Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 06:00

 

Je ne suis pas indemne de tout reproche, aimant l’eau qui pique j’en achète, si possible, en bouteille de verre.

 

  1. LES MARQUES D’EAUX MINÉRALES FRANÇAISES
  2.  

LES MARQUES D'EAUX MINÉRALES FRANÇAISES | Boisson Sans Alcool

 

L’eau minérale en France

 

La consommation moyenne d’eau en bouteille en France en 2015 est 118 litres par an, ce qui représente 7,536 millions de litres, ce qui place la France parmi les plus gros consommateurs européens d’eau embouteillée. En France, il est conditionné 158 eaux : 78 eaux minérales naturelles, 74 eaux de sources, et on recense plus de 100 usines d’embouteillage d’eau.

 

La suite ICI 

 

Nestlé Waters in the USA

  1. L’eau en bouteille, un scandale écologique et social Publié le 26/08/2020

 

L’eau en bouteille est un marché juteux. Mais l’exploitation commerciale de cette précieuse ressource commence à susciter des protestations. Ainsi, aux États-Unis, les impacts environnementaux de la mise en bouteille d’eau par Nestlé font l’objet d’une enquête lancée par la Chambre des représentants, en mars dernier.

 

Mars 2020. Alors que l’épidémie de coronavirus se répand aux États-Unis, les ventes d’eau en bouteille augmentent de 57 % par rapport à l’année précédente, rapporte le Guardian. Même si la période a accentué le phénomène, celui-ci est en fait le reflet d’une tendance plus profonde : le marché mondial de l’eau en bouteille a connu un développement rapide ces dernières décennies.

 

Ce qui profite à une myriade de compagnies privées, mais surtout à quatre sociétés qui dominent le secteur, selon l’International Bottled Water Association : la suisse Nestlé et la française Danone, et les américaines Coca-Cola et PepsiCo.

 

Un prix 133 fois plus élevé que le coût d’achat

 

Aux États-Unis, “le modèle économique est extrêmement rentable”, souligne le quotidien britannique, qui a consacré une série d’articles à “La crise de l’eau en Amérique”. La plupart des bouteilles d’eau qui y sont vendues proviennent des mêmes sources que l’eau du robinet. Or, “le coût d’achat de l’eau municipale est extrêmement bas et, une fois mise en bouteille, le prix peut être 133 fois plus élevé”, indique le Guardian.

 

Coca-Cola fabrique ainsi Dasani, sa marque d’eau en bouteille, dans son usine de Détroit en achetant, traitant et conditionnant de l’eau municipale avant de la vendre aux consommateurs avec une marge significative. Et Pepsi produit Aquafina à Detroit de la même manière.

 

Nestlé Pays $200 for 130 Million Gallons of Michigan Water | Fortune

 

Beaucoup de plastique

 

L’eau en bouteille est principalement conditionnée dans des bouteilles en plastique, souvent emballées à leur tour dans des films de plastique souple. La fabrication, le recyclage ou la dispersion de ces emballages dans la nature contribuent à la pollution de l’environnement, de même que le transport des bouteilles jusqu’à leurs points de vente.

 

Mais, surtout, les sociétés qui vendent cette eau exploitent des ressources naturelles, ce qui menace parfois leur pérennité. C’est ce qui se passe en Floride. Selon le Florida Springs Institute, de 1950 à 2010, les débits moyens des sources en Floride ont diminué de 32 %, alors que l’exploitation des eaux souterraines a augmenté de 400 %. Selon le même organisme, les prélèvements d’eau souterraine devraient être “réduits de 50 % ou plus dans le nord de la Floride pour ramener le débit moyen des sources à 95 % de leur niveau antérieur”.

 

En Floride, Nestlé pompe la nappe phréatique

 

Dans une tribune publiée en septembre 2019, le New York Times pointait du doigt le rôle joué par Nestlé, détenteur de 48 marques d’eau minérale (dont Pure Life, Poland Spring et Ice Mountain). Alors que certains de ses concurrents achètent l’eau de sources municipales, le groupe puise directement dans la nappe phréatique.

 

À Ginnie Springs, en Floride, près de la rivière Santa Fe, Nestlé jouit d’une autorisation d’extraction qui “permet au groupe d’extraire jusqu’à 3,78 millions de litres par jour, en n’ayant à payer que 115 dollars de frais administratifs”.

 

Des citoyens mobilisés

 

La multinationale se heurte toutefois à l’opposition de plus en plus fréquente de groupes de citoyens. Le quotidien new-yorkais cite les cas de San Bernardino, en Californie, où Nestlé extrait de l’eau dans une forêt touchée par une sécheresse importante, et d’Osceola County, dans le Michigan, où l’autorisation accordée à Nestlé de pomper à un rythme de 1 500 litres par minute est contestée devant la justice.

 

Dans cet État du nord-est du pays, “les habitants de Flint [ville touchée par une contamination au plomb du réseau d’eau potable en 2014] ont remarqué que quand Nestlé ne paie presque rien pour l’eau, ils sont eux-mêmes contraints d’acheter de l’eau en bouteille”. En mars 2020, la Chambre des représentants des États-Unis a par ailleurs lancé une enquête sur les impacts environnementaux de la mise en bouteille de l’eau par l’entreprise.

 

Le 11 juin dernier, la société suisse a finalement annoncé dans un communiqué de presse qu’elle envisageait de vendre ses activités dans les eaux nord-américaines, pour se concentrer sur des produits à plus forte rentabilité (eaux enrichies et marques internationales). Elle a également déclaré s’engager à rendre son portefeuille mondial de l’eau neutre en carbone, à réduire de moitié son utilisation de plastique vierge et à reconstituer les bassins versants d’ici à 2025. Une première victoire pour les communautés locales. Et un premier pas vers la reconnaissance de l’eau comme bien commun ?

 

À Vittel, Nestlé contrôle l'eau, la politique et les esprits

À Vittel, Nestlé contrôle l’eau, la politique

 

et les esprits ICI

Durée de lecture : 15 minutes

9 mai 2019 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Nestlé pompe abondamment l’eau de Vittel, dans les Vosges, malgré un déficit inquiétant de la nappe phréatique. À tel point que la commune va devoir importer de l’eau potable de villages voisins. Depuis près de trente ans, la multinationale a noyauté le territoire, régentant le développement économique et agricole. Elle est l’objet d’une enquête pour corruption

Dans la région de Volvic, les sécheresses causent des tensions quant au partage de l’eau

Des usagers accusent la société du groupe Danone, qui commercialise la célèbre eau minérale du Puy-de-Dôme, de faire baisser les débits.

Par  

 

Même l’ombre des grands arbres semble chargée d’histoires dans le parc séculaire qui s’étend au pied du château de Saint-Genès-l’Enfant à Malauzat, dans le Puy-de-Dôme. A l’abri des grands chênes, des charmes, des saules, le terrain en pente douce est strié de plusieurs dizaines de bassins de pierre sombre de Volvic : des générations de truites ont grandi là depuis 1651. La belle pisciculture inscrite aux Monuments historiques semble n’avoir depuis rien changé de son décor ; quelques dizaines de poissons par an ont continué d’y être produits jusqu’en 2018. Seul le son a disparu. Plus de bourdonnement des sources dont l’eau ruisselait jusqu’à l’étang en contrebas, ni de cris d’enfants des familles qui venaient y pêcher le dimanche il y a trois ans encore : la pisciculture s’est tue. C’est comme ça lorsque l’eau ne vient plus.

Aujourd’hui, la plupart des bassins sont vides et s’affaissent, l’étang disparaît sous une couche compacte de lentilles d’eau d’un vert fluorescent : il manque d’oxygène. Deux captages émergent d’une prairie derrière le château. Le tarissement à répétition des sources contraint à les fermer alors qu’ils contribuaient jusqu’à présent à alimenter les robinets des habitants de Riom. « La première convention entre cette ville et mes ancêtres remonte à 1654, mais aujourd’hui je n’ai plus d’eau, déplore Edouard de Féligonde, propriétaire des lieux. Elle était pourtant d’une qualité incroyable, constante, toujours à 9 °C. On élevait même ici des ombles chevaliers, très fragiles. Il se dit qu’avant le XVIIe  siècle, les moines de Mozac l’exploitaient pour leurs poissons. »

Depuis trois étés, la sécheresse frappe durement le Puy-de-Dôme et les départements voisins. Dans toute l’Auvergne, connue pour regorger de sources, les ruisseaux sont réduits au compte-gouttes et les fontaines à l’arrêt. Dans ce contexte de changement climatique manifeste, n’est-il pas temps de repenser le partage de la ressource hydrique entre usagers ? C’est le dossier sensible qu’un collectif d’associations, appelé « Eau bien commun », veut porter au débat public.

La question concerne les agriculteurs irrigants de la plaine de la Limagne, qui réclament la création de quatre bassines de stockage de 500 000 à 2 millions de mètres cubes chacune. Mais elle vise surtout la Société des eaux minérales de Volvic (SEV), une entité du groupe Danone, autorisée à puiser à 100 mètres de profondeur jusqu’à 2,79 millions de mètres cubes par an. L’industriel n’est pas soumis aux arrêtés préfectoraux qui restreignent notamment l’arrosage des jardins et l’irrigation agricole en période de sécheresse.

 

Au château de Saint-Genès-l’Enfant à Malauzat, Puy-de-Dôme, les trois sources alimentant les bassins sont presque taries, le 26 août.

Convaincu que la SEV, dont la vaste usine d’embouteillage est installée en amont de chez lui, est grandement responsable de sa situation, Edouard de Féligonde a décidé de porter l’affaire devant la justice. « Nous avons pu voir une thèse de 2012 qui fait mention d’un test avec de l’iodure de sodium réalisé en 2001 pour Volvic, rapporte-t-il. Celui-ci montrait que le composé a mis onze jours pour aller d’un des forages de l’entreprise jusqu’au débouché de la source de Gargouilloux qui alimente ma propriété. Donc la SEV sait que son activité impacte ma pisciculture. » Or en 2014, l’entreprise a obtenu de l’Etat un nouvel arrêté d’une durée de dix-huit ans l’autorisant à augmenter ses prélèvements et à installer un nouveau forage.

« Appropriation de la ressource en eau à des fins commerciales »

Quelle est la part de chacun dans la baisse de débits, voire l’assèchement des sources dont provient la célèbre eau minérale ? Les experts sont actuellement à l’œuvre pour tenter d’y répondre. « On devrait avoir un prérapport des hydrogéologues en septembre, annonce Corinne Lepage, avocate de M. de Féligonde. Ce dossier illustre parfaitement ce qui se passe malheureusement partout dans le monde : une appropriation de la ressource en eau à des fins commerciales. En privilégiant la SEV de manière anormale, l’Etat fait preuve de laxisme. Le problème se pose aussi à Evian, à Vittel… Je ne suis pas contre les entreprises, mais il doit y avoir des concertations et des compensations avec les autres usagers. »

 

Prenant à témoin ses illustres ancêtres, Edouard de Féligonde n’en démord pas : il veut relancer sa pisciculture – « la plus belle d’Europe », assure-t-il. Pour retrouver ses sources, le châtelain ne verrait pas d’inconvénient à ce que le syndicat qui alimente les 31 communes de l’agglomération Riom Limagne et Volcan – dont la ville de Volvic – puise à l’avenir dans l’Allier plutôt que de continuer à servir de l’eau minérale au robinet. « Les gens ne feraient pas la différence en prenant leur douche », estime-t-il.

 

Une suggestion qui, pour l’association Protection des entrées sur les volcans d’Auvergne (Preva), relève de l’hérésie. « Nous sommes tombés par hasard sur un chantier de canalisation et on nous a dit qu’il s’agissait de travaux d’interconnexion avec l’Allier en cas de pollution », s’inquiète son président, Jacky Massy. Il redoute de voir les habitants dépossédés de leur eau de source comme c’est le cas à Vittel, dans les Vosges, dont la nappe est exploitée par Nestlé Waters. « C’est illusoire de penser que l’on va pouvoir puiser dans l’Allier, qui subit lui aussi des stress hydriques récurrents », renchérit François-Dominique de Larouzière, scientifique et membre de Preva.

 

Au château de Saint-Genès-l’Enfant à Malauzat, Puy-de-Dôme, les trois sources alimentant les bassins sont presque taries, le 26 août.

« Un schéma d’adduction interconnecté destiné à sécuriser la ressource à moyen et long termes est actuellement à l’étude », confirme Manuelle Dupuy, directrice adjointe de la direction départementale des territoires. Selon elle, la ressource souterraine est partagée à 25 % pour la SEV et à 45 % pour les syndicats d’eau potable, le reste rejoignant les milieux naturels. Un résumé simple bien que « le secteur géologique des bassins hydrologiques soit vraiment complexe ». Par ailleurs, il ne servirait à rien de demander à l’embouteilleur de réduire son activité pendant les sécheresses car « l’eau de pluie met six mois à trois ans pour s’infiltrer », explique-t-elle.

 

Pétition « pour une gestion équitable »

 

Fin mai, le collectif Eau bien commun a lancé une pétition « pour une gestion équitable de la ressource en eau dans le Puy-de-Dôme ». Preva y adhère au côté d’Alternatiba, de la Confédération paysanne et de la Fédération de la région Auvergne pour la nature et l’environnement, entre autres. Elle défend en premier lieu la protection de la biodiversité et des ressources naturelles. Poissons évidemment, mais aussi martins-pêcheurs, loriots d’Europe, tarins des aulnes, frênes… Beaucoup d’espèces sont bousculées par la baisse du débit des rivières et la disparition de rus qui sillonnaient autrefois la campagne.

Devant la mairie annexe de Malauzat passe un discret canal en pierre, presque vide en cette journée d’août, qui se sépare en deux avant de passer sous la route. « C’est un répartiteur, explique Denis Chevallier, membre de Preva. Avant, le niveau montait à cinq ou six mètres. Les gens du coin s’organisaient pour distribuer à tour de rôle les maraîchers, les moulins, les vignes, les paysans, les rivières… Cela s’est perdu, les canaux se sont bouchés. »

Denis Chevallier est un homme qui aime les chiffres : il relève depuis un an les précipitations qui tombent et s’infiltrent dans les 38 kilomètres carrés de l’impluvium – le système de captage et de conservation des eaux pluviales – sur lequel veille la société Volvic. Il est persuadé qu’une partie des eaux qui se minéralisent en traversant longuement les sous-sols disparaît. Alors il compte aussi les trains – « de trois à cinq par jour » – et les camions qui quittent quotidiennement l’usine chargés de bouteilles en plastique.

 

En 2019, les eaux minérales naturelles et les boissons aromatisées des marques Evian, Badoit, La Salvetat et Volvic ont représenté 18 % du chiffre d’affaires du groupe Danone. A Volvic, ce sont 2,3 millions de mètres cubes qui ont été prélevés, un volume inférieur à celui autorisé par l’Etat et qui a enregistré une baisse de 500 000 mètres cubes depuis 2017, précise la SEV.

« Cette évolution correspond certes à des marchés à la baisse, mais aussi à nos investissements destinés à réduire notre consommation : aujourd’hui, pour 1 litre embouteillé, nous avons besoin de 1,3 litre d’eau minérale, qui sert aussi à rincer les cuves. Dans les années 2010, c’était plutôt 1,8 litre, expose Cathy Le Hec, responsable des politiques de protection des sources Danone. Je comprends les inquiétudes et même la panique qui s’expriment en Auvergne plus qu’ailleurs, car la région, où l’eau était très présente, est confrontée à un changement climatique brutal. Mais notre activité permet de gérer et pérenniser la ressource. Et c’est une chance d’avoir une eau de cette qualité-là ! »

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 05/09/2020 06:58

Chronique fleuve qui met l’eau à la bouche !
Dans mon jeune âge, la droite trouillarde devant un Parti Communiste puissant et comptant électoralement se gaussait. Que se passerait il si les communistes arrivaient au pouvoir au Sahara ? Première année rien, deuxième année rien, troisième année pénurie de sable.
On opposait capitalisme, exploitation de l’homme par l’homme, à son contraire le communisme.
Alors que le « Bloc de l’Est » s’est effondré il y a quelque trente ans, le capitalisme, tout seul, comme un grand, s’apprête à affronter une sérieuse et préoccupante pénurie de sable.
Pour l’eau, alors que le problème est connu de longue date, on y est presque. Et rien n’est fait pour changer quoique ce soit (30% de l’eau potable, dans les grandes ville est perdue en raison de canalisation fuyarde) On continu à remplir les chasses d’eau avec de l’eau potable ou laver sa voiture ou encore arroser le jardin alors que depuis le temps que l’on construit du neuf la conception d’un double réseau d’alimentation des logements pouvait être mis en œuvre . On réalise bien des réseaux d’évacuation séparatifs : eau pluviale – eau usée.
Après la société de consommation nous en sommes à la société du gaspillage.
A l’école primaire quand il y avait les « leçons de choses » on apprenait que l’eau s’évaporait des lacs et de la mer et formait des nuages que le vent chassait vers la terre et qu’au contact des montagnes, il pleuvait. La pluie alimentait les sources et les rivières et l’eau retournait à la mer. Idée simple pour enfant mais qui traduit l’idée que sur la terre, il y a une quantité d’eau définie depuis toujours sous diverses formes. Alors aujourd’hui, si on en manque c’est bien qu’elle est gaspillée et/ou surconsommée * d’un coté et détournée d’un autre. (L’Espagne a des plans de détournement de fleuves vers le sud pour verdir les golfs qui attirent le touriste – L’immense fleuve Colorado aux Etats Unis est exploité a tel point que son embouchure, au Mexique, n’existe pratiquement plus – La mer d’Aral dont on a résolument accéléré l’assèchement pour irrigué des champs de coton !)
L’image est connue : nous sommes assis sur un volcan. Quand il se réveillera, il n’y aura même plus d’eau pour éteindre les feux qu’il aura allumé. Alors que les lobbies n’en manqueront jamais pour noyer le poisson quand on attire l’attention sur les sérieux problèmes auxquels il va falloir, il faut déjà, faire face.
* Qui peut imaginer que dans les mégalopole genre New York l’eau tirée du robinet de la cuisine n’a pas déjà transitée et été urinée plusieurs fois par le consommateur ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents