Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 08:00

Musée de l'école à Montceau-les-Mines: Le bonnet d'âne

Julien Denormandie est, je crois, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, à la question ci-dessous, que répond-il ?

 

  • Quelle est votre analyse des forces et faiblesses du vignoble français dans le contexte inédit que traverse le monde, en termes sanitaires et économiques ?

 

Il répond des aides !

 

Julien Denormandie : La situation est difficile, mais il faut s’organiser pour tenir. Je suis et continuerai à être aux côtés de la filière. Dès mon arrivée, j’ai décidé d’accroitre les aides après un travail très approfondi avec la filière dont je salue l’engagement. Ainsi plus de 250 millions d’euros ont été débloqués avec une mobilisation de la filière, pour mettre en place des mesures de distillation et de stockage.

 

La suite ICI 

 

En étant indulgent, il est difficile de noter son analyse des forces et des faiblesses vignoble français car notre jeune ministre pratique l’évitement. En ces temps de pandémie il se contente de panser les plaies, ce que je comprends bien évidemment.

 

Le titre de Vitisphère : De la crise sanitaire au glyphosate

 

Le ministre de l’Agriculture répond aux angoisses de la filière vin, le laissait présager.

 

Vendredi 13 novembre 2020 par Alexandre Abellan

 

Elle est plus que courte son analyse puisque c’est un ensemble vide, c’est pour cela qu’elle vaut un zéro pointé.

 

Il va m’être rétorqué que ce n’est pas le moment de faire un diagnostic réaliste, de mettre le doigt là où ça fait mal, mieux vaut rassurer le malade avec des potions : distillation, aide au stockage… mettre sous perfusion. Les cavistes, la G, pendant le confinement, vendent du vin, le point douloureux c’est la fermeture des CHR. Des mesures spécifiques devraient donc être mises en œuvre pour ceux dont c’est l’essentiel du CA, alors que les chefs de la viticulture soutiennent des mesures générales qui ne bénéficieront pas à ces entreprises, souvent petites.  

 

Notre marché domestique est en pleine mutation, se réfugier derrière un quelconque bashing pour expliquer le désamour de la jeune génération est un peu court, les baby-boomeurs, dont je suis, qui forment encore le gros bataillon des acheteurs traditionnels, vieillissent et …, l’inadaptation de notre offre est de plus en plus criante, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, nos chiffres du commerce extérieur sont en trompe-l’œil, le mythe du vigneron-indépendant atteint ses limites, la coopération n’a pas su ou voulu se forger des outils de commercialisation performants, un négoce soit marchand vin, soit metteur en marché de GCC et ce ne sont pas les couplets ministériels, du type de celui du jeune Denormandie ci-dessous, qui laissent augurer d’une réelle prise de conscience post-Covid, post Trump, post-glyphosate…  

 

« Je crois que la vigne fait partie intégrante de notre culture, je la défends ardemment. Elle façonne notre territoire, nos paysages. Le vin est parti intégrante de notre agriculture et participe largement au rayonnement international de la France. Je tiens ici à rendre hommage à nos viticulteurs, ces femmes et ces hommes, dont le monde entier envie le savoir-faire. Vous citez Cahors parce que j’y suis né et je vous en remercie. Mais la France est le plus grand pays au monde pour le vin et c’est un motif de fierté pour le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation que je suis. »

 

Je radote !

 

Caramba, j’allais oublier la mesure phare pour sauver la vigne France : le maintien des droits de plantation.

 

Julien Denormandie : Cela a été une grande bataille à Luxembourg et nous l’avons gagnée. C’est très important pour moi de donner une visibilité au secteur. C’est pourquoi j’en avais fait une de mes premières priorités dans cette négociation. La France avait réuni, avant le Conseil, onze Etats membres derrière cette prolongation. Je me félicite du compromis obtenu lors du Conseil des ministres européens d’octobre, ainsi que du vote du Parlement européen, permis par la mobilisation de l’ensemble de la filière aux côtés du gouvernement pour défendre cette priorité auprès de nos partenaires européens. Je resterai mobilisé pour que les discussions en trilogue qui vont s’ouvrir dans les prochaines semaines, permettent d’obtenir un accord ambitieux et consolidé entre les institutions européennes sur ce point.

 

Comme le dirait mieux que moi JY.B, vigneron bourguignon, nous sommes dans une économie de rente et de défense des droits acquis qui me rappelle furieusement la défense ligne Maginot de la fiscalité spécifique, et faible, des Vins doux naturels. Résultat : les VDN sont en mort clinique, sur l’archipel des icônes disparus.

 

À propos, que font mes ex-collègues du CGAER ?

 

Ils attendent patiemment l’heure de la retraite !

 

Quant à l’Académie de l’Agriculture, c’est un ramassis de bien-pensants qui n’ont jamais rien compris.

 

Pour FranceAgrimer, depuis que ses chefs ont tué le service économique, l’heure est à la liquidation.

 

Bonne continuation !

Tableau de Jean Geoffroy, Musée National de l'Education à Rouen

Partager cet article

Repost0

commentaires

pierre 17/11/2020 11:01

un ami allemand qui travaillait régulièrement avec la haute (très) fonction publique français les décrit ainsi:
I) brillantissimes dans une réunion
II) ne parlant qu'une seule langue (lui parle et pense en 5 langues)
III) complètement indifférents à l'exécution des accords passés avec un pays tiers pour le paiement d'une dette

pax 16/11/2020 18:42

Consanguinité du pouvoir.
Depuis Plus de 40 ans la Haute Administration et le Pouvoir Politique, quelque soit sa couleur sont composés d’individus issus des mêmes Ecoles.
Il n’y a aucun contre pouvoir ce. Ils sont entre eux et passent allègrement du public au privé – le pantouflage – en foulant aux pieds les textes de lois régissant cette pratique.
Comment voulez vous, dans ses conditions que surgissent des idées nouvelles. Ils sont sur d’eux et de leur soit disant supériorité intellectuelle. Leur arrogance est telle qu’ils ne sauraient entendre ou voir ce qui se passe autour d’eux, ce serait du temps perdu.
L’état de la France ne les concernent pas et que les classements internationaux, dans tous les domaines, qui voit sont rang dégringoler d’année en année ne les étonnent pas. Ce ne peut être de leur responsabilité car ils appliquent les règles enseignées.
L’une des premières étant tu te tromperas peut être l’essentiel est que cela soit fait, dans les règles.
L’élite de la France ? Une bande de crétins diplômés soucieux de leur seul bien être.

« La France est atteinte d'une surproduction de gens à diplômes, polytechniciens, économistes, philosophes et autres rêveurs qui ont perdu tout contact avec le monde réel. »
Mythologies (1957)
Roland BARTHES

Comment ne pas conclure, avant d’aller se coucher (avec les poules) par mon cher Ecclésiaste : « Rien de nouveau sous le soleil »

En outre, leur coté réactionnaire ou plutôt rétrograde ne les avantages pas. Jouer sur la con sans gouine ité va les exposer à une réaction des mouvements LGBT qu’ils n’auront pas volée.

M’enfin, pour ce que j’en dis…

svatoch 16/11/2020 18:06

Ci joint mon portable : 06 26 75 71 33

JACQUES BERTHOMEAU 16/11/2020 19:23

berthomeau@gmail.com

svatoch 16/11/2020 18:04

Bonjour Mr Berthomeau, je suis infirmière au CH PAU ; un courrier de l'équipe- direction de l'hôpital nous rappelle le caractère impératif des mesures barrières pour lutter cotre le covis -19.La direction nous accuse de ne pas suffisamment les appliquer ; elle parle d'erreur au début de l'épidémie se révélant être apres 8 mois de faute professionnelle. oui nous les soignants malades ou non, nous sommmes accusés de ne pas respecter les consignes et de commettre une faute professionnelle.
En preque court, j'aurais aimé vous envoyer cette lettre honteuse mais je ne sais pas comment vous la faire parvenir. merci
Anne Svatoch

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents