Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2021 4 07 /01 /janvier /2021 06:00

 

Longtemps j’ai attendu ce moment, vous comprendrez que satisfait je suis.

 

Bravo les gars du LeRouge&leBlanc !

 

Sonia, je la connais depuis quelques années, j’ai suivi son parcours, elle est compétente, bosseuse, précise, curieuse de tout, sa collaboration au  LeRouge&leBlanc la révèle journaliste.

 

Denrée rare dans le petit monde du vin, loin des approximations de certains, des œillères des révolutionnaires en peau de lapin, des partis pris de ceux des deux bords, qui défendent leur fonds de commerce, Sonia fait le job et elle le fait bien.

 

Au temps de son blog elle se présentait ainsi : De l’ethnologie à l’œnologie, il n’y a qu’un pas ! Ethnologue de formation, lorsque l'on me demandait ma profession, c'était souvent la même chose « Ha œnologue ! Vous êtes dans le vin! ». Il me fallait donc partir dans de longues explications quant au métier d’ethnologue (à ne pas confondre avec anthropologue préhistorien et blabla…). Mais ce quiproquo s’est révélé prémonitoire car j’ai fait du vin, mon métier. J’étais depuis longtemps une passionnée de la « dive bouteille », partant à la découverte des différents terroirs en France et ailleurs (et oui, une ethnologue, ça voyage). Et comme je ne suis pas avare de mes découvertes, j’ai organisé des soirées dégustation pour mon entourage. Finalement, la graine a germé et j’ai décidé de sauter le pas pour suivre une formation au lycée viticole de Beaune et à Agrosup Dijon. Me voilà donc devenue une professionnelle du vin ! »

 

Bref, je propose à votre lecteur l’édito qu’elle a signé dans le dernier numéro du LeRouge&leBlanc :

 

HVE : Haute Valeur …d’Enrichissement ?

 

Peu connue du grand public, la certification Haute Valeur Environnementale (HVE) a été propulsée sur le devant de la scène médiatique en septembre 2020, à la suite de la publication d’un communiqué de presse de l’Association Alerte aux Toxiques. Ce texte dénonçait la présence de résidus de pesticides dans des bouteilles de vins certifiés HVE en se fondant sur une analyse effectuée par un laboratoire reconnu. La presse et les réseaux sociaux s’emparèrent du sujet et accusèrent le label de tromper le consommateur et de pratiquer le “greenwashing” (blanchissement écologique).

 

L’idée initiale du label HVE était bonne et constituait un réel progrès puisqu’il s’agissait d’amener l’agriculture française à un changement progressif vers des pratiques moins dépendantes des pesticides chimiques et des engrais azotés. Cet itinéraire vertueux pouvait même conduire jusqu’à l’agriculture biologique. Mais sa mise en place a été guidée par la volonté d’inclure le plus grand nombre. Cet œcuménisme “médiocrisant” a entraîné une succession de baisses du niveau d’exigence dans l’obtention de la certification.

 

Aucune interdiction d’utilisation de produits phytosanitaires, y compris pour les molécules CMR (Cancérigènes, Mutagènes et Reprotoxiques) n’a été incluse dans les conditions d’homologation. D’ailleurs de nombreux professionnels certifiés HVE déplorent ce laxisme et sont favorables à une certification plus restrictive. On peut également se poser la question de l’intérêt de garder les deux premiers des trois niveaux de la HVE car ils sont peu discriminants voire inutiles : il suffit de respecter la loi européenne en termes d’environnement pour le niveau 1 ou de travailler en agriculture “raisonnée” pour atteindre le niveau 2.

 

En outre, le troisième et dernier échelon permettant d’accéder à la certification peut être gravi par deux voies d’exigence très inégales. La voie “A” requiert de satisfaire à une série de critères concernant quatre grandes thématiques : la biodiversité, la stratégie phytosanitaire, la gestion de la fertilisation et de l’irrigation. Mais dans le barème actuel l’agriculteur n’a besoin d’atteindre que 40 % du maximum des points attribuables pour valider l’ensemble. La voie “B” se contente, elle, de deux indicateurs : la surface des structures agroécologiques (bandes enherbées, haies, etc.) doit représenter plus de 10 % de la surface agricole utilisable et le pourcentage du chiffre d’affaires consacré aux achats d’intrants doit être inférieur à 30 % du chiffre d’affaires total.

 

Si la voie “A” n’est pas sans défaut et devrait être plus exigeante, elle implique néanmoins un réel effort de l’agriculteur. En revanche, la voie “B” est la cible de toutes les critiques, de la part des détracteurs du label HVE mais également de ses défenseurs, voire de… ses créateurs. Les associations HVE Développement et France Nature Environnement – à l’origine du projet – ont en effet demandé à plusieurs reprises la révision de cette seconde voie, jugée trop permissive pour les productions à forte valeur ajoutée comme le vin, et l’installation de garde-fous dans les règles de calcul des intrants.

 

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si plus de 80 % des exploitations certifiées HVE font partie du secteur viticole et que 39 % d’entre elles se situent dans les vignobles de Bordeaux et de Champagne. Malgré les demandes répétées de HVE Développement pour une plus grande transparence du mode d’accès à la certification, le ministère de l’Agriculture refuse de communiquer la proportion de certifiés “A” et “B”, entretenant ainsi la suspicion du “blanchissement écologique” et encourageant une HVE plus quantitative que qualitative.

 

On peut comprendre le désir d’attirer toutes les bonnes volontés pour sortir du schéma mortifère de l’agriculture chimiquement intensive en proposant un modèle de transition écologique.

 

Mais ce modèle doit guider vers un réel changement et non maintenir le statu quo par des manipulations comptables. La certification HVE ressemble malheureusement à un rendez-vous manqué, faute de transparence et d’une plus grande exigence dans ses ambitions écologiques. En revanche, un des principaux acteurs économiques accueille avec enthousiasme ce récent label : la grande distribution. Elle y voit l’opportunité de pallier la faiblesse des volumes de l’agriculture biologique face à la forte demande des consommateurs, tout en augmentant ses marges sur des produits non “bio”. Si la HVE n’est pas forcément à Haute Valeur Environnementale, elle semble ainsi pouvoir se doubler pour la grande distribution d’une Haute Valeur… d’Enrichissement. Cherchez l’erreur…

 

Sonia Lopez Calleja

 

3 septembre 2012

Sonia je l’ai rencontrée chez Eva et LaurentAntonin, grand vindicateur organisateur de descente de quilles exotiques nous avait dit « Sonia arrive de Clermont-Ferrand avec ses enfants... très nature bien sûr... y’en a même qui portent des tongs...» Comme de bien entendu, par l’odeur alléché Guillaume Nicolas-Brion dit GNB était de la partie avec sa moitié et votre Taulier s’était laissé tenter par ce raid sur Montreuil-sous-Bois, à l’ombre des hauts murs de la mairie où le petit père des Peuples – ne pas confondre avec Nicolas, l’autre et le nôtre sans talonnettes – aurait aimé pour y établir son PC. Je suis même passé par la place Jacques Duclos : bonnet blanc et blanc bonnet. Samia était aussi là. Que du bonheur ! Sauf que votre taulier était dans ses petits souliers vu qu’il débarquait les mains nues en plein territoire naturiste. Dans sa petite Ford intérieure il se disait cette Sonia ce doit-être une pasionaria des vins qui se font tout seul après avoir eu rendez-vous avec la lune, oh, la, la... va falloir que je m’accroche... et puis patatras, la susdite Sonia se révélait être, tout simplement, une vraie passionnée, au meilleur sens du terme, loin de la mademoiselle je sais tout, précise, concise, avec ses petits échantillons de roches volcaniques et sa petite marmaille de quilles, elle me bluffait par sa simplicité nature bien sûr. 

 

 

La suite ICI

Partager cet article
Repost0

commentaires

Jean Héritier 07/01/2021 18:54

Cette réflexion me pousse à intervenir : certes HVE n'est pas une démarche parfaite mais elle permet aux vignerons de prendre en compte certains éléments très positifs sur la biodiversité le respect de l'environnement ... En tant qu' homme de terrain je peux certifier que c'est un pas en avant non négligeable nous attendions ce dispositif depuis les célèbres CTE mis en place par le ministère Glavany. Il est vrai que le consommateur a du mal à bien comprendre ce nouveau sigle. En ce qui concerne justement le consommateur je serais curieux de savoir si ce consommateur a bien conscience que les raisins issus de la culture biologique sont traites au cuivre et au soufre et que les années difficiles pluvieuses par exemple il faut passer plusieurs fois dans les parcelles donc consommer de l'énergie ... je pense que cette réflexion peut provoquer quelques réactions. Et pour rester positif je pense que les nouveaux cépages dits résistants peuvent permettre la mise en place d'une viticulture "vraiment bio" avec un bilan carbonne exemplaire.

JUNGMANN 07/01/2021 14:11

Merci Jacque de mettre Sonia en avant !
Son intérêt pour les buts et les moyens n'est pas courant dans la presse "dégustation", C'est toujours intéressant de la lire !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents