Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2020 1 28 /12 /décembre /2020 09:05

 

Le quotidien l’Union a publié le 27/12/2020 un article titré :

 

Bouilleur de cru pendant 47 ans à Corroy, il prend sa retraite

 

A 80 ans, Serge Poncelet prend sa retraite de distillateur d’eau-de-vie, après des décennies de labeur et de passion.

 

BARBONNE-FAYEL (MARNE) CORROY (MARNE)

 

Inexact la preuve ICI 

 

14 janvier 2009

L’art de la goutte : « Ni la tête ni la queue »

 

Mon père, Arsène Berthomeau, possédait un alambic mobile, il était un « bouilleur ambulant », son père, mon grand-père Louis,  propriétaire de quelques ares de vignes, en vertu de ce qu’il qualifiait du « droit de bouillir » ses lies*, une liberté fondamentale à qui les opposants, qui considérait ce droit comme une tolérance, donnait le nom de privilège, le fameux « privilège des bouilleurs de cru ». Louis Berthomeau était donc un « bouilleur de cru ». Mon père installait son alambic dans un atelier public établi en un lieu déclaré aux Indirectes, généralement près d’un point d’eau où l’on déversait les effluents). Donc la « goutte » je connais, les 10 ter, « la volante », les bonbonnes et les baricauts de gnôle issus de droits de défunts (le privilège n’était pas transmissible après les lois Mendès-France) en transit dans le grenier, le petit doigt sous le mince filet translucide, la vapeur de l’alambic dans les petits matins d’hiver, les briquettes de coke dans la gueule rougeoyante de la chaudière, la canadienne de mon père, le casse-croute sur le pouce des hommes…

 

 

 

* (tout propriétaires, fermiers, métayers ou vignerons pouvait distiller des vins, des cidres ou poirés, marcs, lies, cerises, prunes et prunelles provenant exclusivement de leur récolte personnelle à la condition de ne pas se livrer au commerce des alcools)

 

29 mars 2018

 

La canadienne du père Arsène bouilleur ambulant lorsqu’il distillait la goutte avec son alambic mobile ICI

 

 

Précision : Mon père, Arsène Berthomeau, exerçait la profession de bouilleur ambulant, du fait que nous avions des vignes il était aussi bouilleur de cru.

 

 

Le « privilège des bouilleurs de cru » a été supprimé en 1959 et ce droit s'éteint au décès des derniers détenteurs : il ne s'agit donc pas de la fin du bouilleur de cru, mais de la fin de son exonération, un privilège instauré par Napoléon pour ses grognards. Pas à l'individu mais au terrain dont il était propriétaire. Puis son fils, à son tour, et ainsi de suite.

 

 

Pierre Mendès-France, en 1959, a pris la décision par la voie législative, dans le cadre d'un plan national de lutte contre l'alcoolisme, de limiter la quantité d'alcool pur à 1 000 degrés, c'est-à-dire vingt litres d'eau de vie à 50 degrés par client et sans taxe. Une taxe importante était alors appliquée sur les litres supplémentaires. Ce privilège avait été accordé à celles et ceux qui avaient produit de l'eau de vie avant 1959 mais malheureusement n'était plus valable après la mort des ayants droit et non transmissible aux enfants.

 

 

 

Les distillations à domicile sont interdites. Les bouilleurs de cru doivent donc distiller ou faire distiller pour leur compte dans un atelier public ou dans les locaux des associations coopératives de distillation ou chez le bouilleur de profession dans les conditions fixées par l'administration des Douanes et des droits indirects. Les conseils municipaux ou les syndicats agricoles peuvent demander que soit ouvert au moins un atelier public de distillation par commune.

 

Massognes - L'alambic ambulant - Carte postale ancienne et vue d'Hier et  Aujourd'hui - Geneanet

Il était une fois… Le destin de « Bobosse », trafiquant de calva et rêveur au long cours

 

Par Philippe Broussard

Publié le 19 octobre 1994 

ENQUÊTE

 

Trésors du « Monde ». Chaque dimanche, nous exhumons de nos archives un article marquant. Aujourd’hui, le portrait d’un personnage haut en couleur, décédé en 1994 : Honoré Boissière. En Normandie, il vendait de l’alcool artisanal, et bricolait d’improbables rafiots pour voyager.

 

Cet article est paru dans Le Monde du 19 octobre 1994

 

Ses copains le surnommaient « Bobosse ». Ils trouvaient ça moins guindé qu’Honoré, mieux ajusté à la carrure du bonhomme. On ne peut courir le monde, défier la maréchaussée et s’appeler Honoré. Autant s’affubler d’un surnom sur mesure, paré pour l’aventure et l’anticyclone des Açores. Lui, l’ami Boissière, soixante-dix ans et un destin de roman, c’était donc Bobosse, Bobosse d’Ouistreham, trafiquant de « calva », rêveur au long cours, flibustier aux cheveux blancs qui vendait la « goutte » pour bricoler ses rafiots et filer loin, très loin, par-delà le Cotentin.

 

 

Parvenu à bon port dans les mers à 30 °C, il écrivait des cartes postales, des petits bonheurs de bout du monde, avec des filles tout sourire et du soleil entre les lignes. Quand il sortait un thon, il en était si fier, ce vieux brigand, qu’il envoyait une photo de la bête. Mais l’autre matin, à l’heure du premier café, le téléphone a sonné au Coin du port, le bistrot des fidèles, à Ouistreham. A l’hôpital de Fort-de-France, Bobosse venait de lever l’ancre. Triste fin pour un baroudeur qui espérait sombrer par gros temps à la barre de son voilier.

 

 

A sa façon, Honoré Boissière était une gloire locale sur la Côte de nacre. Sa vie, en partie révélée par un long reportage du réalisateur Rémi Mauger pour France 3 Normandie, est de celles qui se content à mots gaillards, entre gens de mer et d’amitié : l’enfance, dans une famille d’ouvriers agricoles ; l’adolescence, avec l’Occupation et le débarquement ; l’armée, en Indochine. Et la suite, surtout la suite : l’usine, le calva, la prison, l’océan.

 

 

« Je ferai le tour du monde »

 

Au départ étaient donc l’usine et ce boulot d’ajusteur-outilleur appris sur le tas, en « fils de prolo », comme il disait. De Saïgon et du Mékong, il causait peu. Une « erreur de jeunesse », à l’entendre. Il préférait d’autres luttes, contre les patrons, pour les ouvriers. Permanent à l’union départementale de la CGT, il fut de toutes les mêlées des années 1960. « A Bobosse, rien d’impossible ! », rigolaient les camarades en le voyant foncer, tête baissée, persuadé que le meilleur chemin d’un point à un autre restait la ligne droite.

 

 

Il avait son caractère, genre fort en gueule et franc du collier. Il adorait déjà les bateaux, des coques de noix qu’il bichonnait à ses heures perdues. Il les baptisait à la faucille : l’Unité, la Fraternité… Mais personne ne le croyait trop quand il promettait : « Je ferai le tour du monde. »

 

 

Et la retraite arriva. 5 500 francs par mois. Une misère pour cet appelé du grand large. Manière de financer ses défis, il se fit donc trafiquant de calvados, un métier à risques, pratiqué par les patriarches du Bocage, le père Lariflette ou encore Edmond, dit « l’Ancêtre ». Fallait avoir ses entrées dans les fermes du « triangle d’or » du calva (Vire-Villedieu-Domfront) et convaincre les producteurs de brader leurs surplus. Comme les autres, il avait ses réseaux, une confrérie de paysans sans façon qui buvaient le coup et ne lésinaient pas sur les degrés. Il repartait le coffre plein, des bidons de 20 litres. 70, 72 degrés. Une boisson d’hommes, pour sûr.

 

 

A la revente aussi, il savait y faire. L’été, il visitait les campings. De bons clients, les vacanciers : 300 à 400 litres en trois heures de temps ! L’hiver, il sillonnait le pays, de Grenoble à Lille, démarchait les comités d’entreprise et les particuliers. A Ouistreham, il ravitaillait les ouvriers, sur les chantiers du port. Avant le premier coup de pioche, il était déjà là, coffre ouvert, verre en main.

 

 

Effluves suspects

 

Bobosse a été arrêté sept fois. Question de malchance ou de maladresse. Un jour, les gendarmes le cueillent au pied du pommier qu’il vient de provoquer. Un autre, il s’enlise en filant à travers champs. Il allume une fusée de détresse et fait flamber sa voiture. Les pandores flairent des effluves suspects, demandent ce que contenaient les bouteilles noircies. « De l’air ! », réplique le corsaire du Bocage. Au total, il a sacrifié ainsi quatre véhicules, des Citroën, « à cause des bonnes suspensions ».

 

 

En mars 1990, il parvient enfin à larguer les amarres. L’Espérance 1, voilier de bric et de broc, brave les interdits de navigation et le mène en Espagne, aux Canaries, au Sénégal. Honoré Boissière voit du pays, engrange des souvenirs pour ces nuits à fond de cale. Mais le périple prend fin le 23 février 1991, sur un récif plus têtu que lui, au large de Belem (Brésil). L’Espérance 1 coule en dix minutes, emportant le journal de bord, les photos, le matériel. Rapatrié en mars 1991, il découvre la prison. Pas bien longtemps : deux mois. Il écrit aux copains : « Me voilà à l’ombre. De la fenêtre, on voit des nanas. » Des « nanas », mais pas la mer.

 

 

L’homme est opiniâtre. A sa sortie, il reprend le chemin des fermes, réactive ses réseaux. Son nouveau bateau s’appellera l’Espérance II. Un autre chalutier sauvé de la casse et transformé en voilier blanc. Bobosse bricole le jour, la nuit, dort dans un camping-car ou chez un ami. Casse-cou, il risque quelques sorties en mer, des escapades à sa façon : droit devant. Le 10 juin 1992, un jour d’inattention, il heurte la coque d’un cargo. L’Espérance II s’en sort avec des égratignures.

 

 

Les « copains d’abord »

 

Quand la « goutte » lui vaut des misères judiciaires, Honoré ose des tirades à la Bobosse : « Vous n’avez pas devant vous un bandit, un assassin ou un voleur, pas même un délinquant. Vous avez devant vous un homme qui a lutté et qui continue de se battre avec ses moyens pour tenter de réaliser un vieux rêve : sillonner les mers. » Car il veut repartir. Oublier les amendes. Revoir les Antilles, ses « potes » des tropiques. Nouvelle traversée, la belle vie, « la tête au soleil, les pieds dans l’eau ».

 

 

Le 23 février 1994, à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire, les fidèles d’Ouistreham se cotisent pour lui offrir l’avion. Il passe deux semaines en Normandie, le temps d’embrasser ses petits-enfants et de faire la fête avec ses amis marins, une bande à la Brassens, des « pères peinards » façon Les Copains d’abord. Il leur parle des îles, des poissons, des pirates, de la mouette qu’il a sauvée, mais pas de politique, ni des patrons, parce que ça le met « toujours en rogne ».

 

 

Ce sera son dernier séjour au pays. Hospitalisé après un malaise au Venezuela le 21 septembre, il est ensuite évacué vers Fort-de-France, où il décède le 3 octobre. Quatre jours plus tard, il est enterré à Caen. Son bateau, lui, est toujours amarré là-bas, au terminus des rêveurs.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
https://www.ouest-france.fr/bretagne/morbihan/entretien-dominique-coude-si-rien-n-est-fait-ce-metier-est-voue-a-s-eteindre-7101209
Répondre
P
Anciens combattants et privilège des bouilleurs de cru
9e législature
Question écrite n° 03624 de M. Raymond Bouvier (Haute-Savoie - UC)
publiée dans le JO Sénat du 23/02/1989 - page 299

M. Raymond Bouvier demande à M. le ministre délégué auprès du ministre d'Etat, ministre de l'économie, des finances et du budget, chargé du budget, de lui préciser s'il est exact que les anciens combattants d'Afrique du Nord peuvent bénéficier du privilège des bouilleurs de cru et, dans l'affirmative, il lui demande de bien vouloir lui faire connaître les démarches à suivre pour pouvoir en bénéficier.


Réponse du ministère : Budget
publiée dans le JO Sénat du 20/04/1989 - page 625

Réponse. - Le droit à l'allocation en franchise prévu en faveur des bouilleurs de cru, supprimé par l'ordonnance n° 60-907 du 30 août 1960, a été maintenu au profit, d'une part, des personnes qui pouvaient y prétendre au cours de la campagne 1959-1960 et, d'autre part, des militaires qui, bien que remplissant les conditions requises, n'avaient pu en bénéficier du fait de leur présence sous les drapeaux pendant ladite campagne. Dans cet esprit, il a été admis par décision conjointe du Premier ministre, du ministre des finances et des affaires économiques et du secrétaire d'Etat aux finances en date du 22 décembre 1960 que les jeunes gens ayant accompli leur service militaire légal pendant tout ou partie de la campagne de distillation 1959-1960 pouvaient bénéficier de l'allocation de franchise s'ils avaient exercé une activité agricole nettement caractérisée avant leur incorporation et si, dans l'année suivant leur libération, ils étaient devenus, à titre principal, exploitants agricoles et avaient été assujettis, à ce titre, au régime de la mutualité sociale agricole. Cette mesure n'accordait donc pas le bénéfice de l'allocation en franchise à tous les anciens combattants d'Afrique du Nord mais le maintenait seulement à ceux qui en auraient été empêchés par leur situation militaire pendant la campagne de distillation 1959-1960. Pour obtenir leur inscription au répertoire des bouilleurs de cru, les intéressés doivent présenter au service local des impôts les documents attestant leur présence sous les drapeaux pendant tout ou partie de la période de référence, leur activité agricole avant leur incorporation et l'acquisition de la qualité d'exploitant agricole, à titre principal, dans l'année suivant la date de leur libération. .
Puisque pour une fois, ici on parle de choses sérieuses, il faut que tout soit sur la table.
Le plus bel alambic que j'aie jamais vu était celui de Mme GERGAUD bouilleuse ambulante sur le canton d'ALLARE, une merveille de beauté cet ALAMBIC, qui a fini percé de 4 coups de pioche.au départ à la retraite, 2 barriques par jour et pas en continu.. on imagine pas le nombre de 1000 degrés pour des pépés qui n'avaient pas un pommier.PS en NORMANDIE les bouilleurs avaient le droit de se rendre dans les fermes. Et qui dira le départ de l'alambic, d'un pépé sur son tracteur dans le petit matin de janvier, mais ce serait trop long
Répondre
J
A la mort de mon père mon frère a été indemnisé par la directe pour casser son alambic. Pour ma part le plus bel alambic que j'ai vu c'est celui de mon père qui me permettait de sucer mon index que j'avais placé sous le jet de la goutte
P
Le privilège des bouilleurs de cru ou le combat perdu de François Grussenmeyer député du Bas Rhin.
Elu une première fois en 1958 , il adopta comme cheval de bataille le projet de restaurer le privilège abolit par Mendes France. Projet des plus populaires auquel il ne renonça jamais et qui lui permit de rester député pendant 35 ans c'est à dire jusqu'en 1993. Cette fin de mandat lui fut fatal car il mourut
4 ans plus tard.
Répondre
J
ses projets de résurrection du privilège étaient des petits bijoux de mauvaise foi, entre 1981 et 1983 j'étais conseiller technique du Président de l'AN, François Grussenmeyer député du Bas Rhin n'usait guère ses fonds de culotte sur les bancs.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents