Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 06:00
Le LULU de Bouju est bien bu merci petit Jésus…

Sur les réseaux sociaux vineux, tel le Lou ravi de la crèche ou la Bernadette Soubirous de la grotte de Massabielle, les yeux tournés vers le ciel, je suis aux anges qui, comme vous le savez par bonheur n’ont pas de sexe, face à la controverse à propos du langage du vin : sexiste, raciste et classiste ? ICI

 

Ça me laisse de glace, non par indifférence ou machisme indécrottable mais tout bêtement parce que je ne pratique pas le langage du vin, je ne cause pas son vocabulaire, le vin je le bois laissant aux sachants, quel que soit leur sexe, le monopole de son langage.

 

En dehors de l’entre soi du petit marigot du vin, d’un penchant nombriliste prononcé, de l’irruption des hallebardiers féministes de la 25e heure, j’en connais qui feraient bien de fermer leur clapet, cette tempête dans un verre de vin ne me semble guère faire avancer la cause des femmes. Ce n’est que mon avis mais je le partage, ça suffit à mon bonheur.

 

Pourquoi une telle introduction me direz-vous ?

 

Tout simplement parce que je recherchais une rime en U pour mon titre…

 

Bien évidemment je m’abstiendrai de livrer celle qui allait de soi dans la bouche, si j’ose m’exprimer ainsi, des mâles blancs de bord de bar, je ne suis pas candidat à la lapidation tel Marie de Magdala la pécheresse, ou a être criblé de flèches comme Saint Sébastien.

 

MARRY MAGDALA PENITENT

Denis Michalet
Marie Madeleine Pénitente, 1768, Laurent Pécheux, huile sur toile, monastère royal de Brou, Bourg-en-Bresse.

 

 

Dans le monde du vin seules les vigneronnes ont vraiment changé la donne, je cite ici Claire Naudin et Catherine Bernard, qui ont les pieds dans leurs vignes et les mains dans leur chais, dans une moindre mesure les prescriptrices : sommelières rares, cavistes tout aussi rares, ont elles aussi permis une inflexion en promouvant les vins nus. Pour les journalistes au féminin c’est morne plaine, celles qui tiennent le haut de l’affiche ont adopté l’attitude classique : je brosse dans le sens du poil les annonceurs capables d’apporter du blé à la régie publicitaire. Il suffit de suivre leurs publications sur face de bouc pour étayer ce constat.

 

Je reviens à mon histoire du Lulu de Bouju.

 

C’était un lundi soir, il me fut demandé, avec amour, à l’heure de l’apéritif, nous sirotions un blanc nu, de choisir un jaja de Bouju pour accompagner nos coquillettes-jambon de Paris. Il nous arrive parfois de tomber dans la régression et c’est bon.

 

 

Qui est Patrick Bouju ?

 

 

 15 septembre 2017

« Dans mes vins, il n’y a que du raisin et de la sueur » Patrick Bouju le Toscan d’Auvergne ICI  

 

Le vin de Patrick Bouju est-ce un vin de punk ?

 

Une spécialiste caviste, blogueuse, qui écrit aussi dans la presse répond à cette question.

 

Sandrine Goeyvaerts 1 Juillet 2016

 

La Bohême, c’est le domaine de Patrick Bouju se répartit entre trois communes, Égliseneuve-près-Billom, Chauriat et Corent car selon ses convictions, il est « à la recherche des meilleurs terroirs connus ou oubliés du Puy-de-Dôme »

 

Que dit Patrick ?

 

« Les vignes sont morcelées car je suis à la recherche des meilleurs terroirs connus ou oubliés du Puy-de-Dôme.

 

Ce sont en majorité de vieilles vignes avec des densités de plantation élevées (10000 pieds/ha) et la doyenne a 116 ans.

 

Ces vignes sont d’une biodiversité étonnante, on trouve de multiples cépages, comme le Limberger, le Mirefleurien, gamay Fréau, gamay de Bouze et de multiples variétés de gamay à petit grain ou gros grain.

 

En ces périodes d’uniformisation, ces cépages sont une richesse inestimable.

 

Ces vignes sont cultivées avec un grand respect de la nature. Les vignes sont enherbées.

 

Pour les traitements, j’utilise des produits à base de cuivre et de soufre ainsi que des extraits fermentés de plantes ou des tisanes comme l’ortie, la prèle, la consoude pour renforcer les défenses naturelles de la vigne.

 

Je n’utilise pas de désherbant ni de produits chimiques de synthèse.

 

La majorité des travaux à la vigne se fait manuellement. Dans mes vins, il y a du raisin et de la sueur...

 

Et le Lulu de Bouju dans tout ça ?

 

 

Il fut bu, bien bu, pour une large part par votre serviteur.

 

Pour les fondus des accords mets-vins je réponds que je m’en tamponne la coquillette ! Je préfère coquillette à  coquillard car c’est féminin !

 

 Et le vin dans tout ça ?

 

Ce fut comme se rouler nus dans l’herbe tendre verte d’une prairie naturelle avant d’aller se plonger dans l’eau fraîche et pure d’une fontaine, que du bonheur !

 

Sus aux voyeurs !

 

Bonne buvaison !

Partager cet article

Repost0

commentaires

pierre 28/10/2020 11:34

comment oublier Pascaline LEPELTIER, M.O.F, meilleure sommelière de France,

Denis Boireau 28/10/2020 10:33

Cher Taulier, pour les journalistes au féminin, surtout pour les vins bio/biody/nature, il y a quand même du beau monde: Evelyne Malnic, Sylvie Augereau, et pas mal d'autres...

JACQUES BERTHOMEAU 28/10/2020 18:12

Sylvie Augereau,n'est pas journaliste elle fait et vend du vin...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents