Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 06:00

Les Shadoks», prises de becs - Libération

L’interview de Jérôme Despey recueilli par Vitisphère, à propos de l’arrachage, dit temporaire, « C’est un roc !… c’est un pic !… c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ?… C’est une péninsule ! »

 

Oui c’est une péninsule, je dirais même une presqu’île, tellement ces gens, ceux du comité spécialisé vin de FranceAgrimer ne sont reliés à la réalité du marché que par un fil, normal du côté représentants  des producteurs : le CV de ces messieurs en matière commerciale est pratiquement vierge, quant aux représentants des négociants ils pratiquent l’évitement, faut pas fâcher sans pour autant se priver de ramasser à la pelle une ressource à 2 balles.

 

L’arrachage, dit temporaire

 

« La mesure permet de conserver le potentiel de production en passant cette période compliquée » résume Jérôme Despey.

 

Ha ! Conserver le potentiel de production, c’est beau comme un grand tonneau où barbotent des hectares indifférenciés, c’est un peu comme si, les constructeurs automobiles, confrontés eux-aussi aux difficultés de l’heure, raisonnaient fermeture temporaire de leurs chaînes de production sans tenir compte de leur gamme.

 

Comme chacun le sait, ou ne le sait pas, en France ce sont les hectares qui comptent, les hectolitres, les vins produits c’est secondaire. L’exemple de la région de Bordeaux, qui a planté dans les temps anciens n’importe où, et beaucoup, est là pour confirmer la pertinence des analyses des mamamouchis du vignoble.

 

C’est le bordeaux-bashing, la faute de ces ignares de consommateurs !

 

Alors distillons, arrachons pour replanter, bien sûr avec le pognon des autres (qu’il soit national ou communautaire il vient de la poche des contribuables), surtout ne jamais se remettre en question et accepter de tenir compte des réalités.

 

La réalité c’est le tableau ci-dessus : ce sont le vieux qui boivent, et le potentiel des vieux boomers s’érode, c’est la loi de la vie

La réalité c’est aussi la réalité de la structure de nos exportations où l’on se berce d’illusions en se cachant derrière le Cognac et les GCC…

 

Les exportations françaises de vins et spiritueux ont atteint un niveau exceptionnel en 2019, à 14 milliards d'euros, en hausse de 5,9 % sur un an. Mais ce sont « des chiffres en trompe l'oeil », selon la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux. Les ventes de vins dévissent aux Etats-Unis depuis la mi-octobre et le marché chinois vit à l'heure du coronavirus. Quant à l'avenir du commerce avec le Royaume-Uni, il est flou. ICI 

 

Bref, ils nous ont déjà fait le coup de la régulation du potentiel par le maintien des autorisations de plantation, encore une manière de laisser la main aux grands mamamouchis qui déversent en pluie fine la manne  des hectares sur leurs « copains ».

 

À quoi ça sert d’octroyer des hectares qui pisseront des vins invendables ou bradés ?

 

Les «Shadoks» ont 50 ans et pompent toujours énormément - Le Parisien

 

Vive les Shadocks !

 

C’est consternant, et je suis consterné par l’indigence de ces gens, on s’est beaucoup moqué, à juste raison, des planificateurs agricoles soviétiques, qui alignaient des prévisions, comme on aligne des saucisses, et finissaient par aller négocier avec la Commission l’importation de ses excédents pour faire la soudure. Dire que l’Ukraine avant, et redevenu aujourd’hui, un grenier à blé.

 

Gaspillage et saupoudrage sont les 2 mamelles des apparatchiks de la FNSEA, dont Jérôme Despey est un digne représentant, son CV en témoigne.

 

Si avez du courage : Bonne Lecture !

Interview croisée de Christiane Lambert, présidente, et de Jérôme Despey, secrétaire général

 
FNSEA

Interview croisée de Christiane Lambert, présidente, et de Jérôme Despey, secrétaire général ICI 

Grâce à Jérôme Despey

Tout, vous saurez tout sur l’arrachage temporaire demandé par la filière vin

Jeudi 10 décembre 2020 par Alexandre Abellan

 

Le président du conseil spécialisé vin de FranceAgriMer fait le point sur le dispositif de restructuration différé exposé ce 9 décembre par les professionnels au ministère. Expliquant le principe de cette réduction momentanée du potentiel de production viticole, le viticulteur héraultais lance au passage un coup de gueule, contre la course à l’échalote de certains pour proposer de nouvelles aides en 2021, et expose sa colère, contre la réduction de 4 % du budget de l’OCM vin.

 

 

Le dernier conseil spécialisé vin de FranceAgriMer s’est penché sur un dispositif d’arrachage temporaire, ou plutôt de restructuration différée…

 

 

Jérôme Despey : Le projet de restructuration différée, c’est un acte de restructuration avant tout. Le principe souhaité unanimement par les professionnels est de conserver le potentiel au vignoble en suscitant l’arrachage dès 2021 et un report de plantation 3 à 5 ans après. Ce qui nécessite un nouveau cadre, se traduisant dans les plans collectifs dès la campagne 2022. Si la plantation n’est pas réalisée au bout de cinq ans, les aides doivent être remboursées. Il faut replanter, il ne s’agit pas d’arrachage définitif.

 

 

Nous proposons une aide passant de 400 à 1 000 euros par hectare pour l’arrachage, une Indemnité de Perte de Récolte (IPR) de 2 000 €/ha par année de plantation différée (avec peut-être une majoration pour les Jeunes Agriculteurs) et un maintien de l’aide à la restructuration selon le barème actuel. Ce qui est positif, c’est que le ministère de l’Agriculture annonce son intérêt pour les propositions des professionnels. Il n’y a pas eu de décision, mais un débat pour permettre la mise en place dès 2021 de l’arrachage et le dépôt de plan collectif pour 2022 au deuxième semestre 2021.

 

 

Concrètement, comment le dispositif fonctionnerait-il pour un vigneron souhaitant y faire appel ?

 

La suite ICI 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 14/12/2020 08:38

Que l'on boive ou non, avec ce genre de chronique, c'est la gueule de bois assurée.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents