Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 08:00
« Pain, amour et jardinerie»  Gina Lollobrigida l’idole de mon grand-frère sous l’emprise d’Andrea Piazzolla son bellâtre jardinier…

La vie des stars est un éternel roman propre à inspirer des scénaristes en mal de copies ; ainsi Gina Lollobrigida, toujours bon pied bon œil à bientôt 93 ans (le constat des psychiatres est sans appel, la star est très lucide sur ses années de cinéma – de Fanfan la Tulipe à Notre-Dame de Paris – mais est complètement désorientée sur tout le reste), une véritable star en Italie même si ça fait bien longtemps qu'elle ne joue plus dans aucun film, mais sa réputation la précède, surtout, sa fortune attire encore les convoitises.

 

Ainsi, un certain Andrea Piazzolla, qu'elle a engagé comme jardinier en 2009, un bellâtre de 32 ans, dont elle s’est entichée, devenu homme à tout faire. À tel point qu’il est désormais directeur des sociétés de gestion de fortune de l’ancienne gloire d’Hollywood.

 

« Cette rocambolesque affaire débute donc en 2009. Andrea Piazzolla se présente chez Gina Lollobrigida pour tailler ses haies et ses rosiers. Il est vrai que la superbe villa de l’actrice, située via Appia Antica, à Rome, a toujours besoin de nouveaux employés. Pourtant, Andrea Piazzolla n’a pas, à l’origine, la main verte. Il se présente comme business coach, et aurait d’ailleurs réalisé plusieurs missions aux Émirats arabes unis. Que vient-il donc faire là avec son sécateur ? »

 

Ha ! Les sécateurs, ça mène à tout, rappelez-vous notre Hubert !

 

Mais Luigi Comencini, le réalisateur des Pain, amour... boudés par la critique et les cinéphiles, mais qui furent des réussites commerciales exceptionnelles révélant l’avènement du grand public qui souhaite renouer avec la commedia dell'arte après des années d'austérité néo-réaliste, a tiré sa révérence en 2007 et je ne vois pas qui pourrait s’atteler à un « Pain, amour et jardinerie» 

 

Les 2 films sont de petits bijoux « des œuvres épanouies, rondes et parfaites (...), étrangères à toute école »

 

 

En français ils se déclinent en i, alors qu’en italien Pane, amore e fantasia… e gelosia riment avec l’époustouflante Gina Lollobrigida, encore très connue à cette époque, la Bersagliera dans le film, et le fabuleux Vittorio De Sica dont c’était avec ces films le grand retour en tant qu’acteur.

 

Toute l’histoire tourne autour du maréchal des logis Antonio Carotenuto (Vittorio De Sica), natif de Sorrente, qui est nommé dans un petit village isolé dans les montagnes des Abruzzes. Cinquantenaire mais toujours célibataire, charmeur invétéré, qui n'est pas insensible à la beauté simple de Maria (Gina Lollobrigida), surnommée la Bersagliera, une jeune fille très pauvre qui vit avec sa mère et ses jeunes frères et dont toute la richesse est un âne...

 

Mon amour de l’Italie ne date pas d’aujourd’hui, il a commencé avec Pain, amour et fantaisie (1953) … et jalousie (1954) de Comencini.

 

Pied-de-nez, inversion des acteurs, la vieille star riche s’entiche d’un bellâtre :

 

En 2011, quand Andrea accompagne Gina pour un déplacement aux États-Unis. « Là-bas, il aurait prétendument démantelé une arnaque qui la visait. Nous sommes convaincus qu’il a lui-même ourdi cette manigance pour gagner la confiance de Gina. Après ce voyage, elle n’a plus jamais été la même »

 

À leur retour en Italie, Gina Lollobrigida et Andrea Piazzolla sont inséparables. L’actrice considère celui qui était jusqu'alors son protégé comme son protecteur, et pour l’en remercier, lui offre tout. À commencer par un poste en or : celui de directeur des trois sociétés qui gèrent sa fortune. Au sommet de l'entreprise familiale, l’ancien jardinier n’attend pas une seule seconde pour faire le grand ménage dans l’entourage historique de Gina. Son manager et son avocate, qui la conseillaient depuis des années, sont congédiés sans autre forme de procès. Milko Jr. Solfic, son fils qu’elle a eu d’un premier mariage, n’est également plus admis à la maison, tout comme son petit-fils, Dimitri, qu’elle a pourtant chéri. Pour preuve, elle l’hébergeait dans une guest house de son jardin.

 

La suite ICI et ICI et ICI

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents