Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2021 3 27 /01 /janvier /2021 06:00

 

Le sieur Stéphane Davet du Monde embarqué sur le Fury Breizh affirme qu’à Saint-Quay-Portrieux, la saint-jacques sort de sa coquille ICI 

 

Alors moi aussi je sors de la mienne : lire plus bas

 

… Les Français restent les plus grands consommateurs mondiaux de pectinidés (2,5 kg par personne et par an, incluant les saint-jacques, mais aussi les ersatz que sont les gros pétoncles congelés au Pérou, au Chili ou au Canada)…

 

Jonathan Thomas, le jeune patron-armateur du Fury Breizh et ses matelots, Nicolas Boette et Cézembre Kerdenanec, vante les mérites de la saint-jacques de la baie de Saint-Brieuc.

 

« Elle est légèrement plus petite et beaucoup moins coraillée, en hiver, que la normande, explique-t-il. Sa noix a un petit goût de noisette qui fait la différence.»

 

Sur l’arrière-pont du bateau, on ouvre la saint-jacques tout juste sortie de l’eau, en glissant le gros Opinel, prêté par l’un des pêcheurs, le long de l’éventail plat de la valve supérieure. Après avoir dégagé d’un geste le manteau de barbes et le corail en passant la lame sous la petite poche noire située à la charnière du coquillage, ne reste plus que la noix au fond de la valve bombée. A un coup de canif du plaisir brut d’un sashimi de pleine mer. Délicieuse sensation d’une chair à la fois ferme et fondante, légèrement salée et subtilement sucrée. Une bouchée sauvage et voluptueuse qui se suffit à elle-même.

 

Lui la préfère crue, mais se régale aussi des recettes de Nicolas Boette, ancien cuisinier professionnel qui, à bord, tient les casseroles. « J’aime les griller dans leur coquille, au barbecue, les servir en tartare mélangées à du saumon fumé, ou poêlées avec des tranches d’andouille de Guéménée, puis flambées au whisky et crémées », nous confie celui qui, la veille, avait servi à ses compagnons des « encornets farcis à la vietnamienne ».

 

 

18 octobre 2012

Qui mieux que moi peut faire la promo de la coquille Saint-Jacques et de ce qui se boit avec ? ICI 

À mon palmarès un tiercé gagnant :

 

-         Mon prénom Jacques par la grâce de mon parrain Alain,

 

-         Le Saint patron de la paroisse où je fus baptisé : St Jacques le majeur, de Compostelle à la coquille,

 

-         Le lieu où je réside : le boulevard Saint-Jacques.

 

 Qui dit mieux ?

 

 

 

17 décembre 2013

 

«Confondre la pétoncle et la coquille Saint-Jacques dans une même appellation revient à autoriser la dénomination caviar pour les œufs de lump» ICI 

 

Les pétoncles seraient-elles des petites sœurs des coquilles Saint-Jacques ?

 

La réponse est non même si elles ont un petit air de famille. Sur ce sujet je ne vais pas vous embrouiller dans les méandres des classifications des naturalistes. L'histoire de la dénomination du pétoncle est complexe. « Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, il a servi pour nommer une grande diversité de coquillages avant que Jean-Baptiste de Lamarck n'en fasse un genre précis (Pectunculus). Les pétoncles de Lamarck et des naturalistes du XIXe siècle ne correspondent toutefois pas du tout aux coquillages que nous connaissons aujourd'hui sous ce nom. »

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

PIERRE 27/01/2021 12:01

I) la pétoncle noire est d'un goût plus fin que celui de la saint jacques (même la saint jacques de la baie de Quiberon* que l'on trouve aussi en rade de Brest et en baie de Seine ne rivalise pas) La saint jacques de la baie de Saint Brieuc c'est bien en dessous.
* meilleur encore quand on la pèche à la main lors d'une marée d'équinoxe.
le sommet reste la saint jacques à la truffe et au bouillon d'asperge de Jacques Thorel

pax 27/01/2021 06:33

Qui dit mieux ? Mais pax bien sur qui ne cesse de faire le Jacques ! Cependant, restez vigilant, méfiez vous des imitations.

Ah ce petit goût de noisette qui revient si souvent dans les commentaires de dégustations pour souligner la particulière qualité du produit et qui fait toute la différence !
A se faire retourner Darwin dans sa tombe. Assurément, ce n’est pas du singe que descend l’homme mais de l’écureuil !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents