Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2020 1 08 /06 /juin /2020 06:00

 

Cette chronique ne me doit rien, elle n’est qu’une compilation bordelaise née de la publication par Nicolas Lesaint sur sa page Facebook le 4 juin de ce dialogue imaginaire :

 

  • T'es en AOC Bordeaux, tu produis au plus faible rendement de toute la région bordelaise?

 

  • Désolé, tu produis trop, tu produis mal garçon, il faut que tu acceptes la loi du marché, déclasse ton AOC en vin de pays et vends à 750 euros le tonneau...

 

  • Non?

 

  • T'es pas d'accord?

 

  • No problemo, laisse les cours chuter que je te prenne maintenant ton vrac à 650 euros le tonneau...

 

  • Tu t'étouffes?

 

  • Moi pas c'est étrange... Allons, allons, si tu préfères j'ai une dernière option pour toi, envoie ton vin en distillerie ils te promettent un achat à 702 euros le tonneau...

 

  • Toujours pas heureux?

 

  • Oooooooohh je sais pas ce qu'il te faut on fait pourtant tellement pour toi... Alors petit tu décides quoi, j'en ai 50 qui attendent après toi.
  •  

Qui est Nicolas Lesaint ?

 

Le Directeur technique du Chateau de REIGNAC

 

À partir de ce texte sont ensuivi des commentaires sous forme d’échanges, je vous livre en copié-collé le plus intéressants :

 

Laurent Rousseau la solution passe par un assainissement de tous ceux qui n’ont pas suivi l’évolution et qui produisent sans chai et matériel aux normes, avec des personnels sous-payés, sous protégés et qui vendent à vil prix, mais avec ce prix ils survivent.

 

Ils contribuent à couler ceux qui ont investis dans des infrastructures, matériels modernes, dans la formation de leurs personnels et donc dans leur évolution salariale.

 

Peu imaginent le niveau de notre viticulture. Il y a ceux qui ont évolué et ceux qui sont encore au. 19e siècle...ceux-là doivent disparaître. Darwin !

 

Yannick Audubert à Laurent Rousseau tu as raison, c'est clair qu'il y a du ménage après pas sûr que cela soit la seule raison à cette crise non plus, mais marre de voir de l'entre deux mers finir en st Émilion...

 

Laurent Rousseau Yannick Audubert sans compter que beaucoup de jeunes vignerons ne vont pas survivre car les jeunes installés sont fragiles. On hypothèque l’avenir de notre profession en ne faisant pas le ménage.

 

Jérôme Zaros à Laurent Rousseau de toute façon c’est peine perdu, je ne crois plus au Bordeaux sous sa forme actuelle !!

 

Laurent Rousseau à Jérôme Zaros totalement d’accord avec toi

 

Nicolas Méro Pour s'installer jeune vigneron aujourd'hui, faut être fou ou blindé, non ? D'où je suis, j'ai mal pour eux.

 

Château de l'Anglais à Laurent Rousseau malheureusement il n y a pas de marché a un prix correct pour les jolis lots de ceux qui se sont modernisé et produisent raisonnablement.

 

Laurent Rousseau à Chateau de l'Anglais oui car ils sont parasités par les lots produits sans aucun investissement, hygiène ou frais

 

Château de l'Anglais à Laurent Rousseau si ces parasites existent c’est qu’ils trouvent des clients, des consommateurs....pendant des années, le négoce et la GD les ont nourris, négligeant d’autres produits.

 

Laurent Rousseau à Château de l'Anglais le vin payé 1€ le litre en espèces à de beaux jours devant lui

 

Château de l'Anglais à Laurent Rousseau ??

 

Laurent Rousseau à Château de l'Anglais je parle de tous les petits qui vendent leur vin à la clientèle de passage par contenants de 5-10litres...c’est autant de concurrence contre laquelle tu ne peux rien faire

 

Raphael Reynier C’est tout le drame de Bordeaux..

 

Fabrice Chaudier 702€ pour 900 litres ou 1 200 équivalent bouteilles soit 0,585€ les 75cl

Vente en déstockage 3€ la bouteille 1 achetée 1 gratuite soit 1,5€ la bouteille... moins la mise on tombe pas loin des 1 000€ le tonneau et donc 42,5% de plus.

Il y a plus glorieux mais au moins le vin produit sera bu et non détruit.

Et que se passe-t-il si la récolte 2020 est hyper basse ? Ne regrettera-t-on pas ces millions de litres détruits ?

 

David Motut à Fabrice Chaudier non il y a beaucoup trop de volume à en stock

 

Dany Rolland Et dire que le seul souci du marché et des médias est : « est ce que les Bordeaux sortis à moins de 30% en primeur, c’est suffisant, ils étaient donc surcotés, ils se gavaient... et bash et bash ! Ça devient du racisme par rapport aux bourgognes ou autres régions du monde où on ne tourne pas en permanence « Dallas »ou « Les Maudits ». Désolant !

 

Pierre Contant à Dany Rolland est ce que d'avoir tablé (le CIVB) sur les GCC et assimilés qui vendent en primeurs pour faire la promotion du Bordeaux à la façon d'une locomotive qui tirerait le reste des appellations n'était pas une erreur, peut-être ? Est-ce que l'image prestigieuse en ces temps un peu compliqué n'est pas en train de desservir les excellents Bordeaux < 10€ au son du "tous dans le même sac" ? Est-ce que l'opulence et la richesse affiché par des GCC ne brouille pas l'image que le consommateur peut se faire des vins de Bordeaux ?

 

Bernard Lartigue C’est vraiment un constat d’échec pour nos organisations professionnelles et nos représentants qui n’ont pas pris les bonnes mesures depuis que l’on parle à bordeaux de la chute des ventes

 

 

Et puis vint l’interview de Jean-Guillaume Prats à Terre de Vins

Qui est Jean-Guillaume Prats ?

 

Actuellement directeur des Domaines Barons de Rothschild (DBR)

 

Il est le fils de Bruno Prats ancien propriétaire de Cos d’Estournel et Petit Village vendus à Michel Reybier ICI, membre de mon club de réflexion Sans Interdit, son oncle Yves Prats fut mon directeur de thèse de doctorat.

 

Ce matin, alors que se déroulait la dégustation des primeurs 2019* organisée par l’Union des Grands Crus de Bordeaux (UGCB), la nouvelle est tombée : Lafite-Rothschild a été le premier des “Premiers” à sortir sur le marché. Signal fort pour la place de Bordeaux, d’autant que, fait rarissime, Domaines Barons de Rothschild (DBR) soumettaient dans le même temps leurs vins – Lafite, Duhart-Milon et L’Evangile – aux professionnels dans le cadre de l’Union. Cela dénote d’un certain sens du tempo. C’est, en substance, ce que nous explique Jean-Guillaume Prats, Directeur Général de DBR, contacté par la rédaction de Terre de Vins : “nous avons conscience de la cause commune de la place de Bordeaux. La période que nous traversons est une période de crise, nous avons souhaité présenter en même temps nos vins avec l’Union et les mettre en marché”. Peu importe en substance d’être le premier des “grands” à dégainer, l’important pour Jean-Guillaume Prats est “d’être dans le bon timing”.

 

[…]

 

Lafite-Rothschild sort à 396 € prix négociant, soit environ 475 € HT pour le consommateur. Cela équivaut à une baisse de près de 16% par rapport à la sortie du millésime 2018. Alors que les sorties récentes des crus classés médocains se situent surtout entre -30% et -20%… “Nos vins en 2019 sortent à des prix qui les situent à peu près parmi les millésimes disponibles les moins chers”, explique Jean-Guillaume Prats. “Si un consommateur veut acheter du Lafite, il trouvera aujourd’hui en livrable des vins à ce prix, sur des millésimes ‘intermédiaires’. Nous sommes en-dessous des prix du 2009, du 2010, du 2016, du 2018, plutôt autour des prix de millésimes comme 2011 ou du 2012”. Est-ce à dire que Lafite 2019 est un achat good value pour les amateurs ? “Ce n’est pas à moi de dire ce qui est good value, mais ce qui est certain c’est qu’avec une sortie de Lafite à ce prix, l’amateur peut se dire qu’il n’a pas beaucoup d’autres options” répond Jean-Guillaume Prats.

 

L’ensemble ICI 

 

 

 

Enfin le gloubiboulga d’Yves d'Amécourt à Valeurs Actuelles

Quand la France défendra-t-elle ses viticulteurs ? ICI 

 

Il fut l’un des plus féroces détracteurs de mon Rapport… Le genre comment un « haut-fonctionnaire » parisien ose-t-il venir chercher des poux dans le tête des bordelais sûrs d’eux et dominateurs ?

Yves d’Amécourt est élu local en Gironde et viticulteur. Aujourd’hui il est au bureau politique de Force Républicaine avec Bruno Retailleau, où il s’occupe plus particulièrement d’agriculture, d’environnement et de la ruralité.

 

CV Jean-Louis Forain - cenacle europeen

 

Comme j’ai décidé de ne plus fourrer mon tarin dans le dossier des vins AOP-IGP, je vais faire chuter cette chronique sur une histoire à la Pax.

 

  • Que pensez-vous de ma collection de tableaux ? s’enquiert le banquier Rothschild qui l’a invité à dîner dans son hôtel particulier.

 

  • Pardon, mais mon opinion en tant qu’artiste ou invité ?

 

  • En vérité vous avez un esprit très mordant qui vous rend très méchant ; alors pourquoi diton toujours « ce bon Forain » ?

 

  • Vous savez bien, cher baron, qu’on dit toujours « ce pauvre Rothschild »

 

Jean-Louis Forain (1852-1931) illustrateur, peintre et graveur. Cité dans le dictionnaire de pensées humoristiques de José Artur

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 08/06/2020 18:11

Maman les p´tits bordeaux
Si proche de l’eau
Ont-ils une têtes ?
Mais non, mon gros bêta
S’ils en avait, ça marcherait

Naïvement votre

le Guy

SC 08/06/2020 11:40

Cher Jacques,
C'est terrible qu'on ait autant de "Malthus" à Bordeaux, tous ces viticulteurs qui rêvent de voir crever leurs voisins pour pouvoir "vivre heureux" ça fait froid dans le dos ....
Ces types sont comme ces chevaliers français qui s'imaginaient quand sabrant leur propre piétaille ils allaient remporter tout seul la bataille, on a payé bien cher à CRECY ce genre de pratique .... Ces "Malthus" sont des simplistes, et des dangereux en plus ... ces petits Bordeaux qu'ils fustigent c'est leur rempart contre la marée qui monte, car ils ferraillent contre les australiens les sud africains les chiliens les espagnols et j'en passe... vous pensez qu'en laissant s'installer en maitre sur les premiers prix d'autres régions viticoles il se passera quoi ? Ces régions viticoles une fois en situation monopole sur le segment des premiers prix monteront en gamme et viendront concurrencer nos Maltusiens ébahis.... Regarder l'évolution des vins californiens depuis les années 50 ....
SC

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents