Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2020 4 17 /12 /décembre /2020 08:00

 

C'est la suit et c'est du boulot...

 

Il était une fois dans l'Est

Arpad Soltesz

Arpad Soltesz

Barbora Faure (Traducteur)

432 pages

Éditeur : POINTS (03/09/2020)

 

Fin des années 1990, dans l'est sauvage de la Slovaquie. Veronika, 17 ans, est enlevée par deux hommes alors qu'elle fait du stop. Après l'avoir violée, les deux malfrats prévoient de la vendre à un bordel au Kosovo. Mais lors du transfert, la jeune fille s'échappe, puis porte plainte auprès de la police locale. C'est alors que les choses se compliquent : les kidnappeurs semblent bénéficier de protections haut placées, et l'enquête piétine...

 

Aidée de Pavol Schlesinger, le journaliste qui raconte son histoire, Veronika tente d'échapper aux trois plus grands groupes criminels de l'époque : la police, la justice et les services secrets. Réfugiée dans un hôtel désert à la frontière ukrainienne, elle fait la connaissance du mystérieux Igor, qui l'initie à la fabrication des bombes. Car si elle ne peut obtenir justice, Veronika refuse de laisser impunis ses tortionnaires. Et la vengeance est un plat qui se mange froid...

 

Puisant dans les nombreuses affaires qu'il a pu suivre comme journaliste lorsqu'il couvrait les mafias de l'Est, Arpad Soltesz dresse un tableau noir et âpre des brutales années 1990 et du capitalisme sauvage qui a suivi la chute du communisme.

Valerio Varesi

Un dernier polar avant la rentrée : “Les mains vides” de Valerio Varesi ICI 

Michel Abescat, Christine Ferniot

Publié le 26/08/19

Quoi de mieux pour finir l’été en beauté qu’une promenade en noir italienne ? Michel Abescat et Christine Ferniot vous proposent une dernière escapade pleine de charme et de mélancolie, au cœur de Parme, dans les milieux de la délinquance en col blanc.

Eva Dolan

 

« Les oubliés de Londres », d'Eva Dolan

Éditeur : LIANA LÉVI (06/02/2020)

 

Eva Dolan propose à ses lecteurs un jeu narratif complexe, qui rend la lecture de ce roman d’autant plus passionnante. L’intrigue est en fait construite sur un double mouvement.

 

Premier mouvement, des chapitres intitulés « Maintenant » s’ouvrent sur un meurtre et racontent l’onde de choc de celui-ci sur les personnages, en parallèle de l’enquête de police. Et second mouvement, des chapitres intitulés « Avant » fonctionnent à rebours du temps. En alternance avec les premiers, ces chapitres remontent dans le passé et éclairent peu à peu l’histoire qui est racontée. L’intrigue n’est donc pas linéaire, mais complexe et singulièrement subtile sur le plan psychologique.

 

La suite ICI 

Hervé Le Corre

L'homme aux lèvres de saphir

Hervé Le Corre

503 pages

Éditeur : PAYOT ET RIVAGES (01/10/2004)

 

Publié il y a de cela près de quinze ans, à une époque heureuse où les blogs littéraires n’existaient pas, L’Homme Aux Lèvres De Saphir bénéficie d’une nouvelle attention avec la parution de Dans L’Ombre Du Brasier, dernier roman très attendu d’Hervé Le Corre, devenu désormais l’une des grandes figures de la littérature noire française, qui reprend quelques personnages du premier opus évoluant à Paris en 1870 durant l’époque trouble de l’effondrement du Second Empire marquant la fin du règne de Napoléon III. Si les deux ouvrages peuvent se lire indépendamment l’un de l’autre, L’Homme Aux Lèvres De Saphir se situe aux prémices de la période insurrectionnelle de la Commune alors que Dans L’Ombre Du Brasier dépeint les événements de la Semaine sanglante qui marque l’achèvement de cette épopée révolutionnaire. C’est au cœur de cette atmosphère crépusculaire que l’on assiste aux exactions d’un étrange tueur qui trouve son inspiration dans Les Chants de Maldoror, un texte en prose terrifiant d’Isidore Ducasse plus connu sous le pseudonyme de Comte de Lautréamont.

 

La suite ICI  

Franck Bouysse

Grossir le Ciel

Franck Bouysse

240 pages

Éditeur : LA MANUFACTURE DE LIVRES (09/10/2014)

 

Quelle écriture !

 

Il n’est pas toujours facile d’associer les mots beauté et polar, le registre du noir se prêtant plus volontiers à une danse d’adjectifs plus spectaculaires (sanglant, oppressant, étouffant, macabre) ou de vocables identifiant le genre (suspense, meurtre, enquête, thriller,…). Autant dire que Franck Bouysse réussit un sacré tour de force avec ce roman.

 

Promenons-nous dans les Cévennes

 

Grossir le ciel, c’est une ambiance qui vous renverra aux bancs d’école et à la découverte des livres de Giono pour certains, ou vous filera une furieuse envie de promenade dans les Cévennes, le cœur palpitant de cette fiction. Cœur qui pulse, ralentit, connaît quelques arythmies, s’emballe jusqu’à l’oppression. Point de cadavres à foison ou de descriptions à faire frissonner d’angoisse pourtant… Il y a Gus, qui vit avec son chien, Mars et puis un voisin taiseux, Abel. Rien, dans leur quotidien de paysans isolés se croisant parfois pour avaler un verre de rouge ou marmonner à demi-mots la vie qui passe, pour briser la monotonie. Pourtant, la nouvelle du décès de l’abbé Pierre va bousculer cet équilibre. Ça… et un coup de feu un jour d’hiver : un gibier repéré par Gus mais pour lequel Abel, depuis la ferme voisine, a sans doute été plus rapide.

 

La suite ICI 

Un été d'écrivains : Mercredi 20 juillet 2016 - Ép. 3/0 - Didier Daeninckx

Didier Daeninckx

Retour à Béziers

Collection jaune Verdier

96 p. 10,00 €

Parution : octobre 2014

26 novembre 2014

Retour à Béziers : un abstinent s’indigne « c’est le jus de treille qui a fait l’immense richesse de Béziers. » ICI 

 

Robert Colonna d`Istria

 

Une famille corse. 1200 ans de solitude

Robert Colonna d'Istria

416 pages

Éditeur : PLON (26/04/2018)

5 septembre 2018

« Jamais les Romains n’achetaient d’esclaves corses ; ils savaient qu’on n’en pouvait rien tirer ; il était impossible de les plier à la servitude. » Napoléon  ICI 

 

Le titre du livre de Robert Colonna d’Istria attire notre attention sur deux éléments paradoxaux : la datation, 1200 ans de solitude, allusion évidente au roman de García Márquez, Cent ans de solitude (1967) qui raconte sur plusieurs générations, au long d’un siècle, l’histoire de la famille Buendía depuis la fondation du village de Macondo et le lien avec l’histoire d’une famille corse, et pas n’importe laquelle, puisqu’il s’agit de la famille Colonna d’Istria.

 

La suite ICI 

Fernando Aramburu

Patria

Fernando Aramburu

Claude Bleton (Traducteur)

728 pages

Éditeur : ACTES SUD (02/09/2020)

 

12 août 2018

Lisez Patria le magnifique roman de Fernando Aramburu, les années de plomb en d’Euskal Herria la folie meurtrière de l’ETA ICI  

 

Patria sur Canal+ : un drame familial et historique bouleversant sur fond de terrorisme basque ICI  

Lluis Llach

Le théâtre des merveilles

Lluis Llach

411 pages

Éditeur : ACTES SUD (15/05/2019)

9 juin 2019

L’appoggio, le fiato, Rossini qui s’amusait en composant, Verdi dont les mélodies sont orgasmiques, Puccini dont les mélodies s’envolent, te maintiennent en suspension tout en haut… Le Théâtre des merveilles de Lluis Llach ICI 

 

Puis j’ai découvert et lu avec un grand plaisir ses deux premiers romans Les yeux fardés et Les femmes de la Principal chez Actes Sud

Résultat de recherche d'images pour "lluis llach ecrivain"

 

Frank Harris

La bombe

Frank Harris

336 pages

Éditeur : LE LIVRE DE POCHE (11/03/2020

 

"La Bombe", le roman des origines du 1er Mai ICI

Karl Jacoby

Des ombres à l’aube

UN MASSACRE D’APACHES ET LA VIOLENCE DE L’HISTOIRE

Karl Jacoby

 

Le 30 avril 1871, sur le Territoire de l’Arizona, dans le canyon d’Aravaipa, une troupe d’Indiens Tohono O’odahms, de Mexicains et d’Américains massacrait dans leur sommeil plus de 140 Apaches. il est demeuré une masse d’informations sur ce drame, qui a permis à Karl Jacoby de proposer une approche inédite de l’événement, connu sous le nom de Massacre de Camp Grant.

 

Traduit de l’anglais par Frédéric Cotton

 

Bob Shacochis

La femme qui avait perdu son âme

Bob Shacochis

788 pages

Éditeur : GALLMEISTER (01/01/2016)

Un vrai thriller politique

 

Quelle fresque… Les Nord-Américains ne s’y sont pas trompés : « digne successeur…de Graham Greene et John le Carré » ont-ils souligné à la parution de ce pavé en 2013. Finaliste du prix Pulitzer l’année suivante (avec Philipp Meyer pour « Le Fils » et Donna Tartt qui l’a emporté avec « Le Chardonneret », sacré trio !), ce livre vous tiendra en haleine plusieurs soirs d’affilée. Thriller politique, roman d’espionnage (les analyses géopolitiques sur les conflits contemporains sont passionnantes), histoire d’amour aux personnages inoubliables (même les « méchants »), tous les ingrédients mélangés par Bob Shacochis concourent à la réussite de ce livre. L’auteur s’est inspiré de son expérience personnelle de correspondant de guerre (notamment en Haïti). Pas étonnant dès lors que la trame de cette fiction soit très réaliste.

 

La suite ICI 

Jonathan Franzen

Purity

Jonathan Franzen

 

Olivier Deparis (Traducteur)

840 pages

Éditeur : POINTS (08/06/2017)

 

Un Jonathan Franzen au top

Jonathan Franzen publie là sans conteste son meilleur livre depuis « Les Corrections ». Son talent pour camper des personnages incarnés, son don pour dérouler une histoire avec une logique implacable, tout en interrogeant le sens du secret dans nos vies à l’ère d’Internet, font de « Purity » un roman passionnant de bout en bout.

La suite ICI 

A travers l’histoire d’une jeune fille en quête d’un père inconnu, l’écrivain américain s’interroge sur le rôle du secret, s’élevant contre la dictature de la transparence

ICI

Colin Winnette

Là où naissent les ombres

Colin Winnette

224 pages

Éditeur : DENOËL (22/04/2016)

[Haints Stay]

Trad. de l'anglais (États-Unis) par Sarah Gurcel

 

Plongez dans l’essence même de l’Amérique profonde et violente, celle des âmes perdues.

 

Brooke et Sugar se disent frères et sont chasseurs de primes. Partout où ils passent, ils sèment effroi et désolation. Contraints de quitter la ville après une tuerie particulièrement violente, ils se réfugient dans les bois. Un matin, à leur réveil, ils trouvent à leurs côtés un mystérieux garçon amnésique. Ils l’appellent Bird et en font leur mascotte. Lors d’une expédition punitive dans un village, les deux frères sont capturés par la police locale et mis en prison. Brooke parvient à s’enfuir, mais Sugar, sorte de bête humaine, sale et effrayante, reste derrière les barreaux.

 

Là où naissent les ombres est un western acide et désespéré auquel seuls une veuve, un orphelin et un nourrisson apportent une touche d’humanité.

 

224 pages

Gilles Leroy

Dans les westerns

Gilles Leroy

320 pages

Éditeur : MERCURE DE FRANCE (12/01/2017)

On en voit, dans le métier, des physiques exceptionnels et des visages saisissants. Lui, Lockhart, c’était autre chose. On voulait entrer dans sa lumière, dans sa sphère, on voulait le prendre dans ses bras et sentir comment c’était d’être dans ses bras. Ce je-ne-sais-quoi qui fait la différence entre un grand acteur et un génie, il l’avait. À l’époque, on appelait ça le it – tu l’avais ou pas. It, c’était le pouvoir de séduire les deux sexes en toute innocence, sans rien faire, juste en étant là. Un sortilège.

 

1948, Arizona. Quand Paul Young rencontre Bob Lockhart sur un plateau de cinéma, l’évidence saute aux yeux de tous : les deux hommes seront bien plus que de simples partenaires de jeu. Espionnés par les studios, la police des mœurs et la presse à scandale, les amants vivront sept années de passion, jusqu’à ce que Paul regagne le rang.

 

Le voici cinquante ans plus tard, devenu sénateur et patriarche, qui joint sa voix à celles de deux autres inconditionnels : l’actrice Joanne Ellis, longtemps éprise de Bob, et Lenny Lieberman, l’agent presque frère. Émus, émerveillés encore, ils tissent à eux trois la légende de Lockhart.

 

Toute histoire d’amour est aussi l’histoire d’un monde, nous dit Gilles Leroy : ici, une Amérique brillante, convulsive, déchirée entre avant-garde et cynisme, soif de liberté et répression.

 

La suite ICI 

 

Robert Penn Warren

Un endroit où aller

Robert Penn Warren

600 pages

Éditeur : ACTES SUD (28/12/1993)

Le fils d’un bon-à-rien et d’un modèle d’obstination résignée

 

Si l’on substitue la pesanteur de l’appartenance au Sud profond à celle de la judaïté et que l’on ajoute un bon trait de lyrisme et d’intérêt pour la nature, plusieurs œuvres éminemment rothiennes ressemblent fort à Un endroit où aller, dernier roman de Robert Penn Warren, écrit à l’âge de soixante-douze ans. Il s’agit des mémoires narrées à la première personne de Jed Tewksbury, dont le titre indique opportunément qu’il fut toute sa vie un déraciné.

 

La suite ICI 

Partager cet article
Repost0

commentaires

pax 17/12/2020 10:43

Merci Taulier, moi qui en étais resté au Commissaire Montalbano d'Andrea Camilleri et au commissaire Luigi Alfredo Ricciardi de Maurizio De Giovanni, recommandés en son temps.
Il y a du rattrapage d'en l'air. Certainement au détriment des commentaires ce qui va en réjouir plus d'un.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents