Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 06:00

Bill Murray fils arrêté pour coups et blessures sur un flic après une manifestation: les rapports

Incorrigible je suis, un petit bout de journée passé à Marseille et, baguenaudant, je tombe nez à nez, un nez masqué, face à une librairie à la mine accueillante : l’odeur du temps, je pousse la porte et, de suite, je sens (normal en ce lieu) monter le délicieux fumet d’une cotriade de petits livres qui se prélassent couchés sur le sable chaud de la plage, mon légionnaire, désolé je déraille c’est le soleil.

 

 

Alors, tel un pécheur du Vieux Port, à la peau boucanée, je lançai mes filets vers les hauts fonds à la recherche des plus beaux poissons et, sans aller jusqu’à dire que ce fut une pêche miraculeuse (Luc 5.1-11), Jésus dit à Simon : « Avance là où l'eau est profonde et jetez vos filets pour pêcher. », j’ai soutiré à la mer Méditerranée Bill Murray.  

 

Un peu comme Antoine Taupin qui, sortant du Picard Surgelés de Villejuif, croît reconnaître la silhouette de Bill Murray, qui s’engouffre dans une limousine. Qu’est-ce qu’une star internationale pourrait bien faire au beau milieu du Val de Marne ? L’apparition du « pape de la mélancolie » incarne-t-elle, pour Antoine, un début de rédemption ?

 

Non, non, ne vous écriez pas « Bonne mère il est devenu fada ! » j’ai bien acquis pour 16 euros, SANS BILL NI MURRAY d’Alexandre Steiger aux éditions Léo Scheer.

 

Sans Bill ni Murray par Steiger

 

Bill Murray est considéré comme l’acteur le plus injoignable au monde. Il n’a pas de portable. Il dispose d’un simple répondeur téléphonique, une sorte de boîte noire, qu’il utilise comme une ligne verte, sur laquelle on peut lui laisser un message comme on jette une bouteille à la mer. Bill n’appartient à personne. Il est maître de ses journées. Il plane autour de sa personne une sorte de mystère comparable à celui des grands saints. Personne ne sait à quoi il occupe son temps entre deux films. Se prélasse-t-il sur quelque plage de sable fin à Miami ? Erre-t-il au milieu des ruines des temples aztèques ? De parcours de golf sous le soleil de Dubaï, un club posé sur l’épaule ? Nul ne peut en témoigner. Il lui arrive parfois de débarquer par surprise dans des soirées branchées où se retrouve le tout-Hollywood, avant de disparaître à nouveau, donnant à chacune de ses apparitions l’impression d’un mirage, alimentant à chaque fois un peu plus sa légende.

 

Bill est une géographie. Il est une position, un déplacement minime dans l’espace. Partie du visage, mais aussi corps en mouvement, venant perturber l’équilibre précaire de l’ordre établi. Il se tient en retrait du monde. Il s’en absente, en même temps qu’il s’absente de lui-même. Bill Murray sait-il seulement qu’il est Bill Murray ?

 

Bill est un pli dans lequel le monde s’est lui-même replié, ne laissant alors paraître à la surface de l’écran que l’émanation d’un être à l’insondable mélancolie. La pellicule comme un saint suaire imprime les contours flous d’un portrait sans visage. Il n’est plus qu’une esquisse, une ébauche de lui-même, un sillage de baleine derrière lequel les chalutiers font naufrage, échappant à chaque fois aux harpons des caméras, punissant l’arrogance de tous ceux qui tenteraient de l’enfermer dans une cas, de le réduire au rôle ingrat de bouffon, d’amuseur public dont on finirait par exposer les ossements dans un musée.

 

Je l'ai lu pendant ma traversée Marseille-Ajaccio sur le A NEPITA

 

 

Une critique de SANS BILL NI MURRAY d’Alexandre Steiger par lehibook   du 10 juillet 2020 que je fais mienne :

 

Antoine Taupin, cinéaste raté, en impasse professionnelle et déshérence amoureuse traîne sa déprime dans Villejuif quand il croise Bill Murray (ou du moins le croit -il) . A partir de là commence une épopée de la « loose » qui l'amène d'un psychiatre qui parle à sa hache au tournage, à Angoulême, d'un film au casting prestigieux avec …Bill Murray ! Excellente surprise que ce court roman, au regard désenchanté, lucide et plein d'humour sur la déprime, l'amour et le monde du cinéma. Et surtout une écriture pleine de saveur. A noter que le film angoumoisin existe bel et bien, il s'agit de « The French Dispatch » de Wes Anderson , dont la sortie est très attendue et le casting d'enfer avec en vedette…Bill Murray !

 

fr.web.img2.acsta.net/medias/nmedia/18/35/15/97...

 

C’est Le film « Lost in translation » de Sofia Coppola qui a marqué la carrière de l’acteur. Le film raconte la romance entre Bob Harris (Bill Murray), un acteur sur le déclin et Charlotte (Scarlett Johansson), une jeune américaine fraichement diplômée, délaissée par son mari. Les deux personnages sont liés par la solitude qui les transporte dans un Tokyo onirique. Le milieu du cinéma lui attribuera un Bafta et un Golden Globe. « Lost in Translation » marque aussi la première nomination dans la catégorie Meilleur Acteur de Bill Murray aux Oscars. Il est dit que Sofia Coppola, aurait mis plus de 5 mois à contacter l’acteur et aurait même été jusqu’à demander de l’aide à Wes Anderson afin de pouvoir l’avoir dans son film.

 

 

 

Bill Murray est l’acteur fétiche de Wes Anderson, il est souvent au générique de ses films. Leur histoire commence avec le film « Rushmore » en 1998, pour lequel l’acteur n’aurait été payé que 9 000 euros. Wes Anderson dirigera 7 fois « sa muse ». Que ce soit dans un premier rôle (« La Vie Aquatique »), ou juste une apparition (« The Grand Budapest Hotel ») Bill Murray répond toujours présent.

 

Bill Murray est d’origine irlandaise, il fait ses études secondaires dans un lycée privé jésuite et travaille comme caddy pour payer ses études. Le golf, c’est l’une de ses passions et elle le suivra toute sa vie. Il participe régulièrement à des tournois de célébrités et a exposé son amour ce pour ce sport dans un livre paru en 1999 Cinderella Story : My Life in Golf.

 

Dans les années 80, Bill Murray enchaine les comédies à succès comme Le Golf en Folie, Tootsie et SOS Fantômes. Il écrit le scénario de Le Fil du rasoir, film dans lequel il obtient son premier rôle dramatique. C’est un échec commercial. Bill Murray en profite pour prendre ses distances avec le cinéma, il étudie alors l’histoire et la philosophie à la Sorbonne tout en fréquentant la Cinémathèque française.

 

A la fin des années 80, Bill Murray revient sur les écrans avec Fantômes en fête et SOS Fantôme 2. En 1993, il tient le premier rôle dans Un jour sans fin aux côtés d’Andie MacDowell, devenu film culte. Après des apparitions dans Ed Wood et Charlie et ses drôles de dames dans les années 2000, Bill Murray change de registre pour le film de Sofia Coppola Lost in Transaltion en 2003. Ce rôle lui vaut d’être nommé aux Oscars, au Golden Globe et à la British Academy Film Award.

 

On a vu Bill Murray depuis 2010 dans Le Grand Jour, The Grand Budapest Hotel ou encore Monuments Men.

 

La carrière de Bill Murray ressemble à l’homme, simple. Loin d’Hollywood, très peu intéressé par la célébrité, Bill Murray travaille sans agent et choisit ses rôles de façon particulière. Il dispose en effet d’une boite vocale d’un téléphone prévu à ce seul effet et il la consulte de façon irrégulière. Même si Bill Murray n’a pas à rougir de sa carrière, il admet être passé à côté de nombreux films à cause de cette façon de travailler.

 

Bill Murray a eu deux enfants d’un premier mariage, et quatre enfants d’une seconde union. Tous ces enfants sont des garçons, l’aîné est né en 1982 et le plus jeune en 2011.

Quand Bill Murray devient barman pour une nuit à Brooklyn

5 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur bill murray ICI 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents