Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2020 5 15 /05 /mai /2020 06:00

 

 

Ce fut, tel un mort de faim qui je me ruai, masqué et ganté, à la librairie Gallimard  boulevard Raspail dès les premières heures du déconfinement. À l’intérieur, liberté d’aller et de venir, masque obligatoire : un vieux monsieur très 7e qui en était dépourvu dû battre en retraite, offusqué, je pus donc pratiquer ma glane habituelle. Je filai ensuite à l’Écume des Pages, boulevard Saint-Germain, et je terminai chez Compagnie rue des Écoles pour emplir plus encore ma besace. Ce cheminement correspondant à mon trajet de retour : rue Saint-Jacques, rue du Faubourg Saint-Jacques, boulevard Saint-Jacques. Comment voulez-vous qu’une telle succession ne monte pas à la tête.

 

La tête très précisément, mon inconscient de confiné de quasiment 60 jours a sûrement guidé mon choix, en effet comme vous le savez la Fabrique des Salauds fut mon livre de chevet pendant ce temps de retrait du monde. C’est de retour chez moi que je l’ai constaté, en effet, sur les 12 livres achetés (dont 3 polars dont un corse, 2 gros romans : un américain et un argentin, le dernier Echenoz, le Miscellanées des fleurs et un roman pour Juliette ma petite-fille) 3 bouquins ayant trait à l’Allemagne nazie : 2 gros, je chroniquerai lorsque je les aurais lu, et 1 petit.

 

Vous le savez j’adore les petits livres.

 

Reinhard Höhn, de la SS à l'élite économique de l'Allemagne de l'Ouest

« Libres d’obéir. Le management du nazisme à aujourd’hui » Johann Chapoutot  nrf essais ; Gallimard (décembre 2019)

 

Le soir venu j’ai commencé par La septième croix d’Anna Seghers chez Métailié. Plus habitué au grand air, mes raids à vélo m’avaient fatigué, j’ai donc éteint les feux aux alentours de 23 heures. Et puis, au cœur de la nuit, je me suis payé une belle séance de crampes, normal 2 mois sans pédaler, c’est douloureux mais maîtrisable (ICI). La tempête  musculaire s’étant calmé, éveillé, j’ai décidé d’entamer le petit livre.

 

Martine Giboureau dans sa fiche de lecture ICI très complète écrit  le samedi 25 janvier 2020

 

Ce petit livre (169 pages, notes, index, table des matières compris) est passionnant car il analyse bien des aspects méconnus du nazisme (dont la vision de l’histoire des peuples et des Etats par les idéologues et juristes du IIIème Reich) et montre que des intellectuels d’avant 1945 continuent à influencer la société après 1945.

 

Tellement passionnant que j’en ai lu plus de la moitié d’une seule traite.

 

Je vous conseille de lire la fiche de lecture ou l’interview  de l’auteur dans Marianne « Le nazisme est de notre temps et de notre lieu » : le management contemporain est-il son héritier ?

 

 

Propos recueillis par Philippe Petit

Publié le 14/01/2020

 

Le nazisme n’est pas un aérolithe tombé du ciel, aime à souligner l’historien Johann Chapoutot qui publie ces jours-ci Libres d’obéir sous-titré "Le management du nazisme à aujourd’hui"* (Gallimard). Un livre remarquable qui nous dévoile la modernité du nazisme en matière d’organisation du travail et ce qu’il en reste aujourd’hui : le culte de la performance, l’obsession de la flexibilité, le mépris des fonctionnaires et de l’État. Un livre qui fait mal et nous montre combien notre relation au monde du travail est encore imprégnée de l’idéologie nazie hostile à la lutte des classes et thuriféraire d’une optimisation maximale des "ressources humaines". Nous avons demandé à l’auteur des explications.

ICI 

 

J’ai seulement sélectionné le passage sur ALDI

 

 

« Ces dernières années, Reinhard Höhn et la méthode de Bad Harzburg ont en effet de nouveau été l’objet d’une attention publique. En 2012, un cadre de la chaîne de grande distribution Aldi, monument de la société de consommation allemande depuis les années 1950 et véritable inventeur du discount a publié un livre sur sa douloureuse expérience de manager d’un centre de distribution de la firme. Dans Aldi au rabais, un ancien manager déballe tout, Andreas Staub décrit le monde oppressant du contrôle et du harcèlement permanent. Aldi se réclame fièrement, depuis des origine de la méthode de managment de Bad Hazburg, comme le précise son manuel des cadres que nous avons consulté dans sa version française intitulée : Manuel Responsable Secteur. La rubrique M4, intitulée « Manager les collaborateurs », précise :

 

 

Ce paragraphe, qui ne se distingue ni par sa qualité littéraire ni par la plus élémentaire maîtrise de la langue, n’en est pas moins éloquent : le passage obligé sur la « critique constructive » et la culture du « dialogue » ne laisse pas de doute sur ce qui est retenu de la méthode de Bad Hazburg, ou plutôt sur la manière dont celle-ci est concrètement mise en pratique. L’essentiel réside dans la fixation des « objectifs », la prescription des « délais » de réalisation et dans l’exercice du « contrôle ». C’est bien ce que décrit et, à sa suite, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel qui, le 30 avril 2012, consacre un dossier à cette entreprise « ivre de contrôle ». Dans un entretien avec le magazine, l’auteur du livre l’affirme : « le système vit sous le contrôle total et de la peur. » Tout semble bon pour assurer la « maximisation du profit » : le contrôle des tâches et de leur durée d’exécution est permanent, y compris au moyen de caméra filmant les employés. En raison de l’illégalité du procédé, Aldi préfère envoyer dans ses magasins des « contrôleurs » pour des « achats tests » qui visent à évaluer la performance des caissières. Tous les défauts et manquement sont notés – il y en a toujours fatalement un –, et servent le moment venu à justifier un licenciement. Pour « jeter quelqu’un dehors », tout l’historique du contrôle est convoqué. Au cours d’un entretien tendu, « on crée une situation de pression » totalement construite : « deux ou trois personnes accablent l’intéressé de reproches » pour le faire craquer et lui faire accepter une rupture conventionnelle (Aufhebungsvertrag) qui évite à l’entreprise de payer des indemnités de licenciement, au profit d’une somme bien inférieure. La stratégie de tension est à son comble lors de ce moment paroxystique, mais elle et également permanente, selon Straub et les journalistes du Spiegel : « Le harcèlement et la pression massive sont quotidiens. »

 

Chez Aldi-Süd, où Straub a travaillé, les « comités d’entreprises » sont inexistants, « absolument bannis […]. Le management a été clair : on ne veut se laisser importuner par personne » Il n’y a personne, donc, pour contrôler les contrôleurs.

 

Deux remarques :

 

ALDI-LEADER PRICE

 

 

  • L’une contemporaine : le 20 mars 2020 Aldi rachète Leader Price au groupe Casino pour 735 millions d’euros  ICI   et Les dessous du rachat de Leader Price par Aldi ICI  
  •  

Amazon.fr - L'ère des responsables - Papon (Maurice) - Livres

  • L’autre historique : en 1954, au moment où Reinhard Höhn prépare la création de son école des cadres de Bad Harzburg,  Maurice Papon, alors secrétaire-général de la Préfecture de Police de Paris, publie un essai de management intitulé L’Ère des responsables. « D’une plume descriptive et sans relief […] il livre avec componction ennuyeuses ses leçons de décideur pour le plus grand bénéfice du secteur public et de l’entreprise privée. » Papon après ses « ratonnades » du 17 octobre 1961, pantouflera à SudAviation, avant de devenir ministre du Budget de Raymond Barre de 1978 à 1981.

L'ère des responsables par MAURICE PAPON

Par J. F. Publié le 04 janvier 1955 Le Monde

 

Actuellement secrétaire général de la Résidence au Maroc et ancien préfet, M. Papon a rencontré le docteur Gros, créateur de la fonction de " conseiller de synthèse ". Ils ont travaillé ensemble, et l'auteur a constaté par sa propre expérience que ce rôle comportait de telles possibilités pour les " chefs " du secteur privé comme de la fonction publique qu'il avait le devoir de le leur dire.

Après une analyse serrée (1) des conditions de travail et de vie dans lesquelles les responsables, industriels, politiques, administratifs, exercent habituellement leurs fonctions, après avoir montré comment ils sont menacés à la fois par la dispersion et la spécialisation, l'auteur décrit les faiblesses qui en résultent et les difficultés que ces responsables rencontrent pour interpréter et résoudre les problèmes.

" L'homme aspire à retrouver des idées directrices, des concepts généraux pour aborder ces problèmes ou soutenir son action avec plus d'unité et de plénitude. Il lui faut restaurer l'esprit de synthèse. " Encore faut-il qu'il soit largement informé et se ménage un temps suffisant à la réflexion. Ce livre l'y invité et l'y aide.

 

Johann Chapoutot, Libres d’obéir. Le management du nazisme à aujourd’hui. Höhn

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 16/05/2020 15:03

Un temps, j’ai effectué des estimations immobilières en valeurs vénales pour Aldi (Nord) dont dépend la France. Les 2 frères Albrecht s’étant partagé l’Allemagne, puis le monde en raison, à l’origine, d’une divergence sur la vente ou non de cigarette aux caisses.
Lorsque je me rendais à leur siège régional de Ste Croix en Plaine au sud de Colmar j’étais toujours admiratif du sens de l’économie de la conception et de la construction de leurs bâtiments. Matériaux bruts durables mais mis en œuvre avec soin. Par exemple, des parpaings parfaitement aligné, permettant une économie de plâtre ou de crépis pour les cloisons intérieures. Revêtus d’un simple badigeon blanc, ils étaient faciles et peu onéreux d’entretien. Toujours le principe : avons nous les moyens de construire bon marché ?
Cela a fonctionné un temps mais se trouve aujourd’hui dépassé. Lidl son plus gros concurrent, choisi des emplacements visibles et construit dans le même esprit très allemand mais avec un soucis d’esthétique non ostentatoire. Des abords et parkings végétalisés donnent au client l’impression d’être attendu.
Le fameux sens de l’économie n’a pas réussi a Aldi sur le long terme, en matière d’investissement foncier. Avec le temps ses centre commerciaux se sont trouvés noyés dans des zones qui se sont développées autour masquant leur visibilité. C’est pourquoi des évaluations immobilières pour arbitrer entre fermeture et acquisitions d’autres lieux.
Je ne parlerai pas des politiques d’achat ou de management du personnel. Elles sont les mêmes partout sur tous le continents, à commencer par Rembrandt – Leclerc Obscur – en France ou Walmart aux Etats Unis.
Que l’organisation et le fonctionnement de ces établissements soient proches des idées nazies n’est pas étonnant . L’expression même de « ressource humaine » est caractéristique de la manière dont est considéré le personnel c’est à dire pas plus que le besoin d’électricité pour l’éclairage et faire fonctionner les chambres froides. Avec cette différence que l’on peut changer de fournisseur sur simple décision alors qu’avec l’humain c’est hélas impossible.
Drame d’un Medef toujours à la conquête de ce Graal et qui serait prêt à vendre son âme si quelqu’un pouvait lui garantir d’y arriver. C’est de tout temps .N’oublions pas le passé nazi de Monsieur Ikea qui affleure dans son management , apte au fichage, tant de la clientèle que de son personnel avec la passion d’un sous chef de rayon qui espionne ces vendeuses dans les toilettes par tout moyen à sa convenance.
Il n’a pas été besoin d’attendre les nazis pour améliorer l’Organisation Scientifique du Travail déjà pas mal en vigueur dans le monde. Rions un peu : OST, cela ne vous rappel rien ?
L’un des principes de base se fondait sur cette réflexion : Apprenons les gestes d’économie de moyen d’un maçon paresseux à bon maçons travailleur. Assurément le rendement sera meilleurs. * Le taylorisme était né.
Henry Ford a adapté le système avec des réflexions économiques que n’aurait pas renié Keynes. Ford fut un industriel très pragmatique. Confronté à un triple problème : turn over du personnel ,coût exorbitant de la formation, taux de « rebut » à la sortie des chaines. Il prit la décision ahurissante pour nos chefs d’entreprises : une augmentation conséquentes des salaires . Avec quelques autres menus aménagements , non seulement il résolu ses problèmes mais il permit aussi, à ces ouvriers d’acquérir ses Ford T.
Pleurons beaucoup. Rien d’autre à faire quand on voit les récriminations d’un Roux de Bézieux dont le seul but est, quoiqu’il arrive, de relancer « La Production » sans s’interroger un instant si la demande sera au rendez vous. Ce bon apôtre voudrait que tous ensemble, nous communions, et répétions son mot d’ordre« Consommons, Consommons ! » Oui chef, Con sommons comme des cons…

* Il y a , autour de ce sujet ,un livre très drôle ( et tendre à la fois – on ne se refait pas ) « Treize à la douzaine » de Frank B. Gilbreth Jr. et Ernestine Gilbreth Carey - Gallimard

anne svatoch 15/05/2020 09:23

Lectures sur le livre de J. Chapoutot :
- Vincent Chambarlhac (tristan.u-bourgogne.fr).
- "Les formes nazies du management"de Maurice Mourier (En attendant Nadeau ).
- Un billet de Guillaume Erner sur France Culture " faut il organiser un nuremberg des DRH,"

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents