgroParisTech sont marqués par Grignon, enchaîne Elsa. On voudrait qu'il y ait une gouvernance partagée avec les étudiants, que l'on garde des chambres étudiantes. On a récemment rencontré Grignon 2000 à ce sujet, ils se sont montrés bienveillants et à l'écoute, ça nous rassure. » L'association, en majorité constituée d'anciens élèves d'AgroParisTech (NDLR : les Alumnis), se dit « tout à fait dans la ligne de ce qu'ils proposent là », confirme Hervé Lecesne.

 

Du côté de la communauté de communes en revanche, ces suggestions font plutôt sourire. « Il faut un peu de réalisme… Qui payera le chèque ? », interroge Bertrand Hauet, vice-président à Cœur d'Yvelines, en charge des finances. « Ce site est non viable pour maintenir une activité purement agricole, tranche d'emblée François Moutot, vice-président au développement économique et maire de Thoiry. Le château est dans un état déplorable, il faudrait plus de 20 M€ pour le rénover. Ce n'est pas la permaculture qui permettra ça. »

 

La crainte d'une logique économique

 

Quoi qu'il en soit, élus et étudiants s'accordent sur un point : ils redoutent que seuls les arguments économiques ne scellent la transaction dont la finalité est attendue au second semestre 2021. D'autant que sur les 130,7 M€ d'objectif que l'Etat s'est fixé pour la liquidation des 4 sites franciliens d'AgroParisTech, la somme de 110 M€ a déjà été atteinte avec la seule vente des locaux de la direction à Paris.

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents