Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 06:00

 

BYRRH (Porte Puymorens 66 ) ICI

Les 2 Sèvres sont sortis de l’anonymat grâce à Ségolène ICI et son chabichou…

 

Chabichou du Poitou - AOP - fromage de chèvre d'Appellation d'Origine  Protégé | Fromage de chèvre, Fromage, Chèvre

 

La Vendée a failli se nommer les 2 Lays

 

« On n’avait pas de cours d’eau important, sauf le Lay (…). Mais le nom du département du Lay sonnait mal à l’oreille ; et comme il y a le grand et le petit Lay, le rapporteur proposa le nom de Département des Deux-Lays. C’était logique après l’appellation Deux-Sèvres. Deux députés de l’Ouest, Larevellière-Lepeaux et Alquier, bondirent furieux, injuriant le rapporteur, lui reprochant véhémentement de les ridiculiser par un affreux calembour.  Il faut savoir que les deux députés n’avaient physiquement que des rapports extrêmement lointains avec Apollon, fût-il du Belvédère. Et dans l’appellation des Deux-Lays (les deux laids), ils trouvaient une injure personnelle... On finit par où on aurait dû commencer : chercher un autre nom… »

 

Houellebecq, dans son roman « Sérotonine » a écrit : « Niort, l'une des villes les plus laides qu'il m'ait été donné de voir »

 

Niort la capitale des Mutuelles.

 

Parthenay longtemps le plus grand foirail à bestiaux de France où mon père se rendait pour mieux vendre ses bêtes.

 

Thouars le terminus de la Micheline La Mothe-Achard-Chantonnay où ma sœur était en pension.

 

Depuis bientôt deux cents ans, la Petite Eglise de Vendée se maintient en dissidence de l'Eglise catholique. Créée en 1801 dans le département des Deux-Sèvres, en réaction au Concordat signé par Napoléon avec le pape, elle compte aujourd'hui trois mille membres, et continue à observer le culte catholique tel qu'il était pratiqué avant 1789. Pour combien de temps encore ? ICI

 

Melle où le mouvement des Paysans-Travailleurs prit naissance après mai 68, j’y étais.

 

La Venise Verte.

 

Le Marais Poitevin : où est-ce ? – Venise Verte

 

Et puis vint Mathias Enard et son roman La confrérie annuelle des fossoyeurs, qui suit le parcours d'un jeune ethnologue, David Mazon, qui se rend dans la campagne niortaise pour observer son "terrain" de recherche et effectuer des entretiens qui nourriront son travail de thèse, dont le sujet est la vie à la campagne.

 

Le Banquet annuel de la Confrérie des fossoyeurs

 

À travers le parcours de ce scientifique en herbe découvrant son « Nouveau Monde », comme il l'appelle, plongée hors de sa zone de confort parisienne pour découvrir la ruralité contemporaine, ce sont toutes les formes de vies présentes et passées de cet univers rural que l'auteur saisit. En effet, non seulement a-t-on accès au journal de bord du personnage, qui se prend pour un Lévi-Strauss narrant ses aventures en terre indigène.

 

Les 300+ meilleures images de Publicité murale Ancienne en 2020 | publicité,  parement mural, peindre mur

 

Un échantillon : pages 107-108

 

Il était donc de bonne humeur en poussant la porte du bar, il salua Thomas ; Thomas répondit d’un air enjoué au salut du maire, lui serra la main par-dessus le comptoir et se retourna pour préparer l’apéritif anisé que Martial affectionnait et dont la présence dans ces contrées remontait aux années 1960, à en juger par les cendriers et les carafes en plastique jaunes et bleues que es représentants distribuaient alors avec largesse, tout comme ils arrosaient aussi largement les kermesses et les buvettes des équipes de football. Autrefois on buvait son propre vin, sa propre gnôle, sa propre épine, ou des boissons oubliées, dont les publicités peintes pâlissent encore parfois sur les murs des bourgades, Fernet-Branca, Dubonnet et Byrrh, cordiaux qu’aujourd’hui seules une nostalgie incurable ou une âme d’explorateur peuvent pousser à ingurgiter. Le maire ne crachait pas, de temps à autre, sur une gentiane, il lui arrivait même d’en verser une larme dans son pastis, ce qui donnait un cocktail paysan appelé, pour sa couleur étrange, « mazout agricole » par les connaisseurs, mais ces fantaisies étaient plutôt pour le soir ; il se limitait, avant le déjeuner et juste pour les jours de relâche, à une ou deux verres pour se mettre en appétit, et on l’entendait dire plaisamment qu’il était sobre comme un gendarme, ce qu’il ne dirait certainement pas ce matin-là, puisque les gendarmes étaient au comptoir : deux d’entre eux sirotaient un petit noir que Thomas avait rallongé discrètement de calva ; ils appréciaient ce geste depuis qu’un règlement tatillon leur interdisait de boire en public et en uniforme et les contraignait à prendre l’apéro au bureau, toujours entre soi. C’étaient deux représentants d’une espèce éteinte, leurs jeunes collègues étant sportifs, disciplinés et rigides là où ces anciens étaient bedonnants, feignants comme des couleuvres et amicalement corrompus : longtemps, ils s’étaient arsouillés uniquement avec les bouteilles de pastis et de whisky offertes en contrepartie de leur indulgence pour les peccadilles routières, de leur mansuétude quant aux délits de distillation clandestine ; pour le braconnage, ils fermaient gentiment les yeux contre la promesse qu’on n’y reviendrait plus et une partie du butin, car au fond, tous ces contrevenants étaient de braves gars, point des malfrats ou des métèques, et ne méritaient donc pas toute la rigueur de la loi. Les deux cognes n’étaient donc ni les plus vifs, ni les plus méchants des argousins ; ils n’étaient pas du coin originaires l’un des environs de Ruffec et l’autre de Thouars autant dire du bout du monde, mais il y avait si longtemps qu’ils officiaient dans les parages qu’on oubliait presque ce détail, car la plupart de leurs camarades et officiers venaient des quatre coins de la France : le chef de détachement de Coulonges par exemple, était un véritable gendarme de journal télévisé à l’accent chantant, originaire des Pyrénées-Orientales, fils de contrebandier : il avait donc toujours su qu’il entretiendrait une relation étroite avec la loi, tout en ignorant de quel côté.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Glorieux jean pierre 31/10/2020 20:31

NB Le bouquin de Mathias Enard mérite une attention soutenue ,le genre "chroniques rurales" n étant plus en vogue ,on se demande pourquoi d ailleurs

Je n ai point testé " le mazout agricole" ne touchant à aucun de ses composants;
pour mémoire Mathias Enard a eu l 'occasion de s exprimer à la grande table d Olivia Gesbert (Fr Culture) courant octobre
Merci au taulier et à son attentif compère.

pax 31/10/2020 06:34

Ouf, on la échappé belle ! Après les interventions de Ségolène en faveur du Chat Bichou le département aurait du s'appeler les Deux Chèvres. Mais la SPA veille et a su s'opposer à maltraitance animale qu'aurait constituée ce changement d'identité.

Dans la série " Mais ou va t'il chercher tout ça "
Merci Taulier pour la série des photos de publicités murales. J'y ai retrouvé, avec plaisir, un mur de Pontaix village sur la route de Die et de Chatillon en Diois

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents