Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2020 3 07 /10 /octobre /2020 06:00

 

Profitant, façon de parler, du temps pluvieux, venteux, l’automne quoi, je tri les papiers que j’ai accumulé dans des cartons tout au long de ma vie professionnelle. Alors que je suis plutôt cigale du côté pognon, je suis très fourmi pour les coupures de journaux, les photos… j’accumule.

 

Bref, vous allez avoir droit à une séquence « vieux papiers ».

 

Thierry Roland l'appelait « mon petit Jean-Mimi » c’est Jean-Michel Larqué ICI

 

J’étais un milieu de terrain relayeur. À l’AS Saint-Étienne, j’étais celui qui, a priori, récupérait le moins de ballons et puis j’étais chargé des coups de pied arrêtés. J’ai toujours pris modèle sur Rachid Mekhloufi. Il était aussi milieu de terrain, un peu plus offensif, il avait dix ans de plus que moi. En fin de carrière, il courait un peu moins, il a eu un parcours un peu en dents de scie avec la guerre d’Algérie, mais je me reconnaissais beaucoup en lui. J’ai essayé de l’imiter

 

Source de cette chronique : Débordements : sombres histoires de football, 1938-2016 d’Olivier VILLEPREUX, Samy MOUHOUBI, Frédéric BERNARD, William GASPARINI.

 

Le mien, si je puis m’exprimer ainsi, je l’ai connu lorsqu’il était rédac-chef  de la RVI, la Revue Vinicole Internationale, un magazine qui traitait de tous les vins, à l’opposé de la vieille RVF, toujours en retard d’une guerre, qui elle campait du côté des grands vins. Fallait pas mélanger les torchons et les serviettes, les amateurs ne lichant que du nectar estampillé AOC et grand cru classé.

 

Mon Jean-Mimi, c’est Jean-Michel Peyronnet qui était en avance sur son temps, si la RVI avait survécu, il pourrait aujourd’hui surfer sur les Vins de France, sans trop s’aventurer du côté des vins nu qui puent bien sûr.

 

Je ne ferai aucune déclaration sur le parcours politique de l’ami Jean-Mimi mais, comme Rocard qui, au temps de Sciences-Po, trouvait Chirac plus à gauche que lui, il avait signé l’appel de Stockholm, une pétition contre l'armement nucléaire lancée par le Mouvement mondial des partisans de la paix — d'inspiration communiste — et par Frédéric Joliot-Curie, Jean-Michel fut un temps plus à gauche que le rocardien que j’étais et que je suis toujours.

 

Si je vous parle ce matin de l’ami Jean-Michel c’est que j’ai retrouvé un édito de lui :

 

 

Hervé Gaymard, sympathique, qui nous a porté aux nues à ses débuts, il citait notre travail de réflexion stratégique en exemple aux autres secteurs agricoles, jusqu’au moment où du côté du château le grand Jacques Gravegeal fit siffler la récréation. Terminé, placardisé, les membres du groupe stratégique, tous bien à droite, sauf Jean-Louis Piton étiqueté à gauche, écœuré.  

 

 

Il est présent sur Face de Bouc où il poste de belles photos de Saint-Etienne, cité minière et ouvrière.

 

Compagnie des aciéries et forges de la Loire, chez "Barrouin"

 

Pour finir sur les Verts et les verres j’exhume aussi des clichés du football au temps où il était un sport populaire.

 

 

En novembre 1957, L’AS Saint-Etienne était 4e de la D1, alors que le FC Nantes était 19e en D2.

 

Jean-Michel vit à Amboise, ça fait un sacré bail qu’on ne s’est vu.

Partager cet article

Repost0

commentaires

pierre 07/10/2020 15:41

Cécile Poulain restera un mystère: la soeur d'Amélie?

repose toi bien Eddie
https://www.youtube.com/watch?v=ULEBSxP725w

Peyronnet 07/10/2020 13:08

Désolé d'avoir mal orthographié le nom de Mekhloufi.

peyronnet 07/10/2020 13:03

Voilà qui nous rajeunit ! Figure-toi, cher Jacques, que je buvais mon café en dégustant non pas une tartine, mais le bouquin consacré par Jean-Paul Kauffmann à Raymond Guérin. Arrivé au bout d'un chapitre, et en attendant la douche rafistoleuse du matin, je consulte mes mails et ô surprise, ça cause de moi. Au risque de faire des jaloux, je dois reconnaître que commencer la journée avec Berthomeau, Kauffmann, Mekloufi, Larqué, Rocard (on lui pardonne la loi Evin), c'est du lourd ! Rachid Mekloufi j'avais à peine dix ans quand je l'ai vu jouer pour la première fois à Geoffroy-Guichard. Merci Taulier pour cette piqûre de rappel sur le monde du vin où se côtoient toujours le pire et le meilleur. Et merci de me donner l'occasion de conseiller aux amoureux de belle littérature de se plonger dans l'oeuvre du trop méconnu Guérin et dans celle del'excellent Kauffmann dont on se demande avec impatience où, après Venise, il va nous emmener. Bonne journée.

pax 07/10/2020 08:35

Que voilà une sympathique* habitude, voir manie. C’est elle qui permet à certaines chroniques d’être agréablement et étonnamment illustrées. On se demandait parfois mais où ce diable ce Taulier pouvait il bien chercher tout ca ? Voilà le mystère éclairci et ce n’est pas pour autant que les chroniques illustrées seront moins intéressantes comme pourrait l’être un tour de magie éventé.

P.S S’il fallait justifier à Pierre l’addiction aux chroniques, le « papier » de Cécile Poulain parle de lui même. ( Désolé pour l’heure tardive de l’envoi du commentaire, nous sommes en pleines valises car demain retour vers des cieux moins cléments. Résisterons nous au choc des températures et à la privation de soleil ?)

* Manie sympathique pour autrui . Mon épouse préférée est du même calibre que cette fourmi de Taulier. A croire qu’un de ses ancêtres, parrains ou époux précédent s’appelaient Jean Tasse ou encore Jacques Humul. En revanche, ce qu’il y a de stupéfiant c’est cette facilité qu’elle possède à retrouver, sans peine le document recherché.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents