Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 12:00

Image

 

 

 

Titre, emprunté et actualisé, à Frédéric Pommier @fred_pom 4 mai

 

On est censé déconfiner dans huit jours et je n'ai toujours pas fait de pain ni terminé Proust. J'ai honte.

Le style farmer vu par le Bon Marché : c'est 4640 euros sans les ...

"Monsieur le Président, il est temps de déclarer l’état d’urgence culturelle" - La lettre d'Isabelle Adjani lue par

billet - Le blog de JACQUES BERTHOMEAU

Séquence culture ce matin, le secteur culturel le grand oublié de nos technocrates du gouvernement. Petit rappel : 8 janvier 2020

 

Le PIB culture « la culture créait autant de valeur ajoutée que toute la filière agricole et agro-alimentaire et sept fois plus que l’industrie automobile » ICI 

 

  • le cinéma, je m’inquiète pour l’avenir de 1000 et une production la boîte de production de mes enfants. ICI

 

 

Interruption des tournages : le dilemme kafkaïen des assurances

 

Les contrats ne couvrant pas les risques liés au Covid-19, les producteurs en appellent à l’intervention de l’Etat.

Par Nicole Vulser

 

Imaginons le tournage d’un film dans le monde d’après. Les principaux comédiens, le réalisateur et le chef opérateur s’engagent sur l’honneur à se confiner chez eux après leurs prestations sur le film. Le tournage, lui, se déroule sous l’œil vigilant d’une infirmière présente à chaque instant, ou à défaut est surveillé par des caméras thermiques qui permettent d’exclure toute personne susceptible d’être infectée par le Covid-19. L’équipe, bien entendu, est masquée, gantée. La cantine n’existe plus, troquée contre des plateaux-repas individuels. Les figurants sont convoqués en toute fin du tournage pour ne pas risquer de contaminer les acteurs qui tiennent les rôles-titres… C’est l’un des scénarios envisagés par le principal courtier du cinéma français, Hugo Rubini, pour amadouer les assureurs.

 

L’heure est kafkaïenne pour les producteurs cinématographiques contraints d’arrêter leurs tournages mi-mars en raison du confinement imposé par le Covid, et pour ceux qui s’apprêtaient à filmer – une trentaine de longs- ou courts-métrages étaient en tournage et cinquante-huit en préparation. Dans une lettre du 20 avril adressée au ministre de l’économie, Bruno Le Maire, dix-huit producteurs, sous la houlette de Georges-Marc Benamou (Siècle Productions), affirment que, pour reprendre leurs tournages, « ils doivent impérativement être assurés contre les risques d’arrêt ou de suspension liés au coronavirus ». Or, expliquent les signataires, « les compagnies d’assurances excluent toute prise en charge de ce risque, pour l’avenir ». Ce qui « entraîne de fait le blocage de toute création cinématographique et audiovisuelle en France ». Cela au pire moment, puisque le printemps et l’été constituent la pleine saison des tournages.

 

Des résultats attendus mi-juin

 

Comment débloquer cette situation ? Déclarer ce phénomène pandémique en catastrophe naturelle ? Un décret permettrait ainsi d’indemniser les personnes lésées grâce à ce fonds abondé par une taxe qui existe déjà sur chaque police d’assurance. Mais les assureurs n’en veulent pas. Créer un nouveau fonds pour les risques sanitaires majeurs, identique à celui consacré aux catastrophes naturelles ? Il faudrait dans ce cas l’abonder, ce qui pourrait prendre des mois, sauf à faire appel à l’Etat. Certains experts préconisent aussi de s’inspirer de la création du risque contre les attentats, mis en place en 2001.

 

Face à l’urgence, d’autres producteurs ont d’ores et déjà saisi les institutions européennes pour que soient mises en place, grâce au fonds industriel européen de relance prôné par Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur, des dispositions exceptionnelles face à ce problème qui dépasse nos frontières. A Bercy, on assure « travailler pour trouver une solution », si possible européenne dans l’hypothèse d’un nouveau fonds. Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a créé un groupe de travail à la direction du Trésor, consacré au développement d’une couverture assurantielle des pertes d’exploitation liées aux pandémies. Un autre groupe de travail sur ce même sujet, et dont les résultats sont également attendus mi-juin, a été mis en place à la Fédération française de l’assurance (FFA), qui a par ailleurs désigné un groupe d’experts sur le cinéma et l’audiovisuel. Toutes les pistes sont à l’étude, le ministère de la culture, le CCHSCT cinéma et le Centre national de la cinématographie (CNC) sont directement concernés par cet imbroglio.

 

Négociations ardues

 

Dominique Boutonnat, le président du CNC, a travaillé dix ans chez l’assureur Axa, avant de se lancer dans le cinéma en 2005. Ce qui pourrait l’aider dans les négociations ardues avec la FFA. « La reprise des tournages sera un problème-clé lors du déconfinement », assure Olivier Zegna-Rata, délégué général du Syndicat des producteurs indépendants (SPI). « La trésorerie des sociétés de production est déjà très tendue, certaines ne tiendront pas le choc », redoute-t-il. Les pertes d’exploitation liées au confinement (les frais financiers ou les surcoûts parfois colossaux liés à la non-livraison des films) ne sont pas couvertes par les assurances. La course contre la montre est engagée pour tous les films aujourd’hui à l’arrêt.

 

 « Et si le film peut se poursuivre, les comédiens seront-ils libres pour la fin du tournage ? Les enfants engagés n’auront-ils pas trop grandi ? », se demande Hugo Rubini. Sans compter que personne ne sera à l’abri d’une deuxième vague de confinement… Pour l’heure, certains assureurs proposent des contrats aux montants stratosphériques pour assurer « l’indisponibilité des personnes » à la reprise des tournages. Auparavant, seules les têtes d’affiche faisaient l’objet de surprimes pour les cas de maladie, désormais tout le plateau est à égalité face à l’aléa potentiellement mortel du Covid, plaident les assureurs.

 

Hugo Rubini tente de faire revenir les assureurs dans la course. Il espère que le risque lié au Covid s’atténuera avec le temps, au point qu’il soit simplement considéré comme une maladie comme une autre. Les deux points de vue entre producteurs et assureurs restent diamétralement opposés et inconciliables. La FFA se dit prête à chercher une solution, mais pour l’heure, rien ne bouge.

 

Antoine Gallimard

 

  • « Si la librairie, maillon faible, casse, toute la chaîne du livre déraille » Antoine Gallimard ICI 

 

Si les ventes de livres numériques n’ont pas franchi des seuils pharaoniques chez Gallimard, le PDG apprécie tout de même les résultats. De 2 % du marché, on passe à 4 % — de même pour les livres audio –, mais cela ne couvre pas les pertes de livres papier. Invité par France Inter, il est revenu sur les efforts fournis par les éditeurs durant cette période, mais également les réflexions à apporter à la profession.

Si les ventes de livres numériques n’ont pas franchi des seuils pharaoniques chez Gallimard, le PDG apprécie tout de même les résultats. De 2 % du marché, on passe à 4 % — de même pour les livres audio –, mais cela ne couvre pas les pertes de livres papier. Invité par France Inter, il est revenu sur les efforts fournis par les éditeurs durant cette période, mais également les réflexions à apporter à la profession.

 

Quelques chiffres : quotidiennement, 1,4 million de livres se vendent en France, et 700.000 sont empruntés. En temps normal, souligne le patron de Gallimard, Flammarion, Casterman. Or, cette période de confinement, et celle qui la suivra, n’a pas été propice au commerce du livre, pas plus qu’au prêt. En numérique, certes, mais cela ne fait pas bouillir la marmite. Et les libraires qui ont cherché des solutions de replis n'ont pas généré pour eux-mêmes un chiffre d'affaires classique.

 

L’enjeu du confinement, indique Antoine Gallimard, aura été de maintenir le lien avec les lecteurs — pour sa maison comme chez les confrères. Et pour ce faire, la seule voie possible fut internet, et la diffusion gratuite, par exemple, de livres. Ceux de la collection Tracts de crise ont ainsi fait l’objet d’un traitement spécial, pour alimenter tant en pensées qu’en lectures (et inversement), les internautes-lecteurs.

 

 Le maillon qui casse...

 

Pudiquement, le patron de la holding Madrigall ne répond pas directement quand on lui demande si l’industrie connaîtra des vagues de licenciements et de fermeture de librairies. Et si seuls les grands groupes s’en sortiront. « Cela nous préoccupe beaucoup. Dans la chaîne, il y a des maillons faibles : le maillon faible, c’est la librairie. » D’ailleurs, son groupe possède aujourd’hui de neuf établissements et connaît le sujet. « Si ce maillon faible casse, c’est toute la chaîne qui déraille. Et c’est grave. »

 

Les auteurs apprécieront, alors que les systèmes d'aides gérés par la SGDL, avec l'argent fourni par le Centre national du livre, entre autres, sont des plus opaques. Et ce, malgré une révision récente des critères d'éligibilité.

 

Pour autant, le risque de concentration, et de perte de la diversité éditoriales existe, reconnaît-il, mais les prêts et subventions sont là pour tenter de panser les plaies, un peu.

 

L’édition, qui représente 5 milliards € de chiffre d’affaires, attend du président d'Emmanuel Macron 500 millions € d’aides. Mais également des initiatives comme les chèques-livres pour aider les jeunes à retrouver le chemin de la librairie. Et peut-être réviser les normes de sécurité : on parle actuellement de 10 personnes pour 100 m2, la souplesse pourrait être de mise.

 

Mais de toute cette mise au repos forcé, le PDG note surtout que La Poste n’a pas pu aider les libraires. La question de tarifs postaux revient de manière récurrente, libraires et éditeurs soulignant que les frais de port sont particulièrement lourds. Bruno Le Maire avait été sollicité pour une intervention urgente : les points de vente qui ne pouvaient pas assurer de click & collect étaient en effet doublement pénalisés, par l’impossibilité de procéder à une vente à distance.

 

Savez-vous, monsieur le ministre, que pour envoyer par La Poste un livre de 250 pages (qui pèse environ 300 g), il en coûte 5,83 € en lettre verte, soit plus d’un quart du prix du livre (sauf à le vendre à un tarif indécent) ? Savez-vous que pour envoyer un livre qui dépasse 3 cm d’épaisseur, il faut le faire par Colissimo, au prix de 7,14 € HT ? Et ces tarifs augmentent chaque année, alors que le prix du livre, lui, est fixe.

 

 

« Ce qui est important, c’est que l’on réfléchisse, que le gouvernement réfléchisse aux frais de port, aux frais de Poste pour le livre, comme il y a pour les journaux », insiste Antoine Gallimard.

 

Appel à suivre, enfin ?

 

On appréciera également les interventions de Pauline Fouillet, gérante de la librairie Livres et vous, qui s’est débattue, durant la crise sanitaire, pour fournir à ses clients des offres spécifiques de lectures et jeux. Emission à réécouter (intervention à 2h20) :

 

Image

Le ministre Franck Riester et Emmanuel Macron lors de l’annonce des orientations du « plan pour la culture », à l’Elysée, le 6 mai.

Coronavirus : ce qu’il faut retenir des annonces d’Emmanuel Macron pour la culture ICI

Joseph Zimet, le minustre de la culture minister Franck Riester, la sécrétaire génèrale Anne de bayser et le président Emmanuel Macron lors d ela viosonfèrence à l’Elysée sur la question de la culture.

Discours de Macron pour la culture : aide-toi et l’État t’aidera ! ICI

Franck Riester au campus des territoires de La Republique en marche à Bordeaux. Photo : AMEZ / ROBERT/SIPA

Franck Riester : “Je ne suis pas du tout sur cette ligne de date lointaine : dès qu’on peut, on ouvre !” ICI

Interpellé de toutes parts pour sa “non gestion” des conséquences de la pandémie, le ministre répond à “Télérama”, à la veille de la conférence que doit tenir Emmanuel Macron sur le sauvetage de la culture.

 

Une pétition d’artistes directement adressée au président de la République via Le Monde pour se plaindre de son ministre de la Culture et lui demander de prendre les choses en main, un « avis de recherche » dudit ministre ironiquement lancé sur les réseaux sociaux… Depuis sa nomination au portefeuille de la Culture en octobre 2018, Franck Riester subit aujourd’hui les pires camouflets de sa brève carrière ministérielle. Et les reproches quasi unanimes d’une profession anéantie par les conséquences du coronavirus et de la nécessaire politique sanitaire pour le combattre.

 

Fermeture de 2 000 cinémas, 2 500 salles de musique, 1 000 théâtres, 1 200 musées, 3 000 librairies, 16 000 bibliothèques, arrêt de la plupart des 3 000 festivals d’été… Comment les 274 000 intermittents du spectacle que compte la France de 2020 pourront-ils accumuler les 507 heures de travail annuel qui leur donnent droit à des allocations-chômage ?

 

Certains parlent de véritable « tsunami social et culturel », de la mort annoncée de lieux, de jeunes compagnies, d’associations. Et le ministre semble aux abonnés absent depuis de longues semaines. De quoi l’accuser d’un manque de soutien aux professions inquiètes qui font la culture. D’un manque de clarté sur la réouverture d’espaces culturels déjà éprouvés par les grèves contre la réforme des retraites. D’un manque d’ambition quant aux moyens affectés à un secteur aussi essentiel à notre vie individuelle et collective, festive et spirituelle, qu’à notre vie économique et touristique. D’un manque de vision, enfin, pour les années à venir, où rien sans doute ne sera pareil. Nous avons voulu l’interroger.

« L’absence de vision politique à long terme sur le cinéma et l’audiovisuel est désespérante »

 

Tribune. Sept milliards d’euros pour relancer l’industrie aéronautique, rien encore pour le cinéma et la télévision, qui pourtant nous accompagnent quotidiennement dans notre vie confinée, seules fenêtres ouvertes sur un monde devenu inaccessible.

 

Dans les journaux télévisés du soir, on parle plus de l’avenir des fleuristes que des salles de cinéma. D’où vient ce désamour de nos politiques pour ce secteur dont la valeur ajoutée est bien supérieure à celle de l’automobile et qui emploie plus de personnes que l’aéronautique ?

 

Grâce à des femmes et des hommes politiques visionnaires, le secteur industriel du cinéma et de l’audiovisuel a été le seul en France à organiser sa régulation financière, notamment en se dotant d’une taxe spéciale, la TSA [taxe spéciale additionnelle sur les entrées en salles], copiée par beaucoup de pays. Ce système a si bien montré son efficacité que notre gouvernement a pu ainsi justifier de prélever plus de 300 millions d’euros sur le budget du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) depuis 2011, montant qui pourrait aujourd’hui participer à amortir les effets de la crise que nous traversons.

 

Paupérisation accélérée

 

Certes, des plans d’urgence ont été mis en place, à commencer par l’extension à nos métiers du chômage partiel qui permet à nos entreprises de continuer à rémunérer ses salariés en l’absence de revenus. Tant mieux, la catastrophe a été évitée. Mais pour reprendre des formules utilisées pour décrire la crise climatique, vers quel monde s’achemine-t-on ? Car en l’absence de pensée politique forte et de moyens conséquents, le secteur culturel risque bien de ne pas pouvoir se relever de la crise qu’il subit de plein fouet.

 

D’où vient ce désamour de nos politiques pour ce secteur dont la valeur ajoutée est bien supérieure à celle de l’automobile et qui emploie plus de personnes que l’aéronautique ?

 

Dans la mutation majeure amorcée bien avant la crise, c’est l’ensemble des acteurs de la filière qui doit se réinventer et c’est le financement global des œuvres ainsi que leur diffusion qui doivent être repensés. Car, sinon, cette mise à l’arrêt totale, inédite, n’aura servi qu’à une paupérisation accélérée et à un abandon coupable du monde de la création.

 

Plusieurs actions sont à mener urgemment :

 

Les grands gagnants de cette crise, les plates-formes, contrairement à tous les autres opérateurs du secteur, ne payent pas d’impôts, et pourtant s’appuient et prospèrent sur un écosystème vertueux, où des auteurs et des producteurs vivent de leurs droits et doivent pouvoir continuer à le faire.

 

L’application en France de la directive européenne « Services de médias audiovisuels » (SMA), en discussion au sein de la réforme audiovisuelle et reportée sine die, devait s’y atteler. Ces acteurs internationaux majeurs, pour certains plus puissants que des Etats, doivent contribuer à financer la relance globale de notre économie.

 

Les salles de cinéma sont au premier rang dans la chaîne d’exploitation des films. Cette fenêtre premium les oblige. Elles doivent impérativement redonner confiance aux créateurs et aux ayants droit en s’engageant réellement à leurs côtés pour amener et défendre leurs films devant leur public. Sans cela, les plates-formes, bien plus puissantes, sauront donner des gages (comme elles l’ont prouvé avec les réalisateurs Alfonso Cuaron ou Martin Scorsese) pour les séduire et capter leurs œuvres pour leurs seuls abonnés.

 

Diversité

 

Les salles de cinéma savent depuis très longtemps, bien avant l’invention de la carte illimitée, que la fidélisation de leur public passe par la programmation de toute la diversité, donc par des partenariats vertueux avec les distributeurs indépendants et pas seulement avec les studios américains.

 

En 2019, 80 % des films ont été sortis par des distributeurs indépendants. Ils se sont partagé seulement 32 % des séances en France sur l’année. Ces mêmes indépendants ont pourtant su faire découvrir la majorité des films présents à Cannes en 2019, et la plupart des premiers films et films d’auteurs français et européens. La crise actuelle ne doit pas nous faire oublier l’importance de la régulation des films en salles au profit de la plus grande diversité du cinéma. Car, comme pour le climat, la reprise aura beau jeu de permettre tous les écarts à une régulation vitale amorcée dans le monde d’avant.

 

Le service public doit affirmer son rôle dans la création et la diffusion. Prendre exemple sur Arte qui, avec peu de moyens et sans être rivée uniquement sur l’audimat, offre chaque jour à son public des films, des documentaires et des séries audacieuses, sachant allier la satisfaction et la curiosité de ses téléspectateurs.

 

Au cours de cette crise, France Télévision a redécouvert l’attrait du cinéma sur ses antennes, dont acte, mais au seul profit de films multidiffusés et de catalogues déjà ultra-amortis des grands groupes. Les spectateurs confinés n’auraient pas le goût de voir des films plus récents, plus en phase avec notre monde ? Prendre des risques, innover, travailler avec des auteurs et producteurs émergents, voilà ce que l’on attend d’un véritable soutien public à la création.

 

Un monde sans artistes ?

 

Enfin va-t-on cesser d’avoir peur de lutter efficacement contre le piratage qui a explosé depuis le début du confinement et qui prive les ayants droit d’une grande partie de leurs ressources ?

 

A l’instar de la transition écologique, cette crise, si elle ne tue pas intermittents, auteurs, artistes, salles de proximité, producteurs et distributeurs indépendants, doit être l’occasion d’affirmer une politique culturelle digne de ce nom.

 

L’absence de vision politique à long terme portée sur notre secteur est désespérante. Si le gouvernement est capable d’injecter des milliards dans des secteurs notoirement responsables de notre crise climatique – faut-il rappeler que la pollution tue chaque année plus de 40 000 personnes, à quand ce décompte chaque soir aux journaux télévisés… –, ne doit-il pas s’interroger sur la nécessité de préserver et renforcer notre modèle culturel, vecteur autant d’emplois que de cohésion sociale ?

 

Posons-leur la question : de quel monde rêvez-vous pour vos enfants ? Un monde sans images, sans artistes, sans émotion ? Ou un monde plus juste et plus grand ? Et si oui, quoi de mieux que la création artistique sous toutes ses formes pour en être le berceau ?

 

Carole Scotta dirige la société de production indépendante Haut et Court.

À Paris, les tournages de films et de séries reprendront sous conditions ICI

Omar Sy en Arsène Lupin ou Romain Duris dans la peau de Gustave Eiffel vont pouvoir reprendre le travail. Seule ombre au tableau : les assurances.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jacques Berthomeau 08/05/2020 09:11

Bonjour Jacques,

intéressante ta chronique sur la culture. Mais je m'interroge toujours sur ces chiffres. la comparaison du PIB de la culture et de l'agriculture relève exactement du même mécanisme que la comparaison d'Airbus et du vin. Et puis sur la place de la culture dans notre société (j'écoutais une interview hier où la personne disait que la culture est politique... ) et justement la place du politique dans celle-ci. Et puis ce CA, puisque tout se résumer en emploi, en CA, en profit. Et où s'arrête le périmètre : un gardien de musée contribue t-il à la culture ? est il une des emplois créés par la culture. Je n'ai rien contre les musées, mais ils sont une culture enfermées.

Et si la culture n'était pas du tout ou plus du tout là où on l'imagine ? Cette notion nécessiterait un véritable débat. Un concert à 40 000 personnes est-il de l'industrie, de la mégalomanie, de la finance, du grégarisme ou encore de la culture ? Un des plus beaux moments de musique que j'ai vécu est, un soir, pour les quelques uns que nous étions, un jeune guitariste qui partant du thème d'un film nous a promenés dans tout le cinéma français avant de revenir à son point de départ. Totalement imprévu, mais lumineux. La culture ce n'est pas le conservatoire, ce ne sont pas les musées, ce n'est pas Koons, ce n'est pas l'art financé ou préservé ou protégé ou engoncé. Ce n'est pas du confortable.

Comme l'agriculture - et la comparaison ne peut s'arrêter que là - la culture n'a d'existence que parce qu'elle est financée. Détachée en fait des contingences. On oublie deux ou trois choses à son sujet : elle est aussi un engagement de celui qui participe. Se détacher de cette dimension est une erreur. Et l'agriculture suit le même drame : son autonomie, due aux financements, l'abstrait de ceux pour qui elle travaille.

pax 08/05/2020 17:40

Bravo pour ce commentaire, posé et mesuré et qui pose les bonnes questions.
J'ajouterai, étant incapable d'être sérieux deux phrases de suite, les briquets qui sont allumés et balancés à bout de bras lors de concert " collectors ", ils participent au CA de la culture ou du bureau de tabac ?

pax 07/05/2020 13:53

Vous l'attendez la mouche du coche, vous l'entendez, vous la voyez venir avec ses gros sabots ? Non, il n'oserait pas !
Mais si, vous n'y couperez pas. " Quand j'entends me mots culture je sorts mon revolver ! " Voilà, c'est dit.
Mais qu'on ne s'y trompe pas, cette phrase mise à toute les choses et qui voudrait, à la base, désigner le barbarie nazie, est ,d'une part apocryphe, et d'autre part l'objet d'un contre sens absolu. Nous allons vous aider à passer et savourer les quelques journée de confinement qu'il vous reste ( Vous êtes bien d'accord avec le taulier , il est trop tard pour faire du pain ( cheu nous du Kougelhopf pour dimanche prochain ) quand à Proust, gardez vous la suite pour la deuxième vague de confinement ( Josette remettez nous ça !) )Un quizz donc .qui nous dira à qui l'on doit et que dit il par cette exclamation ?, Vous avez 3 jours.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents