Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 08:00

 

Pour une fois nous ne serons pas pointés du doigt, moqués par les provinciaux, mis au piquet juchés d’un bonnet d’âne. Rappelez-vous le début de la première vague, les bobos fuyant la capitale dans leurs superbes autos pour gagner leurs maisons de campagne, étaient tenus pour responsables de la propagation du Covid-19. Au printemps, les pneus crevés et les voitures immatriculées en Île-de-France vandalisées en Vendée ou à l’intérieur des remparts de Saint-Malo.

 

Et voilà t’y pas qu’au 19 novembre 2020, Paris est l’un des départements ayant passé le plus vite le pic de la deuxième vague du coronavirus. Mieux : les taux de positivité et d’incidence y sont parmi les plus faibles du pays.

 

Comment l’expliquer ?

 

Éventail de réponses, même si les hôpitaux encore saturés avant Noël attendent la fin réelle de la deuxième vague.

 

Paris dans les dix départements de France les moins touchés

 

D’abord, les chiffres : après avoir explosé le 26 octobre les plafonds du taux d’incidence, qui est monté jusqu’à 615 cas pour 100 000 habitants quand le seuil d’alerte est à 50, la baisse a été rapide. Au 19 novembre, ce taux d’incidence est à 113 cas pour 100 000 habitants. Paris est dans les dix départements les moins touchés, avec le Finistère et le Calvados.

 

En parallèle, par logique, même scénario sur le taux de positivité des tests : après un pic à 20,2 % de tests positifs le 26 octobre, la baisse a permis de s’approcher du seuil d’alerte des 10 % de tests positifs le 19 novembre, avec un taux de positivité à 10,9 %. En France, le taux est à 14 % et la région Auvergne-Rhône-Alpes demeure la plus durement touchée.

 

Enfin, à l’hôpital : alarmistes, toutes les strates de direction du système hospitalier avaient prévu une « deuxième vague pire que la première », ou « des tentes de tri devant les hôpitaux ». Au final : deux fois moins de malades en réa qu’au printemps et un pic le 10 novembre.

 

La suite ICI 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 26/11/2020 11:00

C'est l'exception qui confirme la règle !
Bientôt on apprendra les dessous de l'affaire : dopage, erreur de calcul, omissions de données essentielles , bidouillage, magouille, intervention de Paul Bismuth etc. Paris ne laisse pas de surprendre. Quand à l'Alsace dont le sérieux n'est plus à démontrer elle se trouve en simple zone d'alerte et ca nous va très bien.
Pour le Finistère et le Calvados cherchons peut être une explication dans les habitudes locales de consommation de certaines boissons . Ce qui apporterait de l'eau ( de vie ) aux cafetiers , barmans qui réclament à corps et à cris la réouverture de leurs établissements. Encore des décideurs hors sol !

Pour ma part, en restant dans le sujet le grand étonnement c'est cette histoire d'autorisation dérogatoire de sortie * Exemple type de ce que le meilleurs de l'administration française est capable de pondre et qui fait l'étonnement du monde entier . La grande histoire de ce document reste à écrire .

Comme faire le tri entre toutes les conneries débitées et écoutées sans moufter.

"Personne ne croit aux experts, mais tout le monde les écoute." Nous dit Auguste Detoeuf dans " Les propos de O.L. Barenton, confiseur.

* Double en Alsace car également rédigée en Alsacien. Voir quadruple car elle ne porte pas le même nom alsacien dans le Bas Rhin que dans le Haut Rhin . Diabolique non ? Mais si voyons tout le monde sait que le diable se niche dans les détails

favre jean-claude 26/11/2020 08:20

la carte des contaminations Covid seconde vague ressemble étrangement au négatif de celle de la première époque, cela semble accréditer la thèse de l'immunité collective, ne croyez-vous pas ?
cordialement,

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents