Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2021 6 13 /02 /février /2021 08:00

 

Au risque de fâcher les écolos je ne suis pas très fan de Nicolas Hulot et de sa fondation, à force de trop vouloir prouver elle s’expose à recevoir une volée de bois vert à propos des chiffres qu’elle vient de publier (voir ci-dessous). Pour autant, les cris d’orfraies du couple Géraldine Woessner&Emma Ducros, me fait sourire, ces deux dames qualifient la fondation de lobby, oui  c’est un lobby, mais je me permets de leur rappeler qu’elles-mêmes sont les « haut-parleurs » d’un autre lobby : la FNSEA. Je connais bien la grande maison du 11 rue de la Baume et la rouerie de Christiane Lambert sa présidente, elle sait y faire dans son combat d’arrière-garde pour freiner l’utilisation des pesticides.

 

La mise en avant de l’indépendance alimentaire de notre vieux pays est un leurre classique, celle-ci est intervenue dès les années 60, nos excédents de blé et de produits laitiers ont permis, via les restitutions, de nourrir les citoyens de l’ex-Union Soviétique, l’élevage hors-sol s’est gavé de PSC américain et de soja brésilien, nous importons des blés de force pour faire notre pain et nos biscuits, nous nous berçons d’illusions sur nos capacités d’exportations face à la productivité débridée des nouveaux arrivants. Les pesticides chers à ces dames polluent nos nappes phréatiques et nos rivières, mais de cela elles n’en parlent pas.

 

Nos voisins allemands, souvent mis en avant par ces dames, anticipent :

 

Agence France-Presse

 

Le gouvernement allemand a présenté aujourd'hui un projet de loi limitant drastiquement l'usage des pesticides autour des cours d'eau et dans les zones naturelles protégées afin d'enrayer le déclin massif des insectes #AFP voir plus bas.

 

Revenons chez les gaulois et gauloises :

 

La bataille fait rage autour des chiffres Le Basic (Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne) a révélé dans son rapport pour la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’Homme (FNH) ce mardi 9 février un chiffre alarmant sur l’utilisation des pesticides dans l’agriculture française. Le recours à ses produits aurait augmenté de 25 % en dix ans (jusqu’en 2018). Peu de temps après la publication du rapport, deux journalistes ont clamé sur Twitter la « malhonnêteté » des calculs et du bilan qui en est fait par la fondation.

 

Ces 2 journalistes Emmanuelle Ducros et Géraldine Woessner, sont régulièrement présentes dans les débats qui agitent le monde agricole, notamment pour des prises de position qui remettent en cause des données ou des études scientifiques, ou qui tentent d’en faire une interprétation différente. Ce fut par exemple le cas pour la réintroduction des néonicotinoïdes mais également pour le débat autour du glyphosate.

 

 

Chiffres de la Fondation Nicolas Hulot sur les pesticides : « c’est totalement politique, cette affaire » ICI 

 

La fondation Nicolas Hulot a publié un rapport sur la hausse de l’utilisation des pesticides ces dernières années. Vrai ou faux ? Emmanuelle Ducros, journaliste à L’Opinion, spécialiste des questions agricoles et technologiques, était interviewée dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 11 février. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

 

 

Pesticides. Les chiffres du rapport de la Fondation Hulot très contestés ICI 

Le récent rapport qui considère la politique française de réduction des pesticides comme un « échec » suscite de vives réactions.

 

Les chiffres du rapport de la Fondation Nicolas Hulot « caricaturent une réalité bien plus complexe qui ne peut s’accommoder d’une série d’affirmations à charge », déplore la FNSEA. | BÉATRICE LE GRAND, OUEST-France

 

Dans son rapport publié à la demande de la Fondation Nicolas Hulot le 9 février, le cabinet d’études Basic estime que, chaque année, seulement 220 millions d’euros, soit 1 % des 23,2 milliards d’euros d’aides publiques (politiques fiscales comprises) dépensées à destination de l’agriculture, ont « un effet positif sur la réduction de l’utilisation des pesticides ».

 

Ce décryptage a suscité de nombreuses réactions. En cause : le cabinet d’études, s’appuyant sur un rapport France Stratégies (institution liée à Matignon), retient uniquement les soutiens à l’agriculture biologique et les Mesures agro-environnementales et climatiques (Maec) « rotation, limon profond, et grandes cultures en zones intermédiaires » ​comme aides aux effets « avérés »​.

 

Les soutiens publics liés à la conditionnalité de la Politique agricole commune (Pac) ou à la redevance pour pollution diffuse n’ont pas été retenus.

 

Le ministre conteste les chiffres

 

Dans ce même rapport, la Fondation Hulot a par ailleurs dénoncé le fait que l’agriculture française a connu « une augmentation de 25 % » de l’usage des pesticides de 2008 à 2018, à contre-courant de l’objectif fixé en 2008 par le Grenelle de l’environnement de réduire de moitié l’usage des pesticides en dix ans.

 

Le ministre de l’Agriculture a vivement contesté ces chiffres. « Arrêtons de faire croire que la transition n’est pas en cours ou que l’agriculture s’y opposerait ! C’est dégradant et c’est faux », a réagi sur Twitter Julien Denormandie, faisant état d’une baisse des volumes de ventes de pesticides de 36 % entre 2009 et 2019.

 

Pour rappel, en 2019, les ventes de pesticides ont été particulièrement faibles, après une année 2018 lors de laquelle elles ont explosé, les agriculteurs ayant eu tendance à stocker des produits phytopharmaceutiques afin d’anticiper la hausse d’une redevance pour pollution diffuse (RPD) appliquée aux pesticides.

 

Arrêtons de faire croire que la transition n’est pas en cours ou que l’agriculture s’y opposerait ! C’est dégradant et c’est faux.



 

Tout en dénonçant également des chiffres qui « caricaturent » la réalité, la FNSEA a prôné « de renforcer les accompagnements publics à la transition agro-écologique de tous les agriculteurs » ainsi qu’une « meilleure valorisation par les prix des bonnes pratiques ».

 

 

Bataille de chiffres pour discréditer le rapport sur les pesticides de la Fondation Nicolas Hulot ICI

10 février 2021

 

Les chiffres dévoilés par la FNH se sont pourtant pas nouveaux. Ils proviennent même d’un rapport d’évaluation gouvernemental du plan EcoPhyto. Par ailleurs, les chiffres 2017-2018 sur l’évolution de la consommation des pesticides de l’agriculture française rendus publics le 7 janvier faisaient déjà état d’une hausse de la consommation de 21 % de ces produits en 2018 par rapport à 2017.

 

Cette bataille des chiffres et ce « doute » qui s’est installé dans le débat public masquent malheureusement les conclusions et les enseignements principaux du rapport de la FNH. La Cour des comptes, début 2020, tirait déjà le même bilan : « Ainsi, l’objectif initial de diminution du recours aux produits phytopharmaceutiques de 50 % en dix ans, reporté en 2016 à l’échéance 2025 et confirmé en avril 2019, assorti d’un objectif intermédiaire de - 25 % en 2020, est loin d’être atteint. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

Jean Héritier 13/02/2021 09:47

vivement un reportage d'Elise Lucet pour éclairer le débat !!!

pax 13/02/2021 08:27

Beau titre pour une chronique qui va égayer le ouiken.
Malheureusement on déchante vite à sa lecture.
Et laissons les se disputer, je suis de bonne foi alors tant pis si j’ai tort contre c’est la vérité, tant pis si je suis de mauvaise foi. Et blabla et bablabi.
De guerre lasse, on n’entre pas dans la polémique et seule me vient à l’esprit cette citation.
« Ce qui est terrible sur cette terre, c’est que tout le monde a ses raisons ». Jean Renoir in La Règle du Jeu.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents