Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2020 2 10 /11 /novembre /2020 08:00

drappier cuvée charles de gaulle

« Sieur Sébastien Lapaque, au rapport ! »

 

Le double anniversaire de Charles de Gaulle, celui de sa naissance, le 22 novembre 1890, et celui de sa disparition, le 9 novembre 1970, est une invitation à ouvrir deux ou trois flacons de cette maison familiale.

 

On raconte volontiers que c’était le champagne de prédilection du Général. Il buvait peu mais buvait bon. Un bordereau signé de sa main conservé dans les archives de cette maison familiale sise à Urville, dans l’Aube, au cœur d’une Champagne austère accordée aux goûts du fondateur de la Ve République, en apporte la preuve. Vingt-quatre bouteilles de champagne extra-dry facturées au prix unitaire de 7,75 francs à « M. le Général de Gaulle, La Boisserie, Colombey-les-Deux-Églises, Haute-Marne, le 3 mars 1965 ». À une époque, Michel Drappier, qui a pris la suite de son père André - que ses 94 ans n’empêchent pas de boire du champagne tous les jours -, avait exposé cette relique. Il a fini par la ranger.

 

« C’était un clin d’œil. Nous ne voulons pas réduire le champagne Drappier à Charles de Gaulle. Cela reste anecdotique. » Les champagnes Drappier, c’est 1,5 million de bouteilles produites par an. Imaginée en 1990 pour saluer le cinquantième anniversaire de l’Appel du 18-Juin, la cuvée Charles de Gaulle est un pas de côté au sein d’une large gamme. Elle est composée de 80% de pinot noir et de 20% de chardonnay. Mais Michel Drappier, secondé par sa fille Charline et ses fils Hugo et Antoine, ne veut pas en faire un étendard. La note de 95/100, que lui ont accordé les dégustateurs de Wine Spectator, n’y a rien changé. Entre 4000 et 10000 bouteilles sont commercialisées chaque année. Un point c’est tout. « La cuvée Charles de Gaulle reste un hommage discret, confie Michel Drappier. Dans notre esprit, ce champagne doit ressembler à celui qu’aimait le Général. »

 

La suite ICI

 

Faut-il boire le champagne Drappier, le préféré du Général ? 

Publié le 07/11/20 par Sebastien Lapaque

Charles-DE-GAULLE-le-2-juin-1960-à-Paris-credit-Gérard-GERY-PARISMATCH-SCOOP

Photo : Gérard GERY PARISMATCH SCOOP

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 10/11/2020 20:53

Cette chronique me rappel un périple effectué il y a quelques année dans cette région.
Une de mes clientes, mandataire judiciaire, avait en charge la gestion et la liquidation d’une vieille maison dans un petit village perdu, dans la région de Bar sur Aube. C’était le seul actif de la société mise en liquidation judiciaire. Cadeau empoisonné à plus de 300 km de son rayon d’action. Avant même de savoir comment et dans quelle condition la réalisation de cet actif pourrait se faire, elle était, pour l’instant, appelée en garantie par un voisin qui se sentait menacé par le mauvais état de cette maison qui « menaçait ruine »
- Qu’est ce qu’on fait Axelroud ?
- On ne peut échapper à une vue des lieux.
- Je n’ai pas d’argent *
- On fera comme dab’.
- OK
Je ne suis pas homme à faire 600 km dans la journée pour une expertise d’une à deux heures sur place, surtout dans une région que je ne connais pas.
Je prends rendez vous avec le voisin craintif pour un jeudi après midi et vogue la galère pour un ouiken incluant le vendredi avec retour dimanche soir.
En compagnie de mon épouse préférée on avale les kilomètres.
Sur place, non seulement je rassure le voisin mais surtout je lui vends l’encombrante maison
dont le mandataire ne savait quoi faire.
Le reste du ouiken fut gastronomique. Des visites de caves ne furent pas oubliées dont Drappier à Urville, qui est devenu mon champagne préféré ** Pour Le Rouge et Le Blanc , Drappier avait été classé parmi une sélection de champagne de petits producteurs à recommander. Certes c'est une maison d'une taille plus importante que "le petit producteur" mais Le Rouge et le Blanc avait apprécié leur façon de faire très peu " grandes maisons "
Détours aussi par Les Riceys. Sur la route du retour ,coffre de la voiture rempli de cartons de vins divers, nous avons évalué le coût de cette partie de campagne. En riant, je me suis rendu compte que ce coût correspondait, à peu de chose près au total des honoraires à percevoir pour cette mission.
On ne vit qu’une fois !



* Les missions confiées par les mandataires judiciaires sont rémunérées sur les fonds disponibles ou a rentrer. Il faut être patient. J’ai eu le cas d’une expertise réalisée en 1994 réglée en 2011 ! Plus rarement il faut savoir rendre service quand il n’y a pas d’actif. Ces petits services entretiennent les bonnes relations
** On ne peut pas boire à chaque fois du Champagne d’ Anselme Selosse

Denis Boireau 10/11/2020 11:11

Nouveauté cette année chez Drappier: un Champagne bio!

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents