Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 08:00

pour celui qui a défriché les chemins de le liberté Michel Robin en 2014 dans «Les Méfaits du tabac» de Tchekov — © AFP

C’est une grande et belle figure du cinéma et du théâtre français qui disparaît, une figure et une voix reconnaissable entre mille. L’acteur Michel Robin est mort jeudi 19 novembre des suites du Covid-19. Il avait 90 ans.

 

Michel Robin est fort d’une carrière très riche. C'était un homme délicat, passionné de chevaux.

 

Né le 13 novembre 1930 à Reims (Marne), Michel Robin débute sa carrière sur les planches. Elève du cours Dullin, il entre d'abord dans la troupe de Roger Planchon au Théâtre National Populaire à Villeurbanne. Entre 1958 et 1964, il joue dans dix-sept spectacles, avant d'intégrer la compagnie Renaud-Barrault et d'interpréter la pièce marquante En attendant Godot de Samuel Beckett. Il se met au service des plus grands textes, de Musset à Ionesco, de Brecht à Shakespeare.

 

En 1994, il entre à la Comédie Française, où il travaille jusqu’en 2010. Dans la Maison de Molière, il joue sous la direction de Brigitte Jaques-Wajeman, Piotr Fomenko, Lukas Hemleb, Denis Podalydès... Et au cours de sa longue carrière, il s'essaie à Feydeau, Ionesco, Beaumarchais, Anton Tchekhov ou encore Beckett, toujours avec succès. En témoigne un Molière du comédien dans un second rôle pour La Traversée de l'hiver de Yasmina Reza en 1990.

 

Parallèlement à sa carrière au théâtre, il joue dans une soixantaine de films au cinéma, dont La Chèvre et Le jouet, de Francis Veber, Les Aventures de Rabbi Jacob de Gérard Oury, Un long dimanche de fiançailles et Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, de Jean-Pierre Jeunet. Il a aussi évolué devant la caméra de Claude Chabrol, Diane Kurys, Jean-Pierre Mocky et Serge Gainsbourg. On se souviendra notamment de lui pour ses seconds rôles - souvent des vieillards au regard doux. « Je ne comprends pas pourquoi on me distribue toujours à contre-emploi dans ces rôles de vieux larbins alors que je suis fait pour jouer le Cid ! », plaisantait-il en 2003 dans Le Monde.

 

 

Son rôle dans Les Petites Fugues d'Yves Yersin lui vaudra en outre, en 1979, le Grand prix d'interprétation du jury du Festival de Locarno. Michel Robin s'était également fait une place de choix à la télévision, notamment avec un rôle récurrent dans Boulevard du Palais, Les Enquêtes du commissaire Maigret, et dans tous les épisodes de la version française de Fraggle Rock (1983).

 

Chevalier de l'Ordre National du Mérite, officier des Arts et des Lettres, l'acteur avait ainsi enchaîné les projets artistiques (cinéma, théâtre, télévision, doublage) au cours d'une carrière d'une grande richesse.

 

Image

 

« Nous perdons un grand-père, un père de théâtre, un ami, un grand comédien », conclut Éric Ruf.

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents