Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 12:00

Entre 1988 et 1992, au cabinet du Ministre j’ai supervisé le dossier des courses dont nous étions, avec les rapiats du Budget, la tutelle conseillé par le chef du Service des Haras. Secteur économique méconnu, il apportait à la cagnotte de l’État, via le PMU, beaucoup  de pépètes ; de plus à l’époque ça finançait le fonds d’adduction d’eau des communes rurales. Lorsque j’en parlais à certains ils poussaient des hauts cris, les courses, le jeu, la perdition du petit peuple adepte du Tiercé, Quinté +. Monde étrange que celui des propriétaires, du côté galop les vieux du Jockey Club voisinaient avec l’Aga Khan, les fortunes pétrolières du Golfe et pour le trot les hobereaux normands emmené par Pierre de Montesson le fondateur de la Socopa.

 

Il m’arrivait d’aller le dimanche aux courses, Prix de l’Arc de Triomphe, Prix d’Amérique…

 

Un beau lundi de 1998, le chef du service des haras m’annonce que Sagamix, né en 1995, vient de remporter, le prix de l'Arc de triomphe.

 

Sagamix - France

 

Victoire française, fort rare, la « casaque grise-toque rose » de Jean-Luc Lagardère venait de faire taire ses détracteurs.

 

Je persuade à grand peine Louis Mermaz de se fendre d’un mot de félicitations. Ce qu’il fit. Nous reçûmes en retour un bristol ne portant que la mention du nom du haras avec les remerciements manuscrits du propriétaire.

 

Par la suite, lors de l’organisation de la première journée nationale du cheval j’ai rencontré Jean-Luc Lagardère dans ces bureaux du Rond-Point des Champs Elysées, le seul souvenir que j’en ai gardé ce sont ses chaussettes grises transparentes à la Chirac.

 

Affiche 60x80 Paris Match 2809 . Jean Luc Lagardere . | eBay

 

Bref, je vous raconte toute l’histoire à la fin de cette chronique.

 

Le petit Arnaud est dans la tourmente, il est harcelé par un fonds activiste Amber Capital ICI 

 

Le devenir d’Arnaud m’importe peu, ce qui vous vaut cette chronique c’est lors de l’AG à huis-clos, l'hilarante et vacharde question d'un petit porteur, Christopher Calmann-Lévy, à Arnaud Lagardère

 

Il s'appelle Christopher Calmann-Lévy. C'est un des descendants des deux frères Michel et Calmann Levy qui ont fondé la célèbre maison d'édition en 1836. Sa famille détient encore 15% du capital, aux côtés d'Hachette. A ce titre, il est administrateur de Calmann Levy SA. Il est aussi un petit actionnaire du propriétaire d'Hachette, le groupe Lagardère. A ce titre, il intervient régulièrement en assemblée générale pour critiquer le management d'Arnaud Lagardère. Cette année, l'assemblée générale se tenant à huis clos, il n'a pu s'exprimer de vive voix, mais par écrit. Sa question était si joliment tournée qu'elle en a fait rire Arnaud Lagardère lui-même:

 

« Monsieur le Président Lagardère, Depuis l’an 2012, je me suis transporté à chacune de nos nobles assemblées générales pour décliner mes apostilles sur votre gestion erratique, sur la confusion de vos intérêts personnels et de l’intérêt social du groupe Lagardère, ainsi que pour vous enjoindre de lever votre commandite, château-fort sans trésor à apporter en dot à vos sujets, brouillasse comptable et outil confiscatoire de la démocratie actionnariale. Je regrette que vous n’ayez jamais ouï mes suppliques que vous avez surtout accueillies avec une condescendance de petit écuyer agioteur. Et je déplore que la presse présente lors de nos assemblées générales ait été, à de trop rares exceptions, anesthésiée par votre faconde et les éléments de langage flagorneurs dispensés par vos troubadours soumis. En ce jour, vous, vos courtisans, les collaborateurs du groupe et nous actionnaires, petits et grands, nous nous retrouvons tous devant un margouillis immense car vous êtes désormais assis sur une bien inconfortable sellette, après avoir jeté la confusion et récolté l’opprobre en nous machinant un avenir d’incertitude, que le mal viral qui nous assaille actuellement assombrit plus encore ! Et désormais pour sauver votre blason en déroute, conserver votre fief fissuré et maintenir le faste de votre train de vie insatiable, vous avez décidé de quérir à votre secours le ban et l’arrière ban de quelques chevaliers :

 

La suite qui vaut son pesant de railleries est ICI

Jean Luc lagardère...né un 10 Février

La saga de la casaque la « casaque grise-toque rose » de l’écurie Lagardère

 

Un étalon très rentable aussi, car depuis onze ans il ne cesse de procréer. Une semence en or: à 40 000 euros la saillie, Linamix, qui procède à une centaine de montes par an, a largement contribué à rééquilibrer les comptes de l'éleveur! On comprend mieux pourquoi le cheval, qu'on peut voir aujourd'hui gambader dans son paddock au haras du Val Henry, à Tortisambert (Calvados), bénéficie d'une police d'assurance sur mesure? Généreux, Linamix a aussi engendré des chevaux de course qui ont assuré des gains importants pour l'écurie Lagardère. A commencer par Sagamix, né en 1995 et qui remporte, en 1998, le prix de l'Arc de triomphe.

 

La passion de Jean-Luc Lagardère pour les chevaux remontait à avec l'acquisition, en 1966, de son premier yearling, suivie un an plus tard par le rachat du haras le Val Henry, à Livarot (Calvados). Quinze ans après, en 1981, l'entrepreneur achetait  un second terroir, à Ouilly, à la famille Dupré, une casaque prestigieuse.

 

A la tête d'une écurie de quelque 220 chevaux, dont une soixantaine de poulinières «Pendant vingt ans, Jean-Luc Lagardère a mangé de la sciure», raconte un éleveur français. En 1987, la chance sourit au détenteur de la casaque grise et toque rose : avec Linamix, il tient en effet un pur-sang d'exception. «Linamix est à l'origine de la réussite éclatante de l'élevage de Jean-Luc Lagardère. Un étalon très rentable aussi, car depuis onze ans il ne cesse de procréer. Une semence en or: à 40 000 euros la saillie, Linamix, qui procède à une centaine de montes par an, a largement contribué à rééquilibrer les comptes de l'éleveur! Généreux, Linamix a aussi engendré des chevaux de course qui ont assuré des gains importants pour l'écurie Lagardère. A commencer par Sagamix, né en 1995 et qui remporte, en 1998, le prix de l'Arc de triomphe.

 

Les pur-sang de Jean-Luc Lagardère, en quatre années, ont empoché au total 5 millions d'euros de gains, auxquels s'ajoutent 1,6 million de primes d'élevage. Un joli pactole, qui classe Jean-Luc Lagardère au deuxième rang du palmarès des propriétaires, juste derrière les frères Wertheimer (héritiers des maisons Chanel et Bourjois)

 

Dix-sept mois après la disparition de Jean-Luc, contraint par les événements, au terme d'un bras de fer qui a durement opposés, Arnaud Lagardère et sa belle-mère, Betty Lagardère, à propos de la transmission et de l'évaluation de l'héritage, sont convenus d'un accord au début de l'été. Un épilogue amiable, qui se solde pour le nouveau patron de l'empire par le paiement d'importants droits de succession.

 

Quelques dizaines de millions d'euros: la somme n'est pas facile à trouver, sauf, en l'occurrence, sous le sabot d'un cheval. Arnaud Lagardère, qui n'avait jamais vraiment caché son peu d'attachement pour le hobby de son père ni une certaine réticence pour l'ambiance des hippodromes, qu'il fréquente peu, a donc à céder au meilleur prix ce qui constitue l'une des plus belles écuries de France.

 

En 2005, Éric Woerth, secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat et premier adjoint au maire de Chantilly, déclarait « Le rachat des chevaux de l'écurie Lagardère par Son Altesse l'Agha Khan est une bonne chose pour nous »

 

Elizabeth II Avec Le Prince Karim Aga Khan IV À Windsor, Le 8 Mars 2018 4

 

Pour environ 40 millions d'euros, Karim Aga Khan, autre éleveur et propriétaire célèbre. Ses chevaux se partagent entre son haras du comté de Kildare, en Irlande, terre d'élevage mythique du pur-sang anglais, et celui de Bonneval, au Mesnil-Mauger, dans le pays d'Auge, comme le haras du Val-Henry.

Partager cet article

Repost0

commentaires

pax 10/05/2020 17:18

* Cette thèse, la plus évidente et la plus plausible, fait polémique en raison des divers intérêts en jeu. Notamment par le sulfureux Jean-louis Gergorin qui grenouillait ici et là. Il finit ,à termes, à être condamnés à 3 ans de prison dont six mois ferme pour la nébuleuse affaire Clearstream

pax 10/05/2020 13:07

Ce que c'est que l'accélération de l'Histoire. Autrefois, il était admis que le patriarche fasse fortune et fonde une dynastie. Son fils la maintenait en l'état et que la 3 éme génération flambait le tout ou presque. Avec Arnaud on fait l'économie d'une génération. Pauvre Jean Luc qui a vu la chance l'abandonner. D'abord il meurt d'une maladie nosocomial * suite à une banale intervention de la hanche . comme quoi être milliardaire ne protège pas des staphylocoques . Cela lui aura au moins épargné de voir sont empire dépecé par son propres fils.
Tu n'a pas honte, ironique Taulier de nous faire pleurer sur le sort de Nono, comme le surnomme Jade sa covergirl d' épouse. il vient de sauver sa peau face à Amber mais c'est pour tomber de Charybde en Scylla . Les chevaliers blanc qui viennent de lui éviter d'être mis sous tutelle ont en réalité de sombres projets en ce qui le concerne car ils s'apprêtent à dévorer la bête et se partager les meilleurs morceaux ( Bolloré, Sarkozy, Ladreit de la Charrière, Bouyges que du beau monde !)
Doit il être nigaud ce zozo de Nono et mal entouré,pour ne pas se rendre compte qu'il courrait à sa perte en se séparant d'actifs prestigieux, véritables poules aux oeufs d'or. Nous voici en pleine tragédie grecque ou au pays d' Aristophane. Les dieux aveuglent ceux qu'ils veulent perdre dit le proverbe.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents