Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 06:00

Brodo KUB | Publicités vintage, Affiche vintage, Affiches anciennes

Suis tombé sur cette étrange info d’un site lorrain : « On reconnaît un Lorrain car il met du Maggi et du Viandox partout »

 

MAGGI : Le condiment liquide Maggi est créé par Julius Michael Johannes Maggi, entrepreneur suisse en 1987. Fabriqué à partir de plusieurs herbes, ce liquide devient rapidement un succès, qui n’est plus à prouver en Lorraine. Maggi est une marque du groupe Nestlé.

 

ANCIENNES PLAQUES PUBLICITAIRES En Tole Maggi Kub - EUR 25,00 | PicClick FR

 

VIANDOX : C'est une sauce salée, avec un peu d’extrait de viande et aromatisée. Il a été mis au point selon un procédé inventé par Justus Von Liebig. Il  est produit par Unilever qui le commercialise sous la marque Knorr et dont les Lorrains raffolent.

 

Limédia Kiosque - Recherche

 

Qu’en pense le lorrain PAX ?

 

Pour ma part, étudiant désargenté, l’hiver au comptoir pour me mettre du chaud dans la calebasse je buvais un Viandox accompagné d’un œuf dur.

 

The Football Market Maillots de foot vintage / rétro - Maillot de foot FC  Metz n°14 TOYES

 

Tiens dimanche dernier le FC Metz, qui porte la croix de lorraine sur son maillot grenat, a tenu le FC. Nantes en échec à la Beaujoire.

 

1454-kub01.jpg

 

Depuis mes agapes de fauché je ne pratique plus ni le Viandox, ni les petits cubes  de bouillon, mais j’ai commis le 30 décembre 2007

 

Chap. 4. Opération double chevron, au Blanc-Mesnil le centre-ville sentait le bouillon Kub ICI  

 

Au Blanc-Mesnil, parfois, quand le vent tournait, le centre-ville sentait le bouillon Kub. Ça me changeait des effluves sucrés du Petit LU qui donnaient à nos soirées nantaises un goût d’enfance. De la zone de la Molette, coincée entre la gare de triage et les pistes du Bourget, au 192 de l’avenue Charles Floquet, les deux grandes cheminées de l’usine Maggi crachaient encore, plus pour longtemps d’ailleurs, des vapeurs chargées d’arôme de pot-au-feu et de poule au pot. Les vieux ouvriers parlaient du temps où en galoches de bois ils travaillaient dans la vapeur des énormes marmites de 1300 litres pour verser les sacs de farine végétale dans l’eau bouillante. La plupart d’entre eux, des algériens venus du même village ou issus de la même famille, terminaient leur vie, murés dans le silence et l’oubli, au sein de foyers délabrés. Ceux qui jouaient aux cartes, des cartes d’aluette, m’avaient pris en sympathie, et ils me rappelaient, avec un sourire désabusé, que lorsqu’ils étaient arrivés au Blanc-Mesnil ils étaient français et que maintenant, loin d’une Algérie qu’ils ne connaissaient pas, ils n’étaient plus rien.

 

Je passais de longs moments à les regarder   jouer en sirotant avec eux du thé à la menthe. Depuis que le géant suisse Nestlé avait bouffé Maggi l’usine fabriquait aussi des petits pots pour bébé et tout le monde ici, mes compères algériens en premier, sentaient bien que les jours de la SAM, la société alimentaire moderne, étaient comptés. En 1969, Findus absorbé par Nestlé se met à y faire faire des crêpes fourrées et du poisson pané avant de se délocaliser à Beauvais quatre ans plus tard. Mes vieux, j’en suis sûr, ne sont pas allés voir leur usine et ses deux grandes cheminées imploser et choir dans l’herbe de la zone. Si je vous parle longuement de cette histoire c’est qu’au Blanc-Mesnil j’ai découvert le petit monde ouvrier de la Ceinture rouge de Paris et le militant de base du Parti Communiste qui veillait sur lui comme le curé de mon pays sur ses ouailles.

 

  • Les bouillons KUB sont au service de l'armée allemande ICI  

 

 Été 1914. C’est la guerre. Après des années de bourrage de crâne, la haine et la peur de l’Allemagne irriguent la société française. Des sentiments propices à la propagation de rumeurs. Et en ce début du mois d’août 1914, l’antigermanisme viscéral a besoin d’ennemis, identifiés et à abattre. L’un d’eux est une entreprise bien connue en France, dont le produit phare est dans des millions de cuisines françaises. Cette entreprise, c’est Maggi, et ce produit, c’est le bouillon KUB. Rien, absolument rien, ne prédisposait Maggi à être pris dans le tourbillon de la guerre. L’entreprise fournissait l’armée française et ne faisait pas de politique.

 

 

Mais le bouillon KUB porte la lettre K. Le signe d’une germanité coupable. Le K du Kaiser ou le pain des soldats allemands KK pour Kriegs Knäckebrot. Maggi qui a senti le mauvais coup venir, avait demandé au tribunal de commerce de franciser le nom, en vain. Il n’est pas bon avoir un nom à consonance germanique dans la France du mois d’août 1914. Les brasseries Zeyer, Zimmer, ou Wepler, des noms allemands bien que fondées par des Alsaciens, sont saccagées.

 

Trois rumeurs frappent Maggi

 

Julius Maggi aurait tenté de s’enfuir vers l’Allemagne au début des conflits, embarquant avec lui 40 millions de francs dissimulés dans des bouteilles de lait. La rumeur veut qu’il ait été arrêté. Une rumeur qui ne tient pas debout, puisque l’entrepreneur italo-suisse est décédé le 19 octobre 1912, soit deux ans avant les faits qu’on lui reprochait.

 

Une autre rumeur voulait que les bouteilles de lait de la marque aient été empoisonnées. Et surtout, nombreux sont les Français persuadés que Maggi n’est qu’une entreprise servant à couvrir des espions allemands. Les affiches publicitaires sont des messages codés destinés à guider les Allemands vers les ouvrages et les ponts français stratégiques. La rumeur remonte au plus haut niveau puisqu’un télégramme du ministère de l’Intérieur français prévient en août 1914 : "Extrême urgence. Prière faire détruire complètement affiches du bouillon KUB placées le long des voies ferrées et particulièrement aux abords des ouvrages d’art importants, viaducs, bifurcations…"

 

Les Français boycottent le bouillon KUB. Ce qui fait le bonheur de l’entreprise Duval, qui demande aux Français d’être de bons patriotes et d’acheter ses propres cubes. Dans les tranchées toutefois, les poilus continuent pendant la guerre d’utiliser les bouillons KUB de chez Maggi.

 

  • Naissance du Bouillon KUB

 

1907 apparaissent des grandes plaques émaillées qui se voyaient de loin sur lesquelles on pouvait lire : Bouillon KUB. Publicité pour rappeler aux ménagères qu’elles pensent à acheter du bouillon concentré de viande Kub, dernier-né des sociétés Maggi.

 

Judicieusement placées sur les devantures des épiceries ou à proximité de ces dernières, elles complétaient des encarts publicitaires papier. Les ménagères ne pouvaient résister à l’argument économique qui renforçait ce message : «  10 centimes pour un litre de bouillon », argument imparable pour toute mère de famille soucieuse des finances familiales.

 

La publicité était forte en France, pays où la résistance aux produits alimentaires industriels était importante et où l’on ne concevait pas une bonne table sans produits frais.

 

Le bouillon de viande concentré provoqua des réactions envers une préparation qui remplaçait les parties de viandes qui se dissolvent dans l’eau, qui font « le mérite des bons potages, qui en se caramélisant, forment le roux des viandes et qui permettent le rissolé des rôtis » (Brillat Savarin) par un produit industriel dans lequel on a pu incorporer n’importe quoi !

 

Auparavant, en 1889, le jury de l’Exposition universelle classait l’extrait de viande Maggi « hors concours » pour ses petits bâtonnets qualifiés de « comble de l’art culinaire ».

 

En 1900, la tasse de bouillon chaud à base d’extrait de viande avait connu un succès phénoménal pendant l’Exposition Universelle. Le fournisseur de l’armée française en offrait à tous les visiteurs pour montrer que c’était le seul procédé qui conservait le goût de la viande fraîche.

 

Qui en était le génial inventeur ? 

 

Julius Maggi, fils d’un minotier suisse, avait pris la direction des moulins paternels à Kempal, près du lac de Constance en 1866. Observateur des mœurs de son temps, il prit assez vite conscience que les femmes qui travaillaient, et elles étaient de plus en plus nombreuses,  passaient moins de temps dans leur cuisine (malin le gars !) Il réfléchit à concevoir un produit qui aide la ménagère à mieux gérer son temps.

 

La suite ICI

Une vendeuse Maggi, dans un marché d'Abidjan (Côte d'Ivoire).

En Afrique, le cube Maggi à toutes les sauces ICI

Le cube aromatique, qui a suivi l’expansion des puissances coloniales, mijote aujourd’hui dans la plupart des plats africains. Grâce à un matraquage publicitaire, il s’en vend plus de 100 millions chaque jour sur le continent.

Par  Publié le 06 mars 2015 

Partager cet article
Repost0

commentaires

essis 28/11/2020 09:21

Mon premier voyage en Côte d'ivoire à Yassap 1969 ,j ai été très étonnée de voir du bouillon Kub dans toute les sauces..Dans ma famille de la région lyonnaise pas de cuisine avec le bouillon Kub ni Viandox
Il y a une petite coquille dans votre billet 1887 et non 1987

Jean Héritier 27/11/2020 09:11

Très surpris d'apprendre qu'on reconnait un Lorrain car il met du viandox partout.
En effet chez moi du côté de Carcassonne le viandox a toujours occupé une place prépondérante à côté de l'huile d’olive. En particulier il accompagnait tous les plats à base de pâtes. Et pourtant comme la plupart des Audois j'ai des origines Occitane Catalane et Aragonaise ... très éloigné de la Lorraine

pax 27/11/2020 08:57

Par cheu nous, en effet, une enfance de bouillon au vermicelle ou ces petites pâtes alphabet *, à base de Bouillon Kub .
* Peut être l'origine de l'orthographe déplorable de la mouche du coche qui n'a jamais eu le temps de "pêcher" les lettres et les aligner sur le bord de l'assiette creuse devant les insistances maternelles : " Mange ta soupe, elle va être froide"

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents