Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 06:00

Reiser et l'écologie NE | Éditions Glénat

La bataille fait rage pour la reprise de Bio C' Bon ICI 

 

Carrefour, Auchan, Casino (via Naturalia)µ, Biocoop et la famille Zouari : la chaîne de 120 magasins bio suscite la convoitise. Le réseau est à l'agonie, mais ses emplacements sont excellents et le marché toujours porteur.

 

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMDA5ZmRjY2VmYWZmZTRlYTQ2NzZiYThlNjYzMGE3MTQxMGQ?width=1260&height=712&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=4bde59a8426bcf4128f5188bb900e62fa3308ab74d3e3cc399a0e12dc4cff460

*Naturalia retire son offre de reprise de l'enseigne Bio c' Bon

- L'enseigne bio du groupe Casino s'était associée à l'ancien patron de Monoprix Bernardo Sanchez Incera pour reprendre l'enseigne en redressement judiciaire. Elle pointe «des zones d'ombre» persistantes à propos de Bio c' Bon.

 

Le titre de cette enseigne m’a toujours fait sourire car c’est faux le bio n’est pas forcément bon ; depuis toujours adepte d’une consommation responsable et le plus possible locale, je n’achète pas mes fruits et légumes dans les magasins bio mais à Terroirs d’avenir dont les engagements vis-à-vis de ses producteurs-fournisseurs m’apparaissent fiables. Pour les produits carnés, le pain, le beurre, les produits laitiers même tarif j’ai mon carnet d’adresses, c’est parfois bio ou pas.

 

 

Pour autant, je suis depuis des décennies un ardent défenseur de la culture et de l’élevage propre, partisan des circuits courts permettant d’identifier et de vérifier les méthodes du producteur ou de l’éleveur, comme je l’ai précédemment écrit : le label bio est la porte ouverte aux prédateurs de la GD.

 

Pour le vin, même attitude, le refrain bio est un masque pour ceux qui continuent de faire du vin avec des poudres de perlin-pinpin. Je mets au défi les dégustateurs patentés, à l’aveugle de faire la différence entre un vin bio et un vin tradi, seul les vins nu qui puent sont sans souci identifiable (rires)

 

1 décembre 2016

Dans le vin : « Le cahier des charges de la vinification permet à l’industrie de bénéficier du label bio, tout en gardant des pratiques très interventionnistes » Lionel Labit Nature et Progrès… ICI 

 

5 mars 2018

L’appétit des gros pour le bio n’est pas nouveau : Carrefour est le n°1 Danone veut devenir le leader mondial. ICI 

 

 6 février 2019

Bio par ci, bio par là, les médias en font tout un plat, raisins bio, vins bio, mais le consommateur sait-il de quoi les sachants lui parlent ? ICI 

 

Les imposteurs du BIO - Brusset, Christophe - Livres - Amazon.fr

 

 

Comme le dit Christophe Brusset, ancien cadre de l'agro-industrie, déjà auteur de Vous êtes fous d'avaler ça !, dans une interview accordée à Pauline Vallée*, lors de la parution de son nouveau livre-enquête qui paraît le mercredi 7 octobre en librairie, Les imposteurs du bio, le bio est victime de son propre succès...

 

L'écologie selon Reiser dans une anthologie aussi hilarante que déprimante  | Le HuffPost

 

Les derniers chiffres de l’Agence bio montrent que, si les Français sont de plus en plus nombreux à manger bio, les deux tiers d’entre eux doutent de la fiabilité de ces produits.

 

À raison ?

 

Le cahier des charges actuel pour le bio est un contrat a minima, fait pour soutenir le marché, mais pas pour informer le consommateur ou tirer la qualité vers le haut. Les producteurs bio ne sont par exemple contrôlés qu’une seule fois par an. La nouvelle législation européenne [qui entrera en vigueur au 1er janvier 2021 ndlr] prévoit même d’abaisser la fréquence des contrôles à une fois tous les deux ans chez les "bons élèves".

 

La réglementation bio européenne s’applique à l'ensemble des membres de l'UE. Dans les faits, on observe de grosses disparités entre les pays. Le bio italien est complètement gangrené par la mafia, alors que le comportement des acteurs de la filière est plus vertueux en Allemagne, en Autriche et en Europe du nord.

 

L’intégralité de l’interview ICI 

 

Amazon.fr - Les imposteurs du BIO - Brusset, Christophe - Livres

Prix, mafia, faux certificats : enquête sur "les imposteurs du bio"ICI

Des amis, ­Christophe Brusset en avait encore "trop", alors il a eu envie "de faire un peu de ménage". Il plaisante, mais il est tout de même un brin inquiet. Car si cet ancien cadre de l'industrie agroalimentaire a cette fois décidé de s'attaquer aux "imposteurs du bio", il demeure un fervent défenseur de cette agriculture. 

 

"Je viens d'ailleurs de déménager en Autriche, pays le plus bio d'Europe, précise-til. Je veux juste secouer le cocotier." La recette d'un succès assuré, à en juger par les ventes (100.000 exemplaires) de son premier livre, paru en 2015, Vous êtes fous d'avaler ça!, dans lequel l'ex-acheteur de matières premières dénonçait les dérives des industriels de l'agroalimentaire, en s'appuyant sur des exemples spectaculaires (piment moulu aux crottes de rat, thé bio aux pesticides…)

Marges "hallucinantes", fraudes, opacité : quand le bio vire à l'imposture ICI

 

Plusieurs études très sérieuses ont été menées sur le sujet. Lorsque l’on compare le prix d’achat payé au producteur par les grandes surfaces, et le prix de vente en rayons, on s’aperçoit que les marges sur le bio sont largement supérieures à celles pour les produits conventionnels. Cela va jusqu’à 90 % pour certains fruits et légumes, ce qui est totalement hallucinant et injustifié !

CHRISTOPHE BRUSSET (auteur de "Les imposteurs du bio")

 

D’après de toutes nouvelles méthodes d’analyse, encore au stade expérimental, 80 % des denrées labellisées qui viennent de ce pays contiennent en fait des engrais de synthèse ! On est sur de la fraude à grande échelle.

CHRISTOPHE BRUSSET (auteur de "Les imposteurs du bio")

Les Zouari revalorisent leur offre pour Bio c’Bon [Exclu LSA] ICI

 

LSA s’est procuré la nouvelle lettre que viennent d’adresser les candidats Zouari et Gilles Pillet-Pellorce aux salariés de Bio c'Bon dans le cadre du projet de reprise de l'enseigne. Les potentiels repreneurs revalorisent leur offre et s’engagent désormais à reprendre 100 % du parc et des salariés. Ils détaillent également les axes de travail prioritaires.  

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 15/10/2020 09:52

Transparence et triche à tous les étages . Les locaux affectés à la transparence étant généralement situés en sous sol avec, dans ,le meilleurs des cas, un soupirail s’ouvrant sur la cour arrière.
La preuve de la triche comme règle première de l’action de l’industrie agroalimentaire n’est plus à faire . La pression vigilante de lobbys pour limiter, dans leurs produits, les quantités de sel et/ou de sucre aux normes de l’OMS en est une. Ils dépensent « un pognon de dingue » pour des pubs destinées à détourner l’attention et à séduire les gamins véritables prescripteurs d’achats aujourd’hui. Leur résistance à l’affichage d’un véritable nutriscore en est une autre. S’lls propose leur bricolage truqué c’est qu’ils commencent à comprendre qu’ avec l’intérêt des consommateurs pour ce type d’information , ils sentent passer le souffle de boulet.
On y arrivera peut être en voyant la communication Liebig pour ses soupes 100 % d’ingrédients naturels « sans aucun ajout de conservateur » mais avec une précision : conformément à la réglementation !
En ce qui concerne le vin autres que les vins au naturel on peut toujours rêver.
Les autres vignerons, bons apôtres , qui proclament que leurs vins sont tout aussi naturels que les autres. Et bien messieurs, on ne demande qu’à vous croire. Il vous suffit de noter sur vos contre-étiquettes tous les intrants utilisés à tous les stades de la fabrication. On vous attend. N’ayez pas peur si vous arrivez à « déshabiller » vos vins, ils ne prendront pas froid. Au contraire ils seront très chaleureusement accueillis dans la bientôt grande famille des « vins nus »
Si vous voulez, brièvement mais de manière complète, comprendre les réflexions et actions qui mènent aux vins au naturel, lisez « La théorie de la Bulle Carrée » *de Sébastien Lapaque qui retrace la passionnante démarche d’Anselme Selosse qui élabore parmi les plus fabuleux champagnes qui soient . Page 58 et surtout 59 on apprend tout ce qui se fait et qu’il ne faut pas faire et surtout une énumération de produits utilisés par paresse dans le secret des caves et dont on peut tout à fait de se passer.
Je ne résiste pas au plaisir de reprendre cette citation d’Anselme Selosse figurant dans l’ouvrage : « J’aime que mon vin ait le goût de l’eau minérale » Devant la perplexité de ses auditeurs il précisait : « Je n’ai rien contre l’idée de vin naturel, mais ce qui m’intéresse, c’est l’idée de l’eau de roche, la notion de transparence. »
Ceux qui apprécient les vins au naturel reconnaitrons les sensations qu’on peut éprouver en les dégustant. Aux autres, qu’on espère curieux, on ne peut que leur souhaiter de s’y mettre.
Santé !

* Acte Sud 2019

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents