Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2020 4 17 /09 /septembre /2020 06:00

Ce matin, premier jour de septembre : « Coup de bambou ! », expression elle-même imprégnée de notre passé colonial « C'est en Syrie que l'atteignit le 'coup de bambou' tant redoutable. Il y fit la connaissance de moines grecs exilés, lesquels s'étaient convertis en secte sataniste […] Depuis ce moment une invraisemblable suite d'atroces désastres jalonne sa vie », je découvre dans ma revue de presse un titre qui me jette dans une déréliction profonde :

 

Comment en 2020 le mot « vanille » est presque devenu une insulte

Repéré par Louise Beda-Akichi — 31 août 2020

 

De la sexualité à la personnalité, cet adjectif n'est jamais flatteur.

 

Moi qui, dans ma cuisine parisienne, collectionne les gousses de vanille de toutes les provenances : Vanille Bourbon de Madagascar, vanille de Tahiti, vanille Tahitensis de Papouasie Nouvelle-Guinée, vanille d’Ouganda etc., j’en suis resté abasourdi, abattu comme deux ronds de flan.

 

 

À  l’heure où l’on débaptise les « 10 petits nègres » d’Agatha Christie, où l’on jette à bas les statues des généraux coloniaux, où l’on découvre que le père Bugeaud et sa fameuse casquette était un salaud, que les missionnaires, dont la position est pourtant toujours adoptée par la grande majorité des couples mariés, étaient des auxiliaires zélés des groupes capitalistes, que Tintin au Congo n’était pas tout blanc, que beaucoup de nos grands hommes de la IIIe République, sous le vernis de hautes visées civilisatrices, cachaient des appétits insatiables, voilà que la gousse de vanille tombe, elle aussi dans l’opprobre.

 

 

 

Origine de la vanille

 

La vanille qu’on appelle la gousse de vanille est une épice qui est la reine de la pâtisserie. Le saviez-vous qu’elle provient d’un orchidée qui s’appelle le vanillier.

 

Il existe 3 types d’orchidées qui vont produire de la vanille, mais il y a aussi des espèces natives au Brésil.

 

La vanille pousse naturellement au Mexique et qu’il n’a pas besoin de la main humaine pour la polliniser.

 

En effet c’est une abeille qui existe uniquement au Mexique la Mélipone qui peut polliniser les fleurs de vanille. elle est si petite, qu’elle peut rentrer dans la fleur et effectuer le mariage.

 

Après le mariage, il faudra attendre 9 mois pour avoir une belle gousse de vanille verte qui sera ensuite préparée.

 

Le vanillier fût découvert par les Espagnols dans les années 1500. C’est à l’occasion de la conquête du Mexique.

 

Le conquistador Hernan Cortès va rapporter la liane après l’avoir découvert notamment dans des boissons à base de cacao.

 

En effet dans le chocolat la vanille va adoucir le goût amer du cacao.

 

C’est en 1630, que cette épice va être emmené sur l’île de la Réunion sur l’ordonnance royale du Roi Soleil.

 

Mais faute de la petite abeille butineuse, celle-ci ne produit pas de fruits.

 

Mais ce n’est pas Edmond Albius qui va polliniser pour la première fois dans le monde la fleur du vanillier, mais un Belge, Charles Morren qui va faire la première pollinisation artificielle du vanillier en Belgique. Mais cette pollinisation va donner aucune gousse.  Le climat belge, n’était pas propice à cette épice tropicale.

 

Le français Neumann, tentera aussi en métropole mais avec le même succès.

 

En 1841, Edmond Albius à l’âge de 12 ans, va réussir à trouver le moyen de féconder la fleur de vanille à la Réunion et sans la Mélipone.

 

C’est en 1880 que les colons français vont implanter la vanille sur la grande île. Grâce à son climat et sa grande côte de la vanille, Madagascar va devenir le premier producteur mondiale de vanille.

 

En 1964, est reconnue l’AOC Bourbon, l’appellation va être faite pour différencier la gousse de vanille de l’océan indien avec les autres vanilles du monde.

 

Origines et espèces de vanilles

 

Il existe plus d'une centaine d'espèces répertoriées et plus ou moins localisées.

 

3 seulement ont été historiquement retenues afin de produire la vanille en gousse que l'on connait :

 

  • La Vanilla Planifolia ou Vanilla Fragrans

 

Elle est la plus produite et la plus commercialisée dans le monde. Introduite en 1841 dans l'Océan indien. Si elle provient de Madagascar, de la Réunion ou des Comores, elle bénéficie alors de l'appellation Bourbon. Mais on peut aussi la trouver en Indes, en Ouganda, en Indonésie, au Mexique et aux Iles Tonga.

 

C'est l'espèce de vanille qui détient les plus importants taux de vanilline naturelle. C'est à Madagascar que les gastronomes trouvent leurs meilleures vanilles, avec des concentrations aromatiques plus prononcées.

 

  • La Vanilla Tahitentis Moore

 

Elle fût introduite en Polynésie par l'amiral F. Hamelin en 1848. Dans les années 50, la Polynésie Française dont fait partie Tahiti était le 2e producteur mondial de vanille derrière Madagascar.

 

Aujourd'hui, son coût important en raison de sa main d’œuvre onéreuse, sa faible teneur en vanilline et son arôme fortement anisé l’ont pénalisé en faveur de la vanille Bourbon.

 

  • La Vanilla Pompona Shiede

 

On la retrouve principalement en Martinique, Guadeloupe, Amérique tropicale, brésil, et Guyane. Elle est plus connue sous le nom de « vanillon » ou « vanille banane » car les gousses sont courtes et grosses. C’est une vanille d'un très faible rendement, sa culture est assez peu répandue et son taux en vanilline est plus faible.

 

 

Le vanillier et sa fleur

 

Le vanillier

 

Vanilla planifolia est le nom scientifique officiel de la plante de vanille la plus répandue en gastronomie. Aussi appelé vanillier, il s’agit d’une orchidée tropicale originaire du Mexique et très délicate se présentant sous forme de liane. C’est la seule orchidée dont le fruit est comestible. Elle nécessite une plante support jouant le rôle d'ombrière et pousse dans des régions tropicales humides en sous-bois. Ses fruits, appelés gousses, produisent une épice portant aussi le nom de vanille.

 

On compte une centaine d’espèces de vanillier mais seule deux autres sont également utilisés pour produire l’épice : la vanille de Tahiti (Vanilla tahitensis) et celle du vanillon (Vanilla pompona). Les autres variétés étant uniquement cultivés pour raisons ornementales.

 

Étymologiquement, le nom vanille dérive de l'espagnol vainilla lui-même issu du latin vagina qui a également donné vagin et signifie gaine, gousse ou étui.

 

Souple et peu ramifiée, la liane de vanille, se développe par croissance du bourgeon terminal et peut atteindre plus de dix mètres de hauteur. C’est une plante qui se bouture très facilement grâce aux racines aériennes situées aux nœuds d'insertion des feuilles et de la tige et qui lui permettent aussi de s'accrocher à son support.

 

Les feuilles sont disposées de manière alternée de chaque côté de la tige. Elles sont planes et ovales avec le bout pointu, environ trois fois plus longues que larges et peuvent mesurer jusqu'à une quinzaine de centimètres. La tige et les feuilles sont vertes, charnues, gorgées d'un suc transparent et irritant provoquant sur la peau des brûlures et des démangeaisons persistantes.

 

La fleur de vanille

Les fleurs sont groupées par huit ou dix et forment de petits bouquets à l'aisselle des feuilles. Elles ne s'épanouissent seulement un seul jour et rarement plus d'une fleur mature en même temps. De couleur blanche, verdâtre ou jaune pâle, elles possèdent la structure classique d'une fleur d'orchidée malgré une apparence assez régulière.

 

Particularité importante, sa fécondation ne pourrait avoir lieus sans intervention d'un intermédiaire extérieur : elle est réalisée naturellement dans sa région d'origine par des abeilles endémiques du genre Melipona. Eloignée de son environnement originel, sa fécondation doit donc se faire manuellement.

 

Production de la vanille

 

La préparation de la vanille se déroule sur une période d’environ six mois. Elle demande beaucoup de patience, de la rigueur et du savoir-faire, car elle consiste à favoriser le développement de l’arôme et à rendre la gousse apte à une longue conservation. Le vanillier a besoin d'un climat tropical, humide et chaud. Il se cultive habituellement dans les forêts avec des arbres comme support.

 

Il peut naturellement atteindre jusqu'à 10 mètres de hauteur. Pour ne pas devoir monter trop haut lors de la récolte, il est important de guider la liane pour qu'elle ne monte pas trop haut

 

En dehors de son pays d'origine, la fleur de vanille doit être fécondée manuellement. C'est un travail d'observation quotidien pour le cultivateur car elle ne fleurit qu'un seul jour durant une période s'étalant sur environ 2 mois.

 

Elle consiste à abattre délicatement le rostellum avec une épine, puis d’exercer une légère pression sur la fleur pour que le pollen saupoudre et féconde les organes femelles. L’opération doit être réalisée le jour même de la floraison sur les fleurs les plus vigoureuses de l’épi. La fleur s’épanouit dès le lever du soleil et ne dure que quelques heures. Le « mariage » doit donc s’effectuer rapidement le matin. Précision et rapidité sont de rigueur, car il y a des centaines de milliers de fleurs dans la plantation. Il faut marier le plus de fleurs possible afin d’obtenir une bonne récolte de gousses.

 

8 mois après la fécondation, les gousses vertes sont enfin prêtes à être récoltées.

 

 

 

Il faudra environ 5 kilos de vanilles vertes pour obtenir 1 kilo de vanilles traitées.

 

 

La suite ICI 

 

Vous voilà maintenant éclairés sur ces gousses de vanille au passé lourdement colonial, il est donc temps de vous proposer de lire pourquoi ces dernières années, le terme «vanille» est devenu un qualificatif employé de manière souvent dépréciative, pour désigner quelque chose ou quelqu'un d'ennuyeux.

 

Comment cet arôme venu originellement du Mexique en est-il arrivé là ?

 

Par l'entremise du colonialisme, répond Joseph Lamour, journaliste pour Mic.  ICI 

 

Un usage popularisé par l'argot

 

Dans les années 1950, la vanille était si développée et popularisée dans nos cuisines qu'elle en est devenue un parfum classique, voire banal. « Cela fait allusion principalement à la glace à la vanille qui est considérée comme le parfum le plus basique », explique John Kelly, chercheur au sein de Dictionnary.com. C'est de ce constat qu'est née l'habitude de désigner les gens ennuyeux par le terme « vanille ». Plus tard, le même mot fut utilisé de cette façon dans le monde de l'informatique pour décrire des programmes informatiques inintéressants, explique John Kelly.

 

Le parfum devient si cruellement classique que, dans la communauté gay des années 1970, il est synonyme d'une « sexualité conventionnelle ». Il désigne toute activité sexuelle ne relevant pas du sado-masochisme ou de l'éventail queer, alors en plein essor dans le milieu à l'époque. On note que le mot était déjà utilisé depuis les années 1940 aux États-Unis par les Afro-Américain·es pour désigner les personnes blanches.

 

La suite ICI http://www.slate.fr/story/194448/mot-vanille-presque-insulte-depreciatif-historique-sexualite-personnalite-ennuyeux

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 17/09/2020 06:31

Ben, on en apprend de belle dans ces chroniques !
Les connotations sexuelles et/ou insultantes de la vanille m’étaient totalement inconnues.
Au pur tout est pur pourrait on dire. J’ai trop souvent avoué ma naïveté pour en arriver là.
Pour nous mettre à l’abri de la tentation et du péché, réfugions nous dans la religion.
« Vanilletas, vanilletatum et omnia vanilletas » (Ecclésiaste)

Pour " Les dix petits nègres " il semble qu'un consensus se forme pour remplacer le mot interdit par Sarkozy . " Les dix petits Sarkozy " Pas mal non ?
Pour l'admirable jambon " Pata Negra " on cherche encore.

Anne 17/09/2020 18:33

Ah!Ah!Ah! ...idem pour le " Gallo nero"

https://www.italie-decouverte.com/chianti-classico-le-vin-du-coq-noir/

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents